Une réflexion chrétienne sur  le devoir d’hospitalité et les camps de migrants

Une réflexion chrétienne sur le devoir d’hospitalité et les camps de migrants

immigration

La question de l’hospitalité et du migrant nous renvoie directement à des questions d’anthropologie sur la nature de l’homme, la violence et le lien social, l’origine commune de l’humanité, la justice et les inégalités, la solidarité transnationale et le droit cosmopolitique.

Selon que l’on voit la violence comme accidentelle ou ontologique, par construction sociale ou par état de nature, on naviguera du droit cosmopolitique kantien à l’hospitalité inconditionnelle d’un Levinas ou d’un Derrida, l’articulation de la justice et de la charité se dessinant sur fond de nostalgie du paradis perdu ou d’espérance millénariste, la position chrétienne étant à tort assimilée à la position kantienne dans la critique de Derrida.

 

L’ouvrage monumental publié en 2004 sous la direction d’Alain Montandon, Le livre de l’hospitalité. Accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures, est révélateur de l’influence de Derrida, pour qui l’hospitalité est infinie, inconditionnelle et absolue ou elle n’est pas, ce qui signifie, sur le plan pratique, que l’hospitalité consiste à accueillir l’étranger sans restriction et sans limites temporelles.

Dans son remarquable article Dieu : une hospitalité inconditionnelle ?[1], le théologien Paul Wells nous rappelle à quel point l’hospitalité de Dieu n’est aucunement inconditionnelle, ni dans la création, ni dans la rédemption.

 

L’éthique du sermon sur la montagne relève-t-il de la loi civile ou d’un choix personnel ?

 

Peut-on considérer que celui qui veut m’imposer la Charia, une culture du péché, une fausse religion, la polygamie et qui n’a aucun respect pour l’Etat de droit et les valeurs chrétiennes est mon prochain (πλησίον) ?

Est-il du devoir de chacun de tendre l’autre joue à celui qui le gifle ?

Est-il du devoir du magistrat de tendre la joue gauche à celui qui lui frappe la droite ?

Est-il du devoir de l’Etat de laisser faire l’agresseur ?

A qui est destinée l’éthique du sermon sur la montagne ? A qui s’adresse-t-elle ? Et dans quelle situation ?

 

Reprenons les textes de Matthieu 5:38-44 et Jean 18:22-23.

38 Vous avez entendu qu’il a été dit: Œil pour œil, et dent pour dent.

39 Mais moi je vous dis de ne pas résister à celui qui vous fait du mal; mais si quelqu’un te frappe à la joue droite, présente-lui aussi l’autre.

 

Mais remarquons que le même Jésus, giflé lors de son procès devant le Sanhédrin (Jean 18), ne tend pas l’autre joue :

22 A ces mots, l’un des gardes, qui se tenait là, donna une gifle à Jésus en disant : « C’est ainsi que tu réponds au grand prêtre ? »

23 Jésus lui répondit : « Si j’ai mal parlé, témoigne de ce qui est mal ; mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? »

 

Comment comprendre cette apparente contradiction ?

Elle n’existe que si l’on oppose la Loi et l’Evangile ; or le chapitre de Matthieu 5 doit se lire à la lumière du verset 17 : Ne pensez point que je sois venu abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour les abolir, mais pour les accomplir.

 

Une fois de plus, la déclaration de Jésus n’a pas pour but de déclarer injuste et d’invalider la loi du Talion, mais de nous inviter à une plus haute justice : soyez donc parfaits, comme votre Père, qui est dans les cieux, est parfait (Matthieu 5:48).

Mais cette invitation intime et personnelle à vaincre le mal par le bien (Romains 12:17-21) concerne-t-elle le magistrat dans l’exercice de l’autorité que lui a déléguée Dieu pour maintenir la paix et la sécurité ?

Comment le droit se concilie-t-il avec l’expression de la patience chrétienne ?

 

Le précepte du sermon sur la montagne vise avant tout une attitude de patience vis-à-vis des adversaires de l’Evangile, mais il ne peut en aucun cas être interprété comme une loi civile. La réponse de Romains 12:17-21 sur le plan de l’éthique personnelle se poursuit dans le développement de Romains 13:1-7 sur le plan de l’éthique sociale.

Jésus ne minimise, ne banalise, ni ne dépénalise le mal.

C’est la liberté du chrétien, dans son discernement et sa maturité, que d’accepter de souffrir pour le Christ et son témoignage, et ce sans nuire aux intérêts d’autrui ni abandonner ses responsabilités sociales.

Mais c’est la responsabilité du magistrat, instrument de Dieu, de faire justice et châtier ceux qui font le mal. (Romains 13:4).

 

Il nous faut à ce stade bien distinguer deux niveaux d’action dans un monde touché par le péché :

– le niveau politique et les fondements de la loi civile avec le magistrat comme ministre de Dieu pour maintenir l’ordre social et sanctionner, au nom du Christ (Romains 13), les agresseurs, les violents, les personnes en qui le péché se manifeste avec une force et une expression déterminée.

– le niveau personnel du disciple de Christ qui choisit, sans nuire à son entourage, sans sacrifier le droit et le bien des autres, un chemin d’abnégation et de patience, espérant faire triompher l’Evangile.

 

Il nous faut noter que nul n’est en droit d’imposer ce cheminement personnel à autrui.

Aucun magistrat n’est autorisé à contraindre ceux dont il a la responsabilité sociale à suivre ce chemin d’abnégation. D’autant plus si lui ne semble pas vouloir l’appliquer à titre personnel. Nul ne peut sacrifier les intérêts d’autrui, à commencer par le magistrat.

 

La dimension métapolitique de l’immigration massive

 

L’idée du « grand remplacement » est aussi ancienne que le péché.

Rien de nouveau sous le soleil comme dirait l’Ecclésiaste. C’est même un jugement de Dieu précisément décrit dans Deutéronome 28, le jugement qui frappe un peuple apostat.

 

Le texte parle de lui-même :

33 Et un peuple que tu n’auras point connu mangera le fruit de ta terre et tout ton travail, et tu seras exposé tous les jours à souffrir des torts et des concussions;

34 Et tu seras hors de toi-même pour les choses que tu verras de tes yeux;

43 L’étranger qui est au milieu de toi montera au-dessus de toi, fort haut, et tu descendras fort bas;

49 L’Eternel fera lever contre toi de loin, du bout de la terre, une nation qui volera comme vole l’aigle, une nation dont tu n’entendras point la langue.

 

Conclusion

L’hospitalité inconditionnelle qui inspire nos gouvernants socialistes [en recherche désespérée d’électeurs] tient sa source dans la pensée de Derrida et son anthropologie utopique niant le péché originel.

L’immigration musulmane massive que subit la France indique que le jugement de Dieu sur le fanatisme abortif, contraceptif, pornographique et antichrétien est arrivé. Elle questionne notre propre péché.

 

Seul un retour sincère au christianisme biblique et doctrinal pourrait inverser cette situation et ses conséquences.

Et n’est-il pas temps de distribuer des milliers et des dizaines de milliers de Bibles à tous ces migrants ? N’est-il pas temps de leur offrir de lire le décalogue et l’Evangile et d’accéder à un autre message ?

Sur le plan personnel, il me semble que nos initiatives doivent aller dans ce sens.

 

Sur le plan politique, les Hollande, Juppé, Sarkozy, Philippot, Vallaud-Belkacem, NKM … qui cherchent à nous imposer leur apostasie anti-chrétienne, leur religion humaniste sécularisée (est-elle pire que l’islam ?), leurs normes dénormées par rapport à la Parole de Dieu, tout concitoyens français qu’ils soient, sont eux-mêmes le premier problème.

Il va sans dire que ces magistrats – responsables sociaux à qui ont été confiés nos intérêts en tant que communauté – aveugles et paralysés doivent être remplacés par des hommes et des femmes clairvoyants, capables, conscients des enjeux et de leur responsabilité. Des magistrats qui savent que Jésus est le maître de César.

Franck Jullié

[1] http://larevuereformee.net/articlerr/n250/dieu-une-hospitalite-inconditionnelle

 

Autres articles

7 Commentaires

  • Catholique & Français , 7 Fév 2017 à 7:47 @ 7 h 47 min

    L’attitude d’une grande partie de la hiérarchie catholique est effectivement déplacée et même scandaleuse ! Dans notre époque de folie et de « désorientation diabolique » (selon les Mots insistants de N.D. de Fatima), il est nécessaire, urgent, vital, de rappeler, avant qu’il ne soit trop tard, que la décision d’accueil ou de refus d’accueil dans un pays des « réfugiés » et autres « migrants » (sic !) est du RESSORT EXCLUSIF des gouvernants (rois, présidents, assemblées, sénats, républiques, etc…), dont ils n’ont à rendre compte qu’à Dieu (« Tout Pouvoir vient de Dieu ! » Saint Paul). Ce n’est pas pour rien que Notre-Seigneur a dit « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! »; ce qui signifie que si César n’a aucun droit se mêler de ce qui n’appartient qu’à Dieu Seul (Mariage, Education, Droit de la Vie, Famille, Fondements du Pouvoir politique et toutes choses ANTERIEURES et SUPERIEURES à l’Etat ou à César…)… les Représentants de Dieu, le Pape au premier chef, n’ont non plus AUCUN DROIT ou AUCUNE LEGITIMITE de se mêler de ce qui a été confié à César : Economie, Monnaie (comme dans le célèbre Passage de l’Evangile), Justice ou Paix civiles (question CRUCIALE et même CAPITALE, dans le cas où les immigrants sont les représentants d’une « religion » ou d’une idéologie barbare, haineuse et conquérante !), Politique étrangère et Diplomatie, protection des frontières, Sécurité des Citoyens etc… etc… Les gouvernants, quels qu’ils soient, ont reçu pour ce faire des « Grâces d’Etat » ! Libres à eux, ensuite, d’en user de manière malhonnête (comme les lamentables gouvernants contemporains que nous supportons avec inconscience) et, dans ce cas, ils ne perdent rien pour attendre… Pour en revenir aux « migrants », le rôle du Saint-Père se limite exclusivement au conseil (privé de préférence et en usant de toute… la prudence diplomatique, Très Saint Père ! Eh oui !), à l’arbitrage (mais seulement dans le cas où les parties lui demandent…) et, last but not least, à demander que les « migrants », qu’ils soient acceptés ou refusés, soient traités avec le plus d’humanité et de Charité possible; je crois d’ailleurs me souvenir qu’il y a quelques années, le Pape précédent, Benoit XVI, dont les propos sur l’immigration avaient été déformés ou mal compris, était intervenu une seconde fois pour rappeler une partie de ces vérités bien oubliées dans notre époque devenue folle. Quant à certains Princes de l’Eglise (hélas, parfois jusqu’au sommet du Vatican !), qui se mêlent parfois dans l’histoire de ce qui ne les regarde absolument pas, ils feraient bien mieux de s’occuper de leur job, de la Défense et de la propagation de la Foi… chez les “migrants”, de la Préservation de l’Espérance Surnaturelle et de la Vie de la Charité, bref de l’Eglise Catholique et de son accroissement dans l’attente de la Parousie. Et, de ce côté, Très Saint Père, Messeigneurs, y-a du boulot, beaucoup de boulot !!!

  • André , 7 Fév 2017 à 8:46 @ 8 h 46 min

    Conclusion

    L’hospitalité inconditionnelle qui inspire nos gouvernants socialistes [en recherche désespérée d’électeurs] tient sa source dans la pensée de Derrida et son anthropologie utopique niant le péché originel.

    L’immigration musulmane massive que subit la France indique que le jugement de Dieu sur le fanatisme abortif, contraceptif, pornographique et antichrétien est arrivé. Elle questionne notre propre péché. Etc….l==> Ite missa est…
    La France fut avertit par d’innombrables messagers que les français ont toujours rejetés et bien souvent piétinés, volontairement souhaitée par cette république satanique judéo-maçonnique sioniste. Je ne savais rien du comportement du français en général, jusqu’à ce que mon petit étudiant arabe ( aujourd’hui diplômé des HEC) me fasse découvrir l’état maladif de la France. Je découvre des français vaniteux, orgueilleux, égoïstes, sans amour pour le prochain, toujours prêts à spolier le bien d’autrui par quelque manière que ce soit, en l’occurrence par un colonialisme à outrance, à considérer l’autre comme un être inférieur… C’est ce qu’a enseigné le juif errant qui fut banni pour infanticide et régicide…. Mon cul n’a jamais eu de vacances pour user des bancs d’école et je commettais peut être et même sûrement le péché de jalousie de voir que des fils à papa pouvaient allés dans des écoles que je n’ai jamais connues, j’en ai chialé des torrents de larmes jusqu’en 1960 lorsque je serai appelé à cause de cette saloperie de guerre d’Algérie. Mais de nos jours j’en suis très fier car je ne suis pas contaminé et ne suis pas contaminable. Aujourd’hui je pleure encore, mais c’est pour autre chose, car je sais que la France va être complètement détruite par des attentats gigantesques et sera la proie des flammes. L’islam est le bâton pour châtier la France et malheureusement tout va devoir s’accomplir par la faute des français qui, par orgueil, refusent de reconnaître leurs torts, de faire repentance et pénitence…. Revoir ma vidéo que je veux éducative et que j’ai eu beaucoup de difficultés à mettre en ligne:
    https://www.youtube.com/watch?v=yOma6bGRVrk

  • André , 7 Fév 2017 à 8:53 @ 8 h 53 min

    Je replace le résumé que j’ai archivé, immortalisé, d’une personne qui est beaucoup plus jeune que moi et qui vaut parole d’évangile:
    Marie artiste Commentaire sélectionné
    Non, non et non ! Le peuple des vrais Français, ce qu’il en reste, n’est en rien responsable de tout cela. Connaissez-vous ce que ce peuple a vraiment vécu depuis 1789 ? Paysans, ouvriers, artisans, tous avez un souci de taille : que leurs enfants aient à manger, et ils trimaient dur pour cela ! Comment voudriez -vous qu’un peuple dont le souci primordial était de joindre les deux bouts puisse avoir la moindre responsabilité dans les malheurs du monde ? Terreur et guerres révolutionnaires, car ce ne sont pas seulement les nobles qui furent tués, mais un grand nombre de gens du peuple Guerres de Napoléons qui généra parmi toutes les populations d’Europe dont de France, bien plus de morts que n’en firent Hitler et Staline réunis ! C’étaient les fils de paysans, d’artisans, d’ouvriers qu’on envoyait se faire étriper pour déjà tenter d’organiser ce nouvel ordre mondial cher aux élites franc-maçonnes depuis le dix-huitième siècle. Napoléon n’était qu’un pion, car derrière Talleyrand tirait les ficelles de la marionnette, et lorsque le pantin ne voulut plus entendre les maîtres, on le sacrifia ! Ensuite, guerre de 1870, guerre de 14-18, guerre de 39-45 :: à chaque génération, des millions de jeunes Français de ce peuple, des fils de conditions modeste furent sacrifiés. En quoi e peuple dont le souci était orienté vers le quotidien et l’alimentaire serait-il responsable du colonialisme, de ceci ou de cela ? J’ai remarqué qu’un certain nombre de rapatriés d’Algérie sont dans une colère contre ce peuple parce qu’ils ont une idée totalement fausse des conditions dans lesquelles vivaient ce peuple de France. Ils ont l”idée d’une opulence, et de ceci et de cela, mais c’est totalement faux, non de non ! Prenez les trente glorieuses. Glorieuses pour la classe ouvrière, malmenée dont ion augmentait les cadences chaque jour en se foutant pas mal des accidents mutilants, de la silicose et des morts au travail, les salaires de misère encore baissés parce que les industriels faisaient entrer des migrants algériens prêts à prendre ces sous salaires, les taudis sans eau courante, minuscule mais avec l’eau tombant des plafonds les jours de pluie, et la pollution des usines dont mes poumons furent infestés dès la petite enfance. Un accident du travail, et hop, plus de quoi donner à manger aux enfants. Je vous parle de mon propre vécu de fille d’ouvrier bien Français de cette époque dans la Vallée du Gier, la vallée ouvrière la plus ancienne de France ! J’ai vu ma mère pleurer parce qu’elle n’avait plus rien à nous donner à manger suite à l’accident du travail de mon père. J’avais trois ans, et tout est là, à jamais inscrit en moi de façon indél2bile. Vous voudriez que nous le peuple de vrais Français nous soyons responsables de ce que les élites ont fait ? Avez-vous vécu ce que je décris ? Nous ne portions que les vêtements qu’on nous donnait. Plusieurs années de suite, dans une région où les hivers sont froids, je suis allée à l’école en plein hiver sans manteau, parce qu’on ne nous en avait pas donné, et je me gelais, mais cette réalité des années soixante vous échappe. C’était alors la réalité de la plupart des Français de souche, et pourtant , mon grand-père était à Verdun, mon père et mes oncles furent de vrais résistants, deux oncles furent dans la deuxième DB. Nous avons tout donné à ce pays. Nous y avons laissé notre chair, nos poumons, nos vies… Voilà la réalité du peuple de France, alors, je crois qu’ils furent les premières victimes de ceux qui nous gouvernent depuis trop longtemps, les visibles et ceux qui se cachent derrière eux et tirent les ficelles, comme cela fut le cas pour Napoléon, marionnette de Talleyrand. Quand à l’école républicaine des années soixante, là, je tire mon chapeau à nos instituteurs de l’époque, et je lui dois malgré ma misère, d’avoir pu m’élever au-dessus de ma condition sociale de départ. Ce ne fut pas facile, mais c’était possible. C’était une bonne école ! Voilà la réalité de cette époque pour les Français de France. De Gaulle a pour moi eu un tort énorme : ne pas dire au peuple comment ça fonctionnait, ne pas les informer de ceux qui gouvernent en cachette, du projet de nouvel ordre mondial… L’un des attentats organisé contre lui le fut par un illuminati en chef : Giscard d’Estaing (selon ses propres aveux !) De Gaule a dit ; “Depuis que la France est une république, elle n’a fait que des conneries.” Il envisagea le retour à la pérennité d’une monarchie, mais il vas ce qu’on nous sert d’habitude : Bourbons ou Orléans et il choisit Orléans, des gens qui descendent de celui qui vota la mort du roi ! Au bout d’un moment, il s’aperçut que ces gens n’étaient pas à la hauteur, et donc il lâcha le projet. En vérité, la chute de ma monarchie commença avec le choix du très mauvais roi Henri IV, alors qu’il eut fallu remonter à la descendance par les filles d’Hugues Capet, grand fondateur de la France, puisque cette descendance existe toujours de facto, et est restée accrochée aux vraies valeurs, loin des mondains et de ceux qui tuent notre peuple. Bref, votre point de vue sur le peuple des vrais Français inverse coupable et victime, exactement comme le font ceux qui tuent ce peuple depuis trop longtemps. Le salut ne viendra pas ainsi, mais en restaurant ce peuple dans son honneur, en reconnaissant ses qualités et sa bien trop longue patience, à cause du sacrifice auquel on le soumet depuis 1789, mais ce temps est révolu… Nous partageons beaucoup, mais de grâce, rendez à César ce qui est à César et ne désignez plus pour bourreau le peuple victime des vrais Français de souche qu’on a rendu exsangue à plusieurs reprises depuis 1789. Je vous laisse aussi vous renseigner sur le génocide des Vendéens ! Ce peuple n’en peut plus.

    Ma note: Enfin, une personne de plus qui a tout découvert, elle me donne des larmes aux yeux à la fois de tristesse pour ce que les français vont encore subir de leur faute et de joie de voir qu’elle rejoint les rares personnes éclairées….. Il y a un trop grand nombre de français qui sont encore dans les ténèbres et impossible à cause de leur trop grande intoxication scolaire de leur ouvrir les yeux…..

    Olivier Lechat (André)
    Marie artiste l==> Bonjour et Merci Marie pour ce précieux commentaire qui résume à la perfection ce que je ne cesse de développer tant bien que mal depuis au moins 2008. Depuis plus de quatre ans j’avais essayé de résumer en 300 articles dans un blog hébergé par overblog, on vient de me le fermer. Le comble de l’histoire et le constat est clair, ce sont des français de souche qui ne cessent de me taper dans les pattes et ce sont des arabes qui m’estiment…. Malheureusement je vais être tenu au secret, car la France va subir ce qui est déjà commencé, ce qu’elle mérite. Plus personne ne peut arrêter ce char infernal, trop de français de mauvaise FOI.

  • André , 7 Fév 2017 à 9:17 @ 9 h 17 min

    Celui qui a honte de moi j’aurai honte de lui.
    J’ai mis en fichier, un médaillon de protection pour la guerre civile et ceux qui deviendront les soldats du Christ, retrouveront le courage de Jeanne d’Arc…..Ce médaillon devra être consacré et béni par un prêtre qui n’aura pas apostasié, c’est à dire qui ne pactise pas avec l’islam qui est antiChrist, également en prêtant serment de n’accorder aucun crédit à cette république satanique sioniste dont voici la prestation: Je renonce à satan à ses pompes et à ses oeuvres et je m’attache à Jésus. Ensuite il faudra porter ce médaillon sur soi. La France va revivre la chouannerie, mais cette fois les chouans seront vainqueurs. Je ne peux en dire davantage….

    https://plus.google.com/u/0/photos/photo/107512377163920733820/6382082022354681890?icm=false&sqid=105299130737191625412&ssid=705286dc-417e-4db7-b3d6-d8f4bc233a94

    Je rappelle que dans mon enfance, si je n’ai jamais usé mon cul dans des écoles, j’ai tout appris des animaux. Leur gentillesse, leur joie de vivre, leur amour, je les colonisais et je n’ai jamais vu aucun animal se révolter contre moi mais au contraire leur reconnaissance, leurs espiègleries au jeu. Comme cette chèvre qui ne cessait de me faire des câlins, mais je devais marcher à reculons, sinon elle me donnait un grand coup de tête dans le cul t je m’étalais comme une crêpe. Un amour de petite chèvre. Les animaux m’adoraient, j’étais leur Roi…. Puis l’homme est venu tout détruire. Je suis herbivore, mais je suis parfois incorrigible en provocation car avec mes arabes: alors manges-tu du cochon maintenant? C’est comme si l’on m’obligeait à manger de la viande, bien qu’autrefois j’en ai mangé mais je n’en fus jamais très friand:

    https://www.youtube.com/watch?v=_bwup2leSHY

  • André , 7 Fév 2017 à 9:40 @ 9 h 40 min

    La France devra subir la guerre civile, dans une horreur épouvantable à cause du français de souche orgueilleux, égoïste, têtu, récalcitrant, car cela doit s’accomplir…Mais elle se reconstruira avec des étrangers qui se convertiront, qui sauront l’apprécier et qui l’aimeront…. Revoir ma vidéo:
    https://www.youtube.com/watch?v=H9_rOpYoLTM

  • François2 , 7 Fév 2017 à 11:26 @ 11 h 26 min

    Jean Schmitt en 1986 (finira directeur de la rédaction du Point):
    “CHAQUE PEUPLE EN SON PAYS ET CE SERA LA PAIX”
    “AIDER LES PAUVRES CHEZ EUX”
    (en capitales dans le texte).
    Repris dans le petit livre “Les politiques doivent sauver la France” (tapez).

  • André , 7 Fév 2017 à 12:00 @ 12 h 00 min

    Je fais connaître un commentaire d’un musulman devenu catholique qui a répondu à l’une de mes réactions. Il s’occupent d’autres musulmans pour leur expliquer pourquoi il faut quitter l’islam.
    musulmans devenuscatholiques
    Ces viols collectifs en public que vous dénoncez sont des abominations. Les musulmans avec qui je parle ont souvent une vision idyllique des sociétés sous charia et sont choqués avec raison par la promotion publique de la pornographie et de l’homosexualité dans les pays occidentaux. La véritable alternative est une société réellement catholique qui combat les dépravations et les atteintes à la dignité humaine tout en favorisant la réussite des mariages et de l’amour authentique. L’Islam a aboli le 6ème commandement donné par Dieu à Moïse en rétablissant la répudiation, la polygamie et en acceptant l’esclavage Un célèbre défenseur de l’Islam sur youtube s’est récemment converti et a quitté l’Islam en raison justement de cette autorisation des relations sexuelles avec les captives de guerre (“celles que ta main droite possède”) . A titre politique, c’est par notre sainteté personnelle, notre vie de prière, de sacrements, notre victoire stable contre les péchés mortels, que nous pourrons obtenir de Dieu les grâces nécessaires pour que toujours plus de musulmans découvrent la seule vraie religion catholique et se fassent baptiser. Nous avons tous besoin d’amour et ll n’y a pas d’amour dans l’Islam. Jésus demande à être aimé, Allah demande à être servi. Saint Charbel a prophétisé la fin de l’Islam en 2047, au train où vont les choses, il se peut bien que cela se passe bien avant.

    Cette réponse est une suite à ma vidéo:
    https://gloria.tv/video/ZvJ3x277WWcv2XnoMzoMEY41G

Les commentaires sont fermés.