«…, égalité, fraternité»

Tribune libre de Bruno J.

Égalité. Ce mot est désormais ressorti à toutes les sauces. Égalité pour tout. Égalité des genres, des sexes, des droits des individus, des groupes de personnes, des idéologies, des comportements. L’égalité est devenue un des premiers chevaux de bataille de la presse, de nombreux partis politiques et d’associations toutes plus subventionnées les unes que les autres. On justifie à peut près tout par ce mot. L’homosexualité est égale aux autres sexualités, toutes les religions se valent (sauf le catholicisme qui est intolérant, et les quelques « extrémistes » des autres religions), et celui qui a arrêté l’école à 16 ans parce qu’il ne voulait plus y aller est quelqu’un d’aussi bien que celui qui a sacrifié ses loisirs et emprunté de l’argent pour se payer 5 ans d’étude. C’est beau l’égalité !

Fraternité. Quel mot désuet. Le problème de ce mot, c’est qu’il voudrait dire qu’on est frère avec les autres français. Difficile de faire concilier ce terme avec le communautarisme qui dit qu’on est frère entre nous, dans notre communauté, avec les gens des associations qui nous défendent, mais que les autres ne sont pas trop nos frères et que nos intérêts passent avant ceux de l’ensemble. On a trouvé la solution : on a remplacé ce mot par « solidarité ». En faisant croire que c’est pareil, évidemment. Il est bien pratique aussi ce mot. Il permet de faire payer presque tous pour les intérêts de quelques uns. Ça permet, associé à l’égalité, de financer en plus de cautionner.

Mais ou avez-vous donc entendu parler de liberté ? Il m’avait semblé que la fameuse révolution française, qui a mise à bas les « tyrans » devait permettre aux citoyens d’être LIBRES et égaux en droit. Ce mot-là fait visiblement peur à nos gouvernants !

Illustration : La Liberté guidant le peuple, par Eugène Delacroix (1830)

Du même auteur :
> Vous avez demandé une nouvelle taxe déguisée ? Ne quittez pas

Articles liés

14Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Câlinou , 4 mai 2013 @ 13 h 14 min

    ” et celui qui a arrêté l’école à 16 ans parce qu’il ne voulait plus y aller ” : savez-vous pourquoi il a quitté l’école ?
    On n’y enseigne rien : le jeune doit se construire tout seul sans enseignement ni exemple.

    Exemple : si tu veux enseigner le latin à Jean, que dois-tu connaître en premier ?
    Réponse de bon sens : ” le latin ” .
    Eh bien non, pour les nouveaux enseignants ( ! ), tu dois connaître Jean.

    Ce jeune est à mon sens aussi ” bien ” que celui qui a sacrifié ses loisirs et emprunté de l’argent pour se payer des études.

    Chacun a son mérite.
    L’un remboursera ses dettes et aura peut-être un emploi à hauteur de sa qualification et l’autre aura ( peut-être ) un emploi de manoeuvre.

  • JSG , 4 mai 2013 @ 13 h 35 min

    Quelle contradiction entre égalité et diversité dans la bouche des mêmes imbéciles !

  • Charles , 4 mai 2013 @ 17 h 04 min

    Il faut une détermination pour refuser la décadence de la France.
    Il est donc important de se rendre au sit-in géant à Paris ce dimanche 5 mai, cela va faire très grand bruit…
    Dans tous les bouches, il y a aussi la mobilisation massive des ouvriers et du Peuple pour la journée de défense de la famille le dimanche 26 mai à Paris.
    L’UMP lance à cette occasion un appel très fort pour mobiliser “la France des petits, du pays lointain, celle du quotidien”. Marine Le Pen (chef de file de l’opposition à droite) s’organise également.
    Déjà 2000 cars réservés, et ce n’est qu’un début !
    Une chose est tout à fait nouvelle, c’est vraiment la mobilisation dans la durée. Dans le quotidien, les Français ne parlent que du 26 mai, ils sont surchauffés, n’en peuvent plus et veulent encore une fois et plus nombreux, battre le pavé.
    Ce gigantesque défilé pacifique et déterminé changera la donne car dans l’Histoire de France, jamais on aura vu autant de monde.
    Déjà en janvier et en mars, avec plus de 1 million de Français à Paris dans la rue, alors quand là, il y en aura le double, imaginez le bruit.
    Ce n’est pas les groupuscules extrémistes qui vont changer la donne, ce n’est pas abrutis du GUD ou du Renouveau Français mais bien “le Peuple tout entier, au delà même du politique” avec bien sûr quand même la droite (FN) et le centre droit (UMP) très représentés. Mais avant tout, ce sont des familles, des associations culturelles, des ouvriers, des employés, des cadres, des élus de tous les bords qui vont changer les choses le 26 mai.
    Tout le monde parle du 26 mai, ce n’est pas pour rien.

  • FIFRE Jean-Jacques , 4 mai 2013 @ 19 h 53 min

    Il y a longtemps que la devise de la République n’a plus, selon moi, de sens réel.
    LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE…Un leurre qui est la cause de bien des incompréhensions, de bien des malentendus et de bien de revendications inappropriées.
    1) A l’idée de Liberté, laquelle n’existe qu’en théorie, je préfère celle d’autonomie (responsable) qui me semble plus en accord avec les réalités et nécessités de notre époque.
    2) A la place l’idée d’égalité, que l’on met à toutes les sauces et souvent bien indument, je propose de substituer celle d’équité qui sous-entend bien mieux le concept de justice.
    3) A la notion de fraternité qui n’est plus qu’une utopie pour vieux nostalgiques d’un temps révolu, je soumets la proposition de solidarité qui bien que plus restrictive me semble plus réaliste et objectivement plus facile à réaliser.

  • MarcS , 4 mai 2013 @ 20 h 27 min

    Finalement le tryptique : “TRAVAIL, FAMILLE, PATRIE” n’était pas plus mal !

  • Tous égaux ? Mais parmi les égaux quelques uns le sont moins:
    -Hommes et femmes de bonne volonté reconnaissant encore qu’il y ait une Loi et une éthique Naturelles.
    -Chrétiens qui, reconnaissant cette Loi et cette éthique, affirment de plus qu’elle est confirmée par les Saints Évangiles.
    Le sont-ils moins “égaux”, ou sont-ils victimes d’un syndrome de la persécution?
    -Certes, ils le sont moins, puisqu’on méprise “leurs temps de parole”, leurs “contribution au grand débat démocratique” en leur disant, “de facto”:
    -“Vos gueules ! Les chiens aboient, la caravane passe”!
    Citoyens de seconde zone, hommes et femmes de bonne volonté, Chrétiens engagés ou non, habituons-nous à l’être !

  • jackie , 5 mai 2013 @ 10 h 01 min

    bien d’accord ; combien de personnes ayant arrêté à 16 ans ne l’ont pas fait pour avoir des “loisirs” mais parce qu’ils n’avaient pas le choix et, d’ailleurs, qui leur aurait prêté de l’argent ?
    Bien sûr que ceux qui n’ont pas eu LA CHANCE de faire des études sont aussi “bien” que ceux qui en ont fait. L’idée de ce billet est bonne mais pas l’exemple.

Les commentaires sont clôturés.