La Fondation Lejeune VS le Téléthon

Invité vendredi par Robert Ménard dans “Ménard sans interdit” sur i>télé, le président de la Fondation Jérôme Lejeune a lancé “un appel à la réflexion critique” sur le Téléthon dont la 25e édition se déroulait les 2 et 3 décembre 2012. Partage-t-il “la critique (formulée par) Pierre Bergé » en 2010 ? “Je n’aime pas ce regard oblique dans la gamelle du voisin », explique Jean-Marie Le Méné. Mais le Téléthon “est une institution à laquelle on ne peut adresser strictement aucune critique” regrette-t-il, dénonçant les “mensonges” de l’Association française contre les myopathies (AFM).

“Cela s’appelle de la sélection, pas de la médecine”

Les “bébéthons” ? Des “survivants d’un tri embryonnaire”, ce qui “n’a rien à voir avec la guérison” comme le croit le grand public. “On a appris depuis 25 ans beaucoup plus à faire du tri malheureusement qu’à guérir” note Jean-Marie Le Méné, “choqué (…) comme Jacques Testard” par une “sélection anténatale” qu’il qualifie d’“eugénisme”. “Je ne porte pas de jugement sur les gens qui ont recours à” ces pratiques, précise-t-il cependant. Jean-Marie Le Méné demande “un fléchage des dons” (“car le Téléthon ne fait pas que des choses qui ne sont pas recommandables”) pour ne pas devoir obligatoirement “donner à une recherche qui instrumentalise ou qui détruit les embryons” en donnant au Téléthon.

Paillettes et pressions

“Je connais des chercheurs aujourd’hui, qui travaillent dans le public et qui me disent : ‘je ne suis pas d’accord avec le Téléthon mais je la ferme parce que sinon, mon laboratoire ne sera pas subventionné’ explique Jean-Marie Le Méné qui juge par ailleurs “l’aspect show, l’aspect paillettes” de la manifestation “pas topissime”.

“L’argent du Téléthon sert assez largement à financer la recherche publique. (…) C’est une forme de privatisation de la recherche. Cela devrait relever de l’Etat, je trouve”, avec “les procédures démocratiques” adéquates. “L’Etat, dans son rôle, n’est pas tout à fait clair. pourquoi met-il à disposition d’une association et pourquoi celle-là, des moyens de service public aussi généreux ?” s’interroge-t-il. “Le génie du Téléthon” ? “Il y a beaucoup d’argent”, reconnaît Jean-Marie Le Méné qui assure que la démarche de la Fondation Lejeune qu’il dirige est fondée “sur des valeurs (…) absoluments laïques qui sont des valeurs de respect de l’être humain dès le commencement”. Elle organise deux soirées pour la recherche » les 12 et 13 décembre 2011.

Articles liés

11Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Ange au Sourire , 4 décembre 2011 @ 21 h 42 min

    J’avoue ne pas bien comprendre cette facheuse façon de nier vouloir agir en tant que chrétien, serait-ce une tare ?

  • Xavier Roupette , 4 décembre 2011 @ 22 h 36 min

    Ange au Sourire, j’avoue ne pas comprendre votre fâcheuse façon de refuser de réfléchir. Vous le faites exprès ou bien? C’est sur fecit que vous vous formez?

  • Westermann , 5 décembre 2011 @ 0 h 01 min

    Si la sélection anténatale avait existé à votre époque, Xavier, il est à craindre qu’on n’aurait pas aujourd’hui la chance de vous lire.

  • Ange au Sourire , 5 décembre 2011 @ 7 h 30 min

    @ Xavier Roupette : Merci de m’indiquer ce nouveau site. J’y suis allé, çà a l’air effectivement très bien . Je vous souhaite une excellente journée et, surtout, que Dieu vous bénisse !

  • Xavier Roupette , 5 décembre 2011 @ 13 h 14 min

    @Westermann: si vous en êtes à en appeler à la sélection anténatale, c’est que nous n’avons effectivement pas les mêmes valeurs.
    @Ange au sourire: vous êtes touchante d’hypocrisie. Il y a sur fecit quelques intervenants qui s’expriment – bizarrement – exactement comme vous. Ce doit être le manque de libre arbitre. Cela fait des clones très intéressants.

  • Robert , 5 décembre 2011 @ 13 h 39 min

    Ange au sourire,
    Jean-Marie Le Méné pratique la distinction raisonnable en vue d’unir.
    La loi naturelle est universelle, antérieure à toutes les civilisations. La science reconnaît la réalité humaine de l’embryon. Amener le débat sur le plan religieux peut satisfaire celui qui a peur de paraître renier sa foi en ne l’affirmant pas systématiquement. Mais cette affirmation préalable peut suffire à clore la discussion, n’apporte rien de plus, et peut même bloquer l’écoute chez un interlocuteur bien disposé.
    Cette apprentissage de la formation à distinguer pour unir permet sans rien renier de parler au nom de la science de valeurs qui sont défendues par l’Eglise et la science. Les deux ne s’opposent pas.
    Jérôme Lejeune disait ceci;
    “Si demain l’Eglise cessait d’être contre l’avortement, je continuerais d’y être opposé au nom de la science.”
    Tout est dit dans ce propos, la foi ne s’oppose pas à la raison et quand on défend la dignité humaine, il n’est pas forcément nécessaire de se réclamer de sa foi en toutes circonstances, étant donné bien sûr qu’on ne refuse pas par ailleurs d’assumer sa foi.
    Mais il y a une révolution intellectuelle encore à faire chez certains catholiques qui s’interdisent, par peur je le redis, certains arguments qui pourtant ne s’opposent en rien à leurs valeurs ni d’ailleurs à leur apostolat.

  • Xavier Roupette , 5 décembre 2011 @ 18 h 18 min

    Ouf, revoilà Robert. Ca va remonter le débat, rase-mottant désespérément grâce à Ange au Sourire et Westermann.

Les commentaires sont clôturés.