A vendre : bébé pas cher, bon état, jamais servi

Les socialistes Français sont finalement très prévisibles. Ils font à peu près systématiquement le contraire de ce qu’ils ont promis et quand ils jurent leurs grands dieux laïques qu’ils ne feront jamais quelque chose, vous pouvez être certains qu’ils le feront. Après le mariage gay imposé par le lobby homosexuel particulièrement présent et puissant chez les socialistes, voici donc la gestation pour autrui (GPA).

Vendredi 3 juillet 2015, la Cour de Cassation vient d’autoriser la retranscription à l’état civil d’un enfant né à l’étranger d’un père français et d’une mère porteuse grâce à un contrat de GPA, ouvrant ainsi officiellement cette pratique aux homosexuels français. (1)

La GPA consiste à louer le ventre d’une femme pour y implanter un embryon qu’on enlève à la mère porteuse au terme de la grossesse. Conçue initialement pour apporter une réponse aux femme stériles, cette technique est maintenant utilisée par tous les homosexuels qui, après avoir obtenu le droit de se marier, revendiquent maintenant le « droit » d’avoir un enfant.
Ah oui, vous ne saviez pas ? Avoir un enfant c’est maintenant comme avoir une maison, une bagnole ou un chien. C’est un droit. On signe un contrat, on paye et hop, le tour est joué. Personne n’a encore proposé de facturer un SAV, mais cela ne saurait tarder.

Lors du débat sur le mariage gay, le gouvernement avait promis, juré, craché que jamais la GPA ne serait autorisée en France. Mais Valls lui-même qui perd complètement les pédales depuis qu’il constate amèrement son incapacité à progresser dans les sondages est passé par toutes les positions possibles sur le sujet. Lors des primaires socialistes, monsieur 5% affirmait au sujet de la GPA: « Si celle-ci est maîtrisée, elle est acceptable, et j’y suis donc favorable ». Il ajoute même qu’il s’agit d’une « une évolution incontournable » et se déclare favorable à une « évolution législative (1). Aujourd’hui, Valls, qui a changé d’avis, affirme le contraire : « le recours à la GPA demeure un interdit absolu en France. »

La circulaire Taubira prévoyait déjà qu’un enfant né d’un père Français et d’une mère porteuse à l’étranger ne pouvait se voir refuser la nationalité Française. Aujourd’hui, un pas de plus est franchi vers la commercialisation des enfants nés à l’étranger.

Si cet arrêt ne revient pas sur l’interdiction de la GPA en France, il revient à légaliser une pratique interdite. C’est un peu comme si on vous disait que la consommation de cannabis, interdite en France, peut être tolérée si vous l’avez achetée aux Pays-Bas où sa consommation est légale. Sauf que ceci n’est pas pour tout de suite car les consommateurs de cannabis ne sont pas encore soutenus par Pierre Bergé et les homosexuels du parti socialiste…

Cette décision de la Cour de Cassation reconnaît donc qu’en enfant peut faire l’objet d’un contrat, comme une marchandise et elle ouvre officiellement la voie de la GPA en France pour les homosexuels, à condition d’aller se payer une mère porteuse à l’étranger.

Les homosexuels français ont maintenant le choix pour se payer l’objet de leurs rêves. Il leur en coûtera environ 100 000 € s’ils achètent le bébé aux Etats-Unis. C’est un peu cher, mais à ce prix là, on a du matériel de très haute qualité, satisfait ou remboursé. Si on est un peu moins riche, on peut se payer un bébé pour environ 50 000 € en Russie ou un Ukraine. Enfin pour les plus pauvres qui doivent néanmoins être assez riches vu les tarifs, on a des pays comme l’Inde où l’achat d’un bébé coûte quand même 20 000 €. Attention toutefois, en Inde les prix peuvent varier car les bébés sont parfois vendus au poids.
La GPA dans les pays exotiques, c’est génial. On peut choisir la mère porteuse sur photo et donc en fonction de ses critères : taille, poids, couleur des yeux… Les femmes pondeuses sont ensuite enfermées dans la clinique du début à la fin de la grossesse. Elles n’ont pas le droit d’en sortir. A ce prix là, il ne faudrait pas qu’il leur arrive quelque chose. On peut obtenir, moyennant quelques centaines d’euros supplémentaires une implantation de plusieurs embryons pour être certain qu’un bébé sorte bien comme prévu dans le contrat.
Bien évidemment, on ne prend pas les ovules de la mère porteuse afin qu’elle ne revendique aucun droit sur la chose, pardon le bébé à naître.
Pour ceux qui souhaitent un enfant de type « causasien », certaines cliniques proposent de rajouter environ 7 000 €. A ce prix, là, on collera à la mère porteuse un ovule d’une femme Polonaise ou Ukrainienne. Enfin, pour ne pas abimer le nouveau jouet et éviter qu’il sorte froissé, on peut faire une césarienne sur la mère porteuse. Rassurez-vous, on programme ça en fonction des dates des billets d’avion.

Un autre avantage de la GPA, c’est de pouvoir dire dans les soirées mondaines qu’on a fait une bonne action. En plus d’acheter un bébé et donc de faire tourner un business de plus en plus lucratif, on donne un peu d’argent à une femme qui vit dans la misère. Combien ? Oh pas grand chose : pour un package à 20 000 €, la clinique touchera 15 000 €, la femme pondeuse environ 5 000 €. Dans un pays où le revenu moyen est de 100 € par mois, ça fait quand même 4 ans de salaire…

Une dernière chose.
En France Socialiste, où le mensonge et l’hypocrisie font offices de doctrine officielle, on nous explique que toutes ces décisions sont prises au nom de « l’intérêt supérieur de l’enfant ».
Le protocole facultatif à la convention des droits de l’enfant de l’ONU stipule pourtant dans son article premier que : « Les États Parties interdisent la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants conformément aux dispositions du présent Protocole. » (3)
Dans son article 2 : « On entend par vente d’enfants tout acte ou toute transaction en vertu desquels un enfant est remis par toute personne ou de tout groupe de personnes à une autre personne ou un autre groupe contre rémunération ou tout autre avantage. »
C’est pourtant clair, non ? Un enfant ne peut pas, ne doit pas faire l’objet d’un contrat, d’une transaction contre rémunération ou tout autre avantage.

Accessoirement, il faudrait aussi qu’on nous explique où est l’intérêt supérieur de l’enfant quand 4 adultes vont désormais pouvoir revendiquer des droits sur un enfant conçu par GPA et éventuellement se déchirer à coups de procès pour faire valoir ces droits. Un enfant, 4 parents: la mère génétique, la mère porteuse, le père génétique homosexuel et le père adoptif homosexuel. C’est pas beau le progrès ?

Tiens, j’y pense. Les soldes viennent de commencer. L’autre jour, j’en ai vu même sur les fruits et légumes. Vous croyez qu’il y a des soldes sur les bébés à vendre ?

> Philippe Alain anime un blog.

Notes:

1. https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/communiques_4309/inscription_etat_32237.html
2. http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/04/01/quand-manuel-valls-se-declarait-pour-la-gpa_4393507_823448.html
3. http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/OPSCCRC.aspx

Articles liés

16Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • ranguin , 4 juillet 2015 @ 16 h 08 min

    Très bonne étude.
    La gauche est définitivement loin des préoccupations des femmes.
    Elle en exhibe quelques une afin de satisfaire les autres et les lobbies.
    Quelle bande de faux-culs.

  • Pacific , 4 juillet 2015 @ 17 h 55 min

    Extrait de L’Express, 5 décembre 2012 (“Lebensborn, l’incroyable histoire des enfants SS”) :
    “En décembre 1935, le chef suprême de la SS, fonde cette institution destinée à créer une “race supérieure”. Ce projet monstrueux visait à donner le jour à des enfants “parfaits”, blonds, aux yeux bleus, qui étaient appelés à régner sur un IIIe Reich censé durer 1000 ans.
    Après avoir subi une “sélection raciale”, des femmes enceintes d’un SS ou d’un soldat allemand, venaient accoucher dans des maternités spécialisées, dans un anonymat absolu. Les enfants pouvaient y être abandonnés puis adoptés par une “famille modèle”.”
    http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/societe/lebensborn-l-incroyable-histoire-des-enfants-ss_1194475.html

  • xrayzoulou , 4 juillet 2015 @ 19 h 42 min

    Cet article est à vomir ! On traite un être humain comme un animal qu’on achète ou vend, c’est horrible !

    Ce gouvernement décidément ne vaut rien ! Il dit tout et son contraire.

    C’est une honte d’acheter un bébé, comme 1 Kg de carottes, mais pense-t-on que plus tard ces enfants demanderont des comptes à ces “parents” non réellement parents même si un des pères a donné le sperme pour la sa conception. Si ils veulent vraiment des enfants,qu’ils se marient avec une femme sinon RIEN, pas d’enfants.

    C’est le début de la décadence de ces pays qui acceptent cela. La France est bien placée dans ce concours de celui qui inventera la plus abjecte loi. Dieu jugera !

  • peripathos , 4 juillet 2015 @ 19 h 56 min

    Tout à fait xrayzoulou

    j’ai noté que les “républicains” soutiennent la légalisation de fait , qui ne dit pas son nom , de la GPA .
    Je tends l’oreille et attend avec impatience ce que va dire marine aliot philipot …………….. Si , du moins , ce sujet lui semble digne d’intérêt ou qu’elle préfère ne pas contrarier philipot et cie

  • Alam , 4 juillet 2015 @ 21 h 08 min

    Vu hier le sujet sur les “pères” qui viennent de réussir leur coups en obtenant de la justice européenne que l’état français régularise la situation de l’enfant qu’ils ont obtenus par GPA. La façon dont ces zozos sur-jouaient un comportement parental était pathétique et l’on ne pouvait qu’avoir un serrement de cœur en pensant qu’un jour cet enfant leur demanderait pourquoi, lui, il n’a pas de mère. Que lui répondront-ils? Que Papa Un ou Papa deux l’a conçu dans son fondement, au coin d’un boyau merdeux, ou que la femme qui l’a conçu était une salope qui l’a vendu comme un animal de compagnie pour satisfaire les caprices de deux tarés?

  • eric-p , 4 juillet 2015 @ 21 h 22 min

    Très bon article à un détail près : Ce n’est pas seulement le PS qui est impliqué dans la légalisation de la GPA mais l’UMPS dans son ensemble et ce qu’on ose encore qualifier de
    “droite” dans son ensemble.

    D’abord par sa relative passivité sur le sujet;
    quand la “droite” était au pouvoir elle n’a RIEN fait pour dissuader les personnes impliquées .

    *A-t-elle menacé les personnes impliquées dans une GPA de forte amende dissuasive ? NON

    *Une peine de prison ferme (le minimum qui’on puisse espérer pour ce quio s’assimile à de la traite négrière, Non ?) NADA

    *A-t-elle menacé les sociétés américaines qui font la promotion de la GPA sur le territoire national ? NON PLUS !

    Comme par hasard,la position des partis politiques “socialistes rampants” (UDI, Modem,…)
    est relativement discrète sur le sujet ou pire collent aux thèses LGBT.

    Et le PCD dans cette affaire ? Je le trouve assez discret quand il s’agit de faire des propositions concrètes DISSUASIVES pour la GPA.

    Et le FN dans l’affaire ??? À ma connaissance, je n’ai toujours pas entendu !

    On peut d’ailleurs se demander s’il s’agit bien d’un problème droite-gauche
    puisque la très puritaine amérique AUTORISE LA GPA.

    Il n’y a pas de législation claire anti-GPA en Irlande ou en Pologne…

    Pour être clair , je ne suis pas très optimiste sur une législation anti-GPA en France et encore moins en Europe vu l’état d’esprit qui règne en occident et ailleurs.

    Ler fric a raison de tous les principes et de toutes les morales; c’est le triste constat que je fais…

  • [email protected] , 5 juillet 2015 @ 8 h 27 min

    Ce jugement pose des questions sur la législation :
    La législation actuelle permet elle de poursuivre et condamner les commanditaires de gpa à l’étranger, et quelles dont les peines prévues ?
    Si c’est le cas le gouvernement devrait donner pour instructions aux procureurs d’engager systématiquement des poursuites.
    Sinon il convient de légiférer pour sortir d’un vide juridique favorisant toutes les dérives
    La sanction la plus dissuasive serait sans la déchéance automatique de tout droit à la parenté légale pour les coupables et donc le retrait des enfants qui seraient pris en charge par l’assistance publique en attendant de pouvoir bénéficier d’une adoption plénière

Les commentaires sont clôturés.