Blacks, rebeux, feujs et souchiens

Tribune libre de Robert Ménard*

Jean-François Copé découvre le racisme anti-blanc.

Mieux vaut tard que jamais. Aussitôt, la gauche et ses médias – en clair, la plupart de nos journaux – dénoncent une dérive droitière, l’accusent de lorgner du côté du Front national, de « s’aventurer sur un terrain monopolisé par l’extrême-droite ».

L’ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet prend ses distances, toujours tremblante à l’idée de décevoir ses amis de… gauche, et ces organisations anti-racistes subventionnées par tous mais au service de quelques-uns…

Quant à Marine Le Pen, elle s’étrangle : c’est vrai que notre homme ne manque pas de culot, lui qui n’a cessé, durant des années, de fustiger tous ceux qui s’alarmaient du sort fait aux « Gaulois » et autres « souchiens » dans certains quartiers.

Mais ne mégotons pas. S’il a fallu que M. Copé se trouve en position délicate dans la course à la présidence de l’UMP, s’il a fallu que les sondages le donnent perdant face à François Fillon pour « découvrir » ce que chacun sait, alors vive les primaires à droite ! Mais, par pitié, qu’il ne nous fasse pas le coup du briseur de « tabou », du pourfendeur de la « bien-pensance politique et médiatique », de l’homme de « terrain » sachant en finir avec le « silence qui ne fait qu’aggraver les traumatismes. »

Soucieux de son avenir et charitable, j’ai envie de souffler à Jean-François Copé que les « tabous » à « briser » de toute urgence — histoire d’empocher la mise, le réel ayant finalement toujours le dessus sur les discours et l’idéologie — ne manquent pas. Il pourrait s’interroger, par exemple, sur cette priorité que l’on pourrait accorder aux Français (quelles que soient leurs origines) dans l’emploi ou ailleurs, et qu’il dénonce encore. Pour combien de temps ?

Il aura fallu bien des années à la droite « convenable » pour prendre la mesure des dégâts d’une immigration fort mal contrôlée — des dégâts payés, d’abord, par les derniers arrivés, les derniers intégrés. Et oui, terrorisés à l’idée d’être montrés du doigt par les professionnels de la gauche morale, M. Copé et ses amis tergiversent.

Qui en paie le prix ? Les Français de souche, comme les autres…

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il vient de lancer le portail Boulevard Voltaire.

Articles liés

8Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Goupille , 5 octobre 2012 @ 18 h 54 min

    Pour Robert Ménard :
    J’ai entendu, reportage de djeunes à l’appui, que le verlan, feujs, meufs, teufs, keufs (ces jeunes gens sont catarrheux) et autres beurs, est complètement has-been…
    Le grand chic banlieusard est désormais de mélanger de l’arabe et du français. Quoi de plus naturel quand “l’éducation nationale” met à son programme pour tous l’enseignement de la langue et de la culture arabes, la découverte de l’islam, et les cantines hallal. Un jour prochain, l’enseignement sera bilingue…
    Autrement dit, les Algériens qualifiés autrefois d’analphabètes trilingues (arabe, kabyle, français) sont devenus, d’un coup d’avion, des Français analphabètes bilingues. En attendant mieux.

    Quant à nos politiciens ampoulés, s’ils savaient ce qui se dit d’eux sur les marchés… Marchés français de ruralité française, précisons. Vous connaissez : “la France moisie”…

  • tirebouchon , 6 octobre 2012 @ 9 h 18 min

    Concernant Copé, Fillon, la clique UMP et consort PS il faut s’en tenir aux propos de Nicolas SARKOZY….il faut les pendre à des crocs de boucher….ou nettoyer cet bande d’incapables et d’opportunistes au Karcher….

  • ZISSU Sorel , 6 octobre 2012 @ 10 h 19 min

    Bien ecrit, comme d’habitude, venant de M. Menard.
    Quand même, dans tous ces actes, condamnable, il n’ya pas du racisme, c’est autre chose :
    Voir mon opinion :

    http://zissus.blogspot.fr/2012/10/sur-le-racisme-anti-blanc_5.html

  • Neuville , 6 octobre 2012 @ 10 h 41 min

    La patience des “souschiens” est arrivée à son terme !
    Bientôt vont arriver des jours terribles ou les fusils sortiront
    des meules de paille , pour chasser toute la vermine
    qui de plus en plus, occupe notre beau pays de France.
    Les campagnes, comme les villes, ne supportent plus
    toute cette faune cosmopolite qui prétend nous imposer
    ces moeurs de dégénérés et de profiteurs !

  • Mizette , 6 octobre 2012 @ 11 h 22 min

    Nous sommes français de souche, notre patrie est la France, nous voulons la conserver telle qu’elle est. Nous l’aimons et n’accepterons jamais que qui que ce soit se l’approprie pour en faire ce dont ils rêvent.
    S’ils rêvent, ils ont un Pays qui les attend et où ils pourront (peut-être) faire tout ce qu’ils se permettent de faire chez nous.

  • Lach-Comte , 6 octobre 2012 @ 17 h 01 min

    vous vous battez contre des moulins à vent ! Votre France, celle que vous voulez conserver telle qu’elle est, non seulement ne vous appartient plus et ça fait un moment que c’est plus le vôtre. D’ailleurs vous avez un retard terrible : regardez ce qu’ils en ont fait. C’est ça que vous voulez conserver en l’état ?

  • Lach-Comte , 6 octobre 2012 @ 17 h 04 min

    mais, en plus, vous croyez qu’ils vont vous la rendre ? et en l’état où ils l’ont trouvé ? Vous avez connu Alger et l’Algérie avant que les Français s’en aillent ? Vous connaissez Alger et l’Algérie maintenant ? Non ! c’est dommage : c’est exactement ce qui est en train d’arriver à la France … en commençant par Marseille et quelques autres bonnes villes …

Les commentaires sont clôturés.