Vive Sainte Jeanne d’Arc !

Vive Sainte Jeanne d’Arc !

Jeanne d'Arc -  Copyright : Orléans, Musée des beaux-arts
Copyright : Orléans, Musée des beaux-arts

Il est, dans l’Histoire de France, des êtres sans lesquels cette Histoire n’aurait jamais vu le jour, ou sans lesquels son cours eût été à tout jamais et irrémédiablement changé. Ce sont des êtres de chair et de sang, mais la chair et le sang sont quelquefois l’étoffe dans laquelle on fabrique les héros. Et la France a besoin de héros. Par eux, elle tisse son Histoire et trace son chemin. A travers eux, elle s’incarne et montre un visage.

Ils sont, au milieu des bouleversements et des révolutions, ces phares lumineux, ces remparts inébranlables, sentinelles en vigie, dépositaires d’un héritage dont ils sont constitués gardiens mais non propriétaires, témoignages d’une fidélité sans faille, mille fois éprouvée par les vicissitudes quelquefois tragiques d’une Histoire qui dessine pourtant, au gré des événements et au fil du temps, les contours et l’âme de la patrie.

Ils ont façonné hier ce que nous sommes aujourd’hui. Et à tout jamais, nous demeurons débiteurs : à cause de cette loyauté que commande le devoir de reconnaissance, à cause de cette fidélité, honneur et fierté des chevaliers français, mais de laquelle l’époque moderne prétend lâchement nous libérer, congédiant saint Paul, dont l’écho, lointain, semble s’estomper avec le temps qui passe : “Qu’as-tu que tu n’aies reçu ?”

Ils sont les incarnations charnelles d’une réalité tangible, la patrie. La patrie, cet enracinement dans l’Histoire et dans la géographie, cette terre héritée de nos pères, dont Charette, sublime général vendéen, nous rappelait, pourfendant les fantômes et les abstractions philosophiques de 1789, que nous l’avions davantage sous les pieds que dans la tête.

Elle s’appelait Jeanne. On la surnomma la “pucelle d’Orléans”. Et elle fut, sans conteste, le plus grand héros de l’Histoire de France.

Petite bergère, issue de la terre de Lorraine et comblée par le Ciel de privilèges surnaturels, elle portera haut l’étendard de la chevalerie, quintessence de l’excellence française. Boutant l’envahisseur hors du royaume, elle permit à la couronne de recouvrer son autorité, et à la patrie de regagner son indépendance, après que l’immonde traité de Troyes l’eût livrée à l’étranger. Elle scella finalement dans ses cendres un sentiment national qui, en gestation depuis le miracle de Reims, était né à la bataille de Bouvines quelques 200 ans plus tôt…

Jeanne fut fidèle à la France et au Roi comme à l’Église et au Pape, quoiqu’elle sût mieux que personne qu’un roi peut être ingrat et, face à l’évêque Cauchon, que “les hommes d’Église ne sont pas l’Église”. C’est égal. Fille de France et fille de Chrétienté, elle rétablira dans ses droits le gentil Dauphin, fera monter sur le trône de ses pères l’héritier légitime de la couronne. Car Charles VII incarne un principe de légitimité : il est celui que la naissance, la lignée ou le rang ont fait naître au dessus des rivalités humaines ; il est celui qui n’est pas issu d’une faction, d’un clan ou d’un parti, mais qui est imposé par les siècles… tant il est vrai, selon les lois fondamentales du royaume, qu’ “en France, le Roi ne meurt pas”, vérité si bien exprimée par ce vieux cri de l’ancienne France : “Le Roi est mort, vive le Roi !”

Quelle leçon ne donne-t-elle pas alors aux crapules totalitaires et autres révolutionnaires imbibés, confisacteurs de la mémoire collective, qui prétendent faire commencer l’Histoire avec eux ! Comment peut-on envisager sereinement de construire un avenir quand on est orphelin de son passé ?

Quelle leçon ne donne-t-elle pas encore, elle, la petite chrétienne, la modeste bergère qui sauve la patrie, aux laïcards et autres sans-dieu, fermés à toute transcendance, négateurs des principes supérieurs. Car c’est en “Nom Dieu” qu’elle agit, envoyée par le Ciel et ses émissaires, saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite, pour faire sacrer à Reims le lieutenant de Jésus-Christ en terre de France. En son cœur et en son âme, Jeanne d’Arc ne saurait dissocier la patrie charnelle et la patrie céleste.

Humble à Domrémy, magnifique à Orléans, martyre à Rouen, la sainte de la patrie a su inspiré aux vrais Français, dans l’adversité, des sentiments de courage, d’abnégation et de persévérance ; elle continue, en ces temps troublés, à faire naître en eux une Foi et une espérance qui ne s’éteindront jamais.

Ne serons-nous pas, à l’image de sainte Jeanne d’Arc, de ceux-là qui, en pleine tempête, quand tout semble perdu, montent sur le pont pour livrer l’ultime bataille ?! Alors, pour que vive la France, que dans nos cœurs de Français vive sainte Jeanne d’Arc !

Autres articles

11 Commentaires

  • Boutté , 3 Juin 2016 à 7:36 @ 7 h 36 min

    Même Jules Michelet, l’Historien de référence des 5 Républiques de nôtre pays a du en convenir et a écrit sur Jeanne un très beau texte .

  • André , 3 Juin 2016 à 9:05 @ 9 h 05 min

    Ce qui est écoeurant tout en donnant envie de vomir est que les français socialo-communistes se réclament de Jeanne d’Arc. Or Jeanne d’Arc ne fut jamais une républicaine, d’autant que lorsque l’on découvre après maintes recherches que cette république française est satanique, donc maudite. Fort heureusement, elle va bientôt tomber pour ne plus jamais plus se relever. Mais à quel prix. Je ne peux en dire davantage et garder le silence, car les français n’en valent plus la peine. Il faut donc laisser faire le temps qui est maintenant très court et les événements s’accomplir, car ils doivent s’accomplir.

  • PETRUS ANGEL , 3 Juin 2016 à 9:44 @ 9 h 44 min

    Merci !

    Ne manquez pas la lecture du procès de Jeanne, commenté par Me Tremolet de Villers !
    http://petrus.angel.over-blog.com/2016/05/le-proces-de-rouen-de-jeanne-vu-par-l-avocat.html

    Petrus Angel

  • Charles , 4 Juin 2016 à 21:10 @ 21 h 10 min
  • André , 5 Juin 2016 à 1:22 @ 1 h 22 min
  • André , 5 Juin 2016 à 1:25 @ 1 h 25 min

    L’actuel pape serait-il l’anti-pape de la fin des temps ? Si tel est le cas, les événements vont indubitablement s’accélérer. J’avais toujours une date butoir qui est 13 octobre 2017…
    Le pape refuse de s’incliner devant Jésus, dont il est le principal vicaire, mais il courbe l’échine devant des chefs de fausses religions…..

    http://laportelatine.org/vatican/le_pape_francois/28_05_2016_pape_et_refus_agenouillement_st_sacrement.php
    Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X – FSSPX – SSPX – La Porte Latine – Catholiques de Tradition – Mgr Lefebvre – Mgr Fellay – Le pape François refuse à nouveau de s’agenouiller devant le Saint Sacrement exposé – 26 mai 2016
    laportelatine.org
    Site des catholiques de Tradition en France pour la FSSPX fondée par Mgr Lefebvre et sous l’autorité de Mgr Fellay
    Revoyez certains messages sur mes blogs. Préparez-vous pour éviter d’énormes surprises. Je ne peux formuler ou donner aucune date sur ce que je ressens et selon mes déductions, mais si la guerre civile démarre en France cette année (la France est le pays européen qui souffrira le plus), les événements risquent de se propager comme une traînée de poudre et ensuite, déclaration de la troisième guerre mondiale à cause d’Israël et de la Perse. On ne peut plus rien arrêter, sans le secours divin… Et ça je le savais depuis 2008 quand j’ai découvert le QI des français. Mais je voulais avoir cette petite lueur d’espoir, que les français s’instruiraient pour recouvrer la sagesse… Que nenni, le diable s’est drôlement incrusté…

    André

  • hermeneias , 5 Juin 2016 à 10:42 @ 10 h 42 min

    Jeanne n’est pas “nationaliste” et partant non récupérable par les “républicains” en général et donc par le “front national” républicain en particulier .
    Les beaufs , les soudards et la racaille républicaine , ne sachant plus à quels saints se vouer ( et pour cause ! ) , se sont chercher leur “sainte” mais en la dépouillant de sa dimension religieuse qui EST première et déterminante .
    Jeanne a obéi à ses “VOIX” . Elle n’était pas la militante d’une idéologie !

    Un certain nationalisme “royaliste” , catholique par tradition plus que par conviction , a aussi voulu récupérer , instrumentaliser , cette Jeanne qui est une Sainte c’est à dire un “ovni” ( comme beaucoup de saints) dans le cours de l’histoire de l’humanité .
    Elle a , d’ailleurs , du subir un procès où le religieux était clairement instrumentalisé par le pouvoir politique et où “l’évêque” Cauchon était , on le sait bien , instrumentalisé par on sait qui .
    Quant à Charles VII , en tant que personne , c’était un clampin falot qui a laissé tombé Jeanne .

    Le vieux Lepen , sur le tard , a eu , enfin , la bonne attitude en appelant “AU SECOURS” , à l’aide , Jeanne et , par elle , Celui qui a pu susciter cette étoile ( filante) providentielle . Le vieux JMLP commencerait-il à comprendre quelque chose et son erreur en refilant le fn à sa fille

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France