En France, condamner les horreurs de Daesh en les montrant est un délit !

En France, condamner les horreurs de Daesh en les montrant est un délit !

Pour les distraits qui n’en avaient pas encore pris conscience, la démocratie française, qui n’était déjà pas très vaillante, s’est perdue dans un triangle des Bermudes. Celui-ci peut fonctionner très rapidement ou être beaucoup plus lent. Il avait englouti François Fillon en quelques jours. Il vient de rattraper Marine Le Pen, un mois après Gilbert Collard, et au bout de deux ans après les faits. Ce triangle a un premier sommet médiatique, un second judiciaire, et un troisième politique, commanditaire ou bénéficiaire selon les opinions. Les deux parlementaires du Front National, à qui leurs collègues avaient été ravis, auparavant, de retirer l’immunité parlementaire, vont donc se retrouver en correctionnelle et encourir une peine de trois ans de prison et de 75 000 Euros d’amende.

Quels sont les faits ? Lors d’une émission où Jean-Jacques Bourdin interroge Gilles Képel en 2015, ce dernier fait état d’une thèse contenue dans son dernier ouvrage, la symétrie du repli identitaire des islamistes qui ont commis les attentats, et du Front National en France. Ce « spécialiste » prétentieux agite donc un concept fumeux dont il paraît fier. Le repli identitaire de l’islamisme appellerait donc celui des patriotes dans notre pays. C’est le type même de l’amalgame malhonnête qui discrédite totalement le sérieux de cet auteur, mais qui dans ce cas est considéré par Bourdin comme une clef de compréhension éminente. Il faut rappeler que les amalgames tendant à imputer les crimes du passé, ceux des nazis, à l’extrême-droite actuelle sont bienvenus, mais que sont scandaleux, ceux qui prêtent une propension à la violence à l’islam dans son ensemble. Jean-Jacques Bourdin reprend la balle au bond en parlant de liens entre daesh et le FN, puis corrige en disant qu’ils ne sont pas directs. Ouf, parce que là, il a frôlé la diffamation, mais si on résume, il vient de dire qu’il y avait une « communauté d’esprit », celle du repli identitaire. Si on traduit cette expression, elle dit : ces gens-là pensent pareil ! Bourdin et Képel, en bons compères, se diront très surpris de l’indignation de Marine Le Pen et prendront sa réaction de très haut. Comment peut-on reprocher quoi que ce soit à ces professionnels exemplaires ? L’un est un spécialiste reconnu et qu’on voit sur tous les plateaux des chaînes et des émissions d’information. L’autre est un journaliste ombrageux à qui on ne la fait pas. Ils n’ont bien sûr fait preuve d’aucun parti-pris. Parler de liens entre une organisation terroriste et un parti politique français et faire du « repli identitaire » français une cause de la violence en raison des difficultés qu’il pose à l’intégration d’une population qui ne demande que ça est à l’évidence le signe de l’objectivité sans faille des deux hommes.

Marine Le Pen a réagi de manière affective. Elle a été blessée, et on la comprend, mais cette spontanéité dont l’éventuelle maladresse prouve la bonne foi, est jugée indigne par le donneur de leçon Bourdin et par le Premier Ministre de l’époque Valls. Quant à Képel il vide sa hargne sur Philippot qu’il juge « inculte ». Après avoir gagné quelques procès contre ceux qui m’avaient diffamé, je crois qu’il y avait là matière à poursuite. Mais Marine Le Pen a préféré à l’aide de quelques tweets et de photos exprimer son indignation : comment peut-on, si peu que ce soit, établir un lien même indirect entre un parti parfaitement légal et qui n’use pas de violence et un groupe terroriste qui décapite un otage américain, brûle vif un pilote jordanien et écrase un soldat de l’armée syrienne sous un char ? Il n’y a aucune ressemblance, aucun lien entre la cruauté des islamistes, leur fanatisme ignoble, et le patriotisme français. La comparaison est d’autant plus insultante que des attentats viennent d’être commis en France au nom de l’Etat islamique, et qu’une réaction « identitaire » française paraît la moindre des choses. La surdélinquance immigrée, soulignée par Zemmour, lui-aussi visé par des actions judiciaires, n’a pas attendu l’Etat islamique, ni le Front National pour provoquer un rejet, un « repli identitaire » qui s’apparente à de la légitime défense dans une partie de la population.

Mais dans notre cher pays, il y a des situations où la victime ne peut-être que le coupable. Marine Le Pen a montré des photos violentes pour se défendre de l’amalgame et la justice va renforcer l’amalgame. Elle montrait l’horreur pour la stigmatiser et s’en éloigner, mais elle l’a montrée et s’en est donc faite complice en délivrant « un message à caractère violent et pornographique ». L’intention n’a aucune importance. Elle est complice, comme si les djihadistes ne pouvaient voir ces photos sans l’aide de Marine Le Pen, et comme si les Français ne devaient surtout pas les voir, pas plus qu’on ne doit employer le mot islamique, pas plus qu’on ne peut procéder à des statistiques ethniques. Une telle montagne d’hypocrisie, d’aveuglement volontaire, de parti-pris, de manipulation de l’opinion où l’on trouve comme d’habitude des communicants du système, un magistrat pour mettre en examen et des politiques pour justifier l’injustifiable, la main sur le coeur, est pour ceux qui savent voir une honte pour notre pays, une ignominie qui discrédite notre prétendue démocratie. Et je le dis d’autant plus facilement que j’étais un électeur de Fillon et que je ne suis pas membre du Front National.

Autres articles

15 Commentaires

  • vikinglenormand , 5 Mar 2018 à 8:12 @ 8 h 12 min

    et maintenant la Angot sur ONPC qui parle de NAZI de FACHO concernant le FN la il faut vite arrèter cela avec une plainte en diffamation il faut que Marine porte plainte,VITE.

  • Parole , 5 Mar 2018 à 8:23 @ 8 h 23 min

    On est pas sortie de l’auberge avec une justice qui joue à l’autruche patentée.

  • André , 5 Mar 2018 à 8:25 @ 8 h 25 min

    J’en sais quelque chose. Depuis onze ans que je me suis lancé dans le révisionnisme, j’en ai fait des découvertes. Le plus grave ce sont les français eux-mêmes qui détruisent la France… Cette fois-ci, il n’y aura aucun libérateur jusqu’à ce que la France subisse le châtiment de Sodome et Gomorrhe, c’est plus qu’une conviction c’est une certitude…..
    Menacé de mort par une certaine engeance, je suis inculpé d’un autre côté d’islamophobie = racisme anti-arabe, d’apologie du colonialisme et de dénonciation dilatoire d’invasion abusive par une immigration arbitraire, etc… par le procureur Frédéric Teillet. Je suis fiché au grand banditisme, mais momentanément en liberté provisoire, je suis dangereux avec ma plume mais toutefois avec celle-ci je ne peux pas égorger des musulmans et des sionistes…. Les trois auditions ce sont faites dans la plus grande illégalité, ils ne sont même pas foutu de respecter leurs lois sacrilèges qu’ils ont pondues et ça caquettent… Il faut que j’arrive devant les tribunaux vivant….
    Pour le moment, il y a des secrets que je ne peux plus révéler. J’en reviens toujours à mon diagnostic de 2008: — Oh Mon Dieu, pourquoi m’as-tu envoyé comme un agneau parmi les loups français sauvages et sans QI ?

  • Alam , 5 Mar 2018 à 8:51 @ 8 h 51 min

    Interdire la publication de photos montrant les horreurs commises par les hommes de Daesh, alors que tout écrit sur les horreurs nazis s’accompagne et légitimement des photos des camps de concentration, c’est, clairement, vouloir cacher la barbarie islamiste et donc s’en rendre complice. Les magistrats qui poursuivent aujourd’hui Marine Le Pen sur ce chef d’accusation sont donc les complices de Daesh. Leur nom doit être connu et porté à la connaissance du public.

  • André , 5 Mar 2018 à 9:06 @ 9 h 06 min

    Alam 5 Mar 2018 à 8:51 at 8 h 51 min l==> Chut, silence ! Cela fait partie de l’une de mes bottes secrètes le jour de l’audience je vais jouir de renverser les rôles, car c’est moi qui poserai les questions, je retournerai leurs lois contre eux et fouterai les magistrats dans l’embarras qu’enfin de compte, ils pérorent du haut de leur piédestal, mais en réalité ils sont les premiers dans les sans QI.

  • Isaïe , 5 Mar 2018 à 10:32 @ 10 h 32 min

    Bonjour Alam
    Un point qu’il faut taire aussi est le pacte islamo nazi de 1942 entre le mufti de Jérusalem et Hitler. Il faut taire aussi l’accueil vibrant des libanais qui a été fait lors de la venue d’Hitler en 1939 si je ne me trompe pas.

  • Jean NOGUES , 5 Mar 2018 à 10:37 @ 10 h 37 min

    Oui, montrer les crimes de Daesch en actes est, en France actuelle, un délit.
    Alors si ma famille est victime d’un de ces crimes, montrer les cadavres au médecin que j’appellerai est aussi un délit. Prendre des photos et les montrer à mes amis est aussi un délit.
    Ces ”bavures” me rappellent l’histoire du massacre de Melouza en Algérie française.

    Des rivalités entre FLN et MNA (de Messali Hadj) ont abouti, le 1er juin 1957, à l’épouvantable massacre de Melouza. Sur à peine plus de 300 habitants du village de Melouza, 303 d’entre eux furent ignoblement massacrés dans la mosquée du village, parc égorgement puis par rafales de tirs à la mitrailleuse. C’estv le FLN qui a exécuté ce ”travail”, après avoir fait croire aux villageois qu’il y avait une importante runioin qui devait se tenir dans cette mosquée.

    Le FLN a rapidement imputé ces horreurs à l’armée française, qui n’y était pour rien.

    A l’époque, aucune censure n’existait, si bien que des photos ont été prises juste après le massacre et ont circulé.

    En 1958, à Stockholm, dans un hôtel, sur le panneau d’affichage à l’entrée, certaines de ces photos ont été apposées, accompagnées d’un texte liminaire qui affirmait, contre toute vérité, que l’armée française avait elle-même perpétré ce massacre. Les suédois ont donc été désinformés, sans qu’aucun démenti ait été jamais publié.

    En interdisant la publication de vidéos et photos des exploits des valeureux djihadistes de Daesch, on laisse donc libre cours à toutes les manipulations présentes ou futures qui attribueront ces crimes contre l’humanité à de tout autres personnes qu’à leurs auteurs. Et les manipulateurs, eux, ne se gêneront pas pour montrer et publier ces photos et vidéos partout, notamment à l’étranger.
    Si aucun des magistrats qui appliquent à la lettre ces consignes de silence ne réfléchit au problème que le présent texte leur met sous les yeux, alors n’importe qui pourra dire et publier n’importe quoi sans que la puissance publique puisse s’y opposer. La balle est donc dans le camp de ces magistrats. La conclusion qui s’impose est donc : la vérité doit toujours être dite et montrée, c’est le meilleur antidote du mensonge et des manipulations de l’opinion. Seule la force de la vérité est invincible, la force de la vérité doit toujours être supérieure à la force des lois. Les lois sont faites pour servir la vérité, qui est un bien commun de ‘l’humanité de bonne volonté. Elles ne sont pas faites pour cacher ou travestir la vérité.

Les commentaires sont fermés.