Ce qui manque encore à Emmanuel Macron

Ce qui manque encore à Emmanuel Macron

macronisme

Les conséquences de la quasi-candidature de Macron restent encore, n’en déplaise aux commentateurs agréés, à mesurer. Le Figaro, par exemple rassure sans doute ses lecteurs, ses annonceurs et ses abonnés en leur certifiant, dans son édition imprimée du 2 septembre, que “la droite surveille Macron mais ne le redoute pas”. Et l’on y apprend même que certains des candidats de la primaire font mine de contester l’étiquette de droite à ce personnage qui, remarquons-le, ne la revendique aucunement.

On pourrait poursuivre la polémique en se demandant aussi à quel point eux-mêmes sont vraiment dans leur rôle “à droite”. De droite Mme Kosciusko-Morizet ? De droite Alain Juppé ? etc. La confrontation à laquelle ils appellent leurs électeurs à choisir un candidat présidentiel unique pour 2017 ne s’intitule-t-elle pas “primaire de la droite et du centre” ?

Les centristes authentiques ne font pas tous la fine bouche.

D’un côté, Mme de Sarnez, au nom du canal historique, fustige certes la démarche Macron. Elle le fait d’ailleurs au nom d’une vision un peu post-marxiste du fameux “centre” supposé “plus social” que la vilaine droite, et que le méchant banquier Macron, incarnation de la ploutocratie. Il existe comme on le mesure toutes sortes de définition du “centre”. Mais l’élégante Marielle ne cache pas que dans le contexte actuel son centre à elle est incarné, dans le cadre de la primaire, par le maire de Bordeaux, avec en réserve pour le cas où Sarkozy l’emporterait, son vieux camarade Bayrou.

De l’autre côté, l’UDI officielle, en la personne de Jean-Christophe Lagarde a fait de claires avancées en direction du ministre démissionnaire de l’Économie. “Il incarne le centre gauche, nous représentons le centre droit”. Or, ne l’oublions pas ledit centre droit souffre structurellement d’une carence de candidats crédibles.

Ne pensons pas que ce manque soit seulement dû au hasard, à la maladie de Borloo, etc. C’est d’abord une question d’idées

Un centriste véritable, contrairement à ce que semble sous-entendre Marielle de Sarnez ce n’est pas nécessairement un catholique du gauche dans la tradition du MRP de la IVe république, des hommes, et des femmes, de gauche portés par des électeurs de droite et qui siègent au centre : ce sont des adversaires du bonapartisme, ce sont des partisans du régime parlementaire, des défenseurs du fédéralisme européen, etc.

En cela Macron a beaucoup de chemin à parcourir pour incarner un tel courant d’opinion. S’il reçoit un soutien sensible et compréhensible dans certains secteurs entrepreneuriaux, sa popularité récente, – sans vraie base ni vérification électorale, précisons-le – appartient à une tradition française discrète mais constante, celle du saint-simonisme qui rejette, et méprise, la politique. Point fort auprès de certaines élites, cette parenté constitue une fragilité, sinon le point faible, du personnage puisqu’il cherche à se frayer une position dans la vie politique.

Il a certes libéré le parti socialiste du poids de son aile droite, ce qui paradoxalement pourrait permettre à gauche des rapprochements parfaitement inattendus depuis ce printemps, mais il a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de disposer d’une véritable assise politique. Il faudrait qu’il nous explique quelles sont ses vues personnelles et salutaires, dans divers domaines qu’il n’a jamais abordés, sinon comme conseiller puis comme ministre d’un des pouvoirs les plus lamentables qu’ait connu le pays depuis la Régence de 1715.

Par exemple, trois marqueurs, qui fâchent, risquent fort de déterminer le scrutin de 2017 : l’immigration, l’islam et l’insécurité. Emmanuel Macron nous révélera-t-il franchement ses propositions dans ces trois domaines ?

La tradition saint-simonienne en France s’est frayé un chemin, toujours derrière un pouvoir fort, plus ou moins autoritaire ce qui l’a dispensé d’avoir à se défendre auprès de l’opinion publique. Elle a pu exercer son influence dans les sillages successifs du Second empire, fondé sur l’échec de la IIe république, de la Révolution nationale portée par le désastre de la IIIe république, ou du retour en 1958 de Charles De Gaulle porté par le dégoût de la IVe république.

La Ve république n’est pas très loin de ces situations et la mode Macron semble un des signes de cette crise et de la prise de conscience de la réalité du déclin. Mais elle semble encore loin d’en constituer le seul témoignage, et plus loin encore d’avoir elle-même forgé le manche du coup de balai qui pourrait bien se révéler bientôt nécessaire.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog L’Insolent.

Autres articles

2 Commentaires

  • jsg , 9 Sep 2016 à 10:33 @ 10 h 33 min

    Macron par ci, Macron par là ? Après tout, au regard de ce qui se passe, il faut voir, si ce personnage sympathique, est envoyé par Dieu ou, une simple taupe à Hollande !

  • Paule C , 11 Sep 2016 à 16:24 @ 16 h 24 min

    Macron n’est qu’un bobo de plus qui pollue le paysage politique, pourtant déjà bien nauséabond !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen