La Turquie d’Erdogan un danger pour l’occident

La Turquie d’Erdogan un danger pour l’occident

Depuis quelque dix ans votre serviteur s’emploie à souligner la dérive annoncée d’Erdogan aujourd’hui président. Les faits ont donné raison à Cassandre. L’occident a longtemps admiré ce pays comme continuateur de la laïcité et de l’européanisation. On a cru définitives les conceptions de Mustafa Kemal. Or, cette illusion ne peut plus être entretenue innocemment. Elle n’aveugle plus que les gens désinformés par les laudateurs et les obligés de son gouvernement.

Maintenant, depuis le 20 janvier à 14 heures GMT, et c’est une opération militaire qui se déroule. Elle confirme l’objectif profond du mégalomane d’Ankara. L’armée turque opère en territoire syrien, contre Afrin d’abord puis contre Azaz. Avec une incroyable impudeur cette agression a été gratifiée du nom d’Opération Rameau d’Olivier.

Sous prétexte de combattre le terrorisme elle attaque donc, à Afrin, les Kurdes de Syrie. Chacun devrait se souvenir qu’il s’agit en l’occurrence des héros, combattants et combattantes, qui furent les libérateurs de Kobané en janvier 2015.

Sous n’importe quel prétexte, Erdogan avance ses pions. On pourrait de ce point de vue saluer le professionnalisme cynique de la diplomatie turque. Elle dissimule à peine son but véritable, de moins en moins caché, la restauration de l’empire ottoman.

Et la présente pénétration en territoire syrien, peut être considérée comme un prélude à la conquête.

Le 21 janvier devant ses partisans enthousiastes le président dictateur turc annonçait qu’il ne reculerait pas, se prévalant d’un hypothétique soutien diplomatique de Moscou, ennemi héréditaire pourtant de la Sublime Porte.

Il fait référence à un entretien du 12 janvier entre son ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu et son homologue russe, Sergueï Lavrov. Cette réunion est censée avoir défini une position commune russo-turque dans la guerre de Syrie.

Depuis, lui-même plus prudent que ses interlocuteurs, Sergueï Lavrov a surtout fait référence aux désaccords avec les Américains. Dans sa dialectique coutumière ceci est supposé tout justifier.

Mais il a surtout démenti l’hypothèse que Moscou se retirerait de la région, ayant toujours entretenu des liens privilégiés avec divers partis kurdes.

Cette situation semble d’autant plus paradoxale cependant que la Turquie demeure toujours membre de l’OTAN.

Peu nombreux sont hélas en occident ceux qui mesurent la menace associée à la Turquie d’Erdogan que l’on retrouve aussi associée à la plupart des dossiers de l’immigration illégale.

En 1946, “alors que le kémalisme fascinait une partie des élites européennes”, note le chroniqueur alsacien Charles Haegen l’historien René Grousset (1885-1952) énonçait “des vérités que le nouveau Sultan n’aimerait pas entendre. (1)”

Sur les effets dévastateurs de la domination turque, Grousset écrivait : “Ce que les Osmanlis apportaient en terre européenne, c’était la rupture brutale du développement culturel. Dans les pays chrétiens où leur régime s’imposa, toute pensée libre, et tout progrès scientifique et intellectuel furent pour longtemps arrêtés. Aucun affranchissement des consciences ou des sociétés ne devint possible. Les institutions politiques ne purent s’élever au-dessus du plus primitif despotisme. Une partie de la population européenne se trouva retranchée de l’Europe.”

Le 6 janvier, le quotidien Le Monde titrait : “Toujours plus isolé diplomatiquement, le président turc doit impérativement renouer avec les pays de l’Union européenne.”

Ceci était censé illustrer et finalement défendre la démarche très suspecte de Macron recevant Erdogan.

Le 12 décembre à Istanbul, Erdogan accueillait une réunion des 57 pays de l’Organisation de la Conférence Islamique regroupant tous les pays majoritairement musulmans. Leurs représentants étaient convoqués par Ankara, dans l’ancienne capitale des sultans-califes, sous prétexte de définir une position commune à propos de Jérusalem. La Turquie n’exerce, en effet, pas seulement une présidence symbolique ou tournante de cette Organisation, elle se considère comme le chef de file naturel du monde islamique.

Le 6 janvier le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu se congratulait en compagnie de Sigmar Gabriel, son homologue allemand. On se proposait d’œuvrer pour le rapprochement germano-turc, assurant un rapprochement avec l’Union européenne.

Le 7 janvier le président tournant actuel du Conseil européen, le Bulgare Borissov rencontrait Erdogan à Istanbul. Ils ont appelé à la normalisation du dialogue entre Ankara et Bruxelles. Symboliquement le président turc s’est rendu dans l’église bulgare de l’ancienne Constantinople qu’il a autorisé à restaurer.

On peut donc se poser cette question, que l’on devine politiquement incorrecte: “que serait-ce si Erdogan était en vérité “toujours plus isolé diplomatiquement isolé” comme le prétend Le Monde ?

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog L’Insolent.

Autres articles

1 Commentaire

  • jsg , 26 Jan 2018 à 7:28 @ 7 h 28 min

    Atatürk (1881-­1938), Mustafa Kemal Fondateur de la république laïque de Turquie :
    « Mais pourquoi nos femmes s’affublent-­elles encore d’un voile pour se masquer le
    visage, et se détournent-­elles à la vue d’un homme ? Cela est-­il digne d’un peuple civilisé ? Camarades, nos femmes ne sont-­elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu’elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n’aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple ! »
    « Vous venez me parler des avantages que nous a valu notre conversion à l’Islam, et
    moi je vous dis : regardez ce qu’elle nous a coûtée ! »
    « L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui
    empoisonne nos vies. »
    Chassez le naturel il revient au galop… Erdogan se sert de l’islam comme du vecteur de son ambition expansionniste. Et, là, c’est gagné d’avance, car la violence est prêchée dans le coran ! Ce sont les Kurdes, ce peuple courageux, enclavé dans des frontières artificielles définies sans leur accord, et qui su, lui, se battre contre ces c*****ds de musulmans haineux et leur faire rendre l’âme -à savoir s’ils en avaient une…-
    Oui, je suis persuadé que les Français -entre-autres- préfèrent les Kurdes aux Turcs. En effet un peuple qui se bat pour conserver ses racines, sa culture ancestrale est plus légitime, qu’une groupe humain aux pulsions expansionnistes.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen