Vers un renouveau éthique ?

Tribune libre de Marc Crapez*

Évitons les sécessions qui s’affranchissent de la morale commune, quel qu’en soit le prétexte, y compris celui d’échapper à l’impôt.

D’un naturel conciliant, François Hollande ne se reconnaît que deux ennemis : le « libéralisme effréné » et le « populisme » qui menacerait de ne faire « qu’une bouchée » de nos démocraties. Antilibéralisme, anti-populisme, les deux filons les plus inusables des élites. Le premier, le libéralisme, est censé avoir enfanté la crise de 2008, tandis que le second, le populisme, est supposé menacer de rafler la mise. Cette interprétation remet au goût du jour la vieille thèse du capitalisme faisant le lit du fascisme.

Le point commun entre Bayrou, Le Pen et Mélenchon est d’avoir ramassé, sur le bas-côté où l’avaient jetée les élites, la vieille morale républicaine. Ils ont raison sur ce point. La priorité serait de traiter les problèmes. Pas de critiquer Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen, qui représentent des familles politiques minoritaires dont les scores électoraux stagnants ne menacent en rien la démocratie. Quant à parler de « radicalisation » au sujet des manifs hostiles au mariage unisexe, c’est oublier les violences et déprédations qui ponctuèrent les fins de cortège des grandes manifs comme celle contre le CPE.

Petite voix intérieure

En revanche, la démocratie est menacée par quelque chose qui dépasse le seul cas Cahuzac. Avant Cahuzac, on apprenait que certains cardinaux n’ont pas eu le droit de participer à l’élection du Pape pour cause de mauvaises mœurs. Après Cahuzac, le grand rabbin de France avoue plagiat, mensonge et usurpation du titre d’agrégé. Bref, à qui peut-on encore se fier ? Certes, ça a toujours existé et l’impression d’amoralité actuelle est partiellement due à davantage de transparence.

Mais chez les puissants, s’éclipse la petite voix intérieure qui dicte à chacun de considérer certaines conduites comme répréhensibles. Je l’ai souligné dans mon livre Un besoin de certitudes. Anatomie des crises actuelles : Les années 1980 sacralisent des élites agissant en roue libre. Des élites surprotégées cumulent richesse et bonne conscience à toute épreuve. En France, François Mitterrand est admiré car il est « très fort », son ministre Bernard Tapie parce qu’il est « malin ».

Plusieurs décennies de propagande post-soixante-huitarde ont laminé les valeurs, les devoirs, l’exemplarité. Il va falloir les refonder. Un retour de balancier est nécessaire. Pour rééquilibrer la situation. Pas pour restaurer un autoritarisme sourcilleux ou un moralisme suspicieux auxquels personne ne songe.

Mais les idéologues qui ont orchestré le déferlement de propagande permissive défendent leur bilan et le statu quo. Habiles, ils ne disconviennent pas de la nécessité d’un certain recentrage, mais torpillent cette aspiration en émettant des objections tactiques et instrumentales : jusqu’où irait-on ? à qui cela profiterait-il ? À cet obstacle, s’ajoutent diverses tentatives de sécession, dont une forme de révolte du contribuable qui nourrit le désarmement éthique et le désarroi existentiel de la France.

Le « Fatca » de 2010 permet au fisc américain d’être informé de l’ouverture de comptes à l’étranger de ses ressortissants. Pour combattre la fraude fiscale, les États-Unis disposent de moyens d’écoutes, d’investigation ou de récupération de listings. Le capitalisme anglo-saxon, honni comme ultra-libéral, est beaucoup plus rigoureux qu’en France, où la pression fiscale, chargée de subventionner le pseudo-modèle social, va de pair avec un laxisme non seulement budgétaire mais fiscal.

Au Royaume-Uni, en mai 2012, le chancelier de l’Echiquier George Osborne a réprouvé comme « moralement répugnant », non seulement la fraude, mais même l’optimisation fiscale (« tax avoidance »). La règle générale anti-évitement (GAAR en anglais) devrait permettre de juger illégales les tactiques d’évitement fiscal dont chacune des étapes est légale, mais dont l’addition contourne l’esprit de la loi. Le pays des libertés individuelles élargit ses moyens d’investigation et de répression, comme il l’avait déjà fait dans le domaine de la lutte antiterroriste.

*Marc Crapez est chroniqueur et chercheur en science politique.

Autres articles

18 Commentaires

  • Marie Genko , 21 Avr 2013 à 17:49 @ 17 h 49 min

    @Charles,

    Entièrement d’accord avec vous, Flamby ne peut pas réussir…C’est tout à fait évident!

    Mais le titre le l’article de Marc crapez est :
    “Le renouveau éthique”

    Un Etat est sain quand l’ensemble de sa population est saine.
    Si chacun d’entre nous s’occtroie le droit de voler l’Etat, ce qui se fait hélas depuis des lustres dans notre pays, ne nous étonnons pas que nos finances aillent aussi mal que possible!

    Depuis la fin des années du général De Gaulle, les gouvernements successifs de notre pays ont fait marcher la planche à billets pour donner l’illusion de la bonne marche de l’économie!

    Ce qui est une forme de malhonnêté aussi….!!!

    Il me semble qu’une prise de conscience collective doit se faire dans le domaine de la probité de chacun d’entre nous…

  • Delaye , 22 Avr 2013 à 12:48 @ 12 h 48 min

    On peut se demander si voler l’état qui nous vole est réellement répréhensible! Nul (ou presque) ne songerait à frauder si les incapables qui nous gouvernent depuis 4 ou 5 décenies n avaient rendu insupportable le poids de l impôt, tout comme l utilisation de la planche à billets, en en redistribuant une grande partie à des parasites étrangers qui ont des droits, mais pas de devoirs

  • Marie Genko , 22 Avr 2013 à 13:14 @ 13 h 14 min

    Ce n’est pas parce que nous avons tous lu l’histoire de Robin des Bois que nous devons être d’accord avec le principe qu’il est admissible de voler les voleurs!

    Faillir à l’éthique de la PROBITE à l’échelle d’une Nation, c’est le début de la Fin de cette Nation!

    Regardez l’URSS elle s’est effondrée sur elle-même, justement parce que le régime communiste ne permettait aux gens de survivre qu’en volant !

    Gardons nous du VOL, soyons tels que nous voudrions que soient chacun des Français!
    Lorsque notre Société sera à nouveau majoritairement intègre, nous verrons les jours heureux revenir pour notre beau pays!

    Huitième Commandement de Moïse:

    Tu ne voleras pas

    Vieux proverbe français:

    “Qui vole un oeuf vole un boeuf”

  • Delaye , 23 Avr 2013 à 11:47 @ 11 h 47 min

    proverbe d’ailleurs stupide, contrairement à la majorité des proverbes

  • Marie Genko , 23 Avr 2013 à 11:54 @ 11 h 54 min

    @ Delaye,

    Cher Monsieur,

    Vous êtes libre de vos appréciations…

    Personnellement je crois beaucoup au bon sens populaire.

    Amicalement MG

  • itou , 23 Avr 2013 à 15:33 @ 15 h 33 min

    Quelle naïveté. Comment imaginer qu’un renouveau éthique puisse restaurer les comportements pour un plus grand bien commun. L’éthique n’est qu’une déclinaison édulcorée de la morale chrétienne pour gens refusant l’ordre moral. Solon l’athénien, pensait que la démocratie ne pouvait subsister sans vertu civique. Napoléon, qui ne voulait pas régner sur une France anarchique post révolutionnaire a dû commencer par restaurer l’ordre et la morale en France. C’est ainsi qu’il justifia le Concordat avec Rome, auprès de ses soutiens jacobins et maçons. Depuis, la république a subsisté en France parce qu’il existait encore un solide fonds chrétien, une morale et une vertu civique qui allaient de paire. Aujourd’hui on considère que tout cela est dépassé. Maintenant, chacun fait sa propre petite cuisine individualiste selon ce qui l’arrange, souvent au détriment du bien commun. Comment en serait il autrement quand les élites donnent le mauvais exemple, depuis que l’on a remisé la foi et sa morale au domaine strictement privé et que l’état s’est séparé des forces spirituelles par les lois de 1905. La république maçonnique n’arrive plus à elle seule à animer un régime qui se glorifie de s’être affranchi de la morale chrétienne. Désormais la république affiche une pitoyable inversion des valeurs. Elle est loin l’époque où les valeurs chrétiennes faisait la grandeur des nations européennes et en particulier le rayonnement de la France. Le monde actuel refuse la morale, relisez les qualificatifs qu’utilise Crapez pour en parler : morale autoritaire, sourcilleuse suspicieuse, personne n’y songe… tout est dit. Après le refus de l’ordre moral ne nous étonnons pas que règnent désormais le désordre et l’immoralité et que l’état soit pillé à tous les niveaux.

  • Marie Genko , 23 Avr 2013 à 20:06 @ 20 h 06 min

    @itou,

    Je vous suis complètement!

    Vous avez raison lorsque vous écrivez:

    “Solon l’athénien, pensait que la démocratie ne pouvait subsister sans vertu civique.”

    Et vous avez toujours raison lorsque vous écrivez:

    “Depuis, la république a subsisté en France parce qu’il existait encore un solide fonds chrétien, une morale et une vertu civique qui allaient de paire”

    La question qui me semble primordiale est pourquoi l’Europe a-t-elle perdu sa Foi?

    Tant que nos Nations ne retrouverons pas la Foi et ne la vivrons pas dans leurs actes, nous continuerons à nous précipiter vers le gouffre sans fond du changement de nos Sociétés et de leur pourrissement….
    Comment voulez-vous que nos politiques soient des exemples alors qu’ils sont athées et qu’ils ont été élus grâce à leurs mensonges!

Les commentaires sont fermés.