Pilate et Judas, le retour !

Pilate et Judas, le retour !

François Billot de Lochner

Toute personne objective ne peut que constater que la France est à la croisée des chemins, et que le vote du 7 mai prochain représente un enjeu de civilisation, entre :

l’accélération de la mise en place d’une France multiculturelle déstructurée en profondeur, et autoritairement agglomérée à une Union européenne anti-démocratique, ou le retour d’une France souveraine, maîtresse de son destin, résorbant peu à peu les désastres politiques, économiques, sociaux, moraux et culturels du demi-siècle passé.

Nous sommes dans la situation de la fin du mois d’août 1939. À cette époque, une grande partie des Français bronzait sur les plages de l’Atlantique ou de la Méditerranée : tout allait très bien. Seuls les authentiques résistants de la première heure criaient dans le désert. Quelques jours plus tard, la guerre était partout, et la France allait partir en lambeaux.

Aujourd’hui, les forces non démocratiques du système politico-médiatique de gauche s’apprêtent à envahir tout l’espace français, en employant les moyens les plus inadmissibles pour faire élire leur nouvelle idole, le dieu Macron. Pour ne pas se retrouver comme en septembre 1939, la résistance du peuple de droite n’est plus une option, mais un impératif. Et pourtant…

Il semble que Ponce Pilate soit plus que jamais présent dans les esprits de nombreux responsables de la société civile, notamment catholiques. Les déclarations étranges se succèdent, et sont objectivement catastrophiques. Pour les uns, aucune nécessité d’éclairer sur le vote de dimanche prochain, considéré comme un épiphénomène peu intéressant ; pour d’autres, le Front National est évidemment responsable du désastre (dont on ne sait ce qu’il est…), et le 7 mai prochain est donc à passer par pertes et profits, et sus aux législatives ; la Conférence des évêques de France publie un communiqué lamentable, axé prioritairement sur le seul devoir de l’accueil de l’immigré : passion pour l’invasion, quand tu nous tiens… Et encore, et encore. Nous sommes bien à la fin du mois d’août 1939 : alors que se prépare un changement de civilisation, les insouciants restent insouciants, car telle est leur nature : tout cela n’est pas leur problème, ils s’en lavent les mains. Le réveil risque d’être brutal, comme il le fut au début de septembre 39.

Si Ponce Pilate retrouve des couleurs, cela peut aller plus loin que le simple lavage de main…et voici venir Judas, l’homme de l’éternelle trahison. Le journal Le Point a recensé avec gourmandise, ce week-end, un certain nombre d’associations dites « catholiques » appelant clairement à voter Macron. Celles-ci, nous le savons, ont le cœur à gauche, voire très à gauche. C’est leur droit, c’est leur choix. Mais la ligne rouge est franchie lorsqu’elles revendiquent ou mettent en avant leur côté « catholique », pour mieux tromper la partie de l’électorat catholique qui est le plus influençable. Voter Marine est un péché mortel, qu’on se le dise ! Si le pape François avait dit : qui suis-je pour juger, ces associations n’ont pas cette pudeur : en enfer, les anti-Macron, et plus vite que ça ! Elles exercent de cette façon une sorte de dictature morale totalement inadmissible. Les jésuites français, par le biais de leur journal Etudes qui n’intéresse plus personne, participent à cette folie : après avoir détruit presque intégralement leur ordre si puissant, ils estiment sans doute nécessaire de détruire la France tout entière … Judas le retour, avec son petit sac d’argent.

Dieu merci, il existe un monde catholique authentiquement résistant, qui, de façon courageuse, indique clairement ce que seront les conséquences du vote de dimanche prochain. Le pape François vient de déclarer qu’il connaissait « la droite forte » qui briguait l’élection présidentielle, mais ne savait pas d’où venait Emmanuel Macron : cette expression est lourde de sens pour qui sait d’où vient cette phrase, et ce qu’elle signifie. Le collectif Antioche, composé d’évêques et de prêtres, appelle paisiblement à voter pour Marine Le Pen. Le très respecté Yves Meaudre, ancien président des Enfants du Mékong, fait de même. La très remarquable Marie-France Garaud, l’une des meilleures analystes politiques actuels, qui fut une très grande dame de la politique, n’hésite pas une seconde : c’est Marine. Et tant d’autres…

De tout cela, il résulte que le monde catholique de la résistance doit continuer, tout au long de la semaine, à expliquer que le vote Macron conduit purement et simplement à la destruction de la France, alors que le vote Marine ne s’oppose en rien à la Doctrine sociale de l’Eglise (à cet égard, la position de Marine Le Pen sur l’immigration est conforme à celle du Catéchisme de l’Eglise catholique, n’en déplaise à la Conférence épiscopale).

De son côté, le monde catholique de la soumission à la dictature politico-médiatique doit réfléchir à ce que sera une présidence Macron (puisque le programme de destruction du candidat ne souffre d’aucune opacité), et devra ultérieurement être en capacité de justifier son vote, si Macron est élu. Il est à craindre que ce monde se revendiquant « catholique » pleure amèrement son choix dès le lendemain des élections, à moins qu’il soit à ce point déconstructeur qu’il s’en réjouisse… Quoiqu’il en soit, lundi prochain, il sera trop tard.

> François Billot de Lochner préside la Fondation de Service politique, Liberté politique, et France Audace.

Autres articles

5 Commentaires

  • Tonio , 2 mai 2017 @ 19 h 54 min

    Macron ou Mammon , aucune différence, on reste dans le temple du fric et de l’accumulation insensée de richesses: ” Nul ne peut servir deux maîtres : car toujours il haïra l’un et aimera l’autre. On ne peut servir à la fois Dieu et Mammon.” (Matthieu 6:24)
    la Nation ou Mammon ?

  • Gisèle , 2 mai 2017 @ 22 h 29 min

    Nous sommes bien loin de la notion de partage …
    Ceux qui culpabilisent les français qui refusent la vague migratoire, sont ceux qui provoquent cette vague en s’enrichissant avec les richesses minières et autres qu’ils exploitent aux dépens des peuples qui sont gardés volontairement dans une extrême pauvreté, et qui sont poussés à migrer . Ce sont ceux aussi qui laissent s’envenimer les guerres locales .
    Monsieur Macron fait partie de ceux là même qui jouent ce double jeu .
    A vomir !

  • jejomau , 3 mai 2017 @ 9 h 27 min

    Macron est un voleur et un menteur, ce que cache soigneusement les médias !

    Des revenus inexplicables, un patrimoine opaque :

    •De janvier 2010 à juin 2014 Macron a gagné 2,75 millions € chez Rothschild et 360.000€ comme conseiller de F Hollande, soit 3,11 millions €, mais lors de sa nomination de ministre de l’économie en août 2014 il ne lui restait comme patrimoine que 156 000 € (corrigé ultérieurement à 214 000 €) alors qu’il avait déjà un patrimoine au préalable. OU EST PASSE CET ARGENT ?

    •Les rémunérations de Macron apparaissent pour 28 % sous forme de salaires et 72 % en dividendes et bénéfices non commerciaux, ce qui les exonère grandement de charges sociales et fiscales. Si tous les salariés étaient payés de cette façon leur salaire net serait augmenté de 67 % !

    •dans sa déclaration de patrimoine d’octobre 2014 à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATPV), Macron déclare au passif de son patrimoine un emprunt de 600.000€ du 4 septembre 2012 pour refinancer un prêt initial de 2007 de 500 000 € destiné à sa résidence principale. Puisque le prêt initial était refinancé, pourquoi reste-il un reliquat de 200.000 € sur ce premier emprunt et comment peut-il encore rester un solde de 100.000 € à rembourser en 2022 sur ce prêt initial qui était d’une durée de 10 ans donc qui se serait terminé au plus tard en 2017 ?

    •Macron déclare au passif de son patrimoine un emprunt ‘familial’ de 350.000 € du 23 novembre 2011 pour des travaux dans une résidence secondaire. Mais il ne déclare pas de résidence secondaire ! Il s’avérera qu’il s’agissait d’une maison appartenant en propre à son épouse. Financer des travaux dans une résidence qui ne lui appartient pas sans déclarer à son actif un montant équivalent au montant du prêt, RELEVE DU PENAL.

    •De janvier 2010 à juin 2014 Macron a donc perçu 3,11 millions € et emprunté 950 000 €, soit un total de 4,06 million € en 4 ans. Quand on sait que par ailleurs tous ses repas et déplacements étaient essentiellement payés avec de l’argent public, on se demande comment il a pu dépenser 2000 € par jour !!! D’autant que lui-même déclarait le 17 décembre 2012 à Libération « L’idée était aussi de me mettre à l’abri financièrement. Je n’ai pas de goûts de luxe, ni de gros besoins, mais j’accorde beaucoup de prix à mon indépendance ». Le même média écrivait le 26 août 2014 : « Depuis son passage par Rothschild, Macron est suffisamment riche pour être à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours ». Mais alors, OU EST PASSE CET ARGENT ?

    •dans sa déclaration à la HATVP (en sa qualité de ministre) Macron ne mentionne que son appartement parisien, il oublie sa maison du Touquet. Sa déclaration à la HATVP est donc fausse. De tels manquements font l’objet de sanctions pénales qui sont expressément rappelées en dernière page de la déclaration qu’il a signé et daté de sa main à la HATVP le 24 octobre 2014.

    •Macron a fait l’objet d’un redressement pour la sous-évaluation de cette maison, dont il était propriétaire depuis 2007 ; ce redressement fiscal n’a porté que sur les années 2013 et 2014, parce qu’il a profité de la prescription fiscale pour les années antérieures, de 2007 à 2012.

    •Dans sa déclaration de revenus apparaît des montants importants de revenus de valeurs mobilières (291.286 € en 2011 et 270.296 € en 2012) alors que dans son patrimoine n’apparaît aucun portefeuille de valeurs mobilières ?!!!

    •20 actions de la SAS Financière Rabelais qui étaient à son nom ont changé de mains sans explication. Alors qu’il devait les apporter le 8 juin 2012 pour une valeur de 372.187 € à la société Paris Orléans (renommée Rothschild & C en avril 2015) elles ont en fait été apportées par deux tiers. Aucune cession de parts n’a été enregistrée. Sont-ils intervenus en prête-nom ?
    •Macron n’a payé que 53.653 € d’indemnité de rupture de son engagement dans la fonction publique alors que selon de calcul légal il aurait dû payer 2 fois son dernier traitement annuel soit 324 240 €. Où est l’erreur ?

    •De manière globale, qu’A-T-IL FAIT DE SON ARGENT alors qu’en plus il a emprunté pour payer des travaux qui n’étaient pas pour des biens lui appartenant, sans pour autant voir apparaître de créances dans son patrimoine ?

    •L’ensemble des omissions relevées sont d’un montant qui rend leur auteur passible d’une peine de trois ans d’emprisonnement et 45.000 € d’amende ainsi qu’une INTERDICTION DES DROITS CIVIQUES et l’interdiction d’exercer une fonction publique.

  • Charles , 3 mai 2017 @ 11 h 11 min

    Pour ce qui est de la double monnaie, il faut savoir expliquer la différence
    entre fonction interne et externe d’une monnaie.
    Ces 2 fonctions peuvent être assurées par 2 monnaies complémentaires
    reliées l’une à l’autre.
    La monnaie interne sert aux transactions internes que vous soyez
    un consommateur ou un producteur professionnel.
    Donc vous achetez et vous vendez en Franc , si vous vous trouvez en France et en Lire si vous vous trouvez en Italie.
    La monnaie externe sert pour définir la valeur des exportations
    et des importations.
    La monnaie externe peut exister en 2 formats différents qui seront définis en fonction des adhésions au projet chez nos voisins, en particulier ceux du sud.
    ——————————————
    Dans la version « a minima », la monnaie externe est simplement une monnaie notionnelle (dite monnaie de compte) dont la valeur est calculée chaque jour sur la base d’un panier des monnaies internes qui la définissent.
    ——————–
    Donc, une entreprise qui importe ou exporte peut signer un contrat dont le montant est libellé dans cette monnaie commune. La réalisation du contrat
    se fera dans la monnaie interne de celui qui paye mais calculée en fonction du cours de conversion (interne/externe) le jour de la réalisation du contrat.
    ————————————————-
    Dans la version » a maxima » cette monnaie est à la fois une monnaie de compte (donc de calcul ou de définition) c’est aussi une monnaie de règlement ayant une existence propre, ce qui implique qu’il y ait un institut d’émission de la dite monnaie externe.
    Cet institut peut être soit une banque centrale externe (type BCE modifiée)
    soit un fond monétaire européen (type FMI) qui est une réserve de monnaies internes.

  • jejomau , 3 mai 2017 @ 11 h 23 min

    Dernières infos :

    Les analystes financiers de la place de Paris sont rassurés par les propos de Marine sur l’Euro. Eux, ont parfaitement compris ce que disait Marine sur le sujet contrairement aux médias qui, étant de Gauche, n’ont jamais rien compris à l’économie…

    En revanche, ils ne soutiennent plus Macron car il n’aura pas de majorité pour les Législatives : avec Macron, la Bourse devrait s’effondrer ! Et la France entrer longtemps dans le marasme…..

    A bon entendeur salut !

Les commentaires sont fermés.