La Hongrie protège l’espace Schengen en se protégeant elle-même. Maintenant c’est au tour des autres pays de suivre son exemple.

Avec 191 702 entrées du 1er janvier au 14 septembre, la Hongrie est le pays qui a eu à supporter le plus gros afflux d’immigrants cette année. Pour un pays de 10 millions d’habitants c’est beaucoup, et l’on comprend mal les leçons de morale données par Laurent Fabius qui ont causé un incident diplomatique entre nos deux pays. La Hongrie, avec sa clôture le long de la frontière serbe, ne respecterait pas nos valeurs européennes, selon le ministre français des Affaires étrangères. Pourtant, la pays magyar ne fait qu’appliquer la Convention de Schengen, qui demande aux autorités compétentes, pour surveiller les frontières extérieures de l’UE, de faire en sorte que les personnes entrant dans l’espace commun passent par des points de contrôle frontaliers, et aussi de surveiller leur frontière entre ces points de contrôle afin d’empêcher les entrées illégales. Les conditions d’accueil dans d’autres pays d’Europe (Allemagne, mais aussi France, Suède…) font cependant que des multitudes d’immigrants souhaitent venir illégalement, d’autant plus que comme nous le savons tous, pour rester chez nous il suffit de déposer une demande d’asile. Même si elle est refusée, dans 9 cas sur 10 l’immigrant clandestin ne sera de toute façon pas expulsé.

Théoriquement, une personne qui se prétend « réfugié », c’est-à-dire une personne craignant « avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques », selon la Convention de Genève, doit remettre sa demande d’asile dans son pays d’arrivée dans l’UE. Seulement la Grèce, la Hongrie, la Croatie ou la Slovénie ne proposent pas les aides sociales généreuses françaises, allemandes ou suédoises. Tous ces « réfugiés » veulent donc aller plus loin et les effets d’annonce de « maman Merkel » ont causé de véritables émeutes en Hongrie, alors que ce pays cherchait à enregistrer chaque arrivant conformément à ses obligations. Il est d’ailleurs caractéristique que les clandestins qui ne veulent pas se contenter des aides allemandes se dirigent vers la Suède par le Danemark sans s’arrêter dans ce pays qui, grâce au bon résultat électoral du parti de droite anti-immigration aux dernières élections, a fortement réduit ses aides sociales aux immigrés cette année.

C’est d’ailleurs pourquoi l’Allemagne, après avoir semé le chaos chez elle et sur les routes qui mènent d’Italie et de Turquie au pays teuton, n’a pas seulement rétabli les contrôles à ses frontières. Elle a aussi déclaré, dans une volte-face extraordinaire, qu’elle ne pouvait plus accueillir de nouveaux immigrants, et après la démission du directeur de l’Office des migration et des réfugiés allemand, elle annonce maintenant, par la voix de son ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, un projet de loi réduisant fortement les aides sociales dont pourront bénéficier les demandeurs d’asile et autres immigrés. En réalité, ce n’est que quand l’Allemagne et les autres pays riches de l’UE réduiront leurs aides sociales aux clandestins et renverront systématiquement les demandeurs d’asile déboutés dans leur pays ou dans le pays par lequel ils sont arrivés que la pression sur la Grèce, la Hongrie, la Croatie, l’Italie et l’Espagne s’atténuera.

Rappelons aussi que, selon la Convention de Genève, tout pays peut refouler ou expulser les personnes qui ne sont pas des réfugiés au sens de ladite convention, et donc sans doute presque tous les migrants qui font la une des journaux en ce moment, en tout cas tous les musulmans qui représentent de toute évidence la quasi-totalité de ces migrants. Par ailleurs, le bénéfice de l’asile peut être refusé à un réfugié qu’il y a « des raisons sérieuses de considérer comme un danger pour la sécurité du pays où il se trouve ou qui, ayant été l’objet d’une condamnation définitive pour un crime ou délit particulièrement grave, constitue une menace pour la communauté dudit pays ». Étant donné la présence avérée de djihadistes musulmans parmi les migrants et le projet avoué des islamistes d’utiliser l’émigration massive de musulmans vers l’Europe pour islamiser notre continent, et étant donné ce qui est écrit dans le Coran et ce que nous savons du sort des minorités religieuses dans les pays à majorité musulmane, tout réfugié musulman peut légitimement être considéré comme représentant potentiellement une menace. Sans doute certains méritent-ils d’être accueillis et de bénéficier de l’asile, mais tout pays européen est en droit de refuser des demandeurs d’asile musulmans au titre de cette disposition de la Convention de Genève.
Il n’y a qu’à voir ces images d’intifada tournées à la frontière entre la Serbie et la Hongrie pour comprendre le danger :

https://www.youtube.com/watch?v=-LD2BGT26qI

 

L’idéal aurait été que l’Union européenne agisse de concert et mette en place une politique calquée sur le modèle australien. L’UE devrait aussi exercer des pressions sur la Turquie qui laisse s’embarquer des dizaines de milliers de clandestin depuis ses plages, quitte à adopter des sanctions économiques contre ce pays qui se prétend notre allié mais qui combat les Kurdes en Irak et en Syrie aux côtés de l’État islamique et dans lequel les terroristes de l’EI viennent se soigner de leurs blessures de guerre.
Seulement la plupart des pays de l’UE refusent de jouer le jeu. C’est le cas de la France et de l’Allemagne, et aussi de tous ceux qui demandent une répartition automatique et obligatoire des immigrants clandestins arrivant en Italie, en Grèce ou en Hongrie, ce qui ne peut qu’inciter un plus grand nombre encore à venir chercher de meilleurs conditions de vie en Europe, ou à venir coloniser nos pays dans le but de les islamiser. C’est ainsi que le 17 septembre, le Parlement européen votait avec l’appui des socialistes et d’une majorité du groupe PPE dont font parti les députés français LR (ex UMP), le système de quotas obligatoires et automatiques proposé par la Commission. Les Hongrois, qui pourtant bénéficieraient de cette distribution automatique, n’en veulent pas car ils savent bien que cela ne fera qu’aggraver le problème en envoyant un signal à tous les millions d’immigrants potentiels d’Afrique et du Moyen-Orient. On leur prendra quelques dizaines de milliers de demandeurs d’asile et ils en verront débouler plusieurs centaines de milliers à leur frontière.

C’est pourquoi, face à l’hypocrisie, l’égoïsme, l’arrogance et la trahison des gouvernements des grands pays de l’UE, ce petit pays de 10 millions d’habitants a fait le choix de dresser une clôture sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie et annonce aujourd’hui son intention de prolonger cette clôture le long de sa frontière avec la Roumanie et la Croatie. C’est pourquoi aussi tant de pays de l’espace Schengen rétablissent aujourd’hui les contrôles à leurs frontières avec les autres pays membres. Ce n’est pas Viktor Orbán qui a saboté l’Europe sans frontières, ce sont des gens comme Merkel, Sarkozy, Hollande et Juncker.

Et c’est pourquoi, ainsi que l’annonce le maire d’Assothalom aux centaines de milliers d’immigrants en situation irrégulière qui continuent d’affluer, la Hongrie est pour eux un mauvais choix et Assothalom, une petite commune rurale qui était jusqu’à récemment submergée par les immigrants clandestins et les immondices que ceux-ci laissaient sur leur chemin, est devenu pour eux le pire des choix. Car en Hongrie, le franchissement illégal de la frontière est désormais un délit passible de 3 ans de prison, et même de 5 ans pour ceux qui abîmeraient au passage la clôture. Ce qui n’interdit pas aux vrais réfugiés de se présenter aux postes frontières et de demander l’asile.

Traduction :
Je suis le maire d’Assothalom et je vis à la frontière serbo-hongroise.
Tous ceux qui respectent nos lois et entrent dans notre pays par un point de passage frontalier sont les bienvenus.
Mais ceux qui cherchent à passer notre frontière illégalement peuvent facilement finir en prison.
À partir d’aujourd’hui, 15 septembre, en Hongrie traverser la frontière illégalement est un délit. Endommager la clôture construite le long de la frontière est aussi un délit grave.
Les deux faits sont passibles de prison et d’expulsion pour plusieurs années du sol hongrois.
Désormais, les frontières de la Hongrie sont protégées par une clôture dont la construction se poursuit,
et aussi par des milliers de policiers et par l’armée hongroise.
Sur le territoire d’Asotthalom, la police et l’armée sont soutenus par des militants, des gardes champêtres et des gardes civils.
Si vous êtes un immigrant illégal et que vous voulez vous rendre en Allemagne,
la route la plus courte depuis la Serbie passe par la Croatie et la Slovénie.
Ne croyez pas les passeurs qui vous mentent,
la Hongrie est un mauvais choix,
Assothalom est le pire des choix.

On dirait bien que l’appel à l’aide du maire (Jobbik) d’Assothalom a été entendu !

C’est sûr que ce n’est pas très sympa pour les Croates…

 

Mais bon, puisqu’Angela Merkel a montré la voie et que c’est chacun pour sa gueule…

D’ailleurs même en Allemagne elle est de plus en plus critiquée. D’abord par la Bavière et la CSU, avec notamment le chef de la CSU, le parti frère de la CDU de Merkel, qui a déclaré dans les médias à propos de la chancelière que « Sa politique vis-à-vis des réfugiés est illogique et n’a fait que semer le chaos », et que « Les laisser entrer en Allemagne sans les avoir enregistrés était irresponsable ». Des craintes confirmées par la disparition récente de 192 « réfugiés » qui avaient été embarqués dans un train de Munich à Berlin, et aussi par l’arrestation parmi les « réfugiés » de plusieurs centaines d’islamistes supposés par la police en Bavière. Sans parler des Salafistes qui viennent recruter parmi les nouveaux arrivants.
Une partie de la presse critique elle aussi durement la politique d’Angela Merkel, comme Die Welt où elle a été accusée par ses décisions arbitraires de « ruiner la solidarité européenne et de montrer l’arrogance de la puissance allemande ». Une partie des médias a bien remarqué qu’en invitant les immigrants à venir sans s’être déclarés à la frontière du premier pays de l’UE où ils arrivent, Angela Merkel avait mis ses partenaires européens devant le fait accompli et avait violé la Convention de Dublin. En faisant volte-face et en rétablissant les contrôles aux frontières, l’Allemagne s’est ensuite rendue responsable du chaos et des émeutes dans les Balkans, avec la Hongrie, la Croatie et la Slovénie qui essayent tant bien que mal d’arrêter ces hordes d’envahisseurs et la Serbie qui ne veut à aucun prix qu’ils restent bloqués sur son territoire.

D’un autre côté, à défaut d’une action commune européenne efficace, la deuxième meilleure solution, c’est qu’un maximum de pays fassent comme la Hongrie. Avec des frontières et des clôtures à toutes les frontières, et avec le risque de se retrouver en prison pour plusieurs années avant d’être expulsé vers son pays d’origine, il deviendra tellement difficile pour tous ces clandestins d’atteindre l’Allemagne par la route des Balkans, que le nombre de ceux prêts à tenter l’aventure va forcément se raréfier.

En Hongrie en tout cas, même des médias généralement opposés à Viktor Orbán soutiennent sa politique face aux immigrants-envahisseurs et critiquent la naïveté européenne et cette politique qui entretient chez les populations d’Afrique et du Moyen-Orient l’espoir de pouvoir venir vivre sur notre continent. Et les enquêtes d’opinion montrent aussi que le gouvernement hongrois jouit d’un regain de popularité à la faveur de sa lutte contre l’immigration clandestine massive. Selon les plus récents sondages, s’il y avait des élections aujourd’hui, le Fidesz pourrait compter sur le soutien de 38 % des électeurs, le Jobbik qui est encore plus anti-immigration sur 25 % et les socialistes seulement sur 21 %. Pour 66 % des personnes interrogées les « réfugiés » représentent une menace pour leur pays et seuls 19 % considèrent que la Hongrie a l’obligation de les accueillir.

Autres articles

57 Commentaires

  • MCT. , 20 Sep 2015 à 5:12 @ 5 h 12 min

    Très bon article. Bravo la Hongrie et merci à ce maire qui est pleinement dans son rôle. Hollande, Merkel et la clique sont des dangers publics sans cervelle pour tous les européens.
    C’est p’être eux qui devraient faire un tour en prison pour autant d’inconséquence…

  • jsg , 20 Sep 2015 à 7:13 @ 7 h 13 min

    Critiquer ces pays qualifiés “de l’Est” par des connards de journaleux au cerveau imbibé d’humanisme bisounours, ne va pas dans le sens de l’histoire.
    Les idéologues qui s’arrogent le droit de “faire l’histoire” en la dévoyant dans le sens de leur culture soixantehuitarde, ne sont que de tristes citoyens n’ayant pas le sens de la gouvernance.
    Quand Viktor Orban voulait aider les réfugiés politiques et de guerre en faisant le tri d’avec les musulmans, il ne faisait qu’avancer une idée pragmatique. Cette Europe avec ses technocrates bien au chaud à Bruxelles, qui par leur non décision, leur refus de voir clairement où se situe l’avenir de ce continent qui n’en est pas encore un…
    Pour le moment, nous savons que la stratégie de l’Islam est d’essemer des pratiquants, des familles, des individus dans un milieu Européen qui s’est bâti sur la chrétienté.
    Cette culture qui a souffert des tentatives d’invasions et conquêtes des Turcs depuis le 15eme siècle est d’évidence ce qui provoque la réaction franche et justifiée de monsieur Orban.
    Alors, vous, tous, les pleurnichards, humanismes de conviction, respectables dans vos idées théoriques, redescendez sur terre avant qu’il ne soit trop tard. Vous verrez, s’il est préférable d’avoir une église qui sonne encore timidement le dimanche pour indiquer la messe -sans conséquences si vous ne vous y rendez pas- ou, les gueulantes gutturales qui vous imposent plusieurs prières par jour, vous imposent de ne plus manger de porc, de faire un jeun affligeant, et que votre femme sera obligée de porter pour le moins un foulard sur la tête.
    Dans le contexte actuel, peut-être que la Hongrie aurait créé des centres pour chrétiens et d’autres pour les Musulmans. Un homme est un homme, mais l’actualité présente prouve tous les jours, que ce n’est pas l’analyse qu’en font les fondamentalistes (modéré réveillé).
    Oui, -en ne perdant pas de vue l’expensionisme Russe- monsieur Poutine avance une théorie juste; oui il a berné tous les intellectuels, stratèges et théoriciens, analystes Européens qui nous rebattent les oreilles de leurs certitudes nous plongeant dans la décadence.
    Contrairement à ce que les intellecteuls auto-proclamés avancent, pour se donner de l’importance; les idées simples régissent le monde et donnent de l’espoir aux peuples.
    JSG

  • pier , 20 Sep 2015 à 8:09 @ 8 h 09 min

    Est il difficile d ‘obtenir la nationalité HONGROISE pour 1 français de souche ?
    il doit y faire meilleur qu ‘en Russie
    Courage fuyons …….!

  • jsg , 20 Sep 2015 à 8:59 @ 8 h 59 min

    En appliquant le dicton comme quoi, les peuples ont les gouvernements qui leur conviennent, il faut demander aux Russes s’ils sont malheureux dans leur Sainte Russie comme ils pensent.
    Quant à réclamer la nationalité d’un pays, c’est déjà renier ses origines ! non ?
    Que pensez-vous sincèrement de gens qui laissent aux autres le soin de défendre les frontières du pays qu’ils fuient ? On s’apitoie sur les dégâts collatéraux des bombardements des alliés en Syrie, Irac et autre lieux de quiétude…, et ceux supportés en 1944 par les normands de la part des alliés? Est-il plus d’être un enfant d’ailleurs qu’un enfant mort lors du débarquement ?
    Arrêtons, les gens qui ne veulent pas se défendre, ont-ils réellement le droit d’exiger des autres de le faire à leur place ?
    Je n’en suis pas certain.
    Le monde marche sur la tête.

  • Pierre 17 , 20 Sep 2015 à 10:07 @ 10 h 07 min

    Ces migrants renient leur patrie, veulent garder leurs traditions ancestrales et profiter du fruit de notre travail. Les musulmans volent, tuent, égorgent et décapitent. Vivent ceux qui résistent à cette invasion inquiétante. Mort à tous ceux qui nous trahissent au nom d’un humanisme de mauvais aloi !

  • Manuel Atréide , 20 Sep 2015 à 12:08 @ 12 h 08 min

    @ l’auteur

    “Avec 191 702 entrées du 1er janvier au 14 septembre, la Hongrie est le pays qui a eu à supporter le plus gros afflux d’immigrants cette année. Pour un pays de 10 millions d’habitants c’est beaucoup”

    Ca fait un mouvement de migration de 1,91% de la population en 9 mois. Excusez moi, mais ce n’est pas du tout ingérable, contrairement à ce que vous dites. C’est d’autant moins ingérable que l’immense majorité de ces gens ont traversé le pays pour aller ensuite en Allemagne, en Scandinavie, au Royaume Uni (très peu veulent venir en France).

    Ce qui pose problème, en fait, c’est un gouvernement qui refuse absolument de prendre la situation à bras le corps et de la gérer correctement. Ce qui pose problème, c’est la vision politique d’un pays qui est au coeur de l’Europe, qui a une vision ultra nationaliste – donc qui se réfère en permanence au passé d’envahisseur du peuple magyar – et qui, pour des raisons idéologiques – l’étranger est toujours un ennemi – crée des situations de souffrance terribles en même temps que des tensions diplomatiques intenses à ses frontières.

    La crise des réfugiés n’est complexe que parce que les européens refusent totalement de prendre la moindre part. Si nous accueillons cette année 1,5 millions de personnes sur le continent, ce ne sera que 0,25% de notre population globale : nous sommes 500 millions.

    A titre d’exemple, le Liban accueille plus plus d’un million deux cent mille réfugiés syriens, pour une population totale de 4 millions de libanais. Nous sommes au delà des 25% dans ce pays.

    Votre égoisme forcené, couplé à une radinerie sans limite, vous fait adopter un comportement répugnant. Vous êtes prêts à accepter la mort de dizaines de milliers de personnes pour ne pas être dérangés dans votre petit quotidien.

    Je ne sais même pas comment vous avez encore le culot de rentrer dans une église sans avoir le rouge au front.

  • Olivier Bault , 20 Sep 2015 à 13:21 @ 13 h 21 min

    Les règles européennes font que même si ces immigrants en situation irrégulière ne font que passer en Hongrie, leur pays de destination aura toujours la possibilité de les expulser vers la Hongrie, premier pays d’arrivée dans l’UE.
    191 702 personnes en un peu plus de 8 mois, mais le flux d’arrivée sur les îles grecques continue de s’amplifier, transformant la vie des habitants en enfer. Accueillir ces gens-là, c’est inciter des millions d’autres à venir illégalement, ce que les Hongrois ont compris, contrairement à vous.
    Avec les futurs regroupement familiaux et les naissances, si les Hongrois acceptaient ou se laissaient imposer ne serait-ce que cent mille immigrants musulmans par an, combien d’année faudra-t-il avant qu’ils soient un million, puis deux, puis trois, … ?
    Les Hongrois ont aussi bien compris les conséquences que cela aura sur l’Europe et, en tant que membre de l’Union européenne qui sait prendre ses responsabilité, le gouvernement hongrois est aussi guidé par l’intérêt général des Européens, contrairement à Hollande ou Merkel qui se moquent bien des conséquences de leurs décisions sur les autres pays et qui ne pensent qu’à essayer de plaire aux journalistes des grands médias de leur pays dont les opinions n’ont pas grand chose avoir avec les opinions de la plupart des gens. Eux, ils pensent aux prochaines élections, tandis qu’Orban pense à l’avenir à long terme de son pays et de la civilisation européenne.
    Vous m’accusez d’être égoïste, mais la politique européenne que vous soutenez fait des milliers de morts rien qu’en Méditerranée, sans compter ceux qui meurent en route ou souffrent mille sévices avant d’arriver sur la côte méditerranéenne. Mais cela, je suppose que vous vous en moquez, du moment que vous vous donnez bonne conscience, les conséquences réelles sur des personnes réelles ne vous intéressent pas, je suppose. Et je suppose que vous vous moquez aussi de ce que doivent supporter les habitants sur les passages de ces foules revendicatives et souvent agressives d’immigrants qui franchissent les frontières sans y être autorisés.
    Quand à l’enseignement de l’Église, la foi chrétienne et l’éthique chrétienne, d’après vos commentaires sur ce site, je ne crois pas que vous soyez un spécialiste de la question même si vous aimez donner des leçons de christianisme.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France