Une faillite nommée Hollande

Les Françaises et les Français n’ont jamais éprouvé beaucoup de sympathie pour François Hollande. Que connaissent-ils de lui ? Finalement peu de choses. François Hollande a réussi l’exploit d’être élu à la plus haute fonction de la République Française sans avoir l’expérience de la gestion des affaires de l’État. Certes, son bagage universitaire est de haut niveau. Il est diplômé de l’École des Hautes Études Commerciales (HEC), de l’inévitable Sciences Po de Paris et bien sûr de l’École Nationale d’Administration (ENA).

Mais en matière de gestion des affaires de la France, l’expérience de François Hollande est pratiquement nulle. Il est membre de la Cour des Comptes, institution prestigieuse mais dont la vocation est le contrôle et non pas la gestion. Les expériences de gestion que possède François Hollande ne lui sont fournies que par de modestes collectivités territoriales : la mairie de Tulle, une vice-présidence du conseil régional du Limousin, la présidence du conseil général de la Corrèze.

François Hollande aurait pu essayer de s’en sortir en nommant un Premier ministre bien au fait de la gestion gouvernementale. Il a fait le choix de Jean-Marc Ayrault que ni ses compétences professionnelles, ni ses activités électives – maire de Nantes – ne prédisposaient à la gestion des affaires de l’État. Chacun a pu d’ailleurs constater qu’à la tête du gouvernement, il ne sait pas faire.

François Hollande n’a pas de chance. La France traverse une crise profonde difficile à juguler. Une chose est certaine. Il faut réduire les excès de dépenses au niveau de l’État et des collectivités territoriales pour permettre à l’économie de redémarrer. Pour être clair, toute politique économique de gauche au niveau national se révèle impossible. Que cela lui plaise ou non, François Hollande est obligé de mettre en œuvre une politique de droite pour redresser la France. Constatons que confronté en 1984 au problème de l’école libre, Mitterrand n’avait pas hésité à changer complètement de position. François Hollande est sans doute incapable de le
faire. Et faute que soient prises les décisions courageuses et nécessaires, la France s’enfonce dans la crise.

Nous garderons en mémoire ces sifflements qui accompagnèrent François Hollande, le 11 novembre dernier lorsqu’il descendait en voiture les Champs-Élysées. Parce qu’il ne peut ou ne veut prendre les décisions qui s’imposent pour redresser la France, François Hollande ne fait qu’accompagner le déclin. Parce qu’ils refusent le déclin, les Français, dans leur grande majorité, ont retiré leur confiance à François Hollande.

Articles liés

44Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Paule C , 3 décembre 2013 @ 21 h 06 min

    Bien dit… requiescat in pace, le plus vite possible (sans souhaiter sa mort, juste sa disparition de la scène politique)

  • Psyché , 3 décembre 2013 @ 21 h 18 min

    J’ai foutu les finances de la Corrèze à plat,
    Je n’ai jamais été capable de se faire respecter par ses concubines,
    Je n’ai jamais travaillé de ses mains,
    Je suis le toutou de Richard Prasquier et de Benyamin Netanyahou,
    J’ai fait des synthèses pendant des années à la tête du P,
    Je manie un humour qui vous emmerde,

    Qui suis-je ?

  • Psyché , 3 décembre 2013 @ 21 h 21 min

    Correction du précédent post :

    J’ai foutu les finances de la Corrèze à plat,
    Je n’ai jamais été capable de me faire respecter par mes concubines,
    Je n’ai jamais travaillé de ses mains,
    Je suis le toutou de Richard Prasquier et de Benyamin Netanyahou,
    J’ai fait des synthèses pendant des années à la tête du PS
    Je manie un humour qui vous emmerde,

    Qui suis-je ?

  • jejomau , 3 décembre 2013 @ 22 h 19 min

    Ces deux mots : “François HOLLANDE” sont deux mots que je ne peux plus pifrer pour parler simplement et en toute franchise !

    Il me sort par les yeux : qu’un Président de la République ait pu imaginer que son peuple allait remettre ses enfants à la clique Pierre Bergé et consorts me débecquete !

    Là, c’est clair je suppose ….

  • Psyché , 3 décembre 2013 @ 22 h 20 min

    La faillite n’est pas que Hollandesque, elle est celle de tout un système !
    Quittez €, £ et $ !
    Au cours de la décennie quatre-vingt dix et de la première décennie des années deux mille, les entreprises multinationales occidentales ont délocalisé leurs usines ou encore leur production vers les pays émergents (Chine, Inde, Brésil, Corée, Taiwan, etc.) provoquant un chômage endémique et une baisse de revenu chez les consommateurs occidentaux.
    Les revenus fiscaux des États ont alors périclité et les commerçants ont tenté de compenser cette chute de pouvoir d’achat en offrant un crédit quasi illimité aux consommateurs occidentaux.
    Les entreprises improductives du tertiaire se sont concentrées dans les pays capitalistes avancés, en déclin, alors que les entreprises productrices de plus value des secteurs secondaire et primaire se sont concentrées dans les pays capitalistes émergents dont la Chine, première puissance industrielle du monde dont la monnaie, sous évaluée, offre maintenant les garanties recherchées.

  • monhugo , 3 décembre 2013 @ 23 h 40 min

    “Max la Menace”, fiction télévisée américaine, entre l’espionnage et la comédie : 138 épisodes diffusés entre septembre 1965 et avril 1969 (sur NBC).
    “François la Faillite”, réalité française, entre ridicule et tragédie – déjà 19 mois. En production (comme on dit pour les séries télé..). Jusqu’à mai….2017 !…. Sauf si…

  • François Desvignes , 4 décembre 2013 @ 3 h 33 min

    Il y a au moins trois lieux communs ou préjugés dans l’article :

    1/ rationae temporis : “La France est en crise !”. C’est temporellement faux : la “crise” est une maladie courte et violente. la France baigne dans un chomage et la destructon de son tissu économique depuis 1974. Ce n’est pas une crise c’est un cancer. La différence entre la crise et le cancer c’est que la crise ne dure jamais et que le cancer on en meurt TOUJOURS.

    2/rationae personnae : ” Nos dirigeants ne savent pas gérer” . Si : ils ont été formés pour cela, l’ENA étant justement l’école nationale d’ADMINISTRATION. Mais créée en 1945, pour gérer les trente glorieuses, ce qu’elle fit, elle s’est avérée totalement inapte à gérer les trente calamiteuses qui les ont suivies.On peut mettre tous les énarques que l’on veut, il y aura des différences de degré dans l’inaptitude mais pas de nature.

    3/ rationae materiae : “les idéaux de la république ne sont pas assez défendus”. C’est l’inverse : il faut dire les idéaux de la république sont TROP défendus. C’est l’idéologie républicaine qui a organisé notre ruine et qui est aujourd’hui en train de nous tuer. L’idéologie républicaine repose essentiellement sur une lecture inversé du Décalogue . La République c’est le négatif militant du Décalogue, que la République lit à la forme négative et en sens inverse, le dernier Commandement , l’envie, étant chez elle, le premier et le moteur de toute action.

    Dans Deutéronome 7 & 8 (pour ceux que ça intéresse) c’est très bien expliqué : aussi longtemps que nous ne ferons pas du Décalogie notre plus haut texte constitutionnel, nous continuerons de couler et avec nous,tous ceux qui dans le Monde nous ont suivis derrière cet étendart typiquement républicain ( et sataniste) : la Raison de l’Homme est l’Egal de Dieu à la place de Dieu.

    Le Christianisme est à l’origine de la Libération de l’Homme et de l’enrichissement du Monde.

    Notre apostasie est la cause unique de notre mise en esclavage et de notre ruine.

    Avec ou sans Hollande.

Les commentaires sont clôturés.