Liberté et identité, remigration : l’actualité des 15 et 16 novembre à Paris

Deux manifestations importantes auront lieu les 15 et 16 novembre. Le 15 novembre, les identitaires organisent les Assises de la remigration. Les 15 et 16 novembre, le Club de l’Horloge tient sa XXXe Université annuelle et la consacre à Rétablir la liberté d’expression. Jean Yves Le Gallou qui participera aux deux manifestations nous en dit davantage.

Deux manifestations en même temps, c’est de la concurrence sauvage ?

Ne soyons pas malthusiens ! Ces deux manifestations sont très complémentaires. La liberté d’expression fait partie de notre identité et elle est menacée par l’immigration et ses conséquences : il n’est plus possible de critiquer librement l’islam par exemple et les lois liberticides se multiplient. A contrario nous avons besoin de la liberté d’expression pour défendre notre identité civilisationnelle et critiquer les folies des immigrationnistes.

La remigration pourquoi ?

Pour éviter le grand remplacement qui n’est pas un fantasme mais une réalité brutale : le remplacement d’une population par une autre (quasiment achevé en Seine-Saint-Denis par exemple) et le changement de civilisation qui l’accompagne. Refuser de voir le grand remplacement, c’est un déni de réalité.

Il y aura de nombreuses personnalités intellectuelles à ces assises ?

Oui l’écrivain Renaud Camus, l’historien Philippe Conrad, l’islamologue René Marchand, l’essayiste Guillaume Faye, le député Jacques Bompard et la première ligne de Génération identitaire, Damien Rieu et Jean-David Cattin.

Vous-même, sur quels sujets interviendrez-vous ?

Je m’attacherai à poser les conditions de la première étape de la remigration : l’arrêt de toute entrée nouvelle. Et cela suppose un bouleversement de notre ordre juridique. Aujourd’hui les lois sur l’immigration ne sont faites ni par le peuple, ni par les parlementaires mais par les juges : membres de la Cour européenne des droits de l’homme, membres du Conseil constitutionnel, conseillers d’État, conseillers à la Cour de cassation interprètent dans un sens politiquement correct la convention européenne des droits de l’homme. Le seul point de vue pris en compte, c’est celui des immigrés, y compris clandestins et fraudeurs. Le point de vue de l’identité et de l’intérêt national n’existe pas aux yeux de ces robins.

Que proposez-vous ?

La dénonciation de la convention européenne des droits de l’homme. Le rétablissement de la souveraineté juridique de la France. L’inscription du droit à l’identité dans le préambule de la constitution française.

Mais alors quid des libertés ?

Précisément, je préconise le retour à une conception pleine et entière de la liberté d’expression. Par l’abrogation des lois liberticides (Pleven, Gayssot, Taubira 1, Perben, Lellouche). Et le retour à l’origine de la grande loi de 1881 sur la liberté de la presse selon laquelle (article 1) « la presse et l’imprimerie sont libres ». On pourrait ajouter l’Internet.

Ce sera le thème du colloque du Club de l’Horloge ?

Assurément : Rétablir la liberté d’expression avec notamment le philosophe Philippe Némo, les avocats Jean-Daniel Feldman et François Wagner, les essayistes Yvan Blot et Jean Violette et bien sûr Henry de Lesquen.

Et vous traiterez du rôle des lobbys dans la police de la pensée…

Derrière chaque mesure liberticide, il y a un lobby : « antiraciste » (LICRA, MRAP, LDH) ou communautaire (CRIF, UEJF, CRAN, CFCM, LGBT). La dictature de ces groupuscules minoritaires est insupportable.

Le Club de l’Horloge fêtera aussi ses quarante ans…

Une occasion de rappeler son rôle dans la bataille culturelle. Et comme source des principaux débats qui ont structuré la pensée politique de la France contemporaine. Comme sur l’éclairage des forces idéologiques qui déterminent l’évolution de la France et du monde. Sans oublier le rôle du Club de l’Horloge dans la création du vocabulaire : Préférence nationale, Europe des nations, démocratie directe, réinformation, superclasse mondiale.

Les ouvrages du Club de l’Horloge sont à nouveau accessibles…

Oui, sous format numérique pour Les Racines du futur et La Préférence nationale.

Et pour les rendez-vous du 15 et 16 novembre, comment en savoir davantage ?

Rendez-vous sur la page Facebook du Club de l’Horloge et Novopress pour la manifestation identitaire sur la remigration !

Articles liés

18Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • marie france , 6 novembre 2014 @ 14 h 38 min

    Cette pimbêche ,doit sa petite “notoriété ” grâce à son papa ,qui la connaîtrait autrement ?

  • Charles , 6 novembre 2014 @ 14 h 58 min

    Ne pas dire “Juppé” mais “frère Juppé”.
    ceci explique tout le reste.

  • marie france , 6 novembre 2014 @ 15 h 05 min

    Pour les juives vous vous trompez ,ces dames ont depuis longtemps “adopté” l’avortement ,en cachette de leurs maris !comme pour leur virginité elles et les musulmanes ont plus d’un tour dans leurs sacs pour “tromper” leurs hommes !!

  • pas dupe , 6 novembre 2014 @ 20 h 56 min

    Il semblerait qu’un mouvement de contestation monte en Allemagne d’une part contre les verts, Merkel, l’Otan, qui poussent à la guerre contre la Russie, contre l’islamisation de ce pays et d’autre part contre le Gender imposé à la société… !!!
    http://www.medias-presse.info/lallemagne-harcelee-par-les-islamistes-serait-elle-au-bord-de-lexplosion-video/17684

  • Marino , 7 novembre 2014 @ 9 h 06 min

    “Les Grandes Questions” : Franz-Olivier Giesbert reçoit Éric Zemmour
    avec cette question : “Est-il gêné de partager 90 % de ses détestations avec les barbus islamistes ?”

    Mazarine Pingeot/Mitterand et Eric Zemmour ont eu un très vif échange lors de l’enregistrement des « Grandes questions », l’émission de Franz-Olivier Giesbert sur France 5

    Mazarine Pingeot Vs Eric Zemmour : « Je me suis tapé vos 400 pages avec la nausée au ventre ! »

    Zemmour est trop correct pour lui dire :
    – Madame qu’il n’y a pas que 400 pages, mais exactement 527 pages
    – lui rappelé que son père a été décoré de la Francisque par le Maréchal Pétain : “Je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m’engage à servir ses disciplines et à rester fidèle à sa personne et à son oeuvre”, déclare le futur président de la République au printemps 1943, lorsqu’il est décoré de l’Ordre de la francisque.

  • Stephane B , 7 novembre 2014 @ 9 h 24 min

    M. Le Gallou oublie un événement de taille ce WE là : la réunion parisienne du 14 au soir à Paris organisée par le Mouvement pour la Remigration. http://www.cosapiens.fr

  • maginet , 7 novembre 2014 @ 19 h 23 min

    encore un lèche babouche

Les commentaires sont clôturés.