Le politiquement correct, voilà l’ennemi !

La France est dirigée par une caste dévouée au politiquement correct. Cette idéologie importée des États-Unis postule que certaines minorités sont injustement maltraitées. Pour rétablir une égalité, il faudrait accorder des compensations. Ainsi, les États-Unis ont instauré dans les années 60 une discrimination raciale pour l’accès aux universités. Cette politique a l’inconvénient de remettre en cause le fondement de la République qui postule l’égalité des droits et des devoirs des citoyens.

La France a été contaminée par cette idéologie antirépublicaine et une clique de politiciens se fait un devoir de la mettre en œuvre dans notre pays. Les minorités « opprimées » sont arbitrairement choisies par une élite experte en politiquement correct. Les homosexuels ont été sélectionnés et ils ont obtenu le droit de se marier. La prochaine étape pour réparer leur « sort injuste » sera de louer légalement des ventres de mères porteuses. La secte du politiquement correct n’a eu aucun respect pour une tradition millénaire ; seul compte son obsession égalitariste.

Dans la foulée, les prostituées ont été choisies. Elles étaient injustement pénalisées par le délit de racolage passif. Il fallait donc les remettre dans la case des victimes. Elles n’avaient rien demandé et certaines ont protesté contre la loi prévoyant la pénalisation des clients. Mais l’idéologie politiquement correcte a une dimension totalitaire, elle doit s’appliquer universellement malgré les protestations ponctuelles. Les prostituées ont été considérées uniquement comme des objets sexuels, l’élite a nié leur libre arbitre et a décidé « pour leur bien » de les protéger.

Les délinquants sont également considérés comme des victimes de la société par l’idéologie politiquement correcte. Ainsi cette minorité doit être excusée pour tous les actes commis. La politique pénale mise en œuvre consiste à vider les prisons en invoquant tous les prétextes imaginables. La prochaine étape en préparation vise à empêcher les condamnés à des peines inférieures à 5 ans d’aller en prison. Ils pourront arborer leur bracelet électronique comme un trophée prouvant leur toute puissance et la déliquescence de la justice française. L’élite politiquement correcte n’a que mépris pour les victimes des délinquants.

“L’élite politiquement correcte a élevé Hitler au rang de maître à penser. Elle s’est enchaînée au cadavre d’Hitler et elle a sombré dans la folie !”

Les immigrés constituent aussi une minorité « injustement maltraitée ». Il faut donc absolument les respecter. La secte politiquement correcte dispose d’inquisiteurs auto-proclamés qui imposent le silence à tous ceux qui osent critiquer les immigrés. Ils sont idéalisés et la xénophilie est devenue une composante essentielle de la morale politiquement correcte. Cette posture a sa source dans les événements de la Seconde Guerre mondiale. Le régime national-socialiste allemand a présenté la pureté raciale comme le moyen d’atteindre la société parfaite. A contrario, les adeptes du politiquement correct présentent le métissage comme le moyen d’atteindre la société paradisiaque. On passe d’un extrême à l’autre !

La société multiraciale et multiculturelle est présentée comme un progrès et une chance. Un apport de sang neuf doit permettre de régénérer les vieilles nations. Mais les Français ne sont pas dégénérés par manque de métissage ! Ce discours est nauséabond. Il traduit simplement une obsession raciale. Il est de la même veine que celui d’Hitler. L’idéologie politiquement correcte est devenue un délire parfaitement décadent. En s’appuyant sur le rejet du nazisme, les serviteurs du politiquement correct nous entrainent vers la désintégration de la nation causée par un afflux incontrôlée de migrants. Hitler était antisémite et xénophobe, donc il faut être ouvert aux minorités et xénophile !

On assiste au spectacle pathétique de militants antifascistes qui traquent les fascistes et les néo-nazis alors que le régime hitlérien a disparu en 1945. Les antifas sont prisonniers des années 30 et 40. Il s’agit d’un bel exemple d’une fixation obsessionnelle sur un passé révolu. Mais le pire pour la France est la domination d’une élite politiquement correcte indigne qui rabaisse les Français soi-disant pour mieux accueillir les immigrés. Les Français sont sommés de se repentir de leur passé colonial, ils doivent renier leurs racines chrétiennes, ils doivent oublier leur histoire glorieuse et la grandeur de leur civilisation pour mieux s’abaisser devant les barbares qui colonisent la France. Il faudrait se mettre à poil pour être au même niveau que les gueux incultes qui arrivent. Tel est le programme de l’élite politiquement correcte : désintégration de la nation, déracinement du peuple et déculturation des jeunes Français !

Il est temps de rejeter cette élite ignoble qui entraîne la France vers l’anéantissement au prétexte de lutter contre le fascisme. Qui est obsédé par Hitler ? Qui se contente de dire le contraire de ce qu’il disait ? En vérité, l’élite politiquement correcte a élevé Hitler au rang de maître à penser. Elle s’est enchaînée au cadavre d’Hitler et elle a sombré dans la folie !

Autres articles

30 Commentaires

  • Austrasien , 5 Jan 2014 à 13:37 @ 13 h 37 min

    Vous y allez fort, mais il n’est plus temps de faire dans la broderie. Bravo.

  • PAncrace , 5 Jan 2014 à 13:48 @ 13 h 48 min

    Remplacez “politiquement” par “socialistement”, ce serait plus … correct !.

  • Antoine , 5 Jan 2014 à 14:07 @ 14 h 07 min

    Le titre pourrait être : “la dictature des minorités, voilà l’ennemi !”

  • Eric Martin , 5 Jan 2014 à 14:35 @ 14 h 35 min

    Exactement. Il nous manque un Tocqueville bis pour nous expliquer comment protéger la majorité des minorités agissantes.

  • fendu du chichoule , 5 Jan 2014 à 15:30 @ 15 h 30 min

    Le mot “importé” des états unis ne convient pas, il faudrait dire “imposé” par les états unis.

    C’est la gouvernance mondiale, qui avance en s’appuyant sur le bien (la défense des minorités) par opposition au mal (les nazis). Toutes personnes s’élevant contre cette progression, comme par exemple les nationalistes sont assimilés au fascisme et donc catalogués dans le camp du mal; le camp du bien étant le cosmopolitisme, l’individualisme.

    L’histoire des camps nazis, le Mal, est la seule période de l’histoire que les chercheurs ne peuvent étudier.

    Le mariage homo n’est qu’une étape qui permet de briser la filiation naturelle et donne au legislateur, c’est à dire à l’état, le pouvoir de définir qui sont vos parents ( il n’y a plus, légalement de père et de mère) vous naissez vierge de descendant, ou comment l’état a fait table rase de votre passé. Ensuite il faut contrôler les naissances c’est la GPA…..

    Les Khmers rouges ne sont que la caricature de ce systéme venu
    d’occident. Polpot à fait ses études à paris, c’est là qu’il a appris toutes ces théories qu’il a mis ensuite en pratique mais à sa façon.
    Voir le film: La Déchirure de Roland Joffé.

    Tout cela avance a petit pas….

  • hector galb. , 5 Jan 2014 à 16:31 @ 16 h 31 min

    Le “political correctness” n’est pas anti-républicain.

    En accordant/reconnaissant à une minorité un “droit” qu’on refuse à une majorité, au nom d’un crime réel ou supposé qu’elle doit ainsi expier, le politiquement correct sanctifie l’intermédiaire / l’expert / le guide.

    Or c’est aussi ce que fit la république fr naissante et c’est ce que furent les “sans culottes” qui ne se contentèrent pas d’un rééquilibrage des pouvoirs mais en profitèrent pour faire un coup d’état.

    Le soin provisoire devint cure permanente.

    Aujourd’hui, si le political correctness perce, c’est qu’il est une modernisation de ce phénomène qu’il permet ainsi de prolonger (et de prolonger aussi la rente de ceux qui en tirent profit de cette distorsion de l’équité).

    Il nous appartient de débloquer la course du balancier du rééquilibrage car cela ne se produira pas tout seul.

  • JSG , 5 Jan 2014 à 17:36 @ 17 h 36 min

    politiquement correct ? c’est une de ces idées fumeuses qui, à l’époque fut reprise par la caste des journalistes en mal de sujet.
    Ça fait partie de ces idées séduisantes, auxquelles on se raccroche si on ne fouille pas derrière le texte. Quant à coller ça sur le dos des USA, c’est un peu facile, même si c’est en partie vrai, nous n’étions pas obligés de se l’accaparer au point de se l’approprier comme une idée venant du pays des “droits de l’homme”
    Un pays qui se targue d’être le champion de la démocratie, se doit avant tout d’avoir l’esprit libre. Enfin de Gaulle n’est plus, et ça se voit, ça se sent, et les imitations ne valant pas le vrai, c’est au peuple de faire le tri.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen