Pourquoi nous voterons “blanc” dimanche

Pourquoi nous voterons “blanc” dimanche

président de la République

Depuis le soir du 23 avril et le résultat du 1er tour de l’élection présidentielle, certains médias, professionnels de la politique, artistes, sportifs, économistes, représentants du monde des affaires, chefs d’Etat étrangers, intellectuels « sérieux », tout ceux qui comptent nous somment de voter et de voter bien, c’est-à-dire pour Emmanuel Macron.

Nous avons l’ordre de :

> voter sans ambiguïté pour le candidat de l’ambigüité,

> voter sans compromission pour le candidat de tous les compromis,

> sauver la République qui, depuis des décennies, est malmenée par une classe politique qui a fait de la chose publique, non plus une mission au service de l’intérêt général, mais une captation au profit d’intérêts corporatistes,

> sauver la démocratie quand des livres-enquêtes parus récemment mettent en lumière crûment les pratiques dévoyées de nos dirigeants politiques ou lorsque le législateur, derrière la loi sur le délit d’entrave numérique à l’IVG, crée un délit de conscience et une atteinte à la liberté individuelle au lieu de la protéger.

Ce second tour la présidentielle n’est plus une élection, c’est une sommation !

Ces dernières heures, la grande supercherie est venue de responsables politiques LR & UDI qui ont montré leur incroyable culot et leur double langage avec le message suivant : « Votez Macron pour la présidentielle mais, aux législatives, votez pour LR ou UDI ! » Quelle politicaillerie !

Ces candidats LR & UDI n’incarnent ni le visage de l’alternance, ni le renouveau en politique, ni le courage pour transformer le pays. Ces candidats incarnent la droite du renoncement, la droite du reniement !

Nous, citoyens Français, ne voulons plus des professionnels de la politique aux mandats perpétuels sans cesse renouvelés, professionnels de la politique qui ne croient en rien si ce n’est en leurs intérêts individuels.

Le renouveau passera par la société civile.

Aux législatives des 11 et 18 juin, nous offrirons aux électeurs des 4ème et 14ème circonscriptions de Paris la possibilité de voter pour les deux seuls candidats de la société civile authentiquement de droite, une droite de convictions, libérale pour les questions économiques, sociale pour les plus fragiles, conservatrice pour les valeurs sociétales et résolument tournée vers l’avenir, notamment pour les questions écologiques et la révolution numérique.

Dans la surenchère verbale de l’entre-deux tour, ni Emmanuel Macron ni Marine le Pen n’auront été capables de faire entendre une voix forte et claire qui nous montre un cap précis pour l’avenir. Ils n’ont, ni l’un ni l’autre, l’étoffe pour présider aux destinées de la France !

Finalement, dimanche 7 mai, et contrairement à tous les ordres reçus ces derniers jours des directeurs de conscience, le véritable courage républicain et démocratique sera de voter librement, sans pression et sans culpabilisation.

Nous ne voterons donc ni pour M. Macron ni pour Mme Le Pen. Mais comme nous croyons que notre bulletin est précieux, nous irons voter et nous voterons « blanc ».

Le véritable changement sera le renouvellement de l’Assemblée Nationale en juin. Le 11 juin, chaque électrice, chaque électeur des 4ème et 14ème circonscriptions de Paris pourra faire le choix, chacun dans sa circonscription, d’élire deux candidats de la société civile, deux candidats d’une droite authentique, assumée et sans double discours.

Ghislain LAFONT – Candidat aux législatives dans la 14ème circonscription de Paris
Jean-Marc FAYOLLE – Candidat aux législatives dans la 4ème circonscription de Paris

Autres articles

27 Commentaires

  • Vent d'Est, Vent d'Ouest , 5 Mai 2017 à 20:55 @ 20 h 55 min

    @ Hermeneias
    Tout à fait d’accord avec votre commentaire. Il n’y a aucune doctrine qui “colle” parfaitement aux idées de qui que ce soit. Ce que propose Marine Le Pen me convient bien mieux que ce que propose Macron de son programme mortifère et délétère pour la France, qui veut “éradiquer le FN et la colère qui le nourrit”. Et les anti-fascistes, il les soigne ? Pour quelqu’un qui aspire à la magistrature suprême et qui se réclame de la démocratie, il y a un problème dans son logiciel, en-dehors du fait qu’il faudrait alors qu’il songe à enfermer plus de 7 millions de Français qui votent Front National. Ah, c’est vrai, c’est le but avoué d’après ses déclarations il n’y a guère, les pourchasser de sa hargne, au lieu de courir après les islamistes radicaux et autres fichés S, c’est plus facile et moins contraignant. Le Maccarthisme renaît de ses cendres, et il risque d’être rebaptisé sous une forme plus actuelle sous peu.
    On peut constater par ailleurs que tous ceux qui parlent du Front National comme d’un parti de la haine se montrent étonnamment les plus haineux et les plus virulents à son égard, quand ils ne l’insultent pas avec des jeux de mots dont la bassesse n’a d’égal que leur piètre intelligence, quand ils en ont une.

  • Paule C , 5 Mai 2017 à 22:57 @ 22 h 57 min

    Voter blanc, ou nul, c’est voter Macron.

  • Jean NOGUES , 5 Mai 2017 à 23:50 @ 23 h 50 min

    MARINE M’A TUER !

    Elle est impardonnable. Elle avait une occasion en or, historique, qui ne se reproduira jamais, de faire basculer le destin, en gagnant la présidentielle du 7 mai 2017.

    D’abord, deux journalistes qui se sont montrés impeccables, respectueux, rigoureusement impartiaux. La dame était même d’une gentillesse non feinte, et j’ai remarqué qu’elle a semblé vivement intéressée à titre personnel quand Marine a évoqué des questions médicales s’agissant du niveau des remboursements SS. Ce n’est pas demain la veille que des personnalités proches du FN auront affaire à des journalistes aussi honnêtes !

    Ensuite, elle avait face à elle un adversaire en or. A chacune de ses interventions, ça commençait comme Bach et ça finissait comme Offenbach. Au début, c’était intimidant car son discours semblait limpide et était prononcé avec une conviction contagieuse. Mais très vite, ça devenait flou, filandreux,pourri de digressions, de longueurs inutiles où la conviction initiale disparaissait comme de la neige qui se sublime au soleil. Du coup, il perdait des temps de parole dont Marine n’a pas su profiter comme il le fallait.

    Enfin, elle avait des questions en or à lui poser, de nature à le démasquer devant des millions de téléspectateurs : elle n’en a abordé aucune !

    Ces atout maîtres, elle les a tous gâchés avec une remarquable inintelligence. (J’en ai déduit qu’elle n’a été l’auteur d’aucun des discours superbes qu’elle a prononcés dans ses meetings).

    Elle aurait dû le laisser parler sans l’interrompre : il aurait lui-même dilué et désarticulé ses prises de parole, de sorte qu’il n’en serait rien resté de solide et de précis dans l’esprit des téléspectateurs. Et en prime, elle aurait gagné plein de temps de parole. Au lieu de ça, elle n’a cessé de l’interrompre, de l’agacer, ce qui a eu l’effet inverse de celui escompté ; car il prenait chaque fois conscience de la nécessité d’un discours cohérent et percutant pour faire cesser la perpétuelle agression. Il lui a ainsi adressé des reproches parfaitement justifiés, quel gâchis !

    Elle n’avait absolument rien travaillé à fond. Exactement comme quand elle s’est faite écraser par Xavier Bertrand. Je n’aime pas ce Bertrand, mais il avait soigneusement préparé son débat, et il l’a enfoncée sur tous les sujets abordés. Marine n’ à aucun moment trouvé de riposte argumentée et cohérente. Eh bien avec Macron, même topo ! Elle avait un banquier en face d’elle, elle aurait pu l’attaquer sur le scandale des frais bancaires, qui rançonnent les français. Il se serait écroulé si elle avait travaillé ça ! un thème qui concerne au moins 20 millions de nos compatriotes ! mais elle n’avait rien travaillé sérieusement là-dessus, quelle honte !

    Elle aurait pu attaquer à fond sur le scandale des attachés parlementaires instrumentalisés avec succès par le PS pour écarter Fillon de cette bataille historique. Là encore, elle en a été incapable car elle n’avait rien travaillé, alors que des suggestions lui avaient été prodiguées par de nombreux sympathisants du FN au courants des hypocrisies du mode de rémunération des députés. Quel crèvecoeur ! elle avait là de quoi poser à M. Macron une de ces questions où il aurait été plongé dans un embarras dramatique quelle que soit la réponse : en répondant oui,il se mettait à dos tous ses amis socialistes, et end épandant oui, il se mettait dans le camp des corrompus. La voici,cette question magique :

    ” Vous et moi avalons assisté à l’élimination d’un candidat à cause de sa gestion des indemnités forfaitaire accordés aux députés pour frais d’attachés parlementaires et de secrétariat. Pour éviter le renouvellement de telles aberrations, je ferai voter une loi qui supprime les deux indemnités des députés relatives aux attachés parlementaires et aux frais de secrétariat pour remplacer ce système peu transparent par le suivant, bien plus clair et d’une honnêteté absolue : ce sera désormais l’Etat, par un corps de fonctionnaires spécialisé, qui offrira aux députés des attachés parlementaires et un secrétariat. Ils auront des carrières de fonctionnaires, et des droits et devoirs, ainsi que des compétences adaptées à ces devoirs. Et c’est l’Etat qui les rémunèrera directement. Comme nous sommes un pays de liberté, nous laisserons aux députés qui refuseraient ces service de l’Etat la faculté de recruter des personnes de leur choix, mais à leurs frais. Alors osier Macron, je vos pose une question à laquelle je vous demande de vouloir bien répondre uniquement par oui ou par non, de manière à ne pas embrouiller les français qui nous écoutent sous des raisonnements et considérations qui ne feraient qu’éluder le problème. Donc voici ma question : approuvez-vous oui ou non mon projet ?”

    En répondant ”oui”, Emmanuel Macron se préparait une engueulade historique de ses copains députés le soir même ”mais tu es dingue, tu veux nous supprimer les duc tiers de nos revenus, t’es con ou quoi ? ”
    Et en répondant non, Emmanuel Macron aurait démontré qu’i se situait dans le camp de l’obscurité qui permet tous les abus avec l’argent public.

    Hélas Marine était sans doute incapable de maîtriserune telle question…..

    Quoi qu’il en soit, ce débat a été une catastrophe majeure. Marine aperçu la guerre et pas seulement une bataille, je vote sa mise à la retraite anticipée d’office.

  • Vent d'Est, Vent d'Ouest , 6 Mai 2017 à 0:02 @ 0 h 02 min

    @ Jean Nogues
    De ce que je constate, vos convictions tiennent à peu de chose. Pour ma part, je reste fidèle aux miennes et ce n’est pas ce que d’aucuns considèrent comme un ratage de la part d’un être humain et non d’un androïde que je vais changer pour ce que je veux de la France. Macron est dangereux et ce n’est certes pas pour sa prestance ni pour sa prestation d’un soir – pour ceux qui l’ont trouvé convainquant – que je vais voter la ruine de la France à tous niveaux, et être responsable dans l’élection d’un tel futur dictateur à la tête de mon pays.

  • COUTAND , 6 Mai 2017 à 0:13 @ 0 h 13 min

    Je voterai, mais “PAS BIEN”…!
    Et je n’en démordrai pas !

  • Jean NOGUES , 6 Mai 2017 à 1:56 @ 1 h 56 min

    A Vent d’Est, Vent d’Ouest

    Vous vous moquez des lecteurs en dénigrant en quelques lignes de valeur informative nulle un texte travaillé et argumenté qui énonce des vérités. La défaite est toujours la conséquence du refus de reconnaître les erreurs, et du mépris des adversaires. La meilleure preuve que nos adversaires ne doivent pas être méprisés, c’est que malgré vos ”convictions” (que vous ne précisez pas), pour l’heure, ils ont gagné, et ça fait très, très mal. J’analyse des causes, déplorables pour nous, de cette victoire. La politique de l’autruche n’a jamais conduit à des victoires ! si le débat avait été un succès pour Marine, ça se saurait ! C’est avec des mentalités comme la vôtre que depuis le 10 mai 1981 (donc depuis 36 ans, excusez du peu), la vraie droite française est diabolisée, maltraitée, insultée dans la totalité des médias, marginalisée et au final, écrabouillée, éradiquée, génocidée spirituellement. Il faudrait donc réfléchir un peu moins sommairement que vous, vous ne croyez pas ?

  • Jean NOGUES , 6 Mai 2017 à 2:12 @ 2 h 12 min

    Texte revu et corrigé :

    MARINE M’A TUER !

    Elle est impardonnable. Elle avait une occasion en or, historique, qui ne se reproduira jamais, de forcer le destin, en gagnant la présidentielle du 7 mai 2017.

    D’abord, deux journalistes qui se sont montrés impeccables, respectueux, rigoureusement impartiaux. La dame était même d’une gentillesse non feinte, et j’ai remarqué qu’elle a semblé vivement intéressée à titre personnel quand Marine a évoqué des questions médicales s’agissant du niveau des remboursements SS. Ce n’est pas demain la veille que des personnalités proches du FN auront affaire à des journalistes aussi honnêtes !

    Ensuite, elle avait face à elle un adversaire en or. A chacune de ses interventions, ça commençait comme Bach et ça finissait comme Offenbach. Au début, c’était intimidant car son discours semblait limpide et était prononcé avec une conviction contagieuse. Mais très vite, ça devenait flou, filandreux, pourri de digressions, de longueurs inutiles, où la conviction initiale disparaissait comme de la neige qui se sublime au soleil. Du coup, il perdait des temps de parole dont Marine n’a pas su profiter.

    Enfin, elle avait des questions en or à lui poser, de nature à le démasquer devant des millions de téléspectateurs : elle n’en a abordé aucune !

    Ces atouts maîtres, elle les a tous gâchés avec une remarquable inintelligence. (J’en ai déduit qu’elle n’a été l’auteur d’aucun des discours superbes qu’elle a prononcés dans ses meetings).

    Elle aurait dû le laisser parler sans l’interrompre : il aurait lui-même dilué et désarticulé ses prises de parole, de sorte qu’il n’en serait rien resté de solide et de précis dans l’esprit des téléspectateurs. Et en prime, elle aurait gagné plein de temps de parole. Au lieu de ça, elle n’a cessé de l’interrompre, de l’agacer, ce qui a eu l’effet inverse de celui escompté ; car il prenait chaque fois conscience de la nécessité d’un discours cohérent et percutant pour faire cesser la perpétuelle agression. Il lui a ainsi adressé des reproches parfaitement justifiés, quel gâchis !

    Elle n’avait absolument rien travaillé à fond. Exactement comme quand elle s’est faite écraser par Xavier Bertrand. Je n’aime pas ce Bertrand, mais il avait soigneusement préparé son débat, et il l’a enfoncée sur tous les sujets abordés. Marine n’ à aucun moment trouvé de riposte argumentée et cohérente. Eh bien avec Macron, même topo ! Elle avait un banquier en face d’elle, elle aurait pu l’attaquer sur le scandale des frais bancaires, qui rançonnent les français. Il se serait écroulé si elle avait travaillé ça ! un thème qui concerne au moins 20 millions de nos compatriotes ! mais elle n’avait rien travaillé sérieusement là-dessus, quelle honte !

    Elle aurait pu attaquer à fond sur le scandale des attachés parlementaires, instrumentalisé avec succès par le PS pour écarter Fillon de cette bataille historique. Là encore, elle en a été incapable car elle n’avait rien travaillé, alors que des suggestions lui avaient été prodiguées par divers sympathisants du FN au courant des hypocrisies du mode de rémunération des députés. Quel crèvecoeur ! elle avait là de quoi poser à M. Macron une de ces questions où il aurait été plongé dans un embarras dramatique quelle que soit la réponse : en répondant oui,il se mettait à dos tous ses amis socialistes, et en répondant non, il se mettait dans le camp des corrompus. Voici,cette question magique :

    » Nous venons d’assister à l’élimination d’un candidat à cause de sa gestion des indemnités forfaitaires accordées aux députés pour frais d’attachés parlementaires et de secrétariat. Pour éviter le renouvellement de tels désordres, je ferai voter une loi qui supprime les deux indemnités des députés relatives aux attachés parlementaires et aux frais de secrétariat, pour remplacer ce système opaque par le suivant, bien plus clair et d’une honnêteté incontestable : ce sera désormais l’Etat, par un corps de fonctionnaires spécialisés, qui offrira aux députés des attachés parlementaires et un secrétariat. Ils auront des carrières de fonctionnaires, et des droits et devoirs, ainsi que des compétences adaptées. Ils seront recutés par concours. L’Etat les rémunèrera directement. Comme nous sommes un pays de liberté, nous laisserons aux députés qui refuseraient ces services de l’Etat la faculté de recruter des personnes de leur choix, mais à leurs frais. Alors Monsieur Macron, je vous pose une question à laquelle je vous demande de vouloir bien répondre par oui ou par non, de manière à ne pas égarer les français qui nous écoutent par des raisonnements et considérations qui ne feraient qu’éluder le problème. Ma question : approuvez-vous oui ou non mon projet ? »

    En répondant »oui », Emmanuel Macron se préparait une engueulade maison de ses copains députés le soir même »mais tu es dingue, tu veux nous supprimer les duc tiers de nos revenus, t’es con ou quoi ? »
    Et en répondant non, Emmanuel Macron aurait démontré qu’il se situait dans le camp de l’opacité qui permet tous les abus avec l’argent public.

    Hélas Marine était sans doute incapable de maîtriserune telle question…..

    Quoi qu’il en soit, ce débat a été une catastrophe majeure. Marine a perdu la guerre et pas seulement une bataille, je vote sa mise à la retraite anticipée d’office.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen