Répartir les immigrés clandestins entre les pays de l’UE : une idée débile formulée par des gens débiles

Disons les choses clairement : la stratégie des passeurs en Libye est de mettre un maximum de migrants sur des embarcations incapables de traverser la Méditerranée puis de prévenir les secours européens qui viendront les prendre sur des bateaux européens pour les emmener en Europe. Les pays européens qui participent à l’opération Triton (qui succède à d’autres opérations du même genre), et aussi l’agence européenne chargée de coordonner la surveillance des frontières extérieures de l’UE, Frontex, COOPÈRENT ACTIVEMENT avec les réseaux de passeurs en assurant les secours et le voyage jusque vers les côtes européennes. Cela dure depuis des années et si le phénomène s’est amplifié, c’est parce que :

  1. La méthode est désormais bien rodée. Les passeurs nord-africains, les musulmans radicaux de l’État islamique et autres États et organisations qui veulent islamiser l’Europe grâce à nos principes démocratiques et le ventre des musulmanes (ce sont eux qui le disent), Frontex, les gardes-frontières italiens, français, espagnols et tous ceux qui prennent part à cette gigantesque opération de transfert massif de populations vers l’Europe sont donc passés à la vitesse supérieure.
  2. La destruction de l’État libyen par les Français, les Britanniques et les Américains a supprimé tout contrôle au départ des côtes libyennes, et le soutien de ces mêmes pays à la rébellion syrienne (et donc, indirectement, à l’État islamique) pousse encore plus de gens à fuir vers l’Europe en alimentant la guerre civile en Syrie et en Irak.
  3. Les légalisations successives d’immigrés clandestins et le refus de mettre en œuvre des mesures fermes calquées sur le modèle australien, qui consiste à débarquer les gens qui tentent la traversée en dehors du territoire australien et à ne laisser entrer, au compte-gouttes, que les vrais réfugiés politiques après avoir examiné positivement leur demande, encouragent toujours plus d’Africains et de Moyen-Orientaux à tenter leur chance.

Les dirigeants européens savent très bien que le modèle australien fonctionne et a réduit le nombre de noyades de migrants en mer à zéro, tandis que le modèle européen ne fonctionne pas et cause des noyades par milliers. Mais ces criminels refusent d’envisager d’adopter la méthode australienne. Et v’là-t’y pas, comble du comble, que ces imbéciles heureux qui nous gouvernent ont une idée géniale qui va encourager encore plus de pauvres gens à risquer leur vie pour venir nous envahir : répartir les immigrés dans toute l’Europe des 28 pour diluer un peu le problème. On commence avec 20 000, mais si ça marche on pourra passer à la vitesse supérieure bien entendu. Après tout, un demi-million d’immigrés clandestins en plus cette année pour la seule route de la Méditerranée (c’est sans compter ceux qui passent par l’Espagne ni ceux qui passent en Bulgarie ou en Grèce depuis la Turquie), si c’est réparti dans une Europe à 500 millions d’habitants, ce n’est pas tant que cela. Et avant qu’avec la natalité ce demi-million (et les demi-millions suivants) multiplient son nombre par 4, 8, 12, etc. etc. les décideurs d’aujourd’hui seront partis.

Et si avec chaque demi-million on a quelques centaines ou quelques milliers ou quelques dizaines de milliers de terroristes islamistes ou de musulmans comme ceux qui ont jeté des chrétiens à la mer pendant la traversée ?
Allons, allons, pas d’amalgames s’il-vous-plaît.

Seul espoir : tous les pays européens ne sont pas gouvernés par des vendus et dans les pays qui le sont le vent pourrait rapidement tourner. La Grande-Bretagne a déjà fait savoir qu’elle ne prendrait pas sa part d’immigrés distribués depuis Bruxelles. Forcément, avec 12 % des voix aux élections du 7 mai l’UKiP a multiplié par 4 son score des législatives précédentes après avoir fait irruption au niveau local et être arrivé premier aux dernières élections européennes. Ce parti qui refuse l’immigration de masse oblige donc David Cameron à faire au moins semblant de refuser l’immigration. En fait l’immigration a augmenté sous son gouvernement pour atteindre un solde positif de près de 300 000 personnes l’année dernière dont un quart environ d’origine extra-européenne et une part importante, parmi l’immigration européenne, de Roumains et de Bulgares qui sont en fait des Roms. Non pas que ce soit moins bien d’être Rom que d’une autre ethnie, langue ou culture, mais ce n’est pas forcément le genre d’immigration « chance pour le pays d’accueil ». Évidemment, avec le principe de liberté de circulation, le phénomène est incontrôlable et cela ne changera pour les Britanniques que quand ils sortiront de l’UE (en principe en 2017). Et encore, ils ont préservé les contrôles aux frontières, mais que voulez-vous faire avec les citoyens européens et avec les immigrés qui ont obtenu un permis de résidence dans un autre pays de l’UE trop laxiste ?

La Hongrie a dit aussi non et dans son cas c’est clair, net et cohérent. Cela fait des années que Viktor Orbán dénonce la politique d’immigration massive européenne et une consultation populaire est en cours pour demander aux citoyens si la loi hongroise doit permettre les renvois à chaud (immédiats) des personnes prises en train de franchir clandestinement la frontière, sans même leur permettre de tenter la procédure d’asile. Des renvois à chaud que pratique déjà l’Espagne à Ceuta et Melilla même si l’Europe de Bruxelles s’y oppose.

Du reste toute cette idée de répartition des immigrés clandestins est une gigantesque farce. Avec l’espace Schengen, les immigrés dont la demande d’asile est refusée par leur pays d’accueil et qui ne sont généralement pas expulsés peuvent bien aller où ils veulent. Et comme ils parlent généralement l’anglais, le français, ou parfois l’allemand, l’italien ou l’espagnol, mais jamais le hongrois ou le polonais, et comme ils ont généralement déjà de la famille ou des amis en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne, en Italie ou en Espagne où les salaires sont meilleurs et les aides sociales plus généreuses, ils iront s’y installer (au noir) quand ils en auront envie. Il y avait en Pologne un nombre conséquent de réfugiés tchétchènes, qui avaient fui la Tchétchénie à cause des persécutions russes ou de la pauvreté d’une région ruinée par la guerre. La Pologne a rejoint l’espace Schengen le 21 décembre 2007. Le lendemain, les Tchétchènes étaient tous partis.

Autres articles

31 Commentaires

  • nauticat , 14 Mai 2015 à 22:47 @ 22 h 47 min

    bonsoir ,solution scélérate ! la seule et unique est le renvoi immédiat de tous ces gens d’où ils viennent ,avec obligation pour leurs gouvernants respectifs de maintenir leurs ressortissants dans leurs propres pays sous peine d’arrêt d’assistance militaire ,d’aides & subventions que nous contribuables français versons en pure perte depuis plus de 50 ans !

  • François2 , 14 Mai 2015 à 23:23 @ 23 h 23 min

    Si les pays de l’Europe, la France en particulier, sont dans l’incapacité d’arrêter l’invasion, les provinces françaises dont les autochtones ne voudront pas être minoritaires “dans un certain temps” dans leur propre province, devront prendre leur indépendance. Cette hypothèse est évoquée dans le petit livre “Les politiques doivent sauver la France” (tapez). Les électeurs feraient bien d’y penser déjà aux prochaines régionales, pour préparer la dernière chance de chaque province.
    “Dans un certain temps” : cette formule est employée car arrive un moment où tout calcul ne sert plus rien. Ainsi un intervenant sur France-Info ne s’embarrasse plus de dates prévisionnelles en disant : “L’islam est en passe de devenir la religion principale”.

  • Psyché , 14 Mai 2015 à 23:25 @ 23 h 25 min

    Il suffit de couper les pompes aspirantes à l’immigration que sont le regroupement familial ainsi que toute forme d’alloc et subvention type CMU, APL, Allocations Familiales etc.
    La répartition se fera alors naturellement là où l’herbe est plus verte.

  • Sirius , 15 Mai 2015 à 2:43 @ 2 h 43 min

    Quand vous voyez un gus sur vos écrans,bombardé spécialiste de la question pour l’occasion et qui vous explique que l’immigration on en a besoin,que la globalisation le veut ainsi et qu’il ne faut pas s’y opposer,ne pas en avoir peur,en vérité il n’en sait rien car il n’y a pas de précédent
    concernant un tel déferlement de populations étrangères même au moment des invasions barbares au Vème siècle.Et encore,ces barbares-là se sont christianisés.On active la méthode Coué: ça doit bien se passer puisqu’on vous l’affirme.Pourtant les signes menant au chemin inverse ne lassent pas d’être inquiétants (l’affaire de Roubaix,les mères musulmanes qui réclament de la mixité,la montée de l’islam radical…).
    Pour intégrer sans casse une telle invasion le pouvoir (fort) devra automatiquement serrer la vis et entamer sérieusement notre démocratie.D’ailleurs regardez cette nouvelle loi coercitive pour favoriser la mixité dans le logement,n’est-ce-pas une remise en cause de la liberté d’habiter où bon nous semble?
    Quand je parle d’invasion,j’aurais aussi bien pu dire submersion,substitution,remplacement ou ethnocide: des mots qui pèsent et qu’on peut réfuter mais de plus en plus difficilement devant les faits tenaces,devant la réalité crue.

  • richard b , 15 Mai 2015 à 7:21 @ 7 h 21 min

    ça c’est vrai plus débile tu meurs,” vive l’Europe”, car toute l’Afrique, et les pays d’asie
    sont une poudrière, nous pouvons tous les accueillir, ça ne sera plus des milliers, mais des millions, quand un pays n’est plus capable de protéger son pays la France, il va certainement se passer quelque chose.il serait plus simple de les renvoyer chez eux, car ce n’est pas de notre faute si il y a la guerre chez eux, ils ont tant décrier l’ingérence , qu’ils défendent leur pays au lieu de fuir, et que nos bien pensants aille chez eux les aider.

  • lors , 15 Mai 2015 à 7:32 @ 7 h 32 min

    je crains que bientot c est nous qui devront emigrer

  • richard b , 15 Mai 2015 à 7:38 @ 7 h 38 min

    Oui je le pense aussi, si notre bande de rigolo ne fait rien nous serons obligés de nous
    expatrier, car on ne plus rien dire, rien faire, c’est la dictature pour le bon Français!!

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France