Adoption par « deux papas » ou « deux mamans » : en Autriche ce sont les juges qui ont décidé, en Slovaquie ce sera le peuple

Le 14 janvier, la Cour constitutionnelle autrichienne a décidé que les couples homosexuels pourraient désormais adopter des enfants dans les mêmes conditions que les couples hétérosexuels. Dans ce pays où il n’y a pas encore de « mariage » entre personnes de même sexe, cette évolution fait suite à la légalisation en 2013 de l’adoption de l’enfant du partenaire de même sexe dans les mêmes conditions que pour les personnes vivant en couple homme-femme et à la légalisation de la PMA en faveur des couples homosexuels en 2014. La décision de 2013 avait été imposée par la Cour européenne des droits de l’homme qui avait considéré qu’il y avait discrimination des personnes vivant en couples de même sexe puisqu’au sein des couples homme-femme non mariés les enfants d’un des partenaires pouvaient être adoptés par l’autre.

Le président de la Cour constitutionnelle autrichienne a expliqué la nouvelle décision étendant la possibilité d’adopter à toutes les situations en arguant que « aucun argument objectif ne justifie qu’il y ait des règles différenciées uniquement sur la base de l’orientation sexuelle ». Visiblement, pour ce monsieur et ses collègues, le fait qu’un enfant ait besoin d’un papa et d’une maman pour grandir dans les meilleures conditions n’est pas un argument objectif. Cette décision des juges autrichiens est caractéristique de la dérive des démocraties occidentales vers une sorte de dictature des juges puisque des juges militants, par le biais de contorsions intellectuelles de plus en plus osées, parviennent à faire dire aux lois et aux traités votés par les parlements nationaux absolument ce qu’ils veulent. Cela montre aussi le danger des unions civiles ou des « PACS améliorés » proposés par certains à titre de sédatif pour faire passer la pilule de l’abrogation de la loi dite « Mariage pour tous » en France, car il n’est pas dit que les juges français ou européens ne décideront pas peu après que de telles unions donnent droit à l’adoption en vertu de principes fondamentaux imprescriptibles que personne n’avait encore jamais eu la clairvoyance de remarquer depuis les débuts de l’humanité.

Les Slovaques l’ont bien compris et c’est pourquoi ils ont imposé un référendum à la classe politique, par une initiative citoyenne qui a recueilli l’année dernière quelque 400 000 signatures dans ce pays de 5,4 millions d’habitants. Le 4 juin 2014, le Parlement slovaque avait déjà inscrit dans la constitution du pays la nature du mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme. Le peuple est toutefois méfiant et il veut aller plus loin. L’organisation « Alliance pour la famille » (Aliancia za rodinu), soutenue par une centaine d’organisations chrétiennes et autres associations, a donc proposé que les Slovaques se prononcent aussi sur l’interdiction dans la constitution de toute forme d’union civile qui rapprocherait le statut des couples homosexuels de celui des couples mariés, sur l’interdiction d’adopter pour les couples homosexuels et sur la possibilité pour les parents d’avoir leur mot à dire quant au contenu des cours d’éducation sexuelle dans les écoles (ce qui, au regard de la politique d’attribution des subventions de l’Union européenne et des recommandations du bureau européen de l’OMS, mises en œuvre par plusieurs gouvernements du continent, n’est pas du tout inutile : voir ici et ici). En octobre dernier, la Cour constitutionnelle slovaque a autorisé ce référendum, mais sans la question concernant l’interdiction d’accorder au couples homosexuels des privilèges propres aux couples mariés. Chose curieuse, alors que les sondages donnent le référendum gagnant pour l’Alliance pour la famille, celle-ci a du mal à obtenir des chaînes de télévision qu’elles émettent ses spots de campagne. Comme ailleurs en Europe, on s’aperçoit que les élites politico-médiatiques n’aiment pas trop que le peuple se mêle de légiférer et qu’elles préféreraient laisser ce soin à des juges gauchistes !

Pourtant, les spots slovaques ne sont pas particulièrement agressifs. Voici un spot qui a déjà été refusé par trois télévisions. On y voit un enfant dans un centre d’adoption dessiner une famille normale, oui, normale, et deux hommes apparaissent dans l’embrasure de la porte. L’éducatrice dit à l’enfant : « Tes nouveaux parents sont là ». Ce à quoi l’enfant répond : « Et où est maman ? ». Une réaction tout ce qu’il y a de plus naturelle pour un enfant mais, de nos jours en Europe comme au siècle dernier en Union soviétique, quand la réalité ne correspond pas à l’idéologie, tant pis pour la réalité.

https://www.youtube.com/watch?v=_RcmF68WUtE&x-yt-cl=84503534&x-yt-ts=1421914688

Autres articles

13 Commentaires

  • Charles , 27 Jan 2015 à 13:40 @ 13 h 40 min

    Ou même 3 papas ou 3 mamans ou encore 2 papas et une maman.
    Pourquoi pas si ils s’aiment !!!!!!!!!!!!!!!

    Dans la même veine, la résistance se lève contre la maréchale Merkelle,
    comme je l’annonce ici depuis plus de 12 mois.

    Le Bild annonce l’initiative du nouveau PM Grec
    A savoir former une alliance des pays du Sud contre la maréchale du 4eme Reich.

    Elle est notre véritable ennemi.C’est elle qui a provoqué la guerre en Ukraine.
    Ceci en donnant des assurances aux habitants de Kiev,
    annonçant une adhésion a l’UERSS

    http://www.bild.de/politik/ausland/syriza/tsipras-will-allianz-der-suedlaender-39511786.bild.html

  • Paule C , 27 Jan 2015 à 14:17 @ 14 h 17 min

    C’est quand même hallucinant, depuis plus de 30 ans, les psychologues et les spécialistes de l’enfance ne cessent de nous répéter que les enfants on besoin d’un père et d’une mère pour pouvoir ses construire psychiquement. Un père, homme, et un mère, femme.
    Avec ces délires sur le “mariage” homosexuel, on retombe dans l’obscurantisme le plus noir, ou seules les opinions ou les croyances qui arrangent les uns ou les autres prévalent.
    Et dans cette histoire, on ne considère que le “droit” des homosexuels, mais jamais celui des enfants .

  • Goupille , 27 Jan 2015 à 14:53 @ 14 h 53 min

    Cette petite video de trente secondes donne froid dans le dos.

    L’Autriche, très catholique et notre rempart contre la Turquerie, file un mauvais coton. Entre la père qui a fait quelques enfants à sa fille séquestrée et Conchita Wurst, je préférais Jorg Haider…

  • Brice de Nice , 27 Jan 2015 à 16:50 @ 16 h 50 min

    Vive la slovaquie libre !

  • bang , 28 Jan 2015 à 0:07 @ 0 h 07 min

    L’Europe est dirigée et représentée par des tarés.
    Qu’elle disparaisse dans cette déliquescence ne paraît pas si triste.

  • marion , 28 Jan 2015 à 7:34 @ 7 h 34 min

    je commence à me poser des questions sur l’état mental de certains dirigeants nottament européen ; faut qu’ils aillent se faire soigner ces gens là , ils sont dangeureux pour l’équilibre de leurs citoyens qui eux ont pour la plupart la tête sur les épaules ;

  • Lorong , 28 Jan 2015 à 15:34 @ 15 h 34 min

    “Visiblement, pour ce monsieur et ses collègues, le fait qu’un enfant ait besoin d’un papa et d’une maman pour grandir dans les meilleures conditions n’est pas un argument objectif.”

    Non car cela est démentie par l’empirisme.
    Dans un pays qui pratique l’adoption par des couples homosexuels, les USA, les associations de pédiatre (l’American Academy of Pediatrics) et d’autres associations professionnelles comme l’American Sociological Association, l’American Psychiatric Association et l’American Medical Association ont toutes reconnu dans des études que l’orientation sexuelle des parents n’avait pas d’impact sur le développement des enfants.

    On aura beau le démontrer 1000 fois, ceux qui n’aiment pas les homos (soyons sympas, ceux qui détestent l’homosexualité) continueront de s’opposer à l’adoption pour ces couples. C’est un normal…l’homosexualité est un pêché non?
    Rien d’objectif, là-dedans…

Les commentaires sont fermés.