C’est l’histoire d’un mec qui croyait que, parce qu’il était président, c’était lui qui avait le pouvoir

C’est l’histoire d’un mec qui était président. En tant que tel, il prenait des décisions – parfois impopulaires – et les expliquait, les défendait, les assumait. Et comme il était président, ça engageait un paquet de gens, qui le suivaient parce qu’ils pensaient qu’il pouvait les mener quelque part.

C’est l’histoire d’un président qui pensait qu’il avait le pouvoir, et qui pensait que c’était lui qui décidait. Mais un beau jour, il a compris qu’en fait, c’était pas tout-à-fait vrai, que c’était pas lui qui décidait vraiment. Qu’il pouvait bien dire ce qu’il voulait, prendre les décisions qu’il voulait puis les justifier comme il voulait, en fait il y avait d’autres gens qui décidaient à sa place. Oh bien sûr ils le laissaient parler, dire ses choses, autant qu’il voulait. Mais par derrière, dans son dos, ils disaient le contraire, et l’obligeaient finalement à renier sa décision.

Tout d’abord, ils analysaient des courbes de bénéfices, de pertes, de manque à gagner. Des trucs d’argents, en gros. Et si la décision du président faisait que ces courbes disaient des choses qu’ils n’aimaient pas, des choses pas cool, du genre “On va perdre des sous”, alors ils contredisaient le président, dans son dos.

Et ils décidaient aussi en fonction des gens qui étaient contents et des gens qui étaient pas contents. En fonction de leur poids. Et ce poids était fonction non pas de leur nombre ou de leur importance réelle dans la société, mais de leur capacité à faire du bruit et à lancer des menaces. Si les gens qui étaient pas contents de la décision du président avaient plus de poids que ceux qui étaient contents, alors ces vrais décideurs contredisaient le président. Et au passage le faisaient passer pour une truffe devant le monde entier.

L’histoire de ce mec, elle est à lire en cliquant sur ce lien.

Surpris ? Allons, à quoi donc pensiez-vous ? Vous n’imaginiez tout de même pas que je pouvais parler d’autre chose, d’un autre président, d’autres décisions, quand même ?

> le blog de Fik Fikmonskov

Autres articles

7 Commentaires

  • géodith , 1 octobre 2013 @ 16 h 03 min

    Bien vu…
    En tout cas concernant ” l’autre président” faudrait vite faire quelque chose, non ?
    Octobre, le mois des révolutions …

  • ranguin , 1 octobre 2013 @ 16 h 27 min

    Cela ne peut pas être Flamby, parce que lui, visiblement, il ne pense pas.

  • V_Parlier , 1 octobre 2013 @ 17 h 06 min

    A la lecture du titre, je pensais que l’article allait traiter d’un président de la république qui croyait avoir un pouvoir économique réel (et non son seul pouvoir de nuisance pure et de taxation, lui bien réel) sur la France. Ca aurait bien collé.

  • Bernard , 1 octobre 2013 @ 17 h 12 min

    MAIS je ne comprends pas ! TOUS nos Présidents ont raisonné ainsi !
    Ils sont pas aussi beaux que Miss France, mais s”imaginent “irrésistibles”, d’autres commencent à draguer tout ce qui porte jupon, d’autres le font depuis toujours
    Certains ont le surnom ” 5 minutes, y compris la douche “, d’autres souhaitent que tous leurs désirs soient réalisés, d’autres imposent ceux ci….Ils ne sont qu’HOMME !

    Des têtes sont tombées, il y a longtemps, elles risquent encore de tomber !
    Le pouvoir est intimement lié au sexe ….. souvenons nous du ” droit de cuissage ” !

    MAIS Coluche qui disait ” c’est l’histoire d’un mec…. euh…. ” et on riait !

  • François Desvignes , 1 octobre 2013 @ 17 h 28 min

    Fik Fik,

    On va démontrer que vous avez ENTIEREMENT raison SUR TOUT

    On va orchestrer une mega campagne anti Barilla.

    Jusqu’à ce que Barilla ponde une deuxième lettre inverse de la précédente, sauf pour les excuses, mais à l’agard des cathos cette fois-ci : “nous adorons les catho mais détestons LGBT bla bla bla, achetez nos pates s’il vous plait !”

    Pas pour que Barilla pleure dans notre giron : “tapez plus m’sieu!”

    Mais pour que toute l’industrie sache que nous sommes suffisamment organisés …pour les ruiner….s’ils ne sont pas politiquement compatibles avec nos saines idées.

    Après on verra qui contribue pour qui et pour quel montant “pour sa protection”.

    Je suis sûr que l’industrie et autres imbéciles LGBTphiles, néanmoins pragmatiques, vont finir par comprendre où et qui sont leurs véritables amis et protecteurs…

    en nous remettant un chèque (de soutien) pour vous donner raison !

  • Gisèle , 2 octobre 2013 @ 0 h 06 min

    Nous aurons au moins un * ravi * à mettre dans la crèche cette année . On a déjà les moutons …

  • LESON , 2 octobre 2013 @ 9 h 23 min

    je ne dirai pas qu’il ne pense pas, je pense au contraire que, bien que moins habile et intelligent que l’autre François, son prédécesseur, il n’en est pas moins aussi pervers et agit en douce faisant semblant de tenir compte de ses accolytes
    mais n’en faisant qu’à sa guise misant sur son allure de rondouillard sympa, pour un peu il en rajouterait en matière de manches de chemises trop longues, de vestes trop étriquées etc … pour tromper l’ennemi c’est à dire … nous : regardez il a l’air inoffensif, ô que non !!!

Les commentaires sont fermés.