Dénaturation du mariage : Non, ce projet de loi n’est pas un acte de diversion !

Tribune libre de Jérôme Soibinet

De Marine Le Pen à Xavier Bertrand, ils sont quelques-uns à nous présenter le « projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe » comme un acte de diversion.

Alors bien sûr, on peut considérer à juste titre que ce projet ne répond pas aux priorités qui devraient être actuellement celles du gouvernement de la France : crise économique, sociale et financière, plans sociaux qui s’accumulent, insécurité croissante, Union européenne qui vogue à l’abandon, terrorisme international malmené mais qui se répand inexorablement… Imaginer que l’Assemblée nationale va siéger deux semaines, jour et nuit, samedis et dimanches compris, pour ce seul projet de loi, peut effectivement apparaître comme un beau gâchis alors qu’il y a tant à faire. Le sens des responsabilités de nos dirigeants n’en sortira pas grandi !

Néanmoins, si le calendrier est pour le moins navrant, si celui-ci présente par ailleurs l’avantage certain pour François Hollande de rassembler peu ou prou la gauche, de son extrême à son centre, autour de questions de société censées faire mieux passer auprès de la gauche post-soixante-huitarde les couleuvres de la politique économique d’un parti devenu social-démocrate, le fond de la question ne peut pas, ne doit pas être considéré comme une « diversion » !

La volonté de modifier le fondement de nos sociétés que constitue le mariage civil, d’ouvrir la possibilité pour ces « couples » d’adopter des enfants, leur permettre ensuite de recourir à la procréation médicalement assistée pour les femmes et à la gestation pour autrui pour les hommes, tout cela ne peut être une diversion. C’est même plus qu’une « réforme de civilisation » comme le prétend Christiane Taubira, ce qui supposerait qu’une civilisation se soit jamais construite et puisse jamais se construire sur le modèle tellement artificiel que promeut cette loi. C’est une vision nihiliste qui tire sa racine non dans une quelconque quête d’égalité (sinon il faudra admettre rapidement le mariage à 3, 4 ou plus si affinités, dés lors que ces quelques personnes s’aiment et veulent officialiser leurs sentiments… comme en parle déjà d’ailleurs le magazine gay Têtu), mais dans la seule volonté de détruire un modèle sans même prétendre le remplacer.

“L’heure est à l’opposition totale à ce projet, ni plus, ni moins !”

D’innombrables arguments juridiques, philosophiques, psychologiques, sociologiques, politiques ont été exprimés depuis plusieurs semaines ; de nombreux juristes, psychologues, pédopsychiatres, représentants d’enfants adoptés et de parents adoptants, membres de la « communauté » homosexuelle, personnes et élus de gauche et de droite, des « qui croient en Dieu » et des « qui n’y croient pas »… tous ont dit leur opposition à ce projet non sur la base de leurs propres convictions mais sur la base d’arguments objectifs. Et ceux-ci n’ont reçu comme réponses que les adjectifs qualificatifs habituels de la bien-pensance : « réacs », « intégristes », « homophobes » (ce qui s’agissant des membres d’Homovox par exemple est, vous l’avouerez, savoureux !), « obscurantistes », et l’inévitable « fachos » !! Outre cette usuelle litanie, le million de personnes venu dire son opposition à ce projet le 13 janvier à Paris, n’a obtenu qu’un condescendant « consistant » de la part du cabinet présidentiel et le méprisant constat d’une « foule provinciale, blanche pour l’essentiel et très catholique » (Nicolas Domenach, Marianne).

Ce mépris de nos gouvernants et de leurs amis possédant une carte de journaliste face à la mobilisation de si nombreux Français en France et à l’étranger, renouvelée le 2 février, ne doit pas se doubler d’un autre qui consisterait à dire ; « Ne tombez pas dans le piège de François Hollande ! ». Si nous avons été si nombreux à nous mobiliser lors de manifestations publiques mais aussi au sein de nos familles, de nos amis de nos collègues, si nous prêts à continuer et même à amplifier nos actions, c’est bien parce que ce n’est pas une diversion et que ce projet touche au plus profond de nos consciences. Alors épargnez-nous ce double mépris ! L’urgence n’était pas, et ne sera jamais d’ailleurs, à ce genre de législation. Néanmoins, le président qu’une majorité relative de Français a cru bon de se choisir, a décidé de nous l’imposer : alors trêve de lamentation sur le pourquoi du comment.

L’heure est à l’opposition totale à ce projet, ni plus, ni moins !

Articles liés

22Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • JS , 5 février 2013 @ 11 h 29 min

    Pour le concret, nous y travaillons aussi en Belgique. Réunis autour d’un élu de gauche à l’Assemblée des Français de l’étranger, nous participons activement à toutes les opérations de mobilisation : cars pour les manifs à Lille auxquelles nous participons en masse, page Facebook dédiée aux Fr. de l’étranger, blog spécifique, mobilisation pour les différentes pétitions, soutiens aux députés opposés et courriers aux députés favorables (au projet de loi), tractages, organisations d’évènements à Bruxelles,…. Et publications par certains membres du groupe d’articles sur de bons sites comme celui-ci (merci à NdF!)
    Voilà du concret. Je ne sais pas si ce sera suffisant mais on aura essayé !
    JS

  • jejomau , 5 février 2013 @ 11 h 32 min

    A ceux qui demandent ce qu il faut faire :

    “La Manif Pour Tous” vous invite officiellement à venir manifester à Paris le 24 mars 2013. Pour commencer : http://www.lamanifpourtous.fr/

    Ensuite, l une des premières choses à faire, c est de ne plus hésiter à se déplacer dans les permanences des élus ou dans les mairies. On peut leur écrire aussi. Il faut leur écrire ! ICI : http://www.allomondepute.fr/ ….. On peut rappeler ici que :

    – à l UMP benoit Apparu, Franck Riester votent “pour”. De même NKM, Bruno le Maire s abstiennent….

    – à l UDI Yves Jego comme Boorlo votent “pour”.

    C est donc eux, en priorité qu il faut convaincre … Il n y a pas de raison que les socialistes imposent la discipline de Parti alors que ceux qui sont censé nous défendre et s opposer à ce projet de loi aux valeurs soixante-huitardes ne le font pas !

    On peut donc souligner ceci au Président de l UMP comme à son vice-Président… On peut leur rappeler que leur parti A BESOIN DE QUELQUES MILLIONS D EUROS à rembourser pour la campagne présidentielle et qu ils n auront RIEN s ils ne se battent pas !!!!!!!!!!!!

    On DOIT à tout prix signer et faire signer la pétition demandant le REFERENDUM. Tout s arrêtera. Hollande sera obligé de demander celui-ci. ICI : http://www.lamanifpourtous.fr/-Soutenir-les-petitions-?PHPSESSID=vtrei8c82p4gjcog5aonkclm97

    Bernard Antony fait en outre une très bonne remarque sur le fait que l année prochaine la MOITIE du Senat sera remplacé. http://bernard-antony.blogspot.fr/search?q=s%C3%A9nat

    En septembre 2014, par le fait de la réforme des élections sénatoriales, la moitié du Sénat (et non plus le tiers) sera renouvelée. On trouvera la liste des départements renouvelables et le nombre d’élus par département ici à qui il faut écrire prioritairement : http://www.senat.fr/senateurs/serie_2.html

    Les sénateurs sont élus par les grands électeurs, c’est à dire les élus locaux : conseillers régionaux, généraux, maires et délégués des conseils municipaux. Ces derniers vont être en première ligne si malheureusement ce projet de loi devait être voté. Ces maires, adjoints et conseillers municipaux sont nombreux à être hostiles au “mariage” homosexuel. Ils doivent dès maintenant faire savoir à leurs sénateurs que leur vote de 2014 dépendra de l’attitude que ces parlementaires auront lorsque le projet sera présenté devant la haute assemblée.

    Enfin, les DOM-TOM sont tous CONTRE ce projet de loi. Or les DOM-TOM ont des élus socialistes. Il suffirait que ces quelques députés-là votent « contre » le jour où le projet de loi est déposé pour que la gauche n’ayant plus la majorité, le projet de loi capote…! IL faut leur écrire PRIORITAIREMENT ici : http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/departements.asp

  • JSG , 5 février 2013 @ 11 h 41 min

    Bon, alors on fait quoi… On se manifeste, c’est déjà mieux que ce que font les leaders de l’opposition, dont le silence en dit long sur leurs intentions. Marine Le Pen zéro, absente, Les deux protagonistes de l’UDF, absents ce week-end, merci quand-même !
    Ils laissent tout sur le dos de ce brave d’entre les braves Christian Jacob, qui va finir par se tuer à la tâche, à force de tenir tête à ces imbéciles.
    Sarkozy, pas un mot, d’ailleurs il a bien raison, car on lui prêterait des intentions pro mariage pour tous et sa suite navrante de la pro”création” assistée que personne n’arrivera à circonscrire. Lui du coup, il pourra se rhabiller s’il lui venait des intentions de se représenter.
    Bien tous ces apprentis sorciers de gauche soixante-huitarde, arrogants, puants de certitudes qu’ils ne savent même pas argumenter; faute de convictions.
    Ce qu’il faut faire, c’est diffuser à son entourage, toutes ces exactions , faire prendre conscience des enjeux, se détourner de son député pour ce motif, même si on est de gauche !
    Il faut frapper là ou ça fait mal, au bulletin de vote , pour empêcher ces carriéristes de nuire.
    Il faut être vigilant et se procurer le nom de ceux qui voteront ce texte infamant, le diffuser largement,pour que l’on s’en souvienne.

  • Gomez Aguilar , 5 février 2013 @ 13 h 45 min

    Ouais ok, c’est bon.

    Je résume : on fait des pétitions, des tractages et des manifs.

    Donc j’ai ma réponse : la loi sera votée et appliquée. Fin de la discussion…

  • Pierre , 5 février 2013 @ 13 h 58 min

    Tu voulais poser des bombes ?

  • diego , 5 février 2013 @ 14 h 29 min

    Pour Riester c’est pas gagné car il a avoué être homo et il semblerait que Jego ferait aussi parti de la confrérie bien que non avoué.

  • Isabelle , 5 février 2013 @ 14 h 32 min

    Il faut relire : “Penser la Révolution Française” de François Furet. L’idéologie n’a pas changé.

    L’expression “politique démocratique” désigne un système de croyances qui constitue la légitimité nouvelle née de la Révolution, et selon lequel le “peuple”, pour instaurer la liberté et l’égalité qui sont les finalités de l’action collective, doit briser la résistance de ses ennemis.

    “Cette eschatologie laïque, promise à l’avenir que l’on sait, est l’immense force à l’oeuvre dans la Révolution française […] A partir de là, tout un système d’interprétation naît et s’enrichit des premières victoires de la Révolution, et se constitue en un credo dont l’acceptation ou le rejet sépare les bons et les méchants.”

    Au centre de ce credo, l’idée d’égalité, bien sûr, vécue comme l’inverse de l’ancienne société, pensée comme la condition et la fin du nouveau pacte social.

    En somme, le complot figure pour la Révolution le seul adversaire qui soit à sa mesure puisqu’il est taillé sur elle. Abstrait, omniprésent, matriciel, comme elle, mais caché, alors qu’elle est publique, pervers, alors qu’elle est bonne, néfaste, alors qu’elle apporte le bonheur social. Son négatif, son envers, son antiprincipe.

Les commentaires sont clôturés.