La CGT machine à dire non

Finalement ce 3 février, c’est bien le camarade Martinez, si souriant sur les photos, que le Comité confédéral national de la CGT a élu au poste de secrétaire général. Le nouvel homme fort du syndicat communiste a obtenu 93,4 % des voix. Ce score à peine inférieur aux records de l’époque stalinienne, et, disons-le aussi, légèrement en retrait par rapport à la tradition cégétiste depuis 1945, mérite qu’on revienne sur les épisodes précédents. Mais même avec cette nuance on reconnaîtra que Martinez Philippe a la gueule de l’emploi.

Tous le décrivent comme particulièrement dictatorial. “Sa gouvernance à la métallurgie, raconte ainsi le responsable d’une autre fédération, est très autoritaire. Ce qui court à la confédération, c’est qu’il ferait régner la terreur. Et qu’ils font profil bas dans sa fédé (1).”

Or, secrétaire général de la fédération de la métallurgie, Martinez avait déjà été proposé le 13 janvier comme nouveau secrétaire général par son prédécesseur démissionnaire Lepaon.

La veille de cette réunion, qui s’était soldée par un premier refus, 12 janvier, la commission exécutive de la centrale, composée de 56 membres, avait accepté cette candidature mais seulement par 28 voix contre 18 et 6 abstentions.

Dans une organisation passée en 1942 sous le contrôle des staliniens, cela fait désordre. On a aussi accusé le secrétaire général déchu d’avoir voulu piloter sa propre succession. Le personnage ayant été politiquement liquidé pour cause de scandales relatifs à son train de vie, malencontreusement révélés par des lettres anonymes adressées au Canard enchaîné, les vertueux camarades ne voulaient pas de cette apparence ridicule.

Le Monde analyse ainsi ce que Martinez incarne. On baptise à la CGT ce concept de “ligne Boulogne-Billancourt” :

“Martinez, est intervenu à cinq ou six reprises pour affirmer qu’après avoir été choisi comme futur numéro un de la CGT, il avait composé sa nouvelle équipe. Il a ensuite refusé toutes les propositions pour modifier cette éventuelle direction.” ‘C’est un bureau de purge stalinien’, commenta un responsable de fédération. ‘À aucun moment,ajoutait un autre dirigeant, Martinez n’a parlé de sa vision du syndicalisme. Il est incapable de rassembler la CGT.’ Ancien de Renault, patrons des métallos depuis 2008, M. Martinez n’a pas un profil de « réformiste ».

Cette ligne est jugée à la fois très revendicative et proche du Parti communiste dont il est très proche (d’après Libé) membre (dixit Le Monde).

Il y  a trois semaines, lors du vote de janvier, son refus d’ouverture aurait été très mal perçu au sein de la commission exécutive et il explique l’approbation à l’arraché.

Notons qu’alors sa compagne, Nathalie Gamiochipi, responsable de la fédération de la santé, “qui ne tient pas sa fédé” était allée jusqu’à voter en faveur de Martinez, en contradiction avec le mandat qui lui avait été confié, ladite fédération ayant décidé, à une majorité de 75 %, de voter contre cette proposition.

Mais Pierre Laurent avait affirmé le 7 janvier sur France Info souhaiter “au plus vite une CGT en état de marche”.

Il lui a donc fallu patienter quelques semaines, mais tout est rentré dans l’ordre.

Machine à dire “non”, bien rodée, bien relayée auprès des rédactions  sympathisantes des radios, toujours à la recherche de “grognes” la CGT s’enfermera sans doute dans son isolement sectaire, refusant de signer tout accord professionnel.

Les médias, toujours avides d’un nouveau cliché, ont adopté le contresens flatteur désignant le comité confédéral national (CCN) de la vieille centrale comme s’il s’agissait d’un “parlement”. Ce glissement sémantique ne doit pas être tenu pour innocent : c’est exactement le contraire, puisque les représentants des fédérations ne sont pas élus pour siéger à la CCN. Celle-ci ne fait que rassembler les dirigeants des structures corporatives et régionales. et cela s’apparente plutôt à ces assemblées de notables que les organisations islamiques appellent la “choura“… Pourquoi ne pas utiliser ce mot ? À moins qu’à la CGT, on lui préfère celui de présidium, ou de soviet ?

1. Cf. Libération du 3 février, qui juge bon de souligner que l’intéressé est“d’origine espagnole”. À quoi sert ce “scoop” inutile ? S’agirait-il d’une pierre dans le jardin du premier ministre ?

> Jean-Gilles Malliarakis anime un blog.

Autres articles

18 Commentaires

  • Goupille , 6 Fév 2015 à 22:31 @ 22 h 31 min

    Après le paon, le morse.
    Après le panpan tutu, le martinet.

    Il va se croire obligé de rivaliser avec SUD.
    Parisiens, vous n’avez pas fini de marcher…

  • Longeval , 7 Fév 2015 à 8:23 @ 8 h 23 min

    General Alcazar, Sergent Garcia, Adolfo Ramirez, Peppone. Ce connard Stalinien aura vite fait l’unanimité chez les gens sensés. Attendez vous à faire de la marche à pied. Au fait vous avez vu le profil de ses troupes ?a la prochaine greve regardez l’identité des porte parole syndicaux de cette organisation de type stalinienne.

  • LIU , 7 Fév 2015 à 10:22 @ 10 h 22 min

    Il faudrait à une prochaine réunion officielle de la CGT les attendre à la sortie (propre sur nous et bien coiffés) en criant “A bas les staliniens” ; risquerions-nous la prison ? Je cherche le prétexte : racisme ? Non ; antisémitisme ? Non ; homophobie ? Islamophobie ? Non … Je ne vois rien d’autre … Alors , allons-y ….

  • LIU , 7 Fév 2015 à 10:25 @ 10 h 25 min

    Je n’aimerais pas le rencontrer dans un bois .

  • LIU , 7 Fév 2015 à 10:30 @ 10 h 30 min

    Il m’a l’air très fatigué , peut-être ne dort-il pas bien la nuit ? Tous ces CGTistes n’ont sans doute pas les moyens (malgré de grasses subventions) de s’acheter un miroir ou alors ils ont peur de s’y regarder ?

  • Faustine , 7 Fév 2015 à 14:05 @ 14 h 05 min

    Le prototype du crane buté… avec en-dedans un cerveau modèle réduit bien formaté.

  • pas dupe , 7 Fév 2015 à 14:11 @ 14 h 11 min

    … peut-être juste le déclenchement d’une rixe ???

Les commentaires sont fermés.