Ce qui distingue les Etats-Unis de « la vieille Europe » : religion et nationalité

Selon une récente étude du Pew Research Center, à la question “Vous considérez-vous d’abord allemand(e)/américain(e)/anglais(e)/espagnol(e)/français(e) ou chrétien(ne) ?”, les chrétiens d’Allemagne optent à 70% pour la nationalité (23% pour le christianisme) tandis que ceux des Etats-Unis sont très partagés : 46% d’entre eux privilégient leur nationalité, 46 autres % leur religion. Les chrétiens espagnols se réfèrent en premier à leur nationalité (53% contre 22%) comme leurs coreligionnaires britanniques (63% contre 21%) et français (90% contre 8%). Cette tendance à privilégier la nationalité est en hausse en Europe de l’Ouest, tout spécialement en Allemagne (+11 points par rapport à 2006). Aux Etats-Unis, la tendance à opter d’abord pour son appartenance religieuse est particulièrement répandue chez les chrétiens évangéliques (70% contre 22%). Mais parmi les chrétiens d’autres confessions, 55% privilégient la nationalité sur la religion (contre 38%). A suivre…

Lire aussi :
> Ce qui distingue les Etats-Unis de « la vieille Europe » : l’importance de la religion
> Ce qui distingue les Etats-Unis de « la vieille Europe » : le sentiment de supériorité culturelle
> Ce qui distingue les Etats-Unis de « la vieille Europe » : le bellicisme
> Ce qui distingue les Etats-Unis de « la vieille Europe » : l’individualisme

Autres articles

2 Commentaires

  • fifi , 25 Nov 2011 à 8:50 @ 8 h 50 min

    Ah ben finalement…on y vient.
    Cela devrait normalement inspirer “Sarkozy l’américain”.
    Ce n’est évidemment que lorsque les valeurs s’évanouissent que l’on comprend à quel point elles sont importantes.
    Pour cela il faudrait surtout s’inspirer des révolutions arabes dont le printemps consiste naturellement à faire fructifier les bougeons de la nationalité liée en grande partie à la religion dominante.

Les commentaires sont fermés.