La fin des notes au nom du « bien-être des élèves » ? Le CERU réplique à Vincent Peillon

Lors du congrès de la PEEP, Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation nationale, a annoncé qu’il souhaitait “faire évoluer la notation pour qu’elle ne soit plus perçue comme une sanction”, invitant à un “changement de pédagogie” afin de du placer le “bien-être des élèves” au cœur du projet scolaire.

Cette idée, qui aboutirait inévitablement à la suppression des notes, a bénéficié depuis deux ans d’une campagne de promotion menée par des associations et des personnalités proches des mouvements nés des théories de l’Éducation nouvelle. Si la proposition semble populaire dans ces milieux, elle n’a jamais prouvé son efficacité et est de plus en plus abandonnée par ceux qui l’ont expérimenté. Voici la “réplique” du Centre d’études et de recherches de l’UNI (CERU) aux projets du gouvernement :

Autres articles

2 Commentaires

  • isabelle , 5 juin 2012 @ 7 h 33 min

    J’ai comme l’impression qu’avec ce nouveau gouvernement, c’est les minoritées qui vont être à l’honneur!
    Pourquoi enlever les notes, si ce n’est pour faire plaisir à ceux qui n’apprennent pas leurs leçons!!
    Est-ce que de temps en temps les gouvernements pourraient vraiment écouter les bonnes personnes et ne pas chercher des solutions auprès de pseudo intelec………

  • scaletrans , 5 juin 2012 @ 9 h 53 min

    Le pire, c’est qu’il faille une expérimentation au dépends des élèves pour parvenir à un constat qui allait de soi dès le départ. Il faut vraiment que les cerveaux soient arrivés à un état de décomposition avancé pour émettre de telles âneries. Décidément, rien n’est épargné pour abaisser le niveau intellectuel des nations.

Les commentaires sont fermés.