VIDÉO | Le prêtre-clown qui transforme son église en cirque

Dans son émission “À chacun son histoire…” du 31 août, la chaîne Direct 8 est partie à la rencontre du Père Jean-Matrie Atmaere, curé de Wormhout (Nord) qui a une façon bien particulière de remplir ses sept clochers : faire le clown. Au risque de les transformer en cirque ? “Je ne déforme pas le message de l’Église, je ne déforme pas le message du Christ”, assure le prêtre

Autres articles

5 Commentaires

  • Pharamond , 3 septembre 2012 @ 14 h 57 min

    Complétez la phrase suivante: Le Clergé saint fait le peuple vertueux, le clergé vertueux fait le pleuple honnête, le clergé honnête fait le peuple impie, le clergé impie fait le peuple …?

    Questions subsidiaires: Quel est l’auteur de cette phrase et où s’arrête-t-elle dans sa version originale?

  • Robert , 3 septembre 2012 @ 15 h 58 min

    On peut quand même se demander s’il fait bien la distinction entre son personnage de clown et sa mission de serviteur de Dieu. Parce que même en “civil”, il semble déguisé pour un prêtre.
    En tout cas, pour amener les âmes à Dieu et témoigner de son sacerdoce, il se met en avant et emprisonne l’attention des fidèles que Dieu lui a confié autour de sa petite personne.
    C’est lamentable, mais malheureusement on a l’impression d’avoir déjà vu souvent ça tant certaines messes n’ont plus rien d’un sacrifice, mais d’un spectacle ou la vedette n’est plus Jésus-Christ mais le prêtre qui se met en scène.
    Quand aux enfants qui apprennent la foi dès la petite enfance en voyant le prêtre et les adultes s’agenouiller, adorer et rendre grâce, il va peut-être faire naître des vocations d’animateur ou de clown. Mais pour ce qui est d’inspirer le respect de Dieu et de donner envie à un jeune de le suivre, je crois que nous connaissons déjà les résultats. Ce sont ceux des séminaires diocésains, misérablement vides.

  • Nicéphore , 4 septembre 2012 @ 8 h 48 min

    Cette phrase est de Léon Bloy. Mais il n’a pas eu l’audace d’imaginer, en son temps, un clergé impie.

  • Goupille , 4 septembre 2012 @ 10 h 15 min

    J’avais raison quand je suggérais à mon curé que, pour faire venir les jeunes dans ses églises, il devrait envisager de promouvoir la communion sous deux espèces, bière et tarte au chichon…
    Par chance, lui et moi avions encore suffisamment de bon sens pour savoir qu’il s’agissait d’humour (noir).
    Apparemment, quand les limites sont dépassées y’a pus d’limite… Jusqu’où iront-ils dans les messes-foirail ? Et qu’en dit l’évêque ?? Et la CEF ???

    A noter que ceci se passe à Wornhout : en anglais, worn out se dit, par exemple, d’un vêtement tellement élimé et déformé qu’il est réduit à l’état de serpillère. Serait-ce un signe de l’humour (noir) de la Providence ?

Les commentaires sont fermés.