Éric Zemmour : Sous l’influence du Syndicat de la magistrature, Taubira prépare «une sorte d’amnistie géante»

Cet été, “la musique était de Manuel Valls mais les paroles étaient de Christiane Taubira”, affirme Éric Zemmour sur RTL mardi 3 septembre. “La forme était inspirée par le ministre de l’Intérieur quand le fond était signé par son collègue de la justice. Le président de la République et le Premier ministre insistent lourdement et presque obsessionnellement sur la sécurité des Français quand leur objectif réel est de trouver le moyen le plus efficace de vider les prisons. Puisque la gauche est convaincue que la prison est l’école du crime et, en tout cas, la cause exclusive de la récidive, il est en effet imprudent d’envoyer des gens en prison. La droite était beaucoup moins audacieuse et pleine de contradictions : d’un côté, la loi Dati de 2009 enjoignait au juge de ne pas mettre en prison les condamnés à des peines de moins de deux ans, et de l’autre, Sarkozy se méfiant du laxisme compassionnel des juges, leur imposait des peines-plancher en dessous desquelles ils ne pouvaient descendre pour les récidivistes. Une politique erratique qui a successivement vidé et rempli les prisons. La gauche, au moins, a le mérite de la cohérence, elle supprime les peines-plancher. La peine de probation pour les moins de cinq ans, quel que soit le nom qu’on lui donnera si elle acquiert force de loi, permettra de faire sortir des milliers de prisonniers, une sorte d’amnistie géante, un air de fête révolutionnaire. Car c’est bien une victoire révolutionnaire, celle du Syndicat de la magistrature, dont les hommes tiennent la place Vendôme depuis l’arrivée de Taubira. Le délinquant est, pour le syndicat, une victime, une victime d’une société bourgeoise, patriarcale, raciste, victime d’une société qui n’aime pas les jeunes, les immigrés, victime qu’il faut protéger et éduquer dans la liberté car, c’est bien connu, on n’obtient rien par la contrainte…”

Autres articles

31 Commentaires

  • Niépcédakor , 3 Sep 2013 à 16:09 @ 16 h 09 min

    Qu’est ce que l’on fait pour les homosexuels dealers ?
    On les fait monter sur un podium ?

  • GUIHALBERT , 3 Sep 2013 à 16:25 @ 16 h 25 min

    CHIC, je suis pour une amnistie générale 🙂
    à la condition que les PV des automobilistes le soient aussi !

  • charles-de , 3 Sep 2013 à 17:10 @ 17 h 10 min

    C’est sûr, si on ne condamne pas quelqu’un après un, deux, dix ou vingt délits, il ne sera jamais en droit un récidiviste et restera toujours innocent !
    J’ai envie de tenter le coup ! La loi est pour quand ?

  • hibiscus , 3 Sep 2013 à 21:07 @ 21 h 07 min

    une amnistie????
    Je fais sauter Bercy, ou bien je me fais la banque de France ou bien……..WAHOUUUUUUUUU
    peut être bien l’élysée, ce qui me démange le plus c une grande baffe dans la G… de
    taubira!!!!

  • synok , 3 Sep 2013 à 21:21 @ 21 h 21 min

    A (re)voir maintenant tout de suite absolument :
    le film d’Alexandre Prochkine ,URSS 1988
    L’ETE FROID DE 53 ( kholodnoye leto 53-ego)

    http://www.icontetheque-ruus.ehess.fr/film/421

    A noter ce film n’est pas un film de fiction mais basé sur des faits réels …

  • synok , 3 Sep 2013 à 21:22 @ 21 h 22 min

    pardon : lire russe et non pas ruus /spassibo!

  • Laurent , 3 Sep 2013 à 21:24 @ 21 h 24 min

    Je suis en partie d’accord avec notre ministre de la justice.
    Foutre en tôle quelqu’un pour 5 ans, et le faire vivre pendant 5 ans dans un milieu violent, surpeuplé, drogué, et sans avoir un encadrement suffisant (je parle un peu au niveau des gardiens, et surtout au niveau psychologique et assistance sociale), cela veut dire que dans 5 ans, on va avoir une bête dehors qui va certainement commettre d’autres crimes et délit, certainement plus grave que ceux qu’il a commis pour entrer en prison.

    La France viole très largement les accords internationaux qu’elle s’est engagée à respecter sur les droits de l’homme. Une partie des personnes condamnées ne purgent pas les peines prononcées contre eux faute de place ou de moyens d’où un sentiment d’impunité. On n’a pas les moyens à court terme pour infliger des peines plus lourdes, à moins de recourir à la peine capitale ou l’exil; et il vaut mieux une faible peine appliquée qu’une lourde peine non exécutée. Il y a une situation d’urgence à régler, et les peines aménagées sont une partie de la solution car elles ne nécessite pas ou peu d’infrastructure (qu’on a pas), et des moyens assez limités et faciles d’accès.

    Maintenant, ce que je vois, c’est qu’au delà de la situation d’urgence qui est partiellement prit en compte par le gouvernement, il n’y a quasiment aucune politique pour régler la situation sur le long terme, que cela soit par une politique qui contrôle notre démographie, notamment au niveau (dé)immigration et d’émigration, et par l’augmentation significative des places de prison. Les TIP (travaux d’intérêt généraux) et alternatives doivent être développés en France car ils ont prouvé leur efficacité dans une partie des cas, ce que semble vouloir faire notre ministre, mais ne doivent pas être la règle. Et on peut imaginer des peines alternatives à la prison, et plus dure que les TIP, tel que des solutions encadrées par l’armée.

    Régler le problème de la surpopulation carcérale et de l’état des prisons, à court et long terme, est un devoir de la France, tant au niveau du respect de sa parole au niveau international, du respect dû même aux pires de nos concitoyens, mais aussi, et surtout, pour limiter au maximum les futurs crimes et délits et protéger les citoyens lambdas.

Les commentaires sont fermés.