L’Haÿ-les-Roses : la politique racialiste des socialistes

Tribune libre de David Miège*

L’Haÿ-les-Roses, ville de la banlieue du Sud de Paris, est l’exemple même de ce que peut donner une gestion socialo-communiste :

– un maire, Patrick Sève, récemment mis en examen pour détournement d’argent public.

– un endettement record de 47 millions d’euros (soit entre 1 600 et 1 700 euros par habitant), ce qui en fait la ville la plus endettée du Val-de-Marne.

Mais voilà, malgré son incompétence avérée, la majorité municipale préfère agiter ses marottes idéologiques, avec un fort penchant névrotique pour le communautarisme. François Hollande a beau jeu de déclarer que les “races” sont à bannir de la constitution : la priorité pour cette municipalité rose-rouge-verte est de prôner le métissage à tout crin avec un Alexis Carrel local promu adjoint aux “droits de l’homme et du métissage”“Les races n’existent pas” mais il faut les “mélanger”. Allez chercher une once de logique là-dedans ! Après le (national) socialisme à la sauce “aryenne”, le socialisme à la sauce métissée, une tradition historique malsaine chez ces gens-là !

*David Miège est dessinateur aux Nouvelles de France, au Cri du contribuable, au Magazine des Livres, à L’Homme Nouveau et aux 4 Vérités.

Autres articles

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France