Alain Silver : “Être chômeur senior, c’est faire une expérience unique de l‘infantilisation permanente”

Nouvelles de France : Bonjour Alain Silver, vous venez de publier 54 ans chômeur et toujours vivant* aux éditions Tatamis. Pourquoi avoir écrit ce livre ? Pourquoi avoir choisi de traiter un sujet aussi grave d’une manière légère ?
Alain Silver : 54 ans chômeur et toujours vivant est le récit de mon exploration personnelle du monde du chômage et de la recherche d’emploi. C’est un témoignage cinglant sur notre époque. Si j’ai choisi un ton décalé, c’est parce que les situations traversées sont ubuesques. En effet, comment raconter sans rire un salon de l’emploi des seniors qui se tient dans d’anciens abattoirs ? C’est la réalité même qui est comique, c’est la réalité qui dépasse la fiction. En pénétrant le monde de la recherche d’emploi, j’ai rapidement eu le sentiment de traverser un océan de bureaucratie et de politiquement correct qui n’avaient comme seul but de m’occuper, un peu comme on amuse des enfants à la garderie… J’ai voulu en rendre compte, parce que l’écrire, c’est aussi dépasser ma condition de chômeur. Mettre des mots de façon aussi légère sur la réalité que je vis était la seule façon de créer de la distance pour mieux rendre compte du réel. De même, si mes personnages portent des noms de personnages de bandes dessinées, c’est pour mettre en évidence la dimension caricaturale de chacun, mais c’est également une façon de leur redonner un peu d’humanité…

On entend de plus en plus parler de chômeurs seniors… Pourriez-vous nous rappeler en quelques mots ce que cela signifie ?
Être chômeur senior, c’est appartenir à un club de 750 000 adhérents et avoir moins d’une chance sur trois de retrouver du travail. Être chômeur senior, c’est une expérience pleine d’imprévus, cela commence par un conseiller de Pôle emploi qui n’arrive pas à trouver dans son répertoire des métiers et des emplois… le métier que vous exerciez. C’est suivre un stage de « remise en forme du chômeur » censé vous aider à devenir un chasseur de jobs affuté. Mais, en fait, vous êtes inscrit au concours du plus beau des CV et à un stage de théâtre pour réaliser des simulations d’entretiens d’embauche… pour des embauches qui n’existent pas. C’est avoir le sentiment de participer à l’économie du chômage avec sa cohorte de consultants qui vous promettent une meilleure visibilité de votre CV sur les réseaux sociaux. C’est, au téléphone, s’entendre dire : « La direction a décidé de réorienter sa politique de recrutement vers des profils plus juniors ». Enfin, être chômeur senior c’est participer à des stages « spécial seniors » où l’on vous apprend à bien compter vos trimestres pour faire valoir vos droits à la retraite, ce qui est très motivant vous en conviendrez. Être chômeur senior, c’est donc faire une expérience unique de l‘infantilisation permanente.

“Pôle emploi, c’est le royaume de la solitude. En une année et demi je n’ai rencontré mon conseiller que deux fois, une fois lors de l’inscription et une autre fois 10 mois après.”

Dans plusieurs passages de votre livre, vous faites référence aux nouveaux rituels du monde du travail et au fonctionnement ubuesque de Pôle emploi. Vous ne vous adressez donc pas seulement aux chômeurs seniors ?
Dans la première partie du livre, j’essaie de montrer comment la « modernité » des relations au travail, la ludification des espaces de travail ne change rien aux rapports de force et accentue l’infantilisation dans l’entreprise. Lorsque l’on vit une séparation, c’est toujours éprouvant, même si sur les murs, il y a des couleurs vives et qu’un toboggan est sensé amortir la chute. Dans la deuxième partie, je décris le trajet type d’un chômeur qui traverse la machine Pôle emploi. Cette machine à culpabiliser, où l’on vous explique que si vous ne décrochez pas d’entretien, c’est parce que votre CV est mauvais, et de même, que si vous ne concluez pas lors de l’entretien c’est parce que vous ne savez pas parler. C’est donc l’histoire d’un gâchis humain et financier. En ce sens 54 ans, chômeur et toujours vivant s’adresse à tous, jeunes et moins jeunes. Avec un peu d’effort, dans quelques temps, nous naîtrons tous seniors, sans possibilité d’y
échapper !

Quel est votre constat sur Pôle emploi à travers cette expérience ?
Pôle emploi est une machine dont l’objectif est de gérer du flux entrant et sortant. Une machine dépassée par la masse à traiter. À entendre les conseillers expliquer que Pôle emploi n’est pas un cabinet de recrutement et avouer ne pas être le meilleur des jobboards, on comprend le désarroi qui peut saisir le chômeur abandonné seul devant son écran d’ordinateur à scruter les annonces ! Pôle emploi, c’est le royaume de la solitude. En une année et demi je n’ai rencontré mon conseiller que deux fois, une fois lors de l’inscription et une autre fois 10 mois après. Pôle emploi, c’est la promesse de la désocialisation assurée.

Vous avez sans doute une petite idée de la meilleure manière de lutter contre le chômage des seniors, la discrimination et la précarité dont ils sont victimes, non ?
Tuer tous les seniors. Supprimer 15 ans sur notre état civil. Faire en sorte qu’un senior parraine un senior… Décréter que tout le monde est senior ou bien relancer la croissance mais là, je n’ai pas de recette miracle.

Que gagneraient, selon vous, les entreprises à faire une plus belle part aux seniors ?
On parle en permanence de la silver économie : j’ai personnellement du mal à être considéré comme une cible marketing alors que mes revenus sont en voie de disparition. Plus sérieusement, au-delà de l’expérience irremplaçable que les seniors peuvent évidemment faire valoir sur le plan professionnel, les entreprises gagneraient sans doute un peu plus de maturité à être le reflet de ce qui se passe en termes démographiques dans notre société. Comment, en effet, imaginer un monde où une classe d’âge serait exclue du jeu et en voie de désocialisation permanente ?

*54 ans, chômeur et toujours vivant, Alain Silver, éd. Tatamis, mars 2014, 180 p, 13 euros.

Articles liés

24Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • calitu2b , 5 avril 2014 @ 22 h 39 min

    il y a beaucoup de vérité dans les commentaires de la VIDEO de F.Hafidi…. interressant ,et à écouter jusqu’a la fin.

  • Smarties , 6 avril 2014 @ 0 h 48 min

    @FR :

    C’est un dialogue de sourds parce que nous ne parlons pas de la même chose.

    Je vous parle du 21ème à venir, vous répondez par le 20ème siècle en train de mourir.

  • Dédé , 6 avril 2014 @ 7 h 39 min

    “Supprimer 15 ans sur notre état civil”

    Sur le CV, la mention de l’âge n’est pas obligatoire

    Par ailleurs, si on a obtenu des formations, certifications récemment, ne pas hésiter à jouer sur les mots, du genre “récemment certifié” “jeûne diplômé” dans la lettre de motivation

    Le problème des seniors : ils ont de l’expérience et sont parfois non manipulables à souhait (genre on peut pas les prendre pour des cons, surtout dans les centres d’appel, friantes de profils compétents mais dont les jobs ressemblent plus à du secrétariat et à jouer au putching ball plutôt que de vrais postes techniques, et dont le turn over consiste à recycler tous les 3 mois les équipes, comme par exemple le service assistance de Informatique Banque Populaire, sous traité par Osiatis)

  • chabanu , 6 avril 2014 @ 9 h 20 min

    Wow… J’ai son âge et je sens un vent “pro-juvénile” provenant du bureau de la RH inonder les allées des bureaux “parcage à veaux” de l’étage administratif de la boite. J’ai même surpris deux jouvenceaux fraîchement diplômes des grandes écoles se faire la confidence près de la photocopieuse : “-les jeunes sont plus réactifs, plus combattants et plus vaillants que les seniors..” GLOUPS !
    Je viens de commander le bouquin d’Alain, il va sûrement m’aider à mieux comprendre ma future immersion dans un nouveau monde fantastique et contemporain auquel je vais certainement être confronté…
    RE GLOUPS !
    Si vous croisez Alain, remerciez-le et dites-lui qu’il vient de nous rendre un énorme service avec le témoignage de son expérience incroyable et probablement contemporaine (Tristement contemporaine)
    J’ai hâte de lire le bouquin.
    Très cordialement, Chabanu.

  • Mizette , 6 avril 2014 @ 9 h 29 min

    On vous propose des stages, qui veulent vous former à une profession que vous exercez depuis des années !

  • FR , 6 avril 2014 @ 11 h 11 min

    @ Smarties,

    L’immense majorité des français et la quasi-totalité des entreprises sont pris à la gorge par les contraintes ou les objectifs à court terme. Le XXIe siècle, contrairement au XXe siècle, est une époque dans laquelle la presque totalité des acteurs en présence doit d’abord et avant tout éviter la cessation de paiement.

    Ceci dit, les formes d’action économique nouvelles, horizontales, subsidiaires et solidaires, auxquelles vous faites référence existent déjà.

    Ainsi, les AMAP, associations reposant sur le principe de la libre association d’exploitants agricoles commercialisant leurs production en circuit court.

    Nombre de ces expériences échouent ou vivotent parce que, précisément, leur structure horizontale empêche toute prise de décision efficace.

    L’expérience enseigne que les seules AMAPs qui ont pu se pérenniser sont celles qui ont accepté l’émergence d’une autorité en leur sein.

    De plus, ces expériences ne peuvent fonctionner que si les acteurs disposent d’un capital initial minimum en termes de compétences et en termes financiers. Or, ce capital initial, cette connaissance des besoins du client et des processus par lesquels ce besoin peut être satisfait, sauf à être né dans un milieu bourgeois et richement doté, on ne l’acquiert que par l’intermédiaire d’une première expérience en tant qu’exploitant ou en tant que salarié.

    Quant à la vidéo dénonçant l’école que vous avez postée, sachez qu’elle reprend trait pour trait les idées des “pédagogues” lyonnais qui, tels Philippe Meirieu, influencent l’Éducation nationale depuis 30 ans et sont à l’origine de son effondrement.

    Les convergences sont flagrantes :
    – l’idée selon laquelle les élèves passionnés devraient pouvoir se désinvestir de certaines matières si celles-ci ne leur conviennent pas (l’école à la carte et les options facultatives plutôt que la maîtrise d’un socle de connaissances communes),
    – l’idée selon laquelle les enseignants et d’une manière générale les représentants de l’autorité sont un obstacle au développement de la créativité des élèves (il faut partir des centres d’intérêt des élèves, et pas enseigner des savoirs ou des compétences),
    – l’idée selon laquelle la créativité se manifeste naturellement ex nihilo (apprendre le solfège serait un obstacle à la composition d’une symphonie…)

    Ce sont très exactement les idées du pédagogue libertaire Philippe Meirieu, grand inspirateur des lois Lang de 2000, et par ailleurs militant et cadre d’EELV.

  • passim , 6 avril 2014 @ 14 h 28 min

    Il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites.

Les commentaires sont clôturés.