Doublement du forfait social sur l’épargne salariale : Quand l’État décourage la redistribution de richesse

Au menu de la loi de finances rectificative ou plan Ayrault I, pour les particuliers : “le retour de l’ISF tel qu’il était avant”, “le relèvement des droits de succession”,“un durcissement sur les donations”, “un prélèvement social sur l’ensemble des revenus et des plus-values que les peuvent tirer les Français de l’étranger et les expatriés des biens immobiliers, des biens fonciers qu’ils détiennent sur le territoire français”, égrène Nicolas Doze mercredi sur BFM TV…

Les entreprises doivent quant à elles s’attendre à une “hausse du coût du travail avec la fin de la TVA sociale”, à “la fin des heures supplémentaires défiscalisées”, à la “hausse de la taxation sur les stock-options”, à une nouvelle taxe (“démotivante” quand on sait que certains entrepreneurs se payent par ce biais) sur les dividendes, à une hausse du “forfait social sur l’épargne salariale” qui “passe de 8 à 20%” alors qu’il s’agit “du plus bel outil de redistribution de richesses dans notre pays”.

“Je ne comprends pas ce choix qui va complètement à contre-courant”, insiste Nicolas Doze :

Autres articles

1 Commentaire

  • dissident , 5 Juil 2012 à 23:16 @ 23 h 16 min

    est ce etonnant, ? combien de ministres ont ils connu l e vrai monde de l economie a savoir l entreprise privee? je pense ZERO! TOUS SONT DES HAUTS FONCTIONNAIRES OU DES APPARATCHIKS

Les commentaires sont fermés.