Et après l’augmentation d’impôts, parlons de l’épargne dodue des Français

Il y a déjà eu pas mal d’analyse de la pesante intervention du chef de l’État jeudi dernier qui aura laissé de marbre plus des deux tiers des Français : sur le plan de la communication, c’est un échec cuisant. Cependant, pour ce qui est de la stratégie générale qui consiste à prolonger l’augmentation des impôts et accroître les ponctions, c’est une réussite : personne ne semble s’en soucier vraiment.

Décidément, la technique des petites touches successives fonctionne à merveille. Et si elle marche à l’évidence pour les questions sociétales où il s’agit de dégommer du méchant patriarcat, cela marche aussi bien avec les histoires d’argent où il s’agit de dégommer du méchant riche, ou, plus prosaïquement, de renflouer les caisses de l’État afin que, comprenez-vous, la solidarité et la redistribution des richesses puisse continuer comme devant.

Pour cela, on va procéder comme pour un toucher rectal avec un trépan pétrolier : avec tact et doigté, il s’agira de faire comprendre à tous que, puisqu’aucune piste d’économie sérieuse n’est à l’étude ni même envisagée, les impôts vont augmenter dans des proportions bibliques. Eventuellement, on pourra le faire avec la connivence de la presse ; par exemple, elle pourra titrer quelques heures « Moscovici : Sur l’année 2013, les impôts vont augmenter », et changer ce titre rapidement pour « Moscovici : «La déclaration d’impôts va être simplifiée» » comme en témoigne l’URL de cet article : videos-moscovici-sur-l-annee-2013-les-impots-vont-augmenter-27-03-2013-2674981.php (oui, ça s’est vu)… L’idée est de ne surtout pas effaroucher tout le monde.

Pourtant, le doute n’est absolument pas permis : on peut toujours affirmer que les déclarations fiscales seront simplifiées, les montants, eux, vont augmenter, à raison de 20 milliards d’euros tout de même, c’est-à-dire, selon les petits calculs comiques d’un Moscovici de moins en moins à l’aise, 10 milliards pour les ménages et 10 milliards pour les entreprises, ce qui va se traduire par 20 milliards pour les ménages d’une façon ou d’une autre (eh oui : les entreprises ne paient pas d’impôts : soit ce sont leurs consommateurs qui le font pour elles, soit ce sont leurs salariés, notamment lorsqu’elle en diminue la quantité).

Et pour les économies ? Rien. Nada. Kedal. À part peut-être les bics et les post-it …

Enfin, si on s’en tient toujours aux calculs comiques des socialistes de tous crins qui animent la vie politique française depuis 40 ans, le fait de ralentir la hausse des dépenses, c’est équivalent à réaliser des économies. En 2013, il y aurait pour 10 milliards de ralentissement de hausse, pardon, d’économies. On pouffe. Selon les autres mathématiques (celle du reste du monde qui doit payer pour leurs fastes), 10 milliards d’économies, c’est 10 milliards de dépenses annulées. Pas diminuées. Annulées. Mais qu’on se le dise : d’économies (des vraies), il n’y en aura point, Hollande ne voudrait pas condamner l’Europe à l’explosion.

Des impôts qui gonflent, une austérité qui ne veut surtout pas montrer le bout de son nez, des « économies » qui sont, in fine, une petite baisse de régime des sprinklers à pognon … Et on sait déjà que ce ne sera pas suffisant, au rythme où vont les choses : même avec des massages cardiaques vigoureux sur ses statistiques, l’INSEE n’arrive pas à publier autre chose que des résultats déprimants comme une dette qui bat des records, des déficits qui continuent à grimper joyeusement, un pouvoir d’achat qui sombre.

Il va donc falloir préparer tout le petit peuple corvéable à d’autres mesures peu populaires. On ne parlera ici pas du tout de ceux qui ont plus de 100 000 euros sur leurs comptes. Après Chypre (et une petite ponction de 60% !) ce serait indécent, voyons ! Oublions-les.

Parlons plutôt des classes moyennes. Pardon, des riches, ceux qui ont encore un bas de laine, dans lequel ils puisent d’ailleurs goulûment pour arriver à maintenir leur niveau de vie, les petits fripons. Expliquons sans attendre à ces classes dont l’opulence est jetée à la face des plus pauvres pourquoi la gauche doit se sentir détendue de la matraque fiscale. On pourra leur dire par exemple qu’augmenter les impôts, c’est non seulement nécessaire, c’est même carrément bien ; de toute façon,« soyons réalistes : la majorité précédente a gouverné dix ans et a déjà fait une grande partie des économies possibles ». Oui, soyons réaliste, ça se voit très bien toutes ces économies, regardez d’ailleurs les petits graphiques (dont les données proviennent d’Eurostat) : le premier montre qu’en pourcentage du PIB, l’État (central, régional, local et toutes administrations confondues) fait des efforts. N’est-ce pas ?

Et sur le second, où l’on raisonne maintenant en vrais euros qui sortent de votre poche, c’est encore plus flagrant, ces économies et ces grosses baisses des dép… Ah bah non, ça ne se voit pas du tout. Zut.

Ok bon, ce n’est pas limpide limpide, mais l’important est que le message principal,« la gauche peut et doit augmenter les impôts » trouve un écho favorable dans les médias et auprès d’un nombre important de décideurs politiques (notez qu’auprès des Français, l’idée commence à agacer de plus en plus – Eux qui voulaient du changement, allez comprendre !)

Et en parallèle à ces généreuses augmentations d’impôts pour que la République puisse continuer à se montrer bonne fille avec tous (enfin, tous, façon de parler, hein), une autre idée émerge gentiment. Pour le moment murmuré par d’obscurs conseillers et chuchoté par ceux qui cherchent frénétiquement à trouver des thunes pour que le bastringue français ne s’arrête pas brutalement un petit soir de mai ou de juin prochain, le concept d’une ponction sur l’épargne des Français, largement reconnue comme bien dodue, fait son chemin.

Technique des petites touches discrètes et successives oblige, on commence doucement, dans la presse, à montrer que, finalement, la situation française n’est pas comme (au hasard) la situation grecque ou chypriote : eux, ils sont du Sud et de gros dépensiers fraudeurs, nous, nous sommes riches et de vraies fourmis, et on a un gros bas de laine ; la France est un champion de l’épargne mes petits amis. Rassurant, non ?

En novembre 2012, je faisais un petit billet pour rappeler qu’à un moment ou un autre, la fine équipe de Hollande allait se réveiller et choisir une méthode ou l’autre pour renationaliser la dette française, probablement en tapant dans les assurances-vie ou, directement, dans l’épargne courante des Français. Bien sûr, à l’époque, cette manœuvre semblait n’être envisageable que pour un gouvernement désespéré et un État complètement lessivé, avec une probabilité d’occurrence faible. Depuis, les événements de Chypre donnent une idée de la façon dont cela pourrait se produire : un vendredi soir, les banques ferment et ne rouvrent plus pour une, deux, trois semaines, le temps de régler « quelques détails » … (ou plus du tout, si cela ne se passe pas bien du tout).

Bien sûr, cela ne pourra arriver en France. Impossible.

> h16 anime le blog hashtable.

Autres articles

34 Commentaires

  • jejomau , 2 Avr 2013 à 14:13 @ 14 h 13 min

    ON Y VA ! ON Y VA ! Faire un coucou à Super LGBT :

    1 ) Jeudi 4 avril 15h00 Rencontre pédagogique avec les élèves du lycée Henri Wallon d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis)

    2 ) Samedi 6 avril : François Hollande, le président des LGBT, atterrira à l’aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne et se rendra à Brive pour poser la première pierre du centre d’affaires et de formation de la chambre de commerce et d’industrie.

    Il se rendra ensuite à la préfecture, à Tulle, pour remettre les insignes de la légion d’honneur, à six Corréziens.

    Le chef de l’État partira ensuite pour Ussel où il inaugurera le nouvel Ehpad

    (http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/04/6-avril-comit%C3%A9s-daccueil-pour-hollande-en-corr%C3%A8ze-.html)

  • Goupille , 2 Avr 2013 à 14:29 @ 14 h 29 min

    D’accord. L’Etat, c’est la dépense étatique, donc les impôts. Très bien.

    Alors : vous prenez la situation en main dès demain.
    Boîte à outils ? Scenario ? Mesures ?
    Conséquences ???

    Sinon,ce sont des dénonciations vaines, et des songes.

  • onyx , 2 Avr 2013 à 15:07 @ 15 h 07 min

    BOF

  • Isabelle , 2 Avr 2013 à 15:23 @ 15 h 23 min

    Les 10 stratégies de la manipulation de masse par Chomsky.
    http://globalpresse.wordpress.com/2012/05/19/5963/
    “3/ La stratégie de la dégradation Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.”

  • JAQUOULECROQUANT , 2 Avr 2013 à 15:36 @ 15 h 36 min

    Je suis socialiste.
    Nous sommes dans un état socialiste qu’il soit UMP ou PS.
    Vous appartenez à l’état.
    Cela signifie que l’épargne des français appartient à l’état, comme les enfants des français, les biens des français, le travail des français, les bras des français, leur droit de vivre ou de mourir.
    L’état s’occupe de tout, surtout de vos affaires, même les plus intimes.
    Des femmes veulent la disposition de leur corps ? Qu’a cela ne tienne, génocidons les enfants à naître, il y en a déjà trop dans le monde. La planète est trop petite.
    Les homos veulent disposer d’enfants, pas de souci, comme ils ne veulent pas de canaris de poissons rouges ou de matous, on va leur offrir. De toutes façons la planète ne peut pas les nourrir, les enfants, pas les homos.
    Les vieux coûtent trop chers, ils ne servent plus à rien, organisons une canicule, empêchons les d’avoir accès aux soins et si cela ne suffit pas, euthanasions les !
    Vous ne pensez pas socialiste, donc vous êtes un déviant, un obscurantiste, un opposant au progrès, pour vous, nous créerons des camps, nous savons le faire depuis longtemps, nous avons une longue expérience, qu’ils soient nationaux-socialistes ou socialo-internationalistes, c’est pareil. Les camps, on connait bien. Vous pourrez encore une fois, c’est vrai sous la contrainte mais humaniste et pour votre bien, travailler pour l’émergence du bonheur socialiste.
    Nous voulons un homme nouveau, homo socialus.
    Vous n’avez pas à vous rebeller, pas à penser et surtout pas à critiquer. On veut votre bien.
    Quoi de plus normal ! Nous sommes des humanistes..

  • Charles , 2 Avr 2013 à 15:48 @ 15 h 48 min

    Goupille,

    Je ne comprends pas pourquoi vous attaquer h16.

    Sa contribution est tres utile pour demontrer l’absurdité
    de la course aux armes chimiques et biologiques contre les contribuables solvables.

    Ceux qui le peuvent fuient la Fronce,aggravant de fait la ponction sur ceux qui restent.
    Ceci est le cas de nos jeunes,diplomés et éduqués qui partent en courant.

    Comment l’empécher,sauf si vous voulez installer des miradors
    aux frontières tournés vers l’intérieur;
    Empécher les solvables de fuir la Fronce
    tout en faisant venir les insolvables du monde entier….
    la courbe de Laufer a demontré que l’impotr tue l’impot. au delà d’un certain seuil.

    Nous y sommes.

    Tout prélevement supplémentaire provoque a la fois une perte équivalente
    en recettes ailleurs du simple fait de la contraction de l’assiette taxable,
    tout en provoquant un deuxième effet négatif, a savoir une perte de valeur taxable
    autour de la dite assiette rétrécie/contractée….

    Le bilan fiscal global étant négatif de négatif.

    Que faut il donc faire ???
    D’abord ne pas augmenter la ponction fiscale globale.

    Ce qui laisse de la place pour un déplacement de ponction
    au lieu et place d’une augmentation:
    A savoir ponctionner ailleurs,donc sur d’autres segments,avec des effets vertueux
    attendus aux alentours des segments qui eux auront été défiscalisés (du fait du déplacement)

  • Charles , 2 Avr 2013 à 16:04 @ 16 h 04 min

    Exemple négatif;
    L’UMPS a aggravé la fiscalité des plus values sur l’immobilier
    en particulier ces 10 derniers mois.

    Conséquence directe????
    Effondrement du marché de l’immobilier sur l’ancien ,qui est le plus touché par ses mesures.
    Les résidences secondaires ne se vendent plus,d’ou une baisse des droits d’enregistrement.
    idem pour l’ancien locatif lui aussi taxé,ce qui entraine une consequence indiretce:

    A savoir la baisse des ventes en immobilier neuf.
    En analyse globale si les taxes sur l’immobilier ancien (avant Flamby)
    rapportaient un indice de 10 les ventes dans l’immobilier neuf
    rapportaient 140 (14 fois plus).
    Ces ventes etant liées les unes aux autres.

    Le neuf a besoin de l’ancien pour prospérer,puisque les ventes dans l’ancien
    permettent de constituer l’apport nécessaire pour déclencher un financement bancaire.

    De plus le neuf,contrairement a l’ancien ,contient une forte proportionnalité de taxes
    directes (TVA ) et indirectes (charges sociales sur les salaires).
    Bilan fiscal en recettes globales de globales ???
    Négatif de négatif en mesure globale et réelle.

    Pour autant ces mesures ont été prises pour pouvoir faire semblant
    de prendre des mesures correctrices.

    Gouverner c’est donc faire semblant de gouverner pour gagner du temps.
    Le pouvoir UMPS est une pièce de théatre pour les bulots de Fronce.

    La preuve par neuf ???

    Les 2 présidents,Narkozy et Flamby,ont tous les deux changé de femmes (ou de maitresse)
    dans les 10 mois qui ont suivis leur élection,chaque fois pour prendre (ou se faire prendre)
    par une comédienne professionnelle et deja mariée (ou en couple avec enfant)…..
    Carla Bruni,la femme aux 100 amis transatlantiques
    et Julie Gayet,l’actrice qui vient de remplacer Valèrie.

    Gayet,Gayet ,vous avez dit Gayet,la Gayettine n’est pas loin.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen