Lagarde a raison

Tribune libre de Philippe Simonnot*, pour Nouvelles de France

Haro sur Christine Lagarde.

Dimanche, plus de 9 800 commentaires se sont affichées sur la page Facebook de cette brave dame.

Un évènement médiatique. La toile s’est enflammée.

Tout le monde lui est tombé dessus : en Grèce bien sûr, mais aussi en France. Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou, et même Laurence Parisot, pour ne citer que les belles âmes les plus écorchées par les propos tenus samedi dernier par la  directrice du Fonds monétaire international au quotidien britannique The Guardian.

Une telle unanimité chez des gens qui ne sont d’accord habituellement sur rien a quelque chose de suspect.

Qu’a donc dit Christine Lagarde ?

D’abord que les Grecs devraient “commencer par s’entraider collectivement en payant leurs impôts ». Cet appel au devoir civique n’est-il pas très banal ?

Ensuite, qu’elle avait “autant” à l’esprit ceux qui, en Grèce, étaient privés de services publics que ceux qui ne payaient pas leurs impôts. Que redire à cette remarque pleine de bon sens ?

Et enfin, ceci, qui a vraiment fait scandale : “Je pense plus à ces jeunes enfants dans un petit village du Niger qui vont deux heures par jour à l’école, partageant une chaise pour trois, et qui rêvent d’avoir une bonne éducation. Je pense à eux tout le temps. Car j’estime qu’ils ont encore plus besoin d’aide que les gens à Athènes”.

Oui, scandale ! Comparez les Grecs aux Nigériens ! Pourquoi pas demain les Espagnols aux Ivoiriens, les Italiens aux Maliens et les Français aux Sénégalais ?

C’est une excellente pédagogue, Christine Lagarde. Elle devrait écrire La mondialisation pour les nuls. Le nivellement par le bas, voilà ce qu’elle nous promet. Pourquoi, en effet, les Grecs ou d’autres Européens auraient-ils un accès privilégié à la cagnotte du FMI ? Cette caisse appartient à tout le monde, rappelle celle qui en tient les clefs. Et pas seulement à l’Europe qui comprend les pays les plus riches de la planète. Et dont le désordre actuel est incompréhensible pour le reste du monde…

Il faut bien comprendre de quoi il s’agit. A partir du moment où il s’agit de redistribution, l’arbitraire est au rendez-vous. Que ce soit au niveau national ou au niveau planétaire. C’est ce que feignent de ne pas comprendre les agents de l’État-Providence. Il n’existe aucun critère objectif qui permette de définir des priorités. Les petits Nigériens  ne sont pas plus « méritants » que les petits Grecs, les uns et les autres victimes de la corruption, des mensonges et de la sottise de leurs gouvernements.

Évidemment, Christine Lagarde n’aurait pas énoncé de telles énormités si elle était encore ministresse française de l’Économie et des Finances. Mais on devine qu’elle pensait déjà aussi « mal » quand elle régnait à Bercy. L’autre face du scandale, c’est qu’elle dit tout haut aujourd’hui ce qu’elle pensait tout bas hier et que pensent encore et toujours ses pairs. Et qui peut se résumer ainsi : Ras-le-bol des Grecs ; on s’en serait débarrassé depuis longtemps si on savait comment faire sans casser l’euro.

C’est pourquoi les déclarations de Pierre Moscovici, qui, le malheureux, occupe aujourd’hui le fauteuil de Christine Lagarde à Bercy, sont si touchantes. À son retour de Berlin où il avait rencontré son homologue, notre nouveau ministre des finances a dit : « Une sortie de la Grèce de la zone euro provoquerait une contagion de la crise dont l’ampleur n’est pas prévisible et peut-être pas maîtrisable. »

La sortie de la Grèce étant inéluctable sous une forme ou sous une autre, notre Grand Argentier, apprenti sorcier qui s’ignore, nous annonce une catastrophe non prévisible et non maîtrisable !

De tels propos irresponsables auraient dû, eux,  soulever une tempête d’indignation.

*Philippe Simonnot publie le 31 mai prochain, chez Perrin, en collaboration avec Charles Le LienLa monnaie, Histoire d’une imposture.

Autres articles

4 Commentaires

  • Pandy , 29 Mai 2012 à 10:55 @ 10 h 55 min

    Zone euro : exaspération des grands actionnaires non européens :
    –>
    http://www.youtube.com/watch?v=8kIws4DE-zU

  • Pesneau , 30 Mai 2012 à 11:48 @ 11 h 48 min

    Pourquoi ces Européens s’indignent-ils de ce rapprochement des Grecs avec les petits Nigériens? Lesquels sont-ils plus à plaindre? Ceux qui ne mangent pas à leur faim et sont destinés à mourir comme des mouches parce qu’ils n’ont pas droit à la compassion internationale ou ceux qui se reposent sur l’assistanat parce qu’ils savent qu’ils ne seront jamais lâchés par leurs “copains d’Europe”?
    Qu’on parachute les Moscovici et Cie au milieu de ces pauvres Africains, ils auraient un comportement plus responsable à l’égard de la misère des autres humains, eux qui prônent la justice et tout le bataclan quand il s’agit de conquérir le pouvoir présent, ils sont tranquilles pour engraisser davantage pendant au moins 5 ans et par la suite toute leur vie avec retraite et indemnités .

  • Gabriel PONCET , 30 Mai 2012 à 20:50 @ 20 h 50 min

    La Grèce a beaucoup trop utilisé sans compter les crédits «généreusement distribuée» par l’Europe, elle s’est aussi ruinée, et ce n’est qu’un exemple, avec les installations pharaoniques des derniers Jeux Olympique, ruinée encore une fois avec le plein accord et l’aide d’ailleurs de l’Europe.
    Les Grecs ne sont pas toujours très sérieux ! Par exemple, il faut voir le très récent documentaire qui a passé sur RTS qui montre l’état actuel des installations pharamineuses des JO ? Depuis les Jeux, elles n’ont jamais été utilisées par le peuple Grec ni par personne d’autre; actuellement, elle sont plus en ruines que les ruines antiques de la Grèce.
    Pour ce qui concerne les impôts qui ne sont pas payés, c’est une coutume appliquée depuis toujours par les tenants de toute l’échelle sociale. Christine Lagarde parle naturellement en priorité des impôts non payés de ceux qui appartiennent aux classes privilégiées, de ceux qui jouent actuellement les abonnés absents.
    Onassis se vantait de ne jamais payer d’impôts. Encore maintenant il n’est de loin pas le seul mais peu osent actuellement s’en vanter ! Il y a encore beaucoup de files de l’air en Grèce !
    Comme la Grèce ne va jamais rendre ce qu’elle a emprunté, Il vaut mieux qu’elle quitte rapidement la zone Euro ! Et si l’Europe ne le supportait pas (Portugal, Espagne, Italie et bientôt la France…), c’est que l’Europe de Bruxelles n’est pas la bonne solution !

  • Frederique , 31 Mai 2012 à 8:18 @ 8 h 18 min

    Il serait bon de ne pas détourner le sens de l’indignation suscitée par les parole de Lagarde.
    1°) Cette femme a fait et fait toujours partie de ceux qui ont entrainé l’économie des pays européens là où elle est, c’est à dire à une montagne de dettes, car pas plus elle que ses pairs n’ont un jour essayé de renverser le système, d’alerter les populations, pour raisons électorales, donc pour garder leur place au chaud.
    2°) Résumer la situation des grecs à la fraude fiscale et leur renvoyer à la tête pour se dérésponsabiliser , elle et les siens, est particulièrement odieux quand on sait que la fraude fiscale, les gouvernements ont tous moyens pour la combattre et donc la réduire et qu’il parait complètement aberrant que des responsables attendent un tel désastre comme ça sans rien dire, sans rien faire. Non la raison des dettes est sûrement ailleurs et on nous la cache, une fois de plus.
    3°) Ce n’est pas l’opposition des grecs aux petits africains qui nous révolte, c’est de s’être servi du malheur des africains pour dire aux grecs d’aller se faire voir. D’autant que j’ai bien du mal à croire qu’une Lagarde ou un de ses semblable puisse avoir plus en tête le malheur des uns que celui des autres. Elle est bien plaçée depuis des années cette dame pour savoir que des peuples entiers sont dans la misère à cause de la corruption des élites, l’a-t-on entendu un jour s’en émouvoir? Le dénoncer? Non, jamais, mais se servir des résultats des corruptions des autres pour se dédouaner des leurs, ça, ils savent faire. J’ai encore en mèmoire, les paroles d’un politique rejetant la faute des décés des personnes agées dûes à la canicule sur leurs familles (qui les auraient abandonnées pour partir en vacances), alors que les membres du gouvernement en place n’ont pas jugé bon d’écourter les leurs lorsque le drame a commençé et qu’ils étaient partis sereins se faire bronzer aprés avoir gelés plusieurs millions destinés aux hôpitaux et qui étaient la cause de la fermeture de centaines de services pendant cette période estivale.
    Non Christine Lagarde n’a pas raison, parce que ces propos ne sont pas des propos de bon sens, mais un avant goût de la mascarade qui nous attend lorsque la France sera arrivée à la situation de la Grèce.

Les commentaires sont fermés.