Tout problème a une solution !

Tribune libre de Pascal Dray*

Actuellement, partout dans le monde et en France en particulier, on voit apparaître des problèmes et ou des conflits mais de fait c’est que les protagonistes sont partis sur de mauvaises bases, ne savent pas ou ne veulent pas résoudre le problème qu’ils ont la plupart du temps créé ou contribué à créer de toute pièce. Voyons comment sortir de l’impasse et résoudre les problèmes économiques, politiques ou autres. Nous posons ci-dessous les 5 points qui nous paraissent fondamentaux pour trouver des solutions à tous les problèmes que se posent les humains.

Premièrement : il n’existe pas de problème, il n’existe que des solutions. Nous ne sommes pas préparer à résoudre des problèmes, sauf très rarement. Nous disposons de connaissances, de notre ego et ensuite nous sommes les artisans des problèmes qui se posent à nous. Donc, dans l’absolu, il n’existe pas de problème et comme toutes les activités humaines, il y a eu au cours du temps des personnes qui se sont spécialisées dans la résolution de problème.  Résoudre un problème est un métier et la plupart du temps les individus qui rencontrent des problèmes ne sont pas des professionnels de la résolution de problèmes mais des professionnels de la création de problèmes.

Deuxièmement : quelqu’un qui reste seul face un problème ne pourra que très rarement le résoudre. La meilleure façon de trouver une solution, c’est de partager le problème avec d’autres individus. Vous disposez pour cela d’une arme redoutable : votre cerveau.

Troisièmement : dans la vie, il existe deux manières d’aborder un problème : une vision optimiste et une vision pessimiste. Si vous êtes dès le départ optimiste, vous avez de grandes chances pour trouver rapidement une solution. En revanche, votre pessimisme risque de ralentir le processus. C’est une question de potentiel et de méthode et surtout d’optimisme.

Quatrièmement : si votre problème est complexe, il faut commencer par le découper en plusieurs phases plus simples et par conséquent avec des solutions qui paraîtront alors évidentes. C’est ce que nous appelons jalonner une problématique, faire une liste des composantes élémentaires de la problématique avec les aspects positifs, les points d’achoppement et les points d’amélioration.

Cinquièmement : faire le vide dans son cerveau et ne garder que les points qui constituent votre problématique. Si votre problème est d’ordre psychologique, il faut alors faire un travail sur soi. Il existe de nombreux experts dans ces domaines. Si votre problème est technique, faîtes appel à des techniciens. Si votre problème est politique, ne faîtes pas appel à des politiciens mais à des « conciliateurs ». Il faut rencontrer la partie opposée et se mettre ensemble sur le chemin de la coopération. Là aussi il existe de vrais conciliateurs. Le conflit frontal avec des dégâts collatéraux est toujours la pire des solutions et qui met en germes les futurs conflits et donc les futurs problèmes. Dans tout problème il faut dès le départ être dans un état d’apaisement. Cet état est un pré-requis pour la résolution. Enfin si c’est un problème économique il existe pour le coup toujours des solutions (état de l’offre, état de la demande, prix, droits de propriété, contrats, etc.). Quelque soit le problème, il faut encore une fois le clarifier, le poser et le simplifier avant de tenter sa résolution et ne se focaliser que sur cette solution.

Nous pensons sincèrement que, si nous voulons trouver des solutions à un problème, il est toujours facile d’en trouver. Si, en revanche, l’ego, l’envie, la jalousie ou tout autre sentiment négatif envenime la situation, il faut en premier lieu désamorcer ces sentiments avant de s’attaquer au problème. Aussi pour conclure avec humour, « dans la vie faut pas s’en faire, moi je ne m’en fais pas, les petites misères seront passagères, tout ça s’arrangera ! Je n’ai pas un caractère à me faire du tracas, croyez moi sur terre, faut jamais s’en faire, moi je ne m’en fais pas. »

Soyez optimiste, faîtes appel à un esprit apaisé et prenez la vie du bon côté et tous vos problèmes trouveront des solutions !

*Pascal Dray est chef d’entreprise et docteur en économie

Du même auteur :
Une stratégie de développement pour la France
> Le tonneau des Danaïdes ou la décroissance programmée

Autres articles

5 Commentaires

  • j. Elsé , 4 Déc 2012 à 19:46 @ 19 h 46 min

    Si j’ai bien compris : les gamines victimes de “tournantes” sont fautives car, ne voyant que le multiple viol qu’elles ont subi, elle ne voient pas la solution (optimiste ?) qui s’offre à elles : se prostituer ce qui leur rapportera…

  • Goupille , 4 Déc 2012 à 23:35 @ 23 h 35 min

    Propos d’homme d”action…
    Laquelle nécessite en effet, quel que soit son domaine d’application, économie ou politique, de sélectionner quelques paramètres, de les tricoter pour en sortir quelquechose, en sachant qu’il y a des pans entiers de la réalité que l’on choisit d’ignorer.

    C’est pour cela, sans doute, que tout va de traviole…
    Car la réalité est incroyablement complexe, organiquement complexe.
    Et la séquencer est comme couper une grenouille en morceaux : on se retrouve avec des morceaux de grenouille sur lesquels on peut agir, mais la vie dans sa complexité n’est pas là.

    Il y a des domaines où cela n’est pas si grave, il y en a d’autres où cela diverge…
    Nous en sommes là : plus personne ne peut prétendre maîtriser le champ de la gestion des sociétés humaines.

    Il ne s’agit pas de pessimisme, mais cela sent le chaos, ou le bricolage au bord du chaos.

  • Goupille , 4 Déc 2012 à 23:41 @ 23 h 41 min

    SOS à Eric Martin :

    Problème d’architecture sur cette page : l’échelle à droite a disparu. Les fenêtres chassent…

  • Goupille , 4 Déc 2012 à 23:42 @ 23 h 42 min

    Bref, cas simple : y’a un problème… Et une solution.

  • isidore , 5 Déc 2012 à 13:57 @ 13 h 57 min

    Comment résoudre sans en créer un autre ?
    Car en prouvant que ce qui fait problème est un faux problème,la vraie question étant ailleurs.

Les commentaires sont fermés.