Logement social au Royaume-Uni : la préférence étrangère « doit cesser »

Royaume-Uni. Selon Frank Field, le “Monsieur Pauvreté” de David Cameron, les contribuables britanniques devraient avoir la priorité sur les nouveaux migrants dans la file d’attente pour obtenir un logement social. Une file longue de 5 millions… de familles !

Pour l’instant, c’est loin d’être le cas puisque, selon des chiffres du département des Communautés et du Gouvernement local, à l’échelle nationale, 8,6% des nouveaux locataires de logements sociaux sont étrangers. Et à Londres, où la liste d’attente a grimpé de 60% en une décennie, à 362 000 familles en attente, jusqu’à la moitié des logements sociaux sont attribués à des immigrés. Ainsi, dans le district londonien d’Haringey43% des nouveaux locataires de logements sociaux étaient étrangers tandis qu’à Ealing, ce chiffre atteint 45%. Même si, dans certains districts, la nationalité des demandeurs n’est pas demandée, on estime le pourcentage d’étrangers parmi les bénéficiaires de logements sociaux à 11%.

Un “scandale” qui “doit cesser”, selon Frank Field. Ancien ministre de la Réforme de l’aide sociale, cet homme politique travailliste tient sur le logement social, un discours digne de celui de Marine Le Pen en France. Avec la bénédiction du gouvernement de coalition de David Cameron.

Autres articles