Élections législatives : Alexis Corbière VS Charles Beigbeder

Le 30 mai 2012, un débat public a opposé Alexis Corbière (Front de gauche) et Charles Beigbeder (UMP), deux candidats aux élections législatives dans la 8ème circonscription de Paris (XIIe arrondissement) que tout – ou presque – oppose… Vous pouvez le revoir ci-dessous :

> Nouvelles de France a rencontré Charles Beigbeder dans son numéro de mai 2012.

Articles liés

1Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Thierry Zureck , 6 juin 2012 @ 15 h 26 min

    LE FRONT DE GAUCHE REINVENTE L’EAU CHAUDE

    D’abord, quelques mots à propos du son de cette vidéo. Simplement déplorable. Trop de bruit de fond, avec des paroles entendues façon pointillées, parfois quasi inaudibles. Particulièrement, —est-ce un hasard ?— celles de Charles Beigbeder.
    Autrement dit, —pour employer une expression consacrée par les studios d’enregistrements—, un son quelque peu « pourri ». Peut-être un vieux réflexe du sabotage crypto-bolchevik ?
    Cela dit, s’agissant de l’intervention du candidat du FG —excepté sa montre, dont il nous précise lui-même l’origine soviétique— sa prestation se résume clairement à une leçon de démagogie idéologique. Un précipité dogmatique d’un « appris » par cœur récité à des citoyens « forcément » demeurés.
    Qu’on en juge. À propos des emplois ?… C’est « Alice au pays des merveilles ».
    La dette ? Des solutions nomenklaturistes recuites qui, durant des décennies, ont démontré leurs incommensurables efficacités…
    Logements ? À peu près du même tonneau… Mixophilie en plus !
    L’immigration ? Passée à la trappe. Y a rien à voir… circulez !
    Médications économiques innovantes ?… C’est désormais une marotte… Davantage d’impôts !
    Mais, soyons juste. A propos de l’intérêt général et du bien commun, là, le candidat de l’extrême gauche, fidèle à lui-même, s’est, véritablement surpassé.
    On a notamment pu apprécié son numéro de haute voltige électoraliste ou l’art de réinventer l’eau chaude. Eblouissant !

Les commentaires sont clôturés.