Histoire des rapports France-Algérie ou l’infamie d’une repentance illégitime (1/3)

Tribune libre de François Préval*

François Hollande l’avait promis dans son programme, il l’a fait, il a condamné solennellement la répression de la manifestation FLN du 17 octobre 1961. Avec moult trémolos et solennités, le chef de l’État fraîchement élu a, avec la bénédiction des grands médias, des élites gauchistes et des associations stipendiées, flétri l’action de la France et rendu hommage à ses ennemis. Encore une fois, nous avons versé dans la repentance la plus honteuse et la plus injustifiée et, encore une fois, tout le monde (ou presque) a accepté que soit salie la France et son histoire. Cet acte de repentance n’a pourtant absolument pas lieu d’être, non seulement parce qu’il repose sur des mensonges avérés (nous y reviendrons plus en détail) mais aussi parce qu’il fait totalement abstraction d’un contexte propre très particulier, celui de la Guerre d’Algérie. Il importe de connaître réellement cette période de notre histoire ainsi que celles qui l’ont précédées, celle des attaques des pirates barbaresques qui écumèrent l’Europe côtière jusqu’au XIXe siècle et bien sûr celle de la période coloniale française de l’Algérie…

I – XVIe-XIXe siècles, les razzias des barbaresques

À partir de 1515, l’Algérie et la Tunisie sont sous domination ottomane. Les Européens y possèdent cependant plusieurs enclaves : les Espagnols ont conquis Melilla en 1497, Mers-el-Kébir en 1505 et Oran en 1509, les Portugais ont fait de même avec Ceuta en 1415, Alcacer-Ceguer en 1458 et Tanger en 1471. Si des Européens se lancent dans l’annexion de villes d’Afrique du Nord, c’est autant pour assurer leur empire commercial naissant que pour prolonger la reconquista qui s’est achevée récemment en 1492 avec la prise de Grenade et pour empêcher les attaques de pirates barbaresques contre leurs flottes. Si ce danger existe dès le Haut Moyen Âge, il va s’amplifier avec la mainmise ottomane sur la région. Ces pirates se spécialisent dans l’attaque et le pillage de navires marchands européens ainsi que dans la capture et la mise en esclavage d’Européens. Leurs repaires principaux sont à Mahdia, Bougie, Tunis et Alger. Leur audace ne connaît pas de limite et ils n’hésitent pas à débarquer sur des côtes européennes, voire à y construire des places fortes. Ce phénomène concerne toute l’Europe occidentale : au XVIIe siècle, période d’apogée des barbaresques, les pays nordiques sont sévèrement touchés, l’Angleterre en 1625, l’Islande en 1627 et l’Irlande en 1631. Mais ce sont surtout les populations de pays limitrophes, Espagnols, Portugais, Italiens et Français qui en souffrent le plus. La défaite ottomane de Lépante face à la Sainte-Ligue et la destruction de la flotte turque, si elle porte un coup à la domination ottomane en Méditerranée, ne met nullement fin à ces pratiques (pas plus qu’à la présence turque en Europe). D’ailleurs, en grande majorité, les autorités politiques des nations européennes s’avèrent longtemps impuissantes à combattre cette menace, aussi bien par pusillanimité et lâcheté que par incapacité matérielle et incompétence. Seuls des ordres religieux (comme les Trinitaires ou l’Ordre de Notre-Dame-de-la-Merci) viennent en aide aux esclaves européens et les rachètent. Même si les sources varient concernant le chiffre total, on estime à plus d’un million le nombre d’Européens chrétiens qui auraient été ainsi déportés en esclavage entre le début du XVIe et la fin du XVIIIe siècle. Pourtant, des réactions se font jour au XVIIe siècle, des batailles sont livrées aux flottes ottomanes et algéroise comme à Valona en 1638, Cherchell en 1665 ou Bougie en 1671, notamment par des États italiens (Venise et la Toscane), mais aussi par la France et l’Angleterre. Ce ne sera cependant qu’au début du XIXe siècle que débutera une réaction décisive de la part de l’Occident. À ce moment, l’Algérie (en fait la bande côtière entourant Alger) est régie par les Deys depuis 1671, lesquels ont obtenu l’autonomie de la part du sultan depuis 1711. Cela ne change évidemment rien aux rapines des pirates du Maghreb qui continuent de plus belle. Mais cette fois, le rapport de force va basculer en faveur de l’Occident. Celui-ci commence à vivre les effets de la révolution industrielle et de la modernisation qui s’ensuit. Si l’Espagne n’est plus une grande puissance maritime et n’a plus de territoire au Maghreb (perdus au XVIIIe siècle), les États-Unis et la Grande-Bretagne entrent en jeu. Disposant d’une marine de guerre puissante et moderne, décidés à défendre leurs ressortissants et à ne plus payer de tribut, les deux pays vont livrer une guerre féroce aux barbaresques. Les États-Unis ouvrent les hostilités avec la Guerre de Tripoli (ou première guerre barbaresque) en 1801-1805, qui voit la flotte américaine détruire les navires des régences d’Alger, Tunis et tripoli et bombarder la ville de Tripoli. Suite au traité signé en juin 1805, les États-Unis sont libérés de l’obligation de payer un tribut aux États barbaresques. Mais, profitant de la guerre américaine avec la Grande-Bretagne en 1812, ces derniers relancent leurs attaques, ce qui abouti à une deuxième guerre barbaresque qui voit une nouvelle fois la victoire américaine. Des prisonniers européens sont libérés et l’absence de paiement de tributs est confirmée. En 1816, la Grande-Bretagne emboîte le pas à Washington et envoie à son tour une flotte devant Alger pour libérer ses ressortissants prisonniers. Suite au bombardement de la ville, plus de mille esclaves chrétiens et le consul britannique sont libérés. C’est alors le début de la décadence des États barbaresques de Tunis, Alger et tripoli, mais le danger qu’ils constituent existe toujours, les actes de piraterie se poursuivant. Ce sera finalement le Royaume de France qui y mettre afin avec la prise d’Alger en juillet 1830 suite à l’affaire de l’éventail concernant le dey d’Alger et le consul de France en avril 1827 et au bombardement du navire La Provence en août 1829.

*François Préval est docteur en Histoire.

Rendez-vous jeudi sur Nouvelles de France pour la suite !

Autres articles

51 Commentaires

  • Gérard , 24 Oct 2012 à 16:25 @ 16 h 25 min

    TAHAR ! J’ajoute une suite à ce cours magistral de François Préval ! Vous devriez dire merci à la France de vous avoir colonisés. N’oubliez pas que l’Algérie n’existait pas avant 1830. N’oubliez pas que ce pays n’avait aucune gouvernance. N’oubliez pas que les 1000 tribus qui vivaient sur ce territoire se faisaient une guerre endémique. N’oubliez pas que Ferrat Abbas lui même a dit : “J’ai parcouru les cimetieres à la recherche de l’âme de la Nation algérienne et je ne l’ai pas trouvée” . Preuve que cette Nation n’existait pas et que les Romains, ni les Arabes n’avaient réussi à la constituer avant l’arrivée des Français. N’oubliez pas que l’Algérie n’avait aucune frontière bien définie et que ce sont les Français qui vous ont laissé un territoire grand comme 5 fois la France. N’oubliez pas que vous existez aujourd’hui au rang des Nations de l’ONU grace à la France. Je me fous complètement que la France vous ait laissé des écoles, des routes, des hopitaux, des trains, des aéroports et même du pétrôle. Je me fous que la France vous ait remis en mains propres un pays prospère et je me fous complètement de savoir ce que vous en avez fait …. mais vous pourriez avoir la décence de reconnaître que vous existez grace aux sales colonialistes que nous sommes …. pour votre plus grand malheur !

  • jejomau , 24 Oct 2012 à 16:40 @ 16 h 40 min

    @Thierry Zureck

    Vous êtes sûrement un grand menteur : Les jean-Jacques Bourdin, les Elkabbach et tous nos grands penseurs médiatiques nous affirment bien que le pays qui les paye grassement en les exemptant d’impôts par ailleurs.. est un sale pays raciste massacreur de pauvres algériens innocents !

    Cessez de faire l’hypocrite : la France et ses salauds de policiers ont massacré des centaines de milliers d’Algériens ce jour-là. Des torrents de sang ont envahi la cathédrale. La Seine était rouge. SI, si… Les médias pré-cités et bien d’autres nous le disent quotidiennement. Donc ils ont raison… Puisqu’ils ont la science infuse.. C’est que c’est vrai !

  • Goupille , 24 Oct 2012 à 16:49 @ 16 h 49 min

    Heureusement que le colonisateur vous a laissé un pays clés en mains…
    Sinon, ce serait encore bourricot et dattes qui tombent de l’arbre.

  • Goupille , 24 Oct 2012 à 16:57 @ 16 h 57 min

    Sans compter tous les Slaves, razziés par des autochtones, négociés et convoyés par des diasporiques partout installés que nous ne nommerons pas, à destination de Venise, où les hommes étaient castrés avant envoi au Grand Mamamouchi, qui adorait les blondes pour ses bordels…

    Pensez-y, la prochaine fois que vous roucoulerez sous le Pont des Soupirs.

  • Goupille , 24 Oct 2012 à 17:00 @ 17 h 00 min

    Sabir, sabir…

  • Goupille , 24 Oct 2012 à 17:16 @ 17 h 16 min

    Roger Holleindre a fait paraître quelques petits bouquins parlants…
    Où l’on voit comment les chirurgiens français ont du inventer des techniques nouvelles de reconstruction faciale après les amputations des lèvres et du nez que le FLN infligeait aux “indigènes” qui ne pliaient pas devant eux, ou qui, plus simplement, fumaient des brunes, tabac français.

    La sauvagerie à l’état brut.

  • Delaye , 24 Oct 2012 à 17:21 @ 17 h 21 min

    Honte à Normal 1er de salir la France en s’applatissant devant des gens qui sont nos ennemis, à l’intérieur comme à l’extérieur, et qui se gardent bien, eux, de reconnaître leurs exactions, qui nous ont fait payer le pétrole plus cher que partout, qui perçoivent encore des retraites pour des soi-disant centenaires morts depuis des décenies et dont les descendants pourissent nos banlieues avec la bénédiction des collabos de droite ou de gauche; la France n’a rien à se reprocher, ni pour cette manifestation interdite, ni pour l’esclavage, et les “repentances” honteuses des descentes de lit qui nous gouvernent sont le fait d’incapables veules et lâches, traîtres à leur pays (je ne dis pas leur patrie car ils n’en ont pas). J’ai honte d’être française et je me demande jusqu’à quel degré de pourrissement les écolo-socialo-communistes vont mener ce pauvre pays où il faisait bon vivre autrefois.

Les commentaires sont fermés.