Immigration-invasion : un cardinal espagnol et un missionnaire en Syrie critiquent les politiques européennes. L’archevêque d’Alep soutient l’intervention russe.

« L’invasion d’immigrants », un « cheval de Troie des sociétés européennes ». Moins politiquement correct et sans doute plus lucide (ou plus courageux ?) que les évêques français sur la question de la vague d’immigrants actuels, le cardinal Cañizares, archevêque de Valence, en Espagne, a critiqué lors d’un déjeuner politique organisé par Fórum Europa les gouvernements européens pour leurs nombreux « gestes » et leur « propagande », ainsi que leur refus de se poser des questions sur « l’invasion d’immigrants » qui pourrait être « le cheval de Troie » de l’Occident. Appelant à la prudence dans l’accueil et se demandant si tous les arrivants étaient du « bon grain », l’évêque a affirmé que si les gestes d’accueil des gouvernements européens pouvaient très bien passer aujourd’hui, ils risquaient de finir par nuire gravement aux sociétés et aux cultures européennes. « On ne peut pas jouer avec l’histoire et avec l’identité des peuples », a prévenu le prélat, qui a aussi défendu le travail réalisé par l’Église catholique pour aider ceux qui ont dû fuir leur pays. Mgr Cañizares a appelé les gouvernements européens à se demander « qui est derrière » la crise des réfugiés, soutenant que parmi ces « réfugiés », peu fuient réellement des persécutions.

Le cardinal Cañizares ne cherche visiblement pas à se donner une bonne image dans les médias mainstream contrairement à l’évêque d’Avignon, Mgr Cattenoz, qui comme d’autres évêques français, a honte de cette majorité de Français plus sages et plus lucides que lui sur la question de la gigantesque vague d’immigration musulmane à laquelle on assiste aujourd’hui. Et, dans la même intervention, l’archevêque politiquement incorrect de Valence reproche à son premier ministre, Mariano Rajoy, d’avoir consolidé la loi socialiste sur l’avortement en se contentant d’une mini-réforme (l’obligation du consentement parental pour les mineures qui se font avorter) en violation de ses promesses électorales. Au cours de ce déjeuner politique, Mgr Cañizares a en effet qualifié l’avortement de la pire corruption de toutes puisqu’il implique que « l’être humain est éliminé dans le ventre de sa mère, alors qu’il est sans défense et faible ».

Mgr Cañizares s’est également exprimé sur la décision de la mairie de Valence, gouvernée par des gens alliés au parti d’extrême gauche Podemos, de ne pas inclure l’eucharistie dans les célébrations de la fête du 9 octobre qui commémorent l’entrée à Valence du roi Jacques Ier d’Aragon en 1238. L’archevêque a défendu la célébration ce jour-là à Valence de l’événement le plus important de l’histoire de sa ville, « la récupération de ses racines » grâce à la reconquête chrétienne face aux musulmans. Et c’est pourquoi, insiste Mgr Cañizares, c’est un jour où les habitants doivent « rendre grâce à Dieu » et ne rien faire « contre l’action de Dieu ».

Bien entendu, la réaction ne s’est pas fait attendre et, sur les propos concernant la vague d’immigration actuelle, les associations gauchistes ont été promptes à dénoncer au Parquet cette « incitation à la haine ». Le maire de Valence a quant à lui estimé que l’archevêque de sa ville s’était placé à l’extrême droite, et ce politicien appartenant à l’extrême gauche anticléricale n’a pas manqué de donner une leçon de christianisme en affirmant que les propos du cardinal mettant en cause la bonne foi d’une partie des « réfugiés » ne correspondaient pas à l’esprit du pape François.

Mgr Cañizares a par contre bénéficié du soutien du ministre de l’Intérieur espagnol qui a affirmé que « personne ne peut nier qu’il est évident que l’Église catholique est en ce moment aux côtés des personnes les plus vulnérables de la société et que les institutions comme Caritas en sont un exemple flagrant ».

Peu après les propos tenus par Mgr Cañizares, un missionnaire salésien espagnol en Syrie a averti de la présence d’extrémistes musulmans parmi les réfugiés, appelant les pays européens à une grande prudence : « Je vous dis de faire attention parce que parmi ces gens en difficulté, un certain nombre de musulmans extrémistes arrivent aussi qui feront plus tard beaucoup de mal en Europe ». Le missionnaire a également dénoncé la politique européenne en Syrie, à l’origine de la vague d’immigration actuelle. L’embargo économique contre la Syrie a laissé la population sans électricité, sans nourriture et sans travail et, affirme le Salésien, beaucoup de Syriens sont très surpris d’apprendre qu’en Europe Bachar el-Assad est qualifié d’oppresseur et de dictateur. Pour ce missionnaire présent en Syrie depuis le début de la guerre, « Assad est sans doute un moindre mal ».

Des affirmations confirmées par Mgr Jeanbart, archevêque d’Alep, qui avait déjà appelé les pays occidentaux à ne pas financer les mouvements rebelles et qui déclare aujourd’hui que l’intervention russe actuelle donne un nouvel espoir aux Chrétiens de Syrie. « Vladimir Poutine aide la cause chrétienne », estime l’archevêque qui assure ne pas comprendre l’attitude « extrémiste » de la France dans son refus de traiter avec le président syrien.

Articles liés

22Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • peripathos , 17 octobre 2015 @ 9 h 33 min

    Il serait temps que l’Eglise se réveille !

    C’est à croire que depuis l’après guerre ( et déjà depuis l’avant-guerre ou le début 20e ) elle a été saignée à blanc , vidée de sa substance , par des idéologues prosélytes hargneux et teigneux , pour devenir l’ombre d’elle même remplie de gamelards et carriéristes qui ne sortiront pas des sentiers balisés et fléchés .
    Quel changement ahurissant depuis l’Abbaye de Cluny et de Citeaux , depuis la naissance des ordres mendiants , St Louis , la floraison des églises , abbayes , cathédrales , universités et Hotels-Dieu jusqu’à maintenant avec une église ( avec petit “e” ) qui rase les murs et tient le discours onusien et vivrensembliste comme si c’était l’Evangile du Christ !

    Mais le “corps” n’est pas mort , la vie subsiste , et la foi dit que le Christ est ressuscité …..
    Il y a , encore , des Témoins souvent hors de la “vieille Europe”

  • Pascal , 17 octobre 2015 @ 10 h 31 min

    L’Empire romain d’Orient a survécu 1000 ans à l’Empire Romain d’Occident. Force est de constater qu’aujourd’hui encore l’Europe orientale sait se défendre et que des pays d’Occident qui ont été récemment dans sa zone d’influence (Hongrie, Tchécoslovaquie et Pologne) se défendent aussi, avec les moyens du bord.

  • Marino , 17 octobre 2015 @ 11 h 11 min

    « cheval de Troie des sociétés européennes »

    « Je crains les Grecs, même lorsqu’ils apportent des présents ».

    Ces paroles sont une mise en garde du prêtre Laocoon à ses compatriotes Troyens qui se divisent sur le sort à réserver au grand cheval en bois qui vient d’être abandonner par les grecs:
    Faut-il le faire entrer dans la ville ou le détruire. La suite de l’histoire du cheval de Troie, tout le monde la connaît.

    Des cargos qui accostent sur les côtes européennes chargés de centaines des réfugiés musulmans de divers nationalités m’ont vite fait penser à cet événement légendaire grec.

    Comme sur le rivage de Troie, ne pouvant rentrer anonymement en Europe après avoir combattu auprès de l’État islamique, des guerriers musulmans se furent désormais déguisés en réfugiés et cachés dans de grand chevaux de bois voguant sur la Méditerranée. Arrivés sur les cotes italiennes, ils furent accueillis comme un cadeau des dieux : ils offraient une nouvelle occasion aux Européens de réparer leurs abjects crimes coloniaux en ouvrant les bras aux défavorisés.

    Qui sont les plus persécutés, en Syrie et en Irak ?

    Ce sont les Chrétiens, les Yezidis, les femmes, les vieillards, les enfants.

    Y a-t-il des Chrétiens, dans les cargo qui « s’échouent » sur les cotes italiennes ? Pas vraiment. Il y a essentiellement des musulmans. Des enfants, des vieillards, des femmes ? Pas beaucoup, presque pas. La grande majorité, ce sont des hommes seuls. Dont l’âge varie entre 25 et 30 ans. Calais en est le témoin.
    Leurs parents et grands-parents, leurs familles, enfants, femmes, ne sont-ils pas en plus grand danger qu’eux ? L’ONU parle d’un million d’enfants n’ayant même pas une couverture à se mettre sur le dos pour affronter l’hiver tandis que des « passeurs » auraient 2 ou 3 millions de dollars pour acheter des cargos et les abandonner ensuite, comme dernièrement ?

    Des réfugiés

    Les reportages se succèdent pour décrire leurs terribles conditions de vie et le fait qu’ils ont tout perdu. Ils ont à peine de quoi se nourrir. La moitié des 22 millions de Syriens tient avec moins de deux dollars par jour depuis deux ans, et ils auraient 3 000 dollars pour payer les passeurs (J’en ai vu un qui témoigner sur France 24 avoir payer 7 000 dollars) ?

    Et si quelqu’un finançait plutôt le voyage de djihadistes déguisés en réfugiés ?

    N’y a-t-il aucun pays musulmans où ces « réfugiés » pourraient trouver un abri ? 49 pays musulmans, la plupart sous habités, dont certains si riches qu’ils s’offrent des entreprises européennes prestigieuses, ne veulent pas les accueillir ? Alors que l’islam est une religion charitable qui fait le bien et apporte la lumière au monde ? Pourquoi se « réfugier » en Europe où leur mode de vie, leur culture, la pratique de leur religion sont si menacés et l’environnement si hostile, si islamophobe que l’union européenne préoccupée envisage de promulguer des lois pour les protéger, alors qu’ils seraient si bien en terre d’islam ?

    Posons le problème autrement. L’Etat islamique a d’énormes ressources financières, des banques, des puits de pétrole. Pour quelle raison se priveraient-ils d’affréter des chevaux de Troie, et faire embarquer quelques milliers d’islamistes qui attendront patiemment les ordres, une fois sur le sol européen ?

  • von Reisner , 17 octobre 2015 @ 18 h 53 min

    “Mgr Jeanbart, archevêque d’Alep, qui avait déjà appelé les pays occidentaux à ne pas financer les mouvements rebelles et déclare aujourd’hui que l’intervention russe actuelle donne un nouvel espoir aux Chrétiens de Syrie. « Vladimir Poutine aide la cause chrétienne », estime l’archevêque qui assure ne pas comprendre l’attitude « extrémiste » de la France dans son refus de traiter avec le président syrien.”

    “..qui assure ne pas comprendre l’attitude…
    Il ignore donc le nom du génie qui nous gouverne ?

  • xrayzoulou , 17 octobre 2015 @ 21 h 22 min

    L’Archevêque d’Alep peut ne pas comprendre la France gouvernée par des Inutiles, incapables, irresponsables. En plus francs-maçons et christianophobes. Et caniche des US mafieux….
    Heureusement Monsieur Poutine est clairvoyant et s’est fait un devoir de sauver la Syrie. Merci Monsieur !!!
    Si j’étais plus jeune, je me serais joint à vous. Je ne peux que prier pour vous et tous les syriens.
    Nous sommes prévenus : nous sommes en train d’être envahis par des djihadistes, qu’on les renvoie dans les pays arabes (je dis bien arabes, pas ceux qu’ils ont envahi).
    Merci au Cardinal espagnol et au missionnaire en Syrie de nous mettre en garde une fois de plus. Que Dieu nous ouvre les yeux avant qu’il ne soit trop tard ! (ou plutôt à ceux qui nous gouvernent ….).

    PAS DOUBLON !

  • azur , 17 octobre 2015 @ 22 h 00 min

    Chaque fois que l’Europe se trouve dans la merde,c’est les russes qui viennent au secours de celle ci, j’ai été stupéfait par la lecture que j’ai faite quand au nombre de victimes russes,britanniques,françaises et américaines.Je suis surtout frappé par l’ingratitude de ces 3 pays envers les sacrifices consentis par les russes,civils et militaires,et au jour d’aujourd’hui entendre Hollande,ou Obama,ou Cameron parler des russes me donne de la nausée.
    Encore une fois le dicton se vérifie:Y’a des gens nés pour servir et d’autres pour être servi.
    Voilà un article de Wikipédia quand au nombre de victimes de la seconde guerre mondiale :
    Au total, selon les estimations, environ 17 877 000 de militaires sont morts sur les champs de bataille européens, dont 10 774 000 du côté des alliés et 7 103 000 du côté des forces de l’Axe. Les tués de l’Armée rouge constituent 53 % du total des pertes militaires connues en Europe, ceux de la Wehrmacht 31 %, ceux du Royaume-Uni 1,8 %, ceux de la France 1,4 % et ceux de l’armée américaine 1,3 %. Les pertes militaires de l’Union soviétique représentent 88 % du total des pertes alliées en Europe (Royaume-Uni 3 %, France 2,3 % et États-Unis 2,2 %). Le total des pertes militaires seules de l’Allemagne et de l’Union soviétique réunies représentent 84 % du total de toutes les pertes militaires subies en Europe. Les pertes militaires du conflit germano-soviétique seul sont de 13 876 400 soit 78 % du total des pertes militaires subies en Europe

  • Sirius , 18 octobre 2015 @ 2 h 53 min

    Rendez-vous compte où en sont les descendants des Romains,de Charles le Marteau,de Charlemagne…: prêts à être rançonnés de 3 milliards par la Turquie? Et,de plus,celle-ci demande à entrer dans la communauté européenne.Il fut un temps,ces exigences auraient valu comme ultimatum préalable à une déclaration de guerre.
    Seule la petite Hongrie fait montre de courage et de bon sens.Le reste de l’Europe: un plat de nouilles même pas cuites,des larves! Quelle pitié,quelles bassesses,quelle décadence! Faut pas chercher bien loin la fin d’une civilisation qui fut brillante mais trop sûre d’elle avec ses Droits de l’homme,tellement bons que tout le monde il en veut.On en recausera dans quelques années des droits de l’homme ou plutôt on n’en causera plus,tout comme la démocratie: ça n’existera plus,du moins plus comme maintenant. On parie?

Les commentaires sont clôturés.