Pour une Manif’ pour Tous nationale à l’automne pour exiger l’abrogation de la loi Taubira

Dans cette modeste contribution à l’élaboration de la « stratégie » future du mouvement de résistance à l’idéologie anti-familiale, je voudrais suggérer deux choses, liées entre elles, l’une je crois déjà bien présente à l’esprit de ceux pilotant ce mouvement, une autre que je crois, que je crains, minoritaire.

Maintenir comme revendication centrale l’exigence d’abrogation de la loi Taubira

La première idée est qu’il faut maintenir comme revendication centrale l’exigence d’abrogation de la loi Taubira. J’espère que tous sont bien convaincus que l’effet de l’application prolongée de cette loi, de son acceptation progressive par tous, sera catastrophique : obligation de subir (publicités, télévision, entreprises), d’enseigner, de ne pas contredire, l’égalité de valeur des « différentes sexualités » ; obligation de tous – administration, élus, mais aussi fleuristes, etc. – de collaborer aux parodies de mariage, perte de la notion de « complémentarité des sexes », etc. Nous l’avons suffisamment dit, l’autorisation généralisée de la PMA n’est qu’une question de temps.

Le seul moyen d’enrayer réellement cela est d’obtenir l’abrogation de la loi. De façon plus générale, ceci a également deux autres avantages : le premier, déjà en partie acquis par la réussite relative de la manifestation du 26 mai – après la promulgation ! –, mais qu’il faut capitaliser, celui de remettre en cause l’« effet cliquet », interdisant de remettre en cause une loi de « nouvelles mœurs » une fois votée. Un autre, qui est de se démarquer de l’UMP, dont seuls les courageux, les porteurs de convictions réelles, se joindront à un cortège dont c’est le motif principal, et plus largement ainsi de favoriser une reconstruction ô combien nécessaire de l’espace politique.

Le « temps des grandes manifs reviendra bientôt

Ma deuxième suggestion va contre l’idée qui flotte dans l’air : « le temps des grandes manifs est fini ». Même si, du fait de la promulgation ainsi que de la césure estivale, indéniablement un cycle se termine, ce serait une erreur. Il me semble que, si nous tentons comme il se doit de tirer leçons de ce que nous avons bien fait, ou moins bien fait, l’une de ces leçons doit être de ne pas renoncer à ces rendez-vous nationaux, sans en faire une panacée ni même le centre de notre action. Voici quelques raisons à cela :

  • parce qu’ainsi fonctionne tout mouvement : de manifestant, voire de simple spectateur sensibilisé, on devient intéressé, informé, militant – on vient voir en curieux, on est saisi par la cohérence, la paix, l’enthousiasme et la détermination de ceux qui sont à nos côtés dans ce qui est aussi un lieu de rencontres humaines ;
  • parce que cela regonfle le moral des troupes ! ;
  • à cause de la visibilité médiatique que cela apporte, une occasion de passer sur les plateaux télé (certains croient pouvoir ou devoir s’en passer, grave erreur car notre but est bel et bien de toucher la majorité de nos concitoyens, qui y passent de fait des heures par jour et s’informent par ce biais ou celui des grands sites d’information sur la toile) ;
  • visibilité médiatique qui a, on l’a vu, pu inspirer, ou renforcer, des mouvements semblables dans les autres pays, transmission d’idée qui n’aurait pas eu lieu si nous nous étions contentés d’actions plus locales ou simplement moins médiatiques ;
  • ce qui permettra, j’y reviens, de briser médiatiquement le tabou : oui, il est possible, oui, il est envisageable, oui, il est permis, oui, il est légitime, de manifester contre une loi en vigueur, et contre une loi de « nouvelles mœurs ». La preuve ? : nous le faisons, et en masse.
  • car les libertés se défendent en les exerçant, et il faut bien voir que déjà, selon les mots d’Henri Guaino, les manœuvres de M. Valls pouvaient s’apparenter à « une interdiction morale de manifester », et qu’il ne faut pas chercher très loin pour trouver des personnes prêtes à interdire une parole voulant « retirer le droit au mariage » à certains, nous mêlant à ceux voulant interdire les mariages interraciaux, par exemple ;
  • parce qu’il y a une expertise acquise par La Manif pour Tous (me priverai-je ici de faire l’éloge d’Albéric Dumont ?) dans l’organisation de telles manifestations…
  • parce que ma modeste expérience de tractage me montre qu’il est plus facile de sensibiliser, de mobiliser, s’il y a un rendez-vous concret à brève échéance.

Tout ceci ne signifie pas que la manifestation, ou la grande manifestation nationale, soit la panacée, ni que les actions de sensibilisation, d’information et de formation soient inutiles : je crois profondément au contraire que ces actions de sensibilisation, de discussion avec nos concitoyens sur les sujets qui nous concernent, sont, non seulement le moyen le plus utile en vue de notre but, mais encore que, en un sens, en ce qu’elles sont une manière de vivre le lien social en le centrant sur l’essentiel – notre commune humanité et le souci du bien commun –, elles font partie de notre but.

Refaire dès octobre une grande manif’ contre la loi Taubira

Mais précisément les grandes manifestations, avec leurs trajets aller & retour depuis la Province, font aussi vivre ces liens ! Ainsi je crois que, dans un souci d’efficacité que nous avons le devoir de cultiver, nous aurions grand tort de nous trouver du moyen que constitue la grande manifestation nationale. C’est pourquoi, ne me prétendant pas grand stratège, mais soucieux par respect pour la masse d’efforts mobilisés de les mener vers la victoire (même si le combat est plus large que la lutte contre la loi Taubira – c’est quand même un objectif plus que central), je me permets humblement de tenter d’apporter ma pierre à la réflexion, en soumettant donc, les axes de réflexion qui précèdent, et la suggestion qui vient. Et de proposer, donc, de ne pas attendre la prochaine provocation anti-humaine du gouvernement (si on décide d’omettre la lutte fiscale qu’il vient de déclarer contre les familles nombreuses), PMA ou adoption pour paires non mariées, propagande contre les « stéréotypes de genre » ou autre, mais de refaire, dès octobre, une grande manifestation renouvelant notre exigence de retrait de la loi Taubira.

Parce qu’ainsi la question sera posée publiquement. Parce qu’ainsi certains politiciens pourront reprendre nos revendications, en tout ou en partie, et le dire publiquement, médiatiquement. Parce qu’ainsi nous résisterons aux velléités de certains de nous faire taire puisque « vous avez perdu, la loi est votée, soumettez-vous maintenant », nous donnerons à la majorité de Français opposés à cette loi la possibilité d’être entendus sous la place publique, faisant ainsi vivre une démocratie saine, face à la tentative de certains de la définir comme la soumission obligatoire à un prêt-à penser idéologique dont tout écart serait interdit sous peine d’ « homophobie » ou autre. Parce que, sinon, une telle idée, consistant à revenir sur une loi de « progrès » donnant de « nouveaux droits », déjà illégitime aux yeux de l’intelligentsia médiatique, pourra d’autant plus être présentée comme telle qu’elle aura été invisible, donc ressortissant à une nostalgie de personnes n’ayant pas compris que « la société a évolué ».

Parce que ce n’est qu’ainsi – en ayant montré la force numérique de notre mouvement – que nous serons crédibles lorsque nous demanderons aux candidats aux municipales de se prononcer sur la loi Taubira (rappelons ici que les élus des municipales seront les électeurs des sénatoriales, que l’enjeu est donc capital et que, quoiqu’en dise les appareils politiciens, il est bel et bien légitime de placer l’enjeu de la loi Taubira, et les enjeux d’écologie humaine qui lui sont liés, au cœur des élections municipales). Pour que se maintienne intact cette belle motivation – malgré ce qui a été, disons-le, une défaite – une telle grande manif’ me paraît indispensable !

Autres articles

98 Commentaires

  • monhugo , 4 Juin 2013 à 13:51 @ 13 h 51 min

    Après le PaCS, le “mariage” et l’adoption – engrenage irrésistible. Christine Boutin a été en la matière l’une des seules personnes lucides : il ne fallait pas du PaCS déjà ! Non seulement la “Droite” de retour aux affaires n’a pas abrogé, mais Sarkozy a “amélioré”. Dès lors, c’était la porte ouverte à deux battants, comme actuellement. PMA et GPA = très rapidement, bien sûr, car ces enfants dits de l’homoparentalité, il faut bien qu’ils viennent de quelque part (l’adoption extra-familiale étant par hypothèse exclue pour les homos – voir fermeture en cours, “pour tous”, à l’international) ! Et toujours plus : présomption de parentalité sans doute en mariage (remplaçant la présomption de paternité, réservée aux seuls couples), reconnaissance par le non-géniteur comme pour les parents normaux en dehors du mariage etc. En tout cas, dès maintenant, “l’hétéronorme”, c’est bien fini, l’homosexualité est non seulement permise (parce que non interdite par le droit pénal), mais c’est une “norme”, avec le “mariage” et l’adoption plénière par les paires “mariées” homos. C’est licite, et c’est même recommandable : d’où la propagande puissance démultipliée, dès l’école et l’extension (indéfinie) de l’interdiction d’y trouver à redire, sous peine de sanctions, la fameuse “homophobie” – attention, cela va faire très mal ! L’UMP ne fera rien, car l’UMP n’a JAMAIS aboli quoi que ce soit de socialiste (comme par exemple les 35 h) ! Ou au mieux “bidouillera” quelque chose, comme le CUCs ! A se taper la tête contre les murs (ou à faire sa valise, à destination d’un pays civilisé – pour ceux qui en ont les moyens) !

  • jejomau , 4 Juin 2013 à 14:10 @ 14 h 10 min

    OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! OUI !OOOOOOOUUUUUUUUUUUUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!

    Je vote avec mes deux mains et mes deux pieds et tous les orteils pour une immense Manif ….

    …. RIEN QUE POUR EMMERDER LES JOURNALEUX ET LES GAUCHISTES !!!!

  • jejomau , 4 Juin 2013 à 14:11 @ 14 h 11 min

    ET je vote pour des manifs sur BRUXELLES !!!!!!!!!!!

  • monhugo , 4 Juin 2013 à 14:13 @ 14 h 13 min

    Mitterrand (le grand ancétre) ayant fixé à 1 million le nombre de manifestants dans la rue pour que le pouvoir en tienne compte (voir ses propos en 1984, au moment des attaques contre l’école libre), JAMAIS la PPP ne comptera donc autant de manifestants, sachez-le ! Même si la capitale était remplie au-delà de l’envisageable, toutes ses artères principales noires de monde. Dès lors, il ne sert à RIEN de continuer à défiler gentiment.

  • monhugo , 4 Juin 2013 à 14:14 @ 14 h 14 min

    “Ancêtre”, bien sûr. Désolée.

  • Alexis , 4 Juin 2013 à 14:38 @ 14 h 38 min

    La prochaine manifestation nationale doit avoir lieu le 14 juillet prochain sur les Champs Elysées. L’armée sera là et nous devrons tout faire pour gagner sa sympathie ( si ce n’est déjà le cas vu que la dcri enquête déjà sur les militaires favorables à la famille PME)

  • Alexis , 4 Juin 2013 à 14:42 @ 14 h 42 min

Les commentaires sont fermés.