«Mariage pour tous» : le début du recul de François Hollande  ?

par Hubert Montmirail*

On ne le dit pas ouvertement, mais l’atmosphère est à la prudence au Gouvernement. Prudence évidemment dans le ton adopté : les ministres font profil bas. En séance publique, au Sénat, ils défendent une optique minimale. Ce jeudi 4 avril, ils ont été peu enthousiastes. Si peu que l’on se demande où sont passées les envolées du mois de février… Les parlementaires de gauche essayent de rappeler aux ministres qu’ils ne doivent pas reculer. Un signe ? Peut-être. Prudence aussi dans la portée du dispositif que l’on veut instaurer. Exit la GPA ou la PMA, repoussée au motif que ce n’est pas l’objet du projet de loi Taubira. La réalité est bien là : comme la saisine du Comité national d’éthique, il s’agit bien de portes de sortie. Certes solennelles et apparemment objectives, mais bien commodes pour éviter de s’aventurer dans des sentiers douteux.

François Hollande est conscient de l’impopularité du projet de loi en question ; il sait que les manifestations ont été tout, sauf dérisoires ; il se rend enfin compte que les Français ne sont pas emballés. C’est le moins qu’on puisse dire. Mieux : le président de la République sait que les ministres, dans leur déplacement, rencontrent ces Français excédés, jusque là silencieux, mais bien déterminés à se faire entendre depuis le 24 mars dernier. Ils se rendent compte que les simples citoyens se contrefoutent des promesses sociétales. Au fond, ils ont peur de voir les années à venir ternies par ces manifestants excédés. Sont-ils prêts à endurer tout cela ? Il y a bien un après 24 mars, et ce peu importe les divergences entre les organisateurs de la Manif pour tous ou les récriminations de Civitas. Au fond, cette opposition d’une partie notable du pays n’a pas besoin de chef identifiable. Bien au contraire, cette relative dispersion démontre que le refus du mariage dit pour tous est un mouvement profond. Un mouvement aussi profond que la désagrégation de ces 40 dernières années…

Alors que les perspectives économiques et financières s’avèrent inquiétantes, le mariage homosexuel ressemble de plus en plus à de l’enfumage. Comment des hommes de gauche, quelquefois lucides, ont-ils pu tomber dans un panneau aussi grossier ? Quand on fait du sociétal, c’est simplement parce que l’on sait que la politique de rigueur devient la seule politique. C’est parce que l’horizon quotidien devient sombre : il faut donc faire diversion. C’est un signe évident de faiblesse.

Et puis il y a cette inquiétante conjonction : la menace qui pèse, par exemple, sur le budget des armées. Or, s’il est raboté, il est sûr que les militaires apprécieront peu. Ils ont beau être les silencieux de la grande muette, mais ils ne veulent pas participer au sabordage de leur armée. Peut-on imaginer que François Hollande continue dans un climat aussi sensible ? Ici et là, le président de la République rencontrera des Français en colère. Avec une aussi faible cote de popularité, une panique consécutive à l’affaire Cahuzac ou une suspicion généralisée sur les hommes politiques, François Hollande sait qu’il manie un cocktail explosif qui risque de griller son quinquennat. Peut-il se permettre de consumer les 4 années restantes de son mandat ? Surtout lorsqu’il ne dispose plus d’un quelconque parapluie primo-ministériel. Parce que le quinquennat pousse le Président à davantage s’engager à travers des propositions, il peut aussi conduire le chef de l’État à dénouer la situation en écartant un projet de loi aussi dangereux et incertain pour son autorité. Monsieur le Président, vous n’osez pas le dire, ni même le faire comprendre, mais cela sent peut-être le recul !

*Hubert Montmirail est collaborateur d’élu.

Autres articles

36 Commentaires

  • de Magneval , 5 Avr 2013 à 13:09 @ 13 h 09 min

    Se rend t’il vraiment compte de tout cela? Sa stratégie selon moi qui est pour le moins désarmente est de ne pas répondre et de ne rien faire… Quand on appelle quelqu un qui ne répond pas , qu on se déplace pour sonner chez lui et qu il ouvre tout juste la porte pour dire “tout va bien, j ai la situation en main” alors qu il y a le feu dehors… Que faire? L ensemble de la contestation est pousser à la faute par pur et simple énervement et le piège bien là! Il peut gagner la partie en ne faisant rien comme il l a fait en 2007-2010 avec le parti socialiste, comme il l a fait durant la campagne présidentielle…

  • coulon marie , 5 Avr 2013 à 13:14 @ 13 h 14 min

    FH, stratégiquement, devrait s’arranger pour que les sénateurs Ps ne votent pas la loi: il aurait droit au soutien ( apitoyé et désolé et furieux mais soutien quand même, ) de ses amis, et perdrait bien plus d’ 1 million 4 d’ennemis..LGBT ne mobilisera jamais 1, 4 Français. Stratégiquement, ce serait payant, il relèverait la tête…Ce serait.. “gagnant gagnant”. !

  • Doidy de Kerguelen , 5 Avr 2013 à 13:17 @ 13 h 17 min

    Espérons que cet article, qui ne repose sur aucun fait concret ni déclaration, ni signe (liberté de vote laissée aux parlementaires par exemple) ne soit pas un premier pas vers l’enfumage consistant à faire croire au peuple mobilisé que quelque chose se passe pour justifier la démobilisation….

    Plus que jamais la pression doit se maintenir, plus que jamais les actions doivent se multiplier et si, vraiment, des fissures se font jour, c’est la pression qui fera sauter le barrage, pas le réduction de la pression…

  • Ucwasfbo , 5 Avr 2013 à 13:40 @ 13 h 40 min

    J’avoue ne pas partager votre optimisme ! C’est le seul sujet auquel il tienne, comme un faible s’obstine bêtement pour montrer son autorité ! C’est là le danger de sa mollesse …

  • Gisèle , 5 Avr 2013 à 14:21 @ 14 h 21 min

    Surtout ne pas vendre la peau de l’ours trop tôt …se méfier des faux semblants …. avoir les yeux et les oreilles partout ….car certains sont très rusés .
    En tous les cas , les chaînes télévisées n ont pas baissé la garde en ce qui concerne certains épisodes ou reportages … ça devient lassant . Mais heureusement , y a la zapette !!!!!

  • JSG , 5 Avr 2013 à 14:27 @ 14 h 27 min

    “…1 La sexualité est désormais dissociée de la conjugalité et de la procréation….”
    C’est aussi ça le Sénat ?
    Faudra-t-il aussi considérer que tuer des individus aussi inconscients ne relève pas du crime, mais de l’assainissement de la Nation ?
    Ce rendent-t-elles compte ces perruches en chaleur que ces propos peuvent encourager des gens à se convertir à l’Islam radical, et que dans ce cas leurs jours seraient comptés ?
    Je m’imaginait que ce lieu était un lieu de réflexion, de recul et de modération, je ne savais pas que qu’on pouvait y héberger des perverties aussi abjectes.
    bref un seul slogan :
    DÉGAGEZ :

  • JSG , 5 Avr 2013 à 14:43 @ 14 h 43 min

    L’enfumage, non, c’était le pauvre Cahuzac qui vient d’en faire les frais ; et ça ne marche pas, l’opinion, malgré les efforts des merdias, n’est pas tombée dans le panneau.
    Pour ce qui est de la liberté de vote des parlementaires, elle est plus liée aux troubles qui résulteraient d’un vote positif. L’opinion est excédée de tout ce cirque qui n’a rien à voir avec les soucis des Français.
    Le vrai rideau de fumée est cette loi en elle-même qui occulte toutes les déconvenues de la S.A. ÉLYSÉE-MATIGNON, pensez-donc la “promesse numéro 31 ou 32” !, et celles d’avant ?

    bref un seul slogan à leur attention :
    DÉGAGEZ !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen