Opposition à la loi Taubira : être vrai pour être libre

La funeste loi Taubira a donc institutionnalisé le « mariage » entre personnes du même sexe, ce qui constitue, d’après ses promoteurs, un changement de civilisation. Ce n’est pas rien, mais cela constitue tout-de-même un bon gros mensonge, car cette loi change, en réalité, les fondements de l’humanité : en détruisant l’altérité sexuelle, elle entend transformer l’homme et la femme en numéros interchangeables, indistincts, anonymes. A cet égard, la « théorie du genre », son très fidèle serviteur, la prolonge et la complète efficacement.

Etonnamment, les opposants à la loi se sont très majoritairement cantonnés au seul problème de la filiation, transformant le « Touche pas à mon pote » des socialistes de la fin du siècle dernier en un « Touche pas à mon homosexuel » du monde actuel des bien-pensants. Il fallait, à l’époque, ne pas paraître raciste. Il faut maintenant, à tout prix, ne pas paraître « homophobe ».
Poser ainsi le problème aboutit à créer une grave ambiguïté. Or, si nous savons que la vérité rend libre, nous savons aussi que l’ambiguïté emprisonne, et aboutit souvent au mensonge…Nous le savons bien : la loi Taubira pose évidemment le problème de la filiation, mais elle pose aussi le problème de l’homosexualité, qu’elle justifie d’ailleurs, et que ses promoteurs semblent vouloir développer par tous les moyens. Dire cela, c’est sûrement, pour le politiquement correct, être homophobe, et pourtant…Est-ce être homophobe que de trouver attristant, voire scandaleux, que le « partenaire » homosexuel d’une des figures emblématiques de La Manif pour Tous annonce avec fracas qu’il se transforme en star du porno, parce qu’il « adore ça » et qu’il n’aurait jamais dû se laisser entraîner dans cette aventure homophobe de La Manif ?

Chacun a la possibilité de choisir son « étoile » fétiche et de se livrer à ses « adorations » préférées. Les opposants à la loi Taubira ont, quant à eux, la liberté de dire ce qu’ils pensent de l’homosexualité. Pour ce faire, ils peuvent utilement s’appuyer sur l’enseignement constant de l’Eglise. Celui-ci prend soin de distinguer le pécheur et le péché. Le pécheur garde sa dignité d’être libre, créé par Dieu et pour lequel le Christ a offert sa vie. Le péché, en revanche, ne souffre d’aucune ambiguïté : de Saint Paul au Catéchisme de l’Eglise catholique, l’homosexualité a toujours été considérée comme un désordre grave. Le dire consiste simplement à suivre ce que nous enseigne depuis 2 000 ans l’Eglise, dont le poids est objectivement plus important que les propos de circonstances, souvent inspirés par la terreur que génère le système politico-médiatique actuel. A cet égard, la déclaration récente de Monseigneur di Falco, étonnante par l’acceptation, pour ne pas dire la promotion sous-jacente, de l’homosexualité, est probablement à prendre comme une simple et malheureuse déclaration de circonstance… à laquelle nous sommes libres de préférer l’enseignement constant de l’Eglise universelle.

François Billot de Lochner préside Liberté politique et la Fondation de service politique.

Lire aussi :
> L’ex-petit copain de Xavier Bongibault se lance dans le porno pour « casser (son) image de catho-intégriste » (sic)

Articles liés

29Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Pascal63 , 2 septembre 2014 @ 7 h 56 min

    Pardon Lustiger , pas ” le tigre” ….fichu i Pad qui met un mot à la place d un autre.

  • Pascal63 , 2 septembre 2014 @ 7 h 59 min

    Et après comme on ouvre des boîtes de Pandore , qu aurons nous ? La légalisation de la pédophilie . L ” institut” Kinsey avait , sous couvert de travaux pseudo scientifiques , justifié cette ouverture dans la justification de ces actes dépravés.

  • Xav , 2 septembre 2014 @ 8 h 57 min

    Surtout que s’enfermer dans des paradigmes, le monde scientifique sait très bien le faire tout seul, même pas besoin de l’Eglise.

    Il serait de bon ton que les anciens “subversifs”, tels que Cap2006, réalisent qu’ils sont devenus aujourd’hui tellement conformistes que c’en est ennuyant.

  • montecristo , 2 septembre 2014 @ 11 h 58 min

    De façon très “terre à terre” … je me fous qu’il y ait des homosexuels !

    Ce que je refuse … c’est qu’ils imposent un mariage dénaturé à la société !

    Point barre !

  • champar , 2 septembre 2014 @ 14 h 55 min

    @ Charles

    On dit une paire de boeufs pas un couple de boeufs.

    Concernant votre propos précédent, le terme “homosexuel” ne veut effectivement rien dire sauf peut-être la sexualité humaine en général :
    En Latin “homo” désigne aussi bien l’homme que la femme donc l’humanité, c’est pour cela que le terme du credo “Pour nous les hommes” ne signifie pas uniquement les personnes de sexe masculin, et c’est aussi pour cela que lorsque l’on parle des hommes en général les imbéciles ignares rajoutent “et les femmes” !
    C’est aussi stupide que lorsque l’on par d’une personne, un crétin ajoutait “et aussi un” personne, nous n’en sommes pas loin.

    Toujours en latin, le terme “vir” d’où vient le mot virilité signifie les hommes dans le sens masculin, donc au lieu d’homosexuel il serait plus exact de dire “virsexuel”.

  • Fleur , 2 septembre 2014 @ 19 h 28 min

    PG, vous avez mille fois raison : la MPT a voulu paraître du monde, ne pas être ringardisée, etc., elle n’était donc pas dans la vérité ; et ses propos volontairement homosexualistes, par conséquent, sont source d’un discours incohérent, qui aujourd’hui discréditent la cause qu’elle voulait défendre.
    Il faut en tirer une leçon pour l’avenir : par exemple, ne pas seulement axer le discours sur la GPA au niveau de la filiation. Il faut d’abord mettre en avant les côtés mortifères, esclavagistes et contre-nature de ces pratiques et de leurs adeptes.

  • eric-p , 2 septembre 2014 @ 19 h 38 min

    Quelques petites précisions autour de l’héliocentrisme:

    L’église avait adopté le géocentrisme comme la plupart des scientifiques de la période pré-Galilée.

    Les partisans de l’héliocentrisme étaient marginaux ou méconnus
    (Aristarque de Samos durant l’antiquité et l’astronome indien
    Aryabatta au Vème siècle)

    La physique d’Aristote faisait encore autorité
    tout comme les travaux de Claude Ptolémée qui était effectivement
    un grand scientifique.

    Disons que l’erreur de l’église est de s’être laissée éblouir par des personnalités brillantes du passé…mais qui se sont pourtant trompées sur le géocentrisme.

    Beaucoup de scientifiques refusaient l’héliocentrisme parce que celà impliquait une terre en mouvement.
    Par exemple TYCHO BRAHÉ aurait déclarer:
    “Je ne peux pas croire que la terre puisse tourner comme une toupie !”

    Il a donc développer un modèle alternatif à ceux de Galilée et
    de Ptolémée qui a été adopté par l’église car il rendait compte grossièrement des observations de Galilée
    (phases de Venus, variation du diamètre angulaire des planètes,
    satellites de Jupiter.).

    L’église a demandé à Galilée de proposer un test démontrant la rotation de la terre sur elle-même.
    Galilée en a été incapable !
    Idem pour Newton d’ailleurs…

    Il faudra attendre plus d’un siècle (!) pour que J.Bradley propose
    une manip démontrant de manière irréfutable la rotation de la terre
    sur son axe et autour du soleil:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Aberration_de_la_lumi%C3%A8re

    Dès lors, le pape Benoit XIV a levé très rapidement l’index qui pesait sur les oeuvres de Galilée et reconnaissait implicitement son erreur…

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Beno%C3%AEt_XIV

    TOUS CES FAITS SONT RÉGULIÈREMENT OCCULTÉS PAR
    LES ANTICLÉRICAUX , soit par ignorance, soit par mauvaise foi.

    Je vous pose la question : Qui sont les obscurantistes en vérité ?

Les commentaires sont clôturés.