Vive l’avortement !

NDLR : Nous ne partageons pas du tout ce que défend Jean Dutrueil dans sa tribune (malthusianisme, conception préchrétienne de l’être humain qui rejoint en partie celle, postchrétienne, à laquelle NDF.fr s’oppose fermement, etc.) mais la publions quand même car elle est argumentée et défend une certaine tradition, même si ce n’est pas la nôtre.

Certains catholiques ne fonctionnent qu’en considération de dogmes et injonctions ecclésiales n’ayant souvent aucun lien avec le réel plutôt que de voir les problèmes en face et d’y répondre avec des solutions adéquates.

Comme toute autre action de l’homme, l’avortement, neutre en soi, est bénéfique s’il participe à la régulation d’une démographie démentielle et maléfique si, au contraire, il saigne une démographie déjà déficitaire.

La France et l’Europe sont en train de crever non seulement de l’avortement de masse complètement idiot s’inscrivant dans un contexte de réaction excessive à l’interdiction totale et puritaine dans une Europe autrefois chrétienne mais aussi d’explosion démographique anormale de l’hémisphère sud se déversant en invasion migratoire sur notre continent. Comme nous avons l’art de faire tout à l’envers, nous nous génocidons en masse tout en déversant des sommes d’argent considérables alimentant les situations pourries d’Amérique latine ou d’Afrique croulant toujours plus sous une démographie explosive. Or, c’est exactement l’inverse qu’il faut faire et personne ne le prône, surtout pas les partis politiques d’opposition, dits « de droite », trop frileux, et encore moins le trop grand nombre de militants voulant monopoliser avec leurs idées surannées la pensée de droite, empêchant toute remise en cause et refondation nécessaires afin d’élaborer un programme réaliste qui pourrait affronter la crétinisation gauchiste ambiante.

Certains conservateurs se raidissent, tétanisés, lorsqu’ils entendent parler d’avortement. Qu’ils sachent que le Bon Dieu via la Mère Nature n’empêchait pas « l’avortement de masse naturel » avant la révolution industrielle et l’ère carbo-pétrolière. Sous Louis XIV, l’espérance de vie était de 27 ans et sous Napoléon III de 37 – non pas tant qu’on mourait jeune (en réalité la moyenne d’âge maximale par habitant ayant passé le cap de la fragilité juvénile était de 60 ans) mais parce que la mortalité infantile était très importante : 30% à 50% des gamins périssaient entre l’accouchement et l’âge de 6 ans.

Comme confia une brave paysanne italienne du début XXe à l’historien Ghislain de Diesbach : « Dieu m’a donné 10 enfants mais heureusement notre Bonne Mère la Vierge Marie a eu pitié de moi et m’en a repris 5 !». Curieuse, cette exclamation d’une pauvre bougresse sans doute très pieuse, allant à l’église et faisant son « Je vous Salue Marie » tous les soirs avant d’aller au lit !

Car, ne nous en déplaise, ce fauchage mortel omniprésent permis par Dieu le Père, le Destin, la Providence, Mère Nature, ou l’Âme Cosmique (appelez-Le comme vous voulez) avait le mérite de maintenir une pression démographique basse permettant à tout le monde (malgré les exceptions des famines) de manger à sa faim. Et lorsque, aux Indes, en Afrique ou en Amérique pré-chrétienne, cette mort faucheuse s’avérerait parfois insuffisante, les communautés n’hésitaient pas, les techniques d’avortement n’existant pas à l’époque, à ordonner l’abandon de quelque bébés « aux forces de la nature », c’est-à-dire à les laisser à la lisière d’une forêt ou d’un champ à la merci d’un animal carnivore.

« Fascisme », « nazisme » s’exclameront sans doute les âmes sensibles pour dénoncer ces « actes barbares », toutes repues qu’elles sont, par une surconsommation quotidienne effroyable d’animaux leur permettant de vivre dans un très récent confort biologique hors norme, nourri au meurtre annuel de 120 millions de cochons et de bovins hexagonaux sans compter le nombre faramineux de bétail tué et importé du monde entier par supertankers gorgés de mazout alors que leur arrières grands-parents mangeaient avec parcimonie de la viande uniquement le dimanche pour les plus aisés et pour les plus pauvres lors des principales fêtes religieuses.

Selon leur logique, nous avons donc le droit de déforester considérablement, d’élever en masse des animaux gavés à l’agriculture intensive issue des engrais pétro- et carbo-chimiques puis massacrés par lots entiers dans des abattoirs chauffés au gaz russe et moyen-oriental et électrifiés à l’uranium nigérien et malien justifiant toutes nos guerres depuis des décennies ; et la Nature, elle, n’aurait pas le droit, exceptionnellement, de prendre de temps en temps l’un des nôtres pour se nourrir ?!

Comme le rappelle le brillant africaniste Bernard Lugan, les premiers colons européens en Afrique remarquèrent que le mot « pauvre » était absent des dialectes subsahariens, tout simplement parce qu’avant leur arrivée personne ne trépassait de faim. Pourquoi ? Car la mort faucheuse faisait son œuvre et qu’en plus, à l’âge de 14-15 ans, les jeunes mâles devaient quitter leur tribu et vivre en solitaire pendant une année entière au sein d’un milieu naturel qui n’a (n’en déplaise aux bourgeois citadins se sentant obligés de se promener en forêt les dimanches ensoleillés pour se faire pardonner leur mode de vie ultra-artificiel) aucune pitié pour les faibles. Et ceux qui n’en revenaient pas n’étaient nullement pleurés car ils étaient considérés comme inaptes à diriger et protéger une communauté humaine.

Et ce qui valait pour l’Afrique fonctionnait pour les Indes, comme le rappelle Alain Daniélou, ou l’Amérique latine préchrétienne. Mais voilà que les Euro-chrétiens, laïcisés ou non (car à côté de la IIIe république mâtinée d’universalisme biblique sécularisé, il y avait les monarchies chrétiennes belge, britannique et allemande, sans compter la nuée innombrable de pasteurs ou de prêtres catholiques – notamment ceux issus de l’accord entre l’autorité cléricale française via le Cardinal Lavigerie et la Troisième république autorisant le ralliement des chrétiens à celle-ci en échange de l’envoi « en terres païennes » de dizaines de missionnaires en mal de conversions), débarquèrent avec tous leurs sentiments gnangnan qui bouleversèrent le fragile et fin équilibre démographique.

L’abolition prétentieuse des coutumes tribales, et notamment celles des régulations démographiques humaines , le génocide culturel faisant table rase des statuts de dieux jugés trop érotiques par les clercs pudibonds, notamment à Madagascar où il ne reste plus rien de la culture autochtone et de ses repères, les vaccins (à base de pétrole) donnés à tours de bras ont permis une explosion démographique démentielle à cause de laquelle les pays du Sud ne cessent de couler… et nous avec ! Avant la colonisation qu’ils n’ont jamais demandée, ils étaient 100 millions ; aujourd’hui, 40 ans après la décolonisation, ils approchent du milliard. Dans 50 ans, une personne sur trois sera d’origine africaine. Cela fait pourtant un demi-siècle que leur développement économique est de 5% par an mais il n’est d’aucun effet pour la simple et bonne raison que la population croît 4 fois plus vite déversant aujourd’hui plus de 100 millions d’humains en sous-nutrition ! Entre un fœtus envoyé au Paradis ou condamné à survivre dans les tortures de la sous-nutrition pendant 40 années artificiellement entretenues par des vaccins pétrolifères, j’ai fait mon choix.

Et que ceux qui croient que l’immigration de masse ne s’arrêtera que par une sortie de l’espace Schengen et un retour aux frontières nationales s’illusionnent. Si on ne lutte pas à la racine du problème qu’est l’explosion démographique anormale du Sud, rien ne s’arrangera des deux côtés de la planète.

Pourtant les solutions sont si simples ! Au lieu d’envoyer des millions qui ne font que corrompre des potentats africains sacrés démocratiquement selon la phrase bien connue « des pauvres des pays riches qui donnent aux riches des pays pauvres », nous ferions mieux de soutenir via notre diplomatie, nos armées et services secrets : 1) le retour aux frontières ethnoculturelles ancestrales des Africains qui, seules, permettent la formation et la cohérence d’une communauté politique plutôt que de vouloir maintenir à tout prix comme au Mali ou en Centrafrique des bordures coloniales ne prenant pas en compte les spécificités multiséculaires des peuples dont tous les conflits depuis un demi-siècle ont pour source l’obligation arbitraire qui leur est faite de vivre ensemble ; 2) de vrais chefs d’États, en lieu et place de régimes démocratiques impuissants, qui enclencheront de vigoureuses politiques d’implosion démographique.

Et que l’on ne me vienne pas me dire que cela ne marche pas ! En Inde, pays qui subit une démographie explosive due à la colonisation britannique et puritaine abhorrant notamment l’abandon d’enfant, la redoutable Indira Gandhi (1917-1984) (qui n’a rien à voir avec son homonyme, prédicateur benêt de la Non-Violence – alors qu’il soutenait Hitler –, et du puritanisme – alors qu’il pratiquait l’inceste), pétrie de valeurs religieuses hindoues où la force, la grandeur et la puissance sont tout autant essentielles à la cohésion nationale que la charité et les aides sociales, organisa une politique d’implosion démographique d’une ampleur considérable. Les moyens de contraception étaient donnés en grand nombre et gratuitement par les pouvoirs publics, des hôpitaux entiers devenaient de véritables usines à avortements de masse autorisés jusqu’aux dernières semaines avant l’accouchement, accompagnés de très grandes campagnes de stérilisation forcée. Résultat : la démographie hindoue chuta en quelques années de 5,5 enfants par femme à 2,5. Seule la démographie musulmane se tient aujourd’hui volontairement haute (6 enfants par femme environ), comme en Palestine (ou en Europe), afin de dominer, pensent-ils, à terme leurs adversaires religieux, car nous savons tous que le prosélytisme, qu’il soit chrétien ou musulman, passe aussi par le ventre des femmes…

Mais aurons-nous le courage d’appuyer une telle politique, nous qui sommes totalement ramollis par l’ère carbo-pétrolière et crucifiés à un moralisme droit-de-l’hommiste dégénéré ? J’en doute. Néanmoins, si ce n’est pas l’homme qui décide par lui-même de temporiser sa démographie, Mère Nature s’en chargera sans souci.

En effet, les 7 milliards d’êtres humains (bientôt 9) sont toujours plus nombreux grâce à l’exploitation massive des hydrocarbures permettant le développement démographique inouï porté par les engrais pétro- et carbo-chimiques ravitaillant l’agriculture et l’élevage industriels qui ne dureront pas éternellement. En effet, nous sommes en train de traverser le pic pétrolier (ne pas confondre avec les chocs pétroliers concernant la hausse des prix du baril) signifiant le maximum de production d’hydrocarbures possibles en fonction de la demande et des ressources disponibles. Dans 5 ou 10 ans, cette production diminuera, les schistes et sables bitumeux entérinant un sursis de 30 ans tout au plus, l’érosion devenant ensuite inexorable.

Ce n’est pas moi qui le dis mais les rapports de l’Agence Internationale de l’Energie, des armées américaine, britannique et allemande, des déclarations des PDG de Total et BP, sans compter les foules d’anciens directeurs de forages des puits qui ne cessent de s’alarmer, des études de Goldman Sachs finançant les extractions de schistes et de HSBC, les forages pétroliers de la Dutch et British Petroleum.

Or une Terre sans hydrocarbures, et donc avec un retour à une agriculture naturelle, ne peut remplir les ventres que d’un milliard d’humains, 6 devront passer à la casserole d’ici un siècle (Une France sans pétrole fait vivre environ 25 millions de personnes, cela veut dire qu’il y a encore, hors immigrés, un Français de souche sur 2 en trop…).

Miser sur la révolution technologique est illusoire, car ce n’est pas la technique qui produit l’énergie mais l’inverse, or le pétrole est le socle de nos sociétés industrielles et des agriculture et élevage intensifs. Selon les vrais experts tels que certains anciens ingénieurs de Total regroupés dans l’association ASPO – et non les béats optimistes des plateaux télévisés –, les énergies renouvelables ou le nucléaire peuvent temporiser cette dépendance mais pas s’y substituer.

J’espère me tromper sur toute la ligne concernant l’érosion carbo-pétrolière mais si ces rapports voient juste il est fortement probable que, si des politiques d’implosion démographique n’ont pas lieu de notre part, Dieu laissera sans doute naturellement crever le surplus humain dans un gigantesque chaos qui fera passer les deux guerres mondiales pour de douces sucreries…

Articles liés

83Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Abiz , 6 mars 2014 @ 16 h 18 min

    Bonjour,

    “l’avortement, neutre en soi, est bénéfique s’il participe à la régulation d’une démographie démentielle et maléfique”

    1/ Pretendre qu’un acte est neutre ne mange pas de pain mais ca s’argumente un peu quand meme. Si je vous vole votre voiture c’est probablement neutre pour votre voisin mais surement pas pour vous. Quand a vous tuerje vous laisse juge!

    2/ Comment definissez-vous une demographie “dementielle et malefique”? Au nombre de possedes par millier d’habitants? A partir de combien d’habitants au m2 est-il justifie d’en tuer? Ce genre d’approche conduit rapidement soit au meurtre de masse (“Desole, on n’avait pas de place pour vous ou on ne voulait pas partager l’espace/les ressources”) soit a l’invasion de territoires voisins (Le Lebensraum).

    3/ Pour reguler la demographie, ce qui peut etre benefique dans certaines conditions mais dangereux dans d’autres (cf. Chine en 2050), il existe d’autres methodes que de tuer les bebes: Regulation des naissances par methodes naturelles par exemple. C’est surement moins pratique que d’eliminer le dechet de coit a posteriori mais ca marche aussi, ca fait moins de degats et ca evite de rabaisser l’homme a l’etat de bete qui a besoin de son coup tout de suite, pas dans trois jours.

    4/ Vous presentez un vrai probleme (La disparition du petrole et ses consequences possibles) et en concluez que la bonne solution (la seule que vous presentiez du reste) est de tuer les bebes a naitre. N’y a-t-il pas d’autres solutions, d’autres approches qui eviteraient cette guerre civile mondiale? Parmi celles-ci, n’y en a-t-il pas qui font appel a l’intelligence humaine plus qu’a un esprit de facilite masque par un faux altruisme (“Vous comprenez, si on ne les tue pas ca va etre un massacre”)

    Avez-vous pense a vous faire steriliser ainsi que toute votre famille? Ca eviterait peut-etre bien des souffrances a vos eventuels descendants!

  • Eric Martin , 6 mars 2014 @ 16 h 32 min

    Bien que partisan d’un retour (volontaire) à la terre et d’une restriction (volontaire) de ma propre consommation, je ne partage pas les postulats malthusiens de ce papier, même si je suis d’accord pour dire que nous sommes en train, non pas de bousiller la planète, mais de la rendre moins hospitalière pour notre espèce et moins à même de répondre à ses besoins véritables (espace, nature, etc.)

  • Fleur , 6 mars 2014 @ 17 h 14 min

    Deux remarques me viennent sitôt à l’esprit à la lecture de ce papier qui me donne des frissons d’horreur :
    1/ Comment peut-on qualifier l’avortement de “neutre”, alors qu’il y a mise à mort d’un enfant innocent ? Quelle anesthésie de la conscience !!!
    2/ Comment peut-on faire supporter à un enfant non-né notre incurie, par exemple l’impossibilité que nous avons, nous les adultes, de régler nos problèmes de pétrole et d’énergie ?
    Cet article est vraiment une illustration parfaite de la mentalité du bouc émissaire, qui consiste à désigner des innocents et les mettre à mort, pour se décharger de nos propres erreurs ou incapacités à résoudre nos problèmes…
    Le Christ pourtant, l’Innocent désigné par la vindicte populaire et mis à mort sur la Croix, est le bouc émissaire par excellence : il nous a ainsi ouvert les yeux sur cette ignominie du bouc émissaire… Faut-il qu’il y ait un terrible recul du christianisme dans la conscience obscurcie de cet auteur, pour revenir ainsi plus de 2000 ans en arrière, jusqu’à arriver à proposer la mise à mort d’enfants non-nés pour palier nos incapacités familiales ou politiques !!!

  • Eric Martin , 6 mars 2014 @ 18 h 02 min

    Je ne suis pas d’accord du tout avec Jean Dutrueil mais je comprends tout à fait pourquoi il juge l’avortement “neutre” dès lors que sa conception de l’homme est préchrétienne, c’est-à-dire totalement différente de la mienne ou de celle de nombreux lecteurs. Rappelez-vous le patria postetas du pater familias sous l’Empire romain…

  • la Mésange , 6 mars 2014 @ 19 h 11 min

    Bon… personnellement je n’ai pas dépassé les mots “Comme toute autre action de l’homme, l’avortement, neutre en soi”

    Comme ouverture de Carême, vous faites fort à NdF !
    Et pour le vendredi Saint, vous nous préparez quoi comme texte édifiant ?

  • Frédérique , 6 mars 2014 @ 19 h 57 min

    Je suis d’accord avec l’auteur sur le fait que les occidentaux sont à l’origine de l’explosion démographique des pays pauvres et que cette démographie représente une sérieuse menace pour la planète et pour les pays “riches” qui risquent de ne plus l’être encore très longtemps notamment à cause de l’immigration.
    Il serait bon que des campagnes de stérilisations et de contraceptions soient mises en place (empêcher une grossesse est tout de même préférable à l’élimination d’un foetus) avant que la nature ne se charge de faire disparaître par la famine et les maladies le trop-plein d’êtres humains.
    Mais autant nous sommes plutôt bien reçus avec nos vaccins et nos sacs de riz dans les pays pauvres, autant nous le serions très mal avec notre boite de pilules contraceptives, car plus les populations sont démunies, plus les religions sont influentes et les religions n’aiment ni la contraception, ni les stérilisations de toutes sortes.
    J’ai bien peur qu’il nous faille attendre la catastrophe humanitaire pour que l’ensemble des corporations civiles et religieuses prennent le problème au sérieux.

  • Brieuc , 6 mars 2014 @ 20 h 38 min

    Bonjour,

    vous avez raison Jean Dutrueil, l’avortement est neutre en soi, et par conséquent votre raisonnement se tient… si Dieu n’existe pas.
    Heureusement donc que Dieu existe, et qu’il nous rappelle la dignité de toute vie humaine, au-delà de toute considération “raisonnable”.
    Quelle chance nous avons de pouvoir répéter l’adage qui illustre bien la providence de Dieu: un enfant arrive au monde avec un pain sous le bras!

    D’ailleurs votre raisonnement ne tient que si vous arrivez à rester plus forts que les peuples du Sud.
    Bon courage s’il arrive une nouvelle invasion “barbare” ( du retournement des forces à la fin de l’empire romain, padamalgam comme ils disent), alors ces peuples du Sud, en victorieux, n’auraient qu’à vous réduire en esclavage ou vous exterminer pour pallier au déséquilibre…

    En terme de déséquilibre, j’ai surtout conscience de celui qui existe entre moi qui ai la chance de croire, et vous. Mais attention, un de ces jours un Africain pourrait bien vous convertir! Dans cette espérance,

    amicalement,

    Brieuc

Les commentaires sont clôturés.