De notre responsabilité face au chaos civilisationnel

Un coup de gueule de Sabine Faivre*

On entend ici ou là des responsables politiques, associatifs tirer à boulet rouge sur le gouvernement, accusé de tous les maux, dénonçant l’incurie de la politique actuelle, sa dérive morale, et relayant même des appels à l’insurrection.

Cette attitude est grave et irresponsable.

Non seulement ces personnalités ne mesurent pas l’impact de leurs propos, mais en plus ils ne réalisent pas leur responsabilité dans l’état de la France aujourd’hui.

Où étaient-ils, ces illustres chevaliers blancs, lorsqu’il fallait soutenir ceux qui luttaient pour contenir les dérives lors de la révision des lois de bioéthique, je veux parler des députés UMP, et de tous ceux qui ont bataillé dans l’hémicycle pour empêcher le vote de lois iniques, portant atteinte à la dignité humaine ?

Où étaient-ils, ces hérauts de la morale, lorsqu’il était question de soutenir un candidat qui se présentait devant les Français avec un tel engagement au service des valeurs (cf. l’entretien dans Le Figaro Magazine du 10 février 2012), une telle Espérance pour l’avenir ?

Ils n’étaient pas là. Ils étaient dans leur tour d’ivoire, à gloser sur l’eugénisme d’État, à annoncer la fin de l’humanité. En faisant cela, à force de jouer les Cassandre quand il y avait matière à espérer, ces gens-là ont fait advenir la catastrophe.

Car la catastrophe est là, et bien là.

Maintenant, ces mêmes personnalités revêtent leur armure de pourfendeur du mariage gay, criant haro aux idéologues et à la culture de mort, alors que ce sont eux qui ont contribué, par leur inintelligence politique, à leur donner les clés du pouvoir. De cela, ils devront rendre compte devant les générations futures.

Maintenant, faute de projet politique, les voilà à réclamer ce vers quoi les conduit naturellement leur posture catastrophiste : l’insurrection. Beau programme ! Bel exemple pour l’avenir !

Espérons que des forces constructives parviendront à porter le mouvement citoyen né de la Manif pour Tous, le plus haut possible, et par une voie noble. Pour le bien de l’homme et de l’humanité.

*Sabine Faivre est enseignante et psychologue.

Autres articles

53 Commentaires

  • eljojo , 3 Avr 2013 à 1:39 @ 1 h 39 min

    Sans compter qu’il n’existe pas encore de leader politique au sein de la Manif et que la Manif elle-même est le fruit de compromis entre intérêts momentanément convergents.

  • eljojo , 3 Avr 2013 à 1:43 @ 1 h 43 min

    C’est oublier que la très large majorité des gens présents à la manif défendent l’ordre public et auraient été très frileux à l’idée d’entrer dans l’illégalité.

    Par ailleurs Frigide Barjot n’avait pas vraiment de possibilité d’appeler à une telle action : l’association Lamanifpourtous aurait été dissoute sur le champ…

    De fait, il y aurait eu un seul moment où elle aurait pu lancer un tel mot d’ordre, c’était quand des enfants ont été gazés et où elle aurait pu jouer sur la colère des gens. Mais on peut comprendre qu’elle n’aie pas voulu lancer une révolution, étant donné qu’une révolution dérive presque toujours en bain de sang…

  • eljojo , 3 Avr 2013 à 1:48 @ 1 h 48 min

    Votre analyse semble oublier un élément capital.

    En effet, sur le discours, rien (ou presque) ne différencie la Marche pour la Vie de la Manifpourtous.

    Rien, si ce n’est la présence de Frigide Barjot qui a su, malgré un certain nombre de couacs et quelques formules contestables, rassembler au de là de la “réacosphère” en ralliant des gens de tendance plus centriste et modérée.

    Autrement dit la réussite de cette manif vient très largement de la finesse de sa stratégie de communication, finesse que vous ignorez totalement en venant avec vos gros sabots appelant à la révolte…

  • Charles , 3 Avr 2013 à 6:43 @ 6 h 43 min

    Que bien des gens du 24 mars soient anti marinistes,
    certes et peu importe.

    Il se trouve que sur ses 6.4 M d’electeurs du T 1
    de 2012,une proportion inconnue mais mesurable a
    l estime a décidé de voter blanc (+1.4 M entre T 1 & T 2)
    ou de voter Flamby.(+7.7 M dont 5.3 M de goooche).

    Au T 1,Narkozy a fait 9.7 M et 16.9 M au T2 (+8.2)

  • Charles , 3 Avr 2013 à 7:15 @ 7 h 15 min

    Dans les 8.2 M de croissance de Narkozy entre T1 et T2,
    il devait y avoir 3.3 M de F Bayrou et 0.700 de NDA,
    soit 4 M en tout.

    Il est parvenu a capter encore 4 M ailleurs
    pour faire 8.2 M en plus par rapport a T 1.
    Soit 9.7 M en T 1 plus 8.2 M de gains = 16.9 M en T 2.

    N S a donc fait 16.9 M en T 2.

    FH a fait 18.0 M en T 2 (+7.7 M) dont 5.3 M venaient
    de gauche (JLM & Joly & Poutou& Artaud )
    et 2.4 M venaient d’une origine inconnue……

    Si vous ne comprenez toujours pas le sens de ces chiffres,NS lui a tres bien compris pourquoi il a perdu.

    Plus aucun candidat de l’UMP ne jamais plus gagner
    un T2 aux presidentielles….

  • Charles , 3 Avr 2013 à 7:19 @ 7 h 19 min

    Si le plan Sarkozyste de métissage forcé des pauvres de France
    c’est du vent et que cela n’a rien de frappant,
    c’est que nous n’avons pas la meme nationalité.

    Le metissage forcé des Français c’est bon pour les pauvres
    et pas pour les riches qui se marient entre eux.

    Bravo,l’ UMP de l’UMPS.

  • Charles , 3 Avr 2013 à 7:28 @ 7 h 28 min

    Tout a fait d’accord avec vous.

    Une réelection de Flamby en 2017 n’est pas a exclure.

    A qui la faute ,si ce n’est la faute de ceux qui ont choisi
    la politique de nazification des électeurs souverainistes
    votant pour Marine.

    Il n’y aura pas de porte de secours en 2017.

    En 2012,les votes blancs sont passés de 0.7 M au T 1 à 2.1 M au T 2.

    Soit une croissance de 1.4 M.

    Ces votes venaient essentiellement des electeurs de Marine.
    Avec la rage des blogueurs tels que eljojo,cette tendance
    ne fera que se renforcer d’ici 2017.

    Sur les 6.4 M d’electeurs de Marine au T 1,
    nous avons donc 1.4 M qui ont voté blanc au T 2
    et sans doute 2.4 M qui ont voté F H.

    TOUS les analystes de l’UMPS l’ont parfaitement compris.

Les commentaires sont fermés.