Comme une feuille morte…

Le Roi des Belges a donc approuvé la loi autorisant l’euthanasie des enfants. Un dimanche. En revenant de la messe ou avant de s’y rendre ? Détail sordide qui révèle un peu plus – si cela était encore nécessaire – l’état terrible dans lequel se trouve la patrie qui abrite l’Agneau mystique.

La Belgique a bien changé depuis le règne de Baudouin, plaideront les monarcho-notairistes… Ce n’est pas une excuse, c’est un aveu. Inutile d’accuser les loges. Ce sont le trône et l’autel qui ont failli.

De compromis en compromissions et de compromissions en collaborations, la Belgique a euthanasié sa conscience. Les princes de la Cité de Dieu et les princes la Cité des Hommes n’ont pas jugé le sang des petits suffisamment précieux pour donner un peu du leur. Il crie maintenant vengeance auprès du Maître.

“Son silence n’a pas fait de bruit ce triste jour de mars… Avec le temps il pourrait devenir assourdissant.”

Viendra le jour où, à Bruxelles, il faudra rouler la pierre du tombeau… Mais aujourd’hui c’est le temps du deuil.

Et ce pauvre Philippe, me direz-vous ?

Les hommes que la Providence distingue par leur naissance échappent rarement au drame de Pilate. À celui à qui on a beaucoup donné, il sera beaucoup demandé… Quand les circonstances sont tragiques, les actes des princes font d’eux des héros dont le bronze perpétue les traits ou des lâches dont l’unique espoir réside dans l’oubli.

Philippe a suivi l’air du temps. Comme une feuille morte. Homme public, chef d’État, héritier d’une dynastie, il n’échappera pas au jugement de l’Histoire. Son silence n’a pas fait de bruit ce triste jour de mars… Avec le temps il pourrait devenir assourdissant.

Lire aussi :
> Euthanasie des mineurs : le Roi des Belges face à l’Histoire
> Philippe face à l’Histoire : réponse à certaines objections
> Belgique : Vive le Roi ou vive le notaire ?
> Tsunami en Belgique

Articles liés

48Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • esprit libre , 5 mars 2014 @ 10 h 31 min

    Déjà, je doute que l’on puisse comparer le sort du roi des Belges et celui de votre “salarié d’entreprise” en cas de “démission”.
    Si vous avez raison de vous méfier des donneurs de leçons aux autres mais pusillanimes pour eux, je peux aussi vous demander qui vous autorise à pourfendre tous ceux qui dénoncent sans savoir si, parmi eux, il y a des personnes allant jusqu’au bout de leurs convictions.
    Enfin, l’histoire de bien des familles donne de beaux exemples et l’Histoire avec un grand H en donne et en particulier dans les têtes couronnées… parfois pour des destins d’errance, d’exil et de dénuement que ne risquerait pas de connaître notre Roi des Belges… Il y a des exemples en plein XXe siècle.
    Et j’ajoute, pour connaître la situation belge, que le risque de fragiliser la Belgique me paraît un risque intéressant car ce pays de bric et de broc est malade à tous égards et constitue le laboratoire de toutes les lois mortifères.

  • esprit libre , 5 mars 2014 @ 10 h 44 min

    Je suis bien au fait de toutes ces explications données avec une rigueur que je ne conteste pas su un sujet sur lequel, Français, je me suis penché longuement.

    Mais vous vous placez dans l’idée rousseauiste que la souveraineté réside dans le peuple de manière absolue sans poser la question de ce que signifie être “roi des Belges” et donc d’être roi des plus petits ou des plus vulnérables parmi eux. Un refus entraînerait une crise politique et institutionnelle terrible, soit. Et pourquoi pas ? La Belgique a besoin d’un choc sauf à préférer son état actuel. La France aussi.
    Il y a des moments dans l’Histoire où des hommes acceptent de brûler leurs vaisseaux pour ne pas reculer et provoquent un choc. L’Histoire a placé des hommes et parmi eux bien des princes dans cette situation et avec mille fois plus de risques et au prix parfois mille fois plus lourd pour eux en particulier.

  • esprit libre , 5 mars 2014 @ 10 h 56 min

    Je regrette cette phrase :
    “S’ils sont français ils payent leurs impôts et financent l’avortement depuis longtemps, sans état d’âme !”
    Pardon mais nous sommes très nombreux à avoir des états d’âme – et pas seulement ! – et nous ne payons ces impôts sur notre travail que parce que nous y sommes forcés, y compris par justice le cas échéant.
    … Et j’encourage modestement les lecteurs à diminuer déjà leurs impôts en versant de gros dons… à des oeuvres qui luttent au quotidien contre ces lois scélérates et les drames qu’elles provoquent… et à manifester comme nous l’avons fait en janvier ou, pour ceux qui sont âgés, malades ou handicapés, à essayer de donner pour que d’autres puissent le faire. Et à soutenir ceux qui s’engagent de mille façons. Il y a de petites choses à faire pour chacun.

  • Jo , 5 mars 2014 @ 11 h 05 min

    Très juste !
    Valls vient de refuser les crédits demandés par le député Gloasguen dans le cadre de la réserve parlementaire concernant la réfection du grand orgue Cavaillé-Coll de l’église Notre-Dame d’Auteuil, sur un motif totalement infondé, puisqu’il considère que la réfection de ce grand orgue ne présente pas un objet « d’intérêt de politique local ».
    http://claudegoasguen.fr/2014/03/04/m-valls-sen-prend-a-leglise-notre-dame-dauteuil/

    Valls ne respecte donc pas la loi de 1905 !

  • Goupille , 5 mars 2014 @ 11 h 07 min

    La royauté belge est une royauté de carton-pâte. Sa noblesse aussi. C’est l’équivalent de Monaco, l’épaisseur historique en moins, puisque cela ne date que de 1830…
    Le “Roi des Belges” n’est là que pour tenter de donner une cohésion à deux blocs ethniques qui ne s’entendent pas (euphémisme), sans compter le bloc des envahisseurs, qui, parti comme c’est, finira par les mettre dans le même sac de dhimmitude et résoudra le conflit.

    Ce Roi se serait honoré, a minima, en se mettant en disponibilité, comme Baudoin l’avait fait. Preuve d’inutilité quasi intégrale et maquillage de conscience…
    Il se serait honoré en résistant personnellement et en prenant la tête d’un mouvement d’opposition, plumet au vent. Il ne le peut pas ? En ce cas, à quoi sert-il ?
    Par ailleurs, il y a fort à parier que, comme la monarchie anglaise, la monarchie belge est passée à la Franc-Maçonnerie, avec armes et bagages.

    Ivresse épaisse due à la bière, peut-être, mais ce pays qui n’a jamais tiré au clair l’Affaire Dutroux s’enfonce dans un cauchemar épais. A leur décharge, ajoutons que nous pourrions, nous aussi, nettoyer les cloaques de nos réseaux de pédo-criminalité…

    Nous nous enfonçons, tous, dans un cauchemar épais…

  • Jo , 5 mars 2014 @ 11 h 13 min

    Les sombres méandres de la franc-maçonnerie qui au fait de sombres secrets sur des individus placés ensuite à des postes clefs les mènent à leur propre déchéance et à celle des autres leurs victimes ! Il n’y a plus de conscience !
    Mais un jour peut-être elle, la conscience, les torturera !

  • Catoneo , 5 mars 2014 @ 12 h 03 min

    On comprend bien la règle constitutionnelle mise en jeu dans cette promulgation. Mais à ce niveau de reniement du Magistère, le roi des Belges s’est tout bonnement déconsidéré.
    Il devait aller au clash, sinon il vole sa soupe.
    C’est un roi-greffier.
    Peut-être suffit-il aux Belges ?

Les commentaires sont clôturés.