Trop malades pour travailler mais pas pour jouer aux émeutiers !

Royaume-Uni. Parmi les personnes suspectées d’avoir joué un rôle dans les émeutes de Londres, 100 touchent l’allocation de subsistance pour les personnes handicapées et 60 une prestation du fait de leur incapacité à travailler. De plus, 40% des 1 344 personnes ayant comparu devant les tribunaux depuis le mois d’août bénéficient d’aides ou d’avantages sociaux (soit 530 personnes) contre une moyenne de 15% dans la population.

En 2010, 48% des adultes reconnus coupables d’une infraction pénale grave au Royaume-Uni bénéficiaient de prestations sociales.

Une pétition ayant réuni 240 000 signatures réclame l’arrêt de toutes les aides accordées aux personnes impliquées dans les émeutes du mois d’août.

Autres articles

1 Commentaire

  • diego , 25 Oct 2011 à 17:05 @ 17 h 05 min

    En France il y a les mêmes…

Les commentaires sont fermés.