L’action plutôt que l’indignation

Indignez-vous ! et sa logique épidermique, voire émotionnelle, vous ont exaspérés ? Voir Stéphane Hessel et ses bons sentiments dégoulinants invités sur tous les plateaux vous a contrariés ? Ne vous indignez pas, nous l’avons tous cherché ! devrait vous enthousiasmer. Ce petit essai d’une cinquantaine de pages ne se prend pas au sérieux. Et pour cause, son auteur n’est pas normalien ni diplomate, ni même écrivain mais… chef d’entreprise. Nous l’appellerons Max car il a souhaité conserver l’anonymat.

On vous prévient de suite, le style est brut et sans fioriture. Mais sur le fond, quel régal ! Le but de l’auteur ? “Rappeler que, dans la majorité des cas, toute personne influence suffisamment son destin pour en être responsables”. Finies les lamentations, qui, à droite, finissent par nous convaincre que si la gauche a remporté les combats culturel et, plus récemment, partisans, ce serait la faute “au système”, “aux médias”, aux autres, quoi. Adios les envolées gauchistes, du genre “un autre monde est possible”.

“Les peuples asservis et leurrés par leurs [dirigeants] les ont souvent installés aux manettes”, explique Max. “Les pays décadents ont souvent cessé de lutter bien avant leur décadence. Les libertés prises par rapport aux normes d’honnêteté par chacun ont créé des dérives unitaires dont l’addition génère la déliquescence d’un système.” Voilà pour la remise en cause comportementale, nécessaire d’un point de vue libéral ou même adulte (mais si impopulaire) alors que le Français est toujours plus infantilisé par l’État. “Que tous ces esprits bien pensants réfléchissent au nombre de fois où ils ont évité la TVA, où ils ont profité des assurances maladies, chômage, etc., où ils ont simplement triché avec les lois.” De Gaulle lui-même n’admettait-il pas que “les Français sont un peuple de tricheurs où chacun en veut à celui qui triche plus que lui” ?

Ces considérations effectuées, l’auteur entre plus dans le détail. Pas de doute, il parle en connaissance de cause. Par exemple, sur le ticket-restaurant. Qui d’autre qu’un chef d’entreprise connaît mieux ce “système que ‘le monde entier nous envie’ (…) qui consiste à remplacer un processus simple par huit processus compliqués” ? Son expérience à la tête d’une communauté humaine lui permet d’énoncer simplement 8 principes : Tout revenu mérite travail », Rien n’est gratuit », Responsabilisons chaque individu », Simplifions », Reconnaissons l’effort comme valeur d’avenir », Acceptons l’inégalité positive », Retrouvons la valeur de la chose publique » ou encore Osons ». À chaque fois, Max fait des propositions simples (mais pas simplistes), de bon sens. Ce bon sens qui manque cruellement à nos dirigeants. On se surprend même parfois, un peu honteux, à se mettre dans le même panier qu’eux et à déconstruire, dans la foulée, certains postulats bien installés dans nos esprits à tous (les “droit à…”, la gratuité des soins, etc). “Comment ça, je n’avais pas pensé qu’il s’agissait d’une fausse bonne idée ?!”

Un petit essai à lire gratuitement en ligne pour bien commencer l’année et à faire suivre à ses contacts mails ou, mieux, à son député…

La présentation du livre par son éditeur :

Autres articles

1 Commentaire

  • JustineB , 5 Sep 2012 à 15:50 @ 15 h 50 min

    Je l’ai lu en entier, c’est assez intéressant et vraiment d’actualité.
    Très marrant et très vraie la description des 8 processus du chèque-déjeuner !

Les commentaires sont fermés.