Gender, constitution européenne… Vous n’avez pas compris !

« GPA, gender : il faut vous le dire en quelle langue ? » s’interrogeait lundi Libération, avouant ainsi l’échec de sa propre propagande. Comment un gouvernement peut-il reculer face à ceux qui ne comprennent pas, face à ceux qui s’obstinent à dénoncer des menaces imaginaires ?

Le coup est dur, la réalité n’est que déception. Il s’agit bel et bien d’une reculade face à cette frange anachronique de la population qui a raté le train du progrès. La France est bien plus arriérée que ce que l’on pouvait croire. Autour d’un café bien amer, les cadres du Parti socialiste et des Verts ne manqueront pas d’évoquer la question, en se disant qu’à l’avenir, il sera nécessaire d’être plus pédagogues. Après tout, il n’est pas possible qu’autant de personnes ne comprennent pas.

Il y a un peu moins de dix ans, ils n’avaient pas compris non plus. Autre sujet, mais même procédé. La constitution européenne était « incompréhensible », les français « n’en comprenaient pas les éléments essentiels » qui étaient pourtant dans leur intérêt. Le parti du Oui a péché par manque de pédagogie a-t-on pu entendre ici et là. L’enjeu était d’ailleurs bien trop important pour être bloqué par cette incompréhension. Après quelques modifications, amendements et autres artifices, il était bien nécessaire de refaire passer ce texte d’une autre manière.

“Pourtant, le peuple du Non a très bien compris, et n’est pas anti-démocratique pour autant. Il pense juste que sans la prise en compte des réalités dont il est question – celle des filles et des garçons aujourd’hui, celle des nations en 2005 – aucun progrès n’est possible.”

Cette incompréhension d’hier et d’aujourd’hui est agaçante, elle gêne. Elle bloque le progrès que nous suivrons tous d’une manière ou d’une autre, à un moment ou à un autre. L’opposition de ces familles, de ces catholiques, de ces musulmans et de ces athées bien égarés est un frein à la démocratie, comme le répète Harlem Désir en s’époumonant.

C’est pourtant ici que se trouve le nœud du problème. La démocratie française s’est transformée en chambre d’enregistrement du progrès, ou plutôt d’une certaine idée du progrès. Vous, opposés au progrès, vous n’avez que deux justifications possible. La plus probable est que vous n’ayez rien compris. La plus dangereuse serait en revanche que vous ayez compris. Vous passeriez alors du côté factieux, réactionnaire et anti-démocratique.

Pourtant, le peuple du Non a très bien compris, et n’est pas anti-démocratique pour autant. Il pense juste que sans la prise en compte des réalités dont il est question – celle des filles et des garçons aujourd’hui, celle des nations en 2005 – aucun progrès n’est possible. Il croit fermement au progrès, quand celui-ci est construit à partir de l’expérience, de la transmission et de l’Histoire. Il souhaite simplement avoir lui aussi le droit d’être le peuple du Oui, un autre Oui. Ainsi devrait aller la Démocratie.

Articles liés

33Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Goupille , 5 février 2014 @ 13 h 54 min

    Un journal du matin sur La 2…
    Pas chez Soral, Fdesouche ou autres officines fachisantes.
    Non : La 2…

    Les débiles qui nous gouvernent :
    ne sont pas informés ;
    laissent la bride trop longue à leurs carlins.

    Valls, tu fais mal ton travail, mon pote !

  • Goupille , 5 février 2014 @ 13 h 57 min

    En attendant, mercredi, jour des enfants et de l’innocence :

    journée d’intoxication sur « France »- »Culture ». Cela a commencé avec le journal de 13h et continue : Grande table, Les pieds sur terre, etc

    Possibilité de réécoute sur le site FranceQ.

  • monhugo , 5 février 2014 @ 14 h 28 min

    Le “people”, ça change d’avis comme de chemise….
    Il y a quelque temps, ici même, Benoît Poelvoorde était présenté comme un “dissident”, du côté de la famille et non “gay-friendly” (au rebours de quasiment tout ce qui est “people”, surtout dans le spectacle et à l’écran). Et célébré donc par NdF.
    Maintenant les MPT pour lui (vidéo), c’est “débile”. Le tout homo, c’est inéluctable… De Belgique, l’agitation française est stérile.. et même chi..te.
    http://videos.leparisien.fr/video/le-coup-de-gueule-de-benoit-poelvoorde-contre-la-manif-pour-tous-04-02-2014-x1b61et

  • monhugo , 5 février 2014 @ 14 h 39 min

    Les filles sont en “progrès”. Un domaine où elles battent nettement les garçons : les TS (tentatives de suicide).
    Si près de 9 % des adolescents de 15 ans admet avoir déjà fait une TS, c’est près de 21 % des filles du même âge qui reconnaissent la même chose !
    Des chiffres en constante augmentation : en 1993, 9 % de filles de 15 ans avaient fait une TS ; 14,6 % en 1999 (contre 4 et 7,5 % pour les garçons, pour les mêmes années).
    http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/une-adolescente-sur-cinq-declare-avoir-deja-tente-de-se-suicider-05-02-2014-3562463.php

  • Gisèle , 5 février 2014 @ 16 h 46 min

    A quand des équipes de foot et de rugby mixtes , des combats de boxe et de catch mixtes ? qu’on rigole un peu …..
    Et comment les jeunes parents vont ils annoncer la naissance de leur bébé ?
    * ça y est ! ilelle est né ! * .
    Et je vous dis pas pour le choix du prénom ! Ils auront tous le même prénom mixte !
    Le délire quoi !

  • Nif , 5 février 2014 @ 16 h 53 min

    Je crois que c’est l’heure de vos cachets Mamie Gisèle!

  • monhugo , 5 février 2014 @ 17 h 06 min

    L’idée, c’est d’introduire en français le “neutre”.
    Notre langue, très “réac”, en est encore aux féminin et masculin (par ordre alphabétique – pour faire comme il se doit).
    Faire-part de naissance : “ça” est né-e”.
    Le prénom épicène s’impose, évidemment.

Les commentaires sont clôturés.