Les vœux, les mensonges et les illusions

Les vœux, les mensonges et les illusions

voeux

La très forte hausse du nombre de voitures brûlées, en France, dans la nuit de la Saint-Sylvestre, nous donne la mesure du peu de sérieux de nos gouvernants actuels et de la qualité des vœux qu’ils formulent. Le nombre des mises à feu est passé de 602 à 650. Ces attentats ont donc augmenté de 8 % par rapport à la précédente nuit du Nouvel An. Le nombre total de véhicules brûlés, qui n’est pas fourni officiellement, serait de 954. Lorsque le ministre de l’Intérieur fraîchement nommé Bruno Le Roux parle de phénomène contenu, il se moque donc du monde…

Comme on se moque de nous en se gargarisant de la diminution statistique du chômage, sur la base de chiffres manipulés en contradiction avec les réalités…

Comme Mme Marisol Touraine nous ment effrontément en présentant comme assainis les comptes de la sécurité sociale monopoliste. Celle-ci est endettée à hauteur de 224 milliards début 2015, chiffre passé à 233 milliards d’euros mi 2016. (1)

Si l’on s’en tient à la loi de financement de la sécurité sociale du 23 décembre 2016, loi publiant comme toujours une comptabilité prévisionnelle flatteuse entre ses prévisions de recettes et ses objectifs de dépenses, la branche maladie du seul régime général apparaît encore en déficit pour 2017 à hauteur de 4,1 milliards (2).

N’oublions pas pourtant que le déremboursement n’a jamais cessé et que les recettes sont abondées par le mécanisme pervers de la CSG, en hausse constante depuis son invention par le funeste Rocard. Sur cette cotisation hybride ont été “basculées” depuis le plan Juppé les cotisations personnelles en Maladie des assurés sociaux. C’est ce mécanisme pervers que le candidat Macron propose de parachever aux applaudissements des perroquets du système.

Le seul vœu raisonnable serait donc d’arrêter tout cela en commençant par cesser de vendre des illusions aux Français.

Commençons en effet par cesser de leur mentir sur leur prétendu “modèle social” qui se traduit par des millions de chômeurs et des milliards de déficits et de dettes. C’est ce “modèle” illusoire qui a largement affaibli ce pays et qui a produit un recul qui confine désormais au déclassement.

Affaiblie économiquement, la France se trouve de plus en plus désarmée face à un monde de plus en plus dangereux.

L’année 2017 dans le monde s’annonce dure et elle s’ouvre comme un épisode riche de séquences imprévues.

Qu’elle ait commencé par l’attentat terroriste d’Istanbul et ses 39 morts ne nous change guère de ce qui s’est progressivement installé comme une habitude.

Et pourtant, même dans cette apparente et macabre routine mondiale, la novation réside dans le pays où se sont produits ces nouveaux assauts, la Turquie étant devenue en 2016 la cible d’attentats qui jusqu’ici l’épargnaient. Ceux-ci s’inscrivent dans une série dont on pourrait dater le commencement en 1998 à Dar es-Salam, puis bien sûr en 2001 à New York, et l’envol autour de la deuxième guerre d’Irak en 2003, etc. Signatures : al Qaïda au départ, et maintenant sa rivale l’organisation État islamique que nous avons pris l’habitude, blâmable selon certains, de nommer de son acronyme arabe Daech. (3)

Rappelons de toutes façons que les racines du phénomène islamo-terroriste sont fort anciennes. On pourrait remonter à la création de la branche armée des frères musulmans en Égypte en 1945. Ainsi, la France a-t-elle subi des vagues de terrorisme proche-oriental bien avant New York. L’Irak était en guerre, avec à peu près tous ses voisins depuis 1973, quand GW Bush décida en 2003 d’intervenir pour y “terminer le job” de la coalition mondiale dirigée par son père. En Afghanistan l’intervention soviétique entre 1979 et 1989 n’a pas eu le succès qu’en escomptaient les stratèges géniaux du Kremlin. En Yougoslavie, l’occident n’a pas voulu voir la stratégie islamiste. On verra donc ce que donnera l’aventure syrienne lorsque le “grand frère russe” de Bachar al Assad devra intervenir massivement au sol, sans l’appui d’une infanterie turque qui risque de lui faire défaut comme elle a fait défaut à la coalition anglo-américaine en Irak, au dernier moment, en mars 2003. Rappelons au besoin que les intérêts, les alliances et objectifs russes et turcs sont contradictoires à 99 %, hormis leur hostilité à l’égard de Barack Obama dont le mandat se termine le 20 janvier.

Oui tout est imprévisible en ce début d’année 2017, sauf une certitude : les pays ruinés, gouvernés par des mollusques pratiquant le mensonge, le gaspillage et la démagogie, seront en grand danger.

Le seul vœu vrai, sincère et réaliste, en dehors des bonheurs familiaux et des joies spirituelles que je souhaite bien sûr à tous mes lecteurs et amis en ce début d’année, c’est pour notre pays qu’il sorte de la boue dans laquelle il s’est enfoncé.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog L’Insolent.

Notes :
1. Chiffres officiels de l’INSEE.
2. Cf. Légifrance.
3. L’objection contre l’usage de cette dénomination, pour recevable, relève peut-être d’une préciosité superfétatoire. Le fait est que personne ne songe à appeler al-Qaïda “la base”, alors pourquoi pas “Daech” ?

Autres articles

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France