Il est temps de sortir de la réserve

Un an après la formidable mobilisation contre la loi sur le mariage unisexe, l’heure de vérité a sonné : les pontes de l’UMP qui paradaient en tête de cortège, une fois la loi votée, n’ont pas tardé à jeter les masques.

Les duperies de Jean François Copé dont Stéphane Bern révélait qu’il était, en privé, favorable au mariage gay, ne trompent plus personne.

Même la fiabilité des têtes de file réputées les plus sincères apparaît pour le moins limitée.

Hervé Mariton s’empressait, une fois la loi votée, d’indiquer qu’il marierait dans sa commune (tout en ayant l’indécence de participer aux universités d’été de la Manif pour Tous dont une partie des thèmes portait sur la clause de conscience) les couples unisexes, tout comme Henri Guaino se cachant derrière la loi républicaine.

En définitive, moins voyante lors des Manifs pour Tous, à la différence de Marion, Bruno Gollnisch ou Gilbert Collard, mis à l’écart par un cordon sanitaire, tels des pestiférés, pour ne pas approcher les élus de la droite dite « républicaine », Marine Le Pen est présidente de la seule grande formation politique à solliciter l’abrogation de la loi Taubira.

L’adoubement à peine masqué de NKM par Nicolas Sarkozy laisse augurer l’échec de la ligne Buisson ainsi que les tentatives iréniques de Sens commun d’infléchir l’UMP dans une perspective de « défense des valeurs ».

Pire, le débat sur « la théorie du genre qui n’existe pas », fait ressortir l’immense responsabilité de l’UMP, quand elle était au pouvoir, pour la promouvoir via le ministre de l’Éducation de l’époque, Luc Chatel, ou des organismes tels que la HALDE créée en 2004 sous un gouvernement UMP.

Les critiques du jeune Guillaume Peltier contre le choix de NKM comme chef de file de la droite parisienne firent rapidement l’objet d’un rappel à l’ordre brutal de ceux-là même dont il aurait pu espérer un soutien : Mariton et Guaino.

Foin d’école buissonnière, de guainoiseries ou de maritonnades, cette génération qui s’est levée l’année dernière et qui a soif d’engagement politique se rabat désormais sur des listes que l’on peut qualifier de « communautaires » ou monothématiques comme la liste Beigbeder à Paris ou Versailles Famille Avenir à Versailles.

Si la légitimité de ces démarches n’est pas sujette à caution dans la mesure où elles mettent en relief l’imposture de cette gigantesque arnaque électorale qui s’appelle l’UMP, elles risquent d’enfermer ce combat dans une case, dans un quant à soi de cathos, par les cathos pour les cathos.

En premier lieu parce que l’on ne peut pas et que l’on ne doit pas enfermer la Manif pour Tous dans une case. Certes, si la majorité des manifestants de la LMPT sont majoritairement sociologiquement identifiables, ce combat a transcendé les courants politiques, religieux et culturels. L’anthropologie pas plus que le bon sens ne sont de droite ou de gauche. Et la LMPT gagnerait plus à rester un puissant lobby agissant de l’extérieur qu’à se faire récupérer par une quelconque formation politique.

“Il est temps, de sortir de sa réserve pour aller rejoindre l’immense majorité des petits, des sans grades, non pour sombrer dans la démagogie facile mais pour élever ceux qui souffrent parce que soi-même on a beaucoup reçu.”

Ensuite parce que si le combat pour les valeurs ou la famille est fondamental, il ne peut pas être dissocié du reste. Si les listes monothématiques peuvent réaliser un bon score lors d’une élection locale voire aux européennes, l’expérience a hélas montré qu’elles n’ont jamais perduré : l’exemple des listes du mouvement « Combat pour les valeurs » de Philippe de Villiers, en dépit du talent de leur tête de file, le démontre.

Enfin, parce que la majorité des dispositions concernant la bioéthique ou la famille sont désormais décidées au niveau européen et qu’à la faveur d’un abandon de souveraineté voulu tant par la gauche que la droite, ces dispositions priment sur le droit national. Et qu’il est donc impossible de remettre en cause ces dispositions sans remettre en cause cette Europe-là, c’est-à-dire une Europe transatlantique sur le plan géopolitique, marchande et immigrationniste sur le plan économique et nihiliste sur le plan des valeurs.

Le combat à mener est un combat pour le bien commun, un combat global pour notre pays et doit rassembler tous nos compatriotes.

Or force est de constater que peu de ceux qui sont plus royalistes que le roi sur le sujet des « valeurs », sont montés au créneau au moment du débat sur le travail le dimanche ou pour lutter contre la mondialisation libérale qui délocalise à tout va, taille en pièce notre industrie et met sur la paille des milliers d’ouvriers.

Parler ainsi, c’est nous dit-on tenir un discours de gauche. Cela est curieux venant de ceux-là même qui se réclament de la doctrine sociale de l’Église et organisent des colloques sur le sujet. Ont-ils oublié les dénonciations de Léon XIII sur le capitalisme cupide et l’usure dévorante ? Prêtent-ils attention aux homélies du pape François ?

Que le lecteur me pardonne. Mais ce constat, je l’ai fait en rencontrant ici où là des personnes me parlant de valeurs, faisant leurs petites listes entre gens bien et me justifiant par ailleurs les plans sociaux pour permettre aux actionnaires de réaliser des meilleures plus-values. Et de jeter un regard de mépris sur les bras cassés d’à côté parce qu’ils ne comptent pas sur leur liste des cadres supérieurs, des jeunes loups sortant d’HEC ou de Polytechnique ou des spécialistes en placements financiers (tout simplement parce que lesdits cadres n’auront jamais le cran de se mouiller sur une liste trop « marquée »).

Si nous ne relions pas le combat des « valeurs » au combat national pour la souveraineté et au combat social pour la défense des plus petits, de ceux qui souffrent d’une logique économique implacable à des années lumières des prescriptions évangéliques, alors nous ne vaudrons guère mieux que les versaillais qui faisaient tirer sur les communards au nom de l’ordre moral. Cela, des chrétiens comme Albert de Mun ou La Tour du Pin, inspirateurs de Rerum Novarum, l’avaient compris.

En définitive, il est temps, de sortir de sa réserve pour aller rejoindre l’immense majorité des petits, des sans grades, non pour sombrer dans la démagogie facile mais pour élever ceux qui souffrent parce que soi-même on a beaucoup reçu.

Autres articles

29 Commentaires

  • Héraclite , 4 Mar 2014 à 9:52 @ 9 h 52 min

    Pourquoi Pichon a tort….

    1) Il ne conçoit une mobilisation efficiente qu’à l’intérieur du FN, alors que, même à supposer que le FN eût été à l’origine du gigantesque mouvement contre la dénaturation du mariage -et on sait que ce n’a pas été le cas, ce n’est pas M. Philippot qui dira le contraire…-, ledit mouvement se serait aussitôt transformé en flop retentissant : le FN peut regrouper des votes de masse, mais pas des mobilisations de masse (because pression sociale, image médiatique, etc)

    2) Cette façon d’enrégimenter tous les cathos dans un parti qui en compte certes de très bien, mais aussi pas mal d’homosexualistes patentés, de laïcards bornés, pour ne rien dire des résidus de néo-païens, a quelque chose de déplaisamment électoraliste. Il me dira : l’UMP est pire. C’est vrai, mais elle est aussi plus puissante.

    3) Car, en l’état actuel, malgré toute sa bonne volonté et malgré le fait que sa progression électorale me réjouisse sincèrement, révélant chaque jour davantage la tartuferie de ceux qui nous gouvernent, le FN reste un parti de bras cassés, qui n’accédera au pouvoir ni en 2017, ni après, tout simplement parce que lui-même ne l’envisage pas. Le mot de Péguy sur les néo-kantiens, “ils ont les mains pures, mais ils n’ont pas de mains”, s’applique à merveille au FN. Je préfère avoir comme partenaire un parti, qui, lui, a” les mains sales”. Cynisme? Non, politique (c’est le moindre mal, ou, si vous voulez le “moindre pire” de Rémi Fontaine) Pour ne rien dire du paradoxe d’un parti anti-système qui perdure avec lui depuis plus d’un demi-siècle. Le FN est rejeté par le Système? Peut-être, il en a d’ailleurs été si bien rejeté qu’il en est devenu la clef de voûte, canalisant le vote des mécontents vers un parti qui a toujours empêché l’union et la victoire d’une droite pourtant majoritaire en France.

    4) Pour résumer, Pichon ne comprend pas que ce qui fait la force de la manif pour tous, c’est qu’elle est “trans-courant”, et qu’elle a réussi précisément là où le FN a échoué pendant 40 ans. L’UMP et le FN sont des charognards qui se précipitent sur sa dépouille encore vivace, pour ramener le gros lot; reste à les transformer -les deux- en faucons rabatteurs au service de la seule vraie cause qui vaille pour un Français catholique, la culture de vie et la doctrine sociale de l’Eglise.

  • Damien , 4 Mar 2014 à 10:14 @ 10 h 14 min

    Article très bon pour exprimer le point de vue de l’auteur lepéniste : mais le FN comme l’UMP ont compris depuis longtemps (voir l’analyse de Guillaume Bernard sur Liberté Politique) que le vote catho était prévisible et peu déterminant.

    Fillon défendant dans La Croix le remboursement de l’IVG (cette sale maladie) par la SS et son passif abyssal : tout un symbole. Quelle claque pour les catholiques de l’UMP !
    Aucun rapport pourtant entre la loi Veil (dépénalisation) et la loi Roudy (remboursement par la sécu)

    Oui, l’UMP n’aura plus jamais ma voix (si je vote)
    Oui, le vote FN est une solution pour faire bouger les lignes (je crois que la France se prendra la Troïka sur le dos en septembre si le FN fait 25% aux européennes, là les français vont comprendre)
    Oui, LMPT doit rester un lobby strictement indépendant de tout parti politique

  • tony , 4 Mar 2014 à 10:46 @ 10 h 46 min

    J’avais ma carte à l’UMP. J’avais de l’estime pour Nico. Je ne voterai plus jamais UMP et encore moins pour Copé. Ils sont tous complices et c’est normal c’est leur gagne-pain ou plutôt leur cagnotte.
    Au PS ils sont malades de la tête. A l’UMP ce sont des traites et des opportunistes. Je voterai donc FN !
    La France a besoin d’une grosse révolution, c’est triste mais c’est comme ça !

  • Charles , 4 Mar 2014 à 10:55 @ 10 h 55 min

    “Il n’y avait pas de « cordon sanitaire » pour empêcher un tel ou un tel de côtoyer un tel ou un tel dans le carré VIP de la MPT.”
    C’est à prouver…

  • Bob , 4 Mar 2014 à 11:30 @ 11 h 30 min

    A la lecture des commentaires, il me vient la question suivante : Et pourquoi pas essayer ? On peut tout à fait comprendre les arguments des uns et des autres, et qui sont valables. On peut continuer à réfléchir des lustres dans les salons ou dans les bistrots, mais au bout d’un moment pourquoi ne pas essayer ? De quoi a t on peur ? La question centrale est la suivante: qu’est ce qu’on attend de l’UMP ? Essayons d’y répondre honnêtement. Sarko n’a rien empêché. Les lois pourries et les verrous du sens commun ont sauté sous présidence de droite. Donc qu’est ce qu’on peut attendre de l’UMP ?

    Est-on lié à vie à l’UMP? Est ce que ca nous rassure de les voir élus au prétexte que peut-être on pourra faire quelque chose ? Ne votons pas par sanction ou vengeance, mais pour servir la vérité. De la même manière que nous avions une vraie force pour aller jusqu’à l’Elysée le 26 mars 2013 et que cette occasion a été manquée par naïveté ou par tiédeur. Ne votons pas pour les menteurs de l’UMP. (Peut-être même serait-ce salutaire pour eux). Dernier point, je pense que nous nous ne devons pas être des ayatollahs parceque notre absolu n’est pas là. Donc si le maire UMP d’une commune oeuvre honnêtement pour le bien commun, votons pour lui.

  • baldag , 4 Mar 2014 à 11:39 @ 11 h 39 min

    Je ne sais pas si un jour, l’UMP assumera le fait qu’elle est de droite!
    A droite, oui, mais pas trop. Les socialistes ne rechignent pas à plonger leurs pieds dans la fange de l’extrême gauche (oh, pardon, il faut dire à présent ultra gauche). Mes ceux qui s’affichent de droite ont vraiment beaucoup de mal, mais beaucoup, à admettre que l’extrême droite, c’est aussi des électeurs comme les autres et que ce n’est pas en gesticulant, en se bouchant le nez, qu’ils capteront leur vote. La propagande socialiste fonctionne à pleins tubes depuis des décennies : extrême droite par ci, ultra droite par là, et les bobos UMP ne le voient pas? Impensable!
    Les cercles de longueur d’ondes se rapprochent, et on sera bientôt dans les ondes courtes, si bien que l’on retrouvera PS et UMP dans cette même longueur d’onde! Nous serons alors totalement immergés dans la pensée unique!

  • Frédéric , 4 Mar 2014 à 11:40 @ 11 h 40 min

    Cher Maxime,

    Vous me tutoyez ce qui me laisse penser que vous me connaissez. Il serait plus facile de vous identifier.

    Contrairement à ce que vous prétendez, je n’ai pas émis la moindre critique à l’encontre de la Lmpt dans cet article, au contraire. Dans ce cas je n’aurai pas parlé de formidable mobilisation. Et nous sommes tous redevables à la LMPT de cet élan inattendu et inespéré il y a plus d’un an. Mais j’ajouterai : la LMPT c’est chacun d’entre nous.Le but de mon article était précisément de dire que l’on ne pouvait mettre la LMPT dans une case et qu’elle devait rester un puissant lobby et éviter toute récupération de parti quel qu’il soit : elle n’en sera que plus efficace.Il en est de même de tous les groupes qui en sont issus – Printemps Français, hommen, sentinelles, veilleurs – et qui à mon sens sont complémentaires et non pas antinomiques.

    Par conséquent, il serait malhonnête de me faire dire ce que je n’ai pas dit.

    Quant aux catholiques, étant moi même pratiquant, je ne vois pas en quoi cet article les prend à partie, au contraire. Je critique simplement le risque du communautarisme qui nous guette et qui risque de nous enfermer dans un ghetto. C’est précisément le sens des homélies du pape François appelant à aller vers le monde et à évangéliser.Cela ne concernait donc pas la LMPT mais la tentation de listes communautaires où l’on reste entre nous.

    S’agissant des choix politiques, je ne prétends pas que mes engagements politiques personnels seraient la panacée.

    Nous oeuvrons là dans un domaine contingent, humain avec ses petitesses et ses ambitions, ses luttes d’influence, et aucun parti quel qu’il soit n’y échappe.

    Et s’agissant de choix contingent, il n’y a aucun absolu. Sous réserves que certains fondamentaux et principes d’actions soient respectés, plusieurs options sont possibles.

    Simplement je constate que l’UMP qui a été au pouvoir pendant 10 ans n’a rien fait pour arrêter ces avancées sociétales et qu’il ne fera rien pour abroger ces lois quand il reviendra. Ni copé, ni Fillon ,ni même Sarkozy.

    Enfin, vous terminez par une attaque personnelle un peu méchante sous le sceau de l’anonymat.

    Jour de colère a été victime du même traquenard que la LMPT le 26 mai l’année dernière aux invalides où Monsieur Valls avait besoin d’annoncer que 250 casseurs avaient été interpellés. En fait de casseurs, il s’agissait plutôt de gamins ou de gamines de 20 ans qui n’avaient pas pu quitter la place.

    Et avec mes confrères, nous n’avons pas ménagé notre énergie en assurant gratuitement jour et nuit la défense de jeunes gens contre ces arrestations arbitraires mettant en veille des activités plus rémunératrices ou en déposant des centaines de plaintes. Je trouve donc cette petite attaque malveillante, gratuite et parfaitement infondé. Je n’en dirai pas plus sur certaines mesquineries pour ne pas donner à nos adversaires la joie de se délecter de nos regrettables divisions.

Les commentaires sont fermés.