Porno-dépendance : le dernier tabou

L’ENQUÊTE A FAIT DU BRUIT mi-juin outre-Manche. Commandée par le nouveau service en ligne de lutte contre l’addiction à la pornographie HelpAddictions.org, elle établit qu’un Britannique moyen passe, en moyenne, chaque semaine, 40 minutes devant des scènes pornographiques, tous supports confondus (DVDs, magazines, sites internet). Soit 35 heures par an et, à l’échelle d’une vie, 3 mois complets ! Un Britannique sur six confesse, sous couvert d’anonymat, être accro au porno. Hasard ? Un sur six a déjà payé pour en consommer. Et, encore plus inquiétant, près de la moitié des hommes britanniques le feraient s’ils étaient certains que leur anonymat soit préservé et que leur entourage l’ignore… Pour une partie d’entre eux, c’est raté puisqu’outre-Manche, un homme sur cinq a déjà été vu par un proche devant un film X. Et, comme une femme sur 10 confesse avoir surpris sa moitié dans cette situation, on peut se demander s’il ne s’agit pas des parents, des frères et soeurs ou… des enfants.

« Certains hommes voient leur vie dévastée par le porno » explique le Dr Chris Forester, du service en ligne Help Porn Addiction. « Notre étude a montré que la moitié des hommes qui consomment du porno jugent à long terme que cela les rend malheureux. Six d’entre eux sur dix cherchent même à arrêter », continue-t-il. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les femmes ne sont pas épargnées : elles passeraient en moyenne 19 minutes par semaine devant de telles scènes ! « Le porno est de plus en plus cité dans les procédures de divorce » relève le Dr Forester : « la triste vérité, c’est que la frustration sexuelle ou la curiosité peut rapidement amener certaines personnes qui ont découvert le porno à se sentir isolées et abandonnées par leur entourage ». Car l’addiction au porno a « un impact négatif sur la vie sexuelle, la vie relationnelle et même la vie professionnelle » des individus selon le spécialiste qui n’hésite plus à parler d’« énorme problème ». Avec Internet, le porno est devenu accessible à tous, d’où ce chiffre incroyable : 11% des Britanniques ont déjà filmé leurs ébats et 5% ont déjà reconnu dans un film X… un(e) ami(e) !

Tabou. C’est pour endiguer ce phénomène inquiétant qu’a été créé le programme […]

La suite de cette enquête sur la porno-dépendance est à lire dans le n°2 des Nouvelles de France (décembre 2011), en vente au prix de 4 euros :




 

> s’abonner !

Autres articles

1 Commentaire

  • AFREG , 2 mai 2013 @ 22 h 53 min

    Bonjour,

    Je suis AFREG, le webmaster du http://www.pornodependance.com

    Mon site traite de l’addiction à la pornographie, notamment en ligne. Les effets de l’addiction à la pornographie sont nombreux: dérive vers une sexualité violente, problèmes de couple, difficultés d’érection… Le porno a une telle présence dans notre société contemporaine, que le problème est susceptible de toucher aujourd’hui tout le monde..
    Mon site propose un forum où les dépendants et leurs proches peuvent venir s’exprimer librement et s’entraider. Le tout est évidemment entièrement bénévole, ANONYME et GRATUIT.

    Merci ! AFREG.

Les commentaires sont fermés.