Opposition à la loi Taubira : être vrai pour être libre

La funeste loi Taubira a donc institutionnalisé le « mariage » entre personnes du même sexe, ce qui constitue, d’après ses promoteurs, un changement de civilisation. Ce n’est pas rien, mais cela constitue tout-de-même un bon gros mensonge, car cette loi change, en réalité, les fondements de l’humanité : en détruisant l’altérité sexuelle, elle entend transformer l’homme et la femme en numéros interchangeables, indistincts, anonymes. A cet égard, la « théorie du genre », son très fidèle serviteur, la prolonge et la complète efficacement.

Etonnamment, les opposants à la loi se sont très majoritairement cantonnés au seul problème de la filiation, transformant le « Touche pas à mon pote » des socialistes de la fin du siècle dernier en un « Touche pas à mon homosexuel » du monde actuel des bien-pensants. Il fallait, à l’époque, ne pas paraître raciste. Il faut maintenant, à tout prix, ne pas paraître « homophobe ».
Poser ainsi le problème aboutit à créer une grave ambiguïté. Or, si nous savons que la vérité rend libre, nous savons aussi que l’ambiguïté emprisonne, et aboutit souvent au mensonge…Nous le savons bien : la loi Taubira pose évidemment le problème de la filiation, mais elle pose aussi le problème de l’homosexualité, qu’elle justifie d’ailleurs, et que ses promoteurs semblent vouloir développer par tous les moyens. Dire cela, c’est sûrement, pour le politiquement correct, être homophobe, et pourtant…Est-ce être homophobe que de trouver attristant, voire scandaleux, que le « partenaire » homosexuel d’une des figures emblématiques de La Manif pour Tous annonce avec fracas qu’il se transforme en star du porno, parce qu’il « adore ça » et qu’il n’aurait jamais dû se laisser entraîner dans cette aventure homophobe de La Manif ?

Chacun a la possibilité de choisir son « étoile » fétiche et de se livrer à ses « adorations » préférées. Les opposants à la loi Taubira ont, quant à eux, la liberté de dire ce qu’ils pensent de l’homosexualité. Pour ce faire, ils peuvent utilement s’appuyer sur l’enseignement constant de l’Eglise. Celui-ci prend soin de distinguer le pécheur et le péché. Le pécheur garde sa dignité d’être libre, créé par Dieu et pour lequel le Christ a offert sa vie. Le péché, en revanche, ne souffre d’aucune ambiguïté : de Saint Paul au Catéchisme de l’Eglise catholique, l’homosexualité a toujours été considérée comme un désordre grave. Le dire consiste simplement à suivre ce que nous enseigne depuis 2 000 ans l’Eglise, dont le poids est objectivement plus important que les propos de circonstances, souvent inspirés par la terreur que génère le système politico-médiatique actuel. A cet égard, la déclaration récente de Monseigneur di Falco, étonnante par l’acceptation, pour ne pas dire la promotion sous-jacente, de l’homosexualité, est probablement à prendre comme une simple et malheureuse déclaration de circonstance… à laquelle nous sommes libres de préférer l’enseignement constant de l’Eglise universelle.

François Billot de Lochner préside Liberté politique et la Fondation de service politique.

Lire aussi :
> L’ex-petit copain de Xavier Bongibault se lance dans le porno pour « casser (son) image de catho-intégriste » (sic)

Autres articles

29 Commentaires

  • mustang , 1 septembre 2014 @ 19 h 53 min

    Placide: exellent commentaire. Entre la légende
    noire et l’histoire vraie, un fossé idéologique…..

  • Psyché , 1 septembre 2014 @ 20 h 59 min

    Je crains que DI FALCO comme beaucoup d’autres ne soit un infiltré, un sayanim, dont le but est de détruire l’Eglise et le Christianisme.
    MGR LUSTIGER ,dèjà à l’époque était de la même espèce.
    Les pressions qui ont poussé Benoit XVI à la démission, les attaques contre la banque du Vatican nous prouvent que l’Eglise est sous influence et les justes ne doivent pas se le cacher.
    Il faut constamment revenir au message du Christ et ne pas s’attarder aux messages déviants.
    Si les tendances homosexuelles sont naturelles, les actes homosexuels eux, sont péché.

  • Psyché , 1 septembre 2014 @ 21 h 04 min

    Le mariage sodomique nous mène directement à la GPA, à l’exploitation de mères porteuses dans des usines à bébé.
    On est dans la merchandisation de l’humain, pire que du trafic d’organes.
    Comment peut-on tolérer celà ?
    La loi Taubira est une loi scélérate sur laquelle il faudre bien REVENIR si nous ne voulons pas,comme c’est déjà le cas actuellement, sombrer dans l’abject.

  • PG , 2 septembre 2014 @ 1 h 26 min

    M. de LOCHNER souligne un point essentiel, le refus de débattre de l’homosexualité, de sa normalité psychologique et médicale, et de ses conséquences psychiques et médicales.
    En éliminant la question les équipes qui ont dirigé la MPT ont échoué sur le sujet premier : si l’homosexualité est normale, pourquoi le mariage homosexuel ne le serait pas ?
    D’où ce subterfuge de com, qui a consisté à faire témoigner une dizaine d’homosexuels inconnus, à refuser toute réflexion de spécialistes des sciences humaines, sociales, médicales et scientifiques pour leur préférer ces personnes : mais interroge t on un chauffard pour lutter contre les accidents de la route ?

    M. ARIONO l’a dit ici récemment et il avait raison.
    Sauf que. Sauf que cela arrive trop tard.
    Sauf que lui-même et maintenant M. de Lochner, découvrent ce que beaucoup avaient pensé et se sont vus interdits de dire : si l’homosexualité ne fait pas problème et est un troisième sexe comme les deux autres, cela prive la MPT de son principal argument.
    Il est bien tard pour le reconnaître, trop tard.
    L’échec de l’abandon des principes avant d’agir mène rareme

    La Mpt n’a pas gagné la bataille de l’opinion, parce qu’elle a refusé de dire ce que le bon sens populaire a toujours estimé dans la civilisation européenne, y compris en Grèce où elle était circonscrite : l’homosexualité est un défaut moral ou psychologique, une faiblesse psychologique et une faute morale objective.
    Déconstruire cela comme l’a fait un Congrès de scientifiques américains en 1973, de manière totalement non scientifique, mais par des manoeuvres de couloir d’un lobby homosexuel, c’est justifier le mariage homosexuel.
    En disant ne pas avoir de critique de principe sur ce vice, la MPT s’est elle-même privée de tout fondement éthique ou scientifique. Dire simplement qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère, cela ne répondait pas à la totalité du questionnement. : dans une société de familles recomposées et de mères célibataires, la pertinence de cet axiome a été faible.

    En se privant de tout contenu objectif, de toute contribution scientifique, la MPT s’est enfermée dans une impasse : en sortir 2 ans après ne suffira pas à la rendre crédible et efficace, maintenant que la loi et votée. Mme de la Rochère, bien que u’ostensiblement moins homofolle que F. BARJOT, n’est pas encore parvenu à échapper au piège. : le juste milieu n’est pas le jugement juste.

  • Pascal63 , 2 septembre 2014 @ 7 h 49 min

    Le Sillon de M. Sangnier a fait des ravages; on ne s en rend compte que plus de 50 ans après. Lire aussi ” le libéralisme est un pêche” de Don Sarda y Salvany . Le livre est téléchargea le gratuitement sur la bibliotheque St Libere.

  • Pascal63 , 2 septembre 2014 @ 7 h 50 min

    C est on, ça fait longtemps qu on a laissé de côté ce concept que même des athées , de cette époque , devaient croire aussi ! Arrêtons ces poncifs éculés !

  • Pascal63 , 2 septembre 2014 @ 7 h 55 min

    Lus tigre n est qu un marrane , un faux converti ! C est sous ce masque chrétien que ” nos frères aînés” font le le plus de tord et de dégâts au Christianisme.

Les commentaires sont fermés.