La grande erreur du national-catholicisme

Tribune libre de Jacques de Guillebon* pour Nouvelles de France

On se souvient que l’association politique Civitas qui, co-dirigée par un Belge et des curés de Saint-Pie X, c’est-à-dire protoschismatiques, fait néanmoins profession de défendre la France et l’Église catholique contre tous les méchants, ne s’était pas émue que la rejoignent dans ses manifestations devant le Théâtre de la Ville quelques individus se réclamant d’un groupuscule islamiste, Forsane Alizza, nom qui semble pouvoir se traduire en français par « Les Cavaliers de la fierté ». On sait ce qu’il advient ces jours-ci de ces grands guerriers de la charia : suspectés de fomenter des activités terroristes, ou au moins de vouloir établir de gré ou de force une manière de Califat sur le territoire français, ils ont été, après la dissolution de leur groupuscule, arrêtés par les policiers adéquats, et attendent leur jugement. Je n’ose pas imaginer qu’à l’époque Alain Escada et ses comparses se soient félicités de ce puissant appui : ils l’ont cependant toléré, et nulle part que l’on sache, ils n’ont seulement refusé cette solidarité inattendue.

Au-delà de la cocasserie de cette conjuration éphémère, cette petite affaire révèle le nœud psychologique des auteurs de toutes ces diatribes et manifestations. Civitas fait profession de redonner « de la fierté aux catholiques », les islamistes sont donc des « cavaliers de la fierté », ils font tous des « prides » comme les gays dans leur coin en firent, ou comme il y eut selon le doux mot de Muray dans l’entre-deux tours de 2002 cette « shame pride », la fierté de la honte de la Quinzaine anti-Le Pen. Les gardiens de la tradition sont finalement les hommes les plus postmodernes que compte l’époque, les hommes du spectacle, les clowns de la démocratie branlante. On ne leur en demande pas plus, eux non plus, car d’ailleurs ils n’auraient rien à donner de surcroît. Leurs petits artifices avec croix et bannières ne tiendront pas longtemps, car ils ne sont pas faits pour durer – à l’image de leur fausse Tradition qui comme par hasard arrête de continuer à un moment précis, comme un salon de grand-mère s’est pétrifié dans les souvenirs de sa jeunesse. L’Église catholique a connu depuis deux millénaires de nombreuses processions, pour la Vierge, pour le Sacré-Cœur, pour la Fête-Dieu, pour le Christ-Roi, pour Pâques et les Rameaux bien entendu, pour les Rogations, pour éloigner le Malin ou l’ennemi assiégeant la ville : on n’avait jamais entendu qu’elle pût organiser des Jesus Pride. Maintenant c’est fait, pour la plus grande honte des fidèles.

« Nous sommes fiers d’être cathos », qu’ils disent entre deux exorcismes illicites, comme il y en eut un autre pour dire un jour qu’il avait honte de l’être. Si c’était le dernier mot de l’Église du Christ, nous aurions quelque souci à nous faire, si c’était le pharisien qui faisait sonner de la trompette aux carrefours pour montrer sa charité et qui occupait avec ostentation les premiers rangs du Temple qui devenait la figure définitive du chrétien. « Fiers d’être cathos », et après ? Les cathos fiers, pour quoi faire ? M. Escada, à la confluence du businessman et du chef de parti occupe le petit segment commercial que ses experts en marketing ont isolé après de nombreuses réunions, où l’évocation du benchmark et du retour sur investissement percutait celle de la synergie des interfaces.

« Les gardiens de la tradition sont finalement les hommes les plus postmodernes que compte l’époque, les hommes du spectacle, les clowns de la démocratie branlante. »

Au-delà du cas de ces personnages spectaculaires – qui maintenant annexent Jehanne pour tenter de définir un « patriotisme catholique » de mauvais augure, comme si la sainte de la patrie qui boutait hors du royaume des Anglais tout aussi catholiques que nous avait décidément combattu pour le rétablissement de la foi – plus préoccupante est la situation de certaine jeunesse qui croit y trouver ce que ce monde ne lui donne plus, une identité sûre et stable. Oh, nous comprenons sa douleur, pour l’avoir décrite plus d’une fois, pour l’avoir sentie et subie, mais comme nous voudrions qu’elle voie que se livrer à ces bonimenteurs ce n’est que poser un masque sur le vide, que de son feu, celui qui maintient le monde à température, il ne feront que des artifices. Que se passe-t-il, en effet, une fois que l’on a dit que l’on était fier d’être catholique ? A-t-on touché l’âme des gens ? A-t-on aimé et secouru son prochain ? A-t-on fait avancer la connaissance théologique et a-t-on éclairé la raison ? Non, tout cela ne sont même pas des paroles, mais des borborygmes à l’usage de la vaste soupe médiatique, des pelures d’oignon qui s’y mêleront aux feuilles de chou, aux queues de poireaux et aux raclures d’ail.

Il n’y a rien de plus aisé que de suborner la jeunesse et de lui faire prendre des vessies pour la lumière des cieux ; il n’y a rien de plus facile que de désigner une cible immédiate à sa vigueur ; rien de plus simple que d’assigner à ses forces un but violent, de mettre dans sa bouche des slogans et des vaticinations. La jeunesse n’est pas en cause, elle n’est jamais en cause du fait même de sa définition. Quiconque l’a achevée sait qu’elle n’est qu’un état de possession que le temps lentement exorcise. Sont en cause, encore une fois et comme toujours les batteurs d’estrade qui lui vendent la guerre et la castagne comme son destin ; les batteurs d’estrade qui, entre parenthèses, ne finissent jamais, eux, en garde à vue. Aidés de vieux chevaux de retour qui vivent toujours dans le franquisme, la Révolution nationale ou la défense de l’Empire colonial français, ils la lui jouent glorieuse. Quand elle a tué une fois, si elle n’est pas d’aventure tombée elle-même, cette jeunesse comprend qu’on l’a circonvenue. Elle en conçoit généralement un dépit qui la mène alors au camp du rien. On ne  l’y reprendra pas. C’est alors qu’elle devient vieille, et ceux qui l’auront gaspillée en porteront l’infinie responsabilité.

Civitas a ajouté aux antiques malédictions une perversion moderne. Ils ne livrent même pas une bataille de l’image, seulement une image de la bataille. Cette voie est sans issue.

*Jacques de Guillebon est un écrivain, essayiste et journaliste français. Il écrit dans La Nef, Permanences et Témoignage chrétien.

Autres articles

63 Commentaires

  • Xavier Roupette , 1 Avr 2012 à 8:35 @ 8 h 35 min

    Monsieur Jacques, je vous prédis les choses suivantes: dans les jours qui arrivent, vous aurez droit à
    -minimum 30 commentaires furieux sur ce site, vous rappelant que vous êtes un catholique mou, un traître, etc
    -des articles d’excités venus du FC ou de fecit (ce sont toujours les plus amusants)
    -peut-être encore une émission rien que pour vous sur Radio Courtoisie, et je ne doute pas que cela vous réjouisse profondément 😉
    Je vous souhaite bien du courage. Faire ça juste avant Pâques, en plus, tsssss…
    Xavier

  • Pharamond , 1 Avr 2012 à 9:30 @ 9 h 30 min

    La critique n’a de sens que si elle y constructive. Or, s’il y a bien là une critique de ce que l’on peut appeler “l’indignation version national-catholique”, je ne vois guère de construction. Certains de ces jeunes, même si, selon vous, s’égarent, se forment malgré tout intellectuellement. A choisir entre un catholique pétri de maurrassisme tempéré par un fort catholicisme ou pétri de Jean Ousset, par rapport à un autre “catholique” dégoulinant béni oui-oui complètement à côté de la plaque (et c’est hélas la majorité !) mon choix est vite fait. D’autant plus que vous critiquez apparamment toutes formes de manifestation –> donc exit la marche pour la vie, trop “slogans” et “vaticination” ?

    Bref, on sent beaucoup d’amertume dans cette tribune ! C’est bien dommage.
    M. Escada mérite bien des critiques, certes, mais si l’on veut qu’elle soit pleinement catholique (ce que vous semblez appeler de vos voeux, c’est à dire dans toute sa dimension et non pas juste l’indignation), alors il faudrait qu’elle soit constructive.

    Cordialement

  • Pierrotlalune , 1 Avr 2012 à 13:44 @ 13 h 44 min

    Ca sent le réchauffé. Et ce n’est pas parce qu’on parle de Forsane Alizza qu’il faut ressortir les vieux cartons.
    Civitas n’a jamais requis leur présence. Ils étaient devant le théâtre dans un groupe séparé des catholiques par un cordon de CRS. Et ils n’avaient aucune bannière lors de la marche. Bonne Semaine Sainte à tous.

  • Aurél1 , 1 Avr 2012 à 16:27 @ 16 h 27 min

    Quel est le but de cet article, publié en ce dimanche des Rameaux, raviver les tensions et les haines ? Jacques de Guillebon est décevant, c’est une habitude chez lui, malheureusement NDF l’est également aujourd’hui et ça c’est plus rare…

  • Henry , 1 Avr 2012 à 16:35 @ 16 h 35 min

    Comme toujours chez Guillebon, l’article est gâté par l’outrance et une très grande ignorance historique. “Fiers d’être chrétiens”, “fiers d’être catholiques” est un mot d’ordre de l’Eglise depuis le XIXe siècle, en particulier en France. Ça a même été tout le programme de l’Action Catholique. On peut juger que l’expérience n’a guère été concluante, mais attaquer Civitas sur ce point est absurde.

    Quant à organiser des “Jesus prides”, qu’est-ce que c’est que les JMJ, où Jean-Paul II appelait régulièrement les jeunes à être fiers d’être catholiques?

  • Clovis , 1 Avr 2012 à 19:29 @ 19 h 29 min

    J’espère que NDF accordera un droit de réponse à Alain Escada pour corriger
    ce plumitif donneur de leçons !

    Jacques de Guillebon incarne très bien le courant des pseudo catho-bobo complètement lobotomisés et couchés devant les ennemis de l’Eglise.

    Il a mérité ses galons pour rejoindre l’armée de la 5eme colonne

  • Eric Martin , 1 Avr 2012 à 20:11 @ 20 h 11 min

    Si permettre la disputatio, c’est décevoir, alors NDF risque de vous décevoir encore à l’avenir…

Les commentaires sont fermés.