Le chemin de Damas passe par Moscou

L’idée que la morale doive s’imposer à la politique, le règne des fins au calcul des moyens, l’éthique à la technique parcourt la pensée humaniste, et notamment chrétienne, de Kant à Maritain.  Elle porte le récent « droit d’ingérence » qui justifie l’action militaire des « bons » contre les « mauvais ». Sous prétexte de faire cesser une guerre civile et le massacre d’un peuple par une dictature serbe, irakienne, libyenne ou syrienne, les démocraties immaculées punissent le méchant et… laissent le pays dans un état où la violence et la discrimination ont, dans le meilleur des cas, changé de sens. Les Serbes du Kosovo, les chrétiens d’Irak sont ainsi les victimes expiatoires du droit d’ingérence, exercé au nom de la morale, justifié parfois par le mensonge, et soupçonné, avec raison, d’avoir visé des buts où l’intérêt politique prévalait sur le devoir éthique. Lorsque la morale n’est qu’un moyen, plus présentable, de justifier une action dont les fins sont politiques, on est chez Machiavel, pas chez Gandhi. L’ingérence, c’est l’impérialisme de Tartufe. Il est légitime que les démocraties occidentales se protègent, comme en Afghanistan en éradiquant les camps d’entraînement d’Al-Qaïda. Les mœurs de ce pays, le rôle économique de la drogue, la corruption des dirigeants, la violence endémique et la situation des femmes montrent par leur persistance que les objectifs « moraux » n’étaient pas essentiels. De même, Saddam Hussein n’était pas un danger pour l’Occident qui l’avait armé contre l’Iran, mais c’est la menace que son État faisait planer sur les peu démocratiques monarchies gazières et pétrolières qui a déterminé une intervention dont la population irakienne, à l’exception des Kurdes, peut-être, souffre encore aujourd’hui. Dans la plupart de ces conflits, on trouve le Qatar, les Saoudiens, les Émirats, parfois les Turcs. Au nom de la morale, on a levé le principe gaulliste du respect des États, qui était un réalisme fondé sur l’indépendance réciproque pour lui substituer une domination très réaliste aussi, celle des puissants et des riches. Le réalisme avoué du Général de Gaulle n’était-il pas, en fait, plus moral que l’hypocrisie du droit d’ingérence ? Bizarrement, ce droit cesse à partir d’une certaine taille de l’État dit voyou. La Chine et le Tibet voire la Corée du Nord, la Russie et la Tchétchénie voire la Géorgie sortent du champ de la morale. La répression musclée des Saoudiens au Bahrein, ingérence contre-révolutionnaire, a paru normale aux yeux des Occidentaux.

“L’économie rejoignant la politique, la convergence objective des intérêts entre les démocraties occidentales, la France, en particulier et les riches États du Golfe, paraît amener régulièrement les armées des premières à servir de légions aux seconds.”

La Syrie est une dictature. La France a des raisons d’en vouloir aux Assad depuis la mort, en 1983, de 58 parachutistes français victimes d’un attentat commis en représailles de la fourniture d’avions à… Saddam Hussein contre l’Iran. La Syrie y avait sans doute mis la main, et la France de Mitterrand n’avait guère réagi. La position de Hollande aujourd’hui n’est pas plus morale que celle de son prédécesseur. Il justifie son souhait d’une action ciblée contre Damas parce que l’utilisation des gaz par l’armée syrienne serait un crime contre l’humanité. Mais derrière cette raison morale pleine de dignité, se cachent d’autres enjeux, politiques, ceux-là. D’abord, l’absence de réaction des Occidentaux, qui avaient parlé de ligne rouge à ne pas franchir, ne serait pas sans conséquence dans le rapport des forces, au niveau international. Les Russes et les Chinois sont en embuscade et l’engagement fort des premiers est redoutable, d’abord parce qu’il présente un risque militaire en cas d’intervention, ensuite parce qu’il peut en empêchant celle-ci, redonner à la Russie un poids qu’elle avait perdu. Ensuite, l’économie rejoignant la politique, la convergence objective des intérêts entre les démocraties occidentales, la France, en particulier et les riches États du Golfe, paraît amener régulièrement les armées des premières à servir de légions aux seconds. Enfin, il n’est pas impossible que notre Président, dont le seul succès a été le Mali, n’ait espéré tiré quelque profit d’une attitude musclée et éthique sur le plan intérieur.

“Deux questions se posent à François Hollande : faut-il interroger le Parlement ? Si les Alliés n’y vont plus, faut-il y aller quand même ?”

Malheureusement, devant les risques militaires et l’hostilité croissante des populations, les Anglo-saxons sont devenus prudents. Les Britanniques, chez qui le Parlement ne se résume pas au spectacle des séances de questions, se sont retirés après le vote négatif des députés. Obama, qui ressemble de plus en plus à Clinton, habile communiquant, incapable de régler véritablement les problèmes, va lui aussi interroger le Congrès. Hollande se retrouve donc dans la position inconfortable du suiveur passé en tête “à l’insu de son plein gré ». Deux questions se posent à lui : faut-il interroger le Parlement ? Si les Alliés n’y vont plus, faut-il y aller quand même ? Intervenir sans les Américains est utopique. Reste la première question. La Constitution n’impose pas le soutien du Parlement avant quatre mois. Mais si cette disposition se justifie par l’urgence, elle devient inacceptable lorsqu’une situation perdure : deux ans de guerre civile, déjà plusieurs suppositions d’un usage des gaz jusqu’à ces images récentes d’un quartier de Damas. L’absence d’urgence à quoi s’ajoutent une opinion publique défavorable, le veto russo-chinois à l’ONU, les doutes sur la culpabilité du gouvernement syrien, après le précédent irakien, justifie pleinement que l’Assemblée soit consultée Les puissances occidentales et leurs alliés comme la Turquie ont une lourde responsabilité dans le déclenchement et le prolongement de la guerre civile en raison de l’aide fournie. Si leur priorité était humanitaire, elles devraient s’efforcer d’accepter qu’à Genève soit trouvée une solution acceptable par le régime syrien. “Munich », s’offusque Harlem Désir, comme s’il y avait le moindre rapport entre l’abandon de notre meilleur allié contre le IIIe Reich et le refus d’accompagner les ambitions démesurées du Qatar. Copé a d’abord soutenu Hollande avant de découvrir que 64% des Français étaient hostiles à une action militaire.  Ces gesticulations politiciennes sont dérisoires et déplacées face à un peuple qui souffre. Puisque chacun sait que nous ne ferons pas vraiment la guerre, alors, il faut faire la paix et le plus vite possible. Son chemin  passe par Moscou, et donc par Poutine, plus que par Washington, ce que Hollande ne semble pas avoir perçu.

Autres articles

25 Commentaires

  • mariedefrance , 2 Sep 2013 à 19:35 @ 19 h 35 min

    La constitution française permet au “chef des armées” de ne pas demander un vote du parlement.

    Or la complexité du problème syrien, l’incompétence de hollande -il n’est pas le Général-, son isolement européen voire international, ne doivent pas l’incliner à faire le choix d’y aller.

    Hollande n’a jamais dirigé et “géré’ de façon catastrophique que la CORREZE !!
    Ce n’est pas un an et demi qu’il a appris à être un Président de TOUS les Français.

    Serait-ce un coup des perfides Anglo-Saxons ?
    Pépère 1er est isolé, suspendu au vote du congrès………………………… américain !!
    quel camouflet !!

    PS : Borlo vient de dire qu’il n’y a pas de……. preuves véritablement dans ce que le premier Ministre a présenté.
    En effet, ce ne serait qu’un raisonnement, des déductions et non de véritables “PREUVES”

  • mariedefrance , 2 Sep 2013 à 19:47 @ 19 h 47 min

    Concernant la Russie, il faut reconnaitre que les Russes ont un véritable intérêt dans ce conflit.
    Pour eux, la chute de Bachar signifie terrorisme et instabilité sur le territoire russe.

    “On voit déjà que la Syrie est un foyer du terrorisme international, attaquer ne mettra pas terme à la guerre civile”, a ainsi réaffirmé Leonid Kadyshev, jeudi dernier.

    Enfin, sans être prioritaire, l’idée de tenir tête aux Etats-Unis, sur le thème “la Russie est de retour”, n’est pas pour déplaire à Vladimir Poutine.
    Il faudra compter avec lui.

    D’autant plus que la Syrie vient de menacer la France !

  • sergio , 2 Sep 2013 à 19:53 @ 19 h 53 min

    Le va-t-en guerre de l’ Elysée se retrouve tout seul comme un c.. devant ses déclarations vengeresses et bellicistes , comme le titrait je ne sais plus quel média : ” le cocu magnifique “….
    Ce serait à mourir de rire , si la situation n’ était pas aussi tragique pour le peuple syrien..
    Notre malheureux pays est vraiment gouverné par un bouffon , tel que la France n’ a jamais connu dans son Histoire ; ce mec est pitoyable de médiocrité satisfaite !…..
    Au secours Charles Martel , ils sont devenus fous !…

  • Paule C , 2 Sep 2013 à 20:23 @ 20 h 23 min

    Entre les déclarations de C da Ponte et l’info donnée sur http://www.infowars.com, il apparaît que ce sont réellement les “rebelles” qui ont utilisé ces gaz, fournis par l’Arabie Saoudite, mais semble-t-il par erreur…La France et les USA se précipitent dans le gouffre pour ne pas fâcher l’allié saoudien, et parce que Assad, avec son étiquette de dictateur doit être détruit. Pour laisser s’installer à sa place un ramassis de groupuscules qui n’ont qu’un seul but en commun, celui d’instaurer la charia, afin de conquérir l’Occident. Honteux ! Et tout le monde, tous bords politiques confondus participent à ce lynchage sans précédent. Sont-ils idiots, ou malhonnêtes ? Quelle honte !

  • Psyché , 2 Sep 2013 à 21:02 @ 21 h 02 min

    Chacun doit lutter dans la mesure de ses moyens pour éviter cette guerre inique

    Hollande et Fabius : 12 points contre le permis de tuer en Syrie :
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-mm-hollande-et-fabius-12-points-140356

    Pitié , on étouffe
    Etat félon
    Etat tueur
    Etat menteur
    Démocratie sacrifiée

  • LUC+ , 2 Sep 2013 à 21:12 @ 21 h 12 min

    Comme si le gouvernement socialiste de France avait le choix !!! Le seul qu’il aie et de repondre au siflet de ses Maitres mdr

  • Alae , 2 Sep 2013 à 21:38 @ 21 h 38 min

    Qu’espérerions-nous d’un président qui, en tant que candidat, se faisait livrer des vidéos de son idole Mitterrand pour en copier les intonations, la gestuelle et jusqu’à la couleur de cheveux? Un imitateur ! Un comique à l’Élysée, voilà ce que nous avons gagné !
    Seul bémol, Sarkozy aurait fait exactement la même chose et, étant donné son hyperactivité, il aurait peut-être obtenu plus d’alliances avec des pays européens, alors que là, ouf, la France se retrouve toute seule, entonnoir rivé sur la tête, à jouer les fiers-à-bras. .
    Sinon, étant donnée la tournure que prennent les événements, il est clair que les USA ne sont plus fiables. Leur Président ne respecte pas la Constitution, on ne sait trop vers où il penche (un coup vers les Frères Musulmans, un coup vers l’Arabie Saoudite et le Qatar… même Israël se retrouve à devoir composer avec les Saoudiens au nom des USA !).
    Dans ces conditions, tout leader de pays normalement constitué doit penser à se tourner vers Poutine et la Chine, oui. Mais, comme disent les Anglais, “old habits are hard to break” – difficile de rompre avec les vieilles habitudes.
    Il nous faut impérativement un vrai leader (non, pas Copé ou un autre neocon quelconque. Un vrai).

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen